Compte-rendu: Renaud Epstein, On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles, Paris, Le Nouvel Attila, 2022

Renaud Epstein, On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles, Paris, Le Nouvel Attila, 2022

Compte-rendu réalisé par Mickael Chelal

À une période de l’histoire des grands ensembles bouleversée par les politiques de démolition-reconstruction, le livre de Renaud Epstein participe à la patrimonialisation de ces quartiers à travers la publication de cartes postales qui les représentent. En effet, cet ouvrage trouve son origine dans une large collection de cartes postales de divers grands ensembles français entamée il y a pratiquement 30 ans par l’auteur, sociologue et spécialiste des politiques urbaines. Cette collection s’est, tout d’abord, installée sur Twitter avec la publication quotidienne de certaines d’entre elles sous l’hashtag « Un jour, une ZUP, une carte postale ». Cet ouvrage constitue une autre exploitation de ce matériau original que représentent les cartes postales mobilisées ici comme archive.

Ces petites cartes, historiquement très populaires en tant que souvenirs de passage dans un lieu de villégiature ou dans certaines villes et territoires symbolisés par des photos de mairies, d’églises, de places ou divers monuments, présentent des grands ensembles sous le vernis de leurs premières décennies d’existence. Dans une courte introduction de cadrage précédent les cartes postales, l’auteur retrace la socio-histoire des grands ensembles qui sont passés de lieux de modernité à des espaces ségrégés et décriés. Les cartes postales ont accompagné l’image de modernité urbaine et sociale que ces espaces ont représentée dans les années 1950-1960. L’iconographie renverse la représentation dominante de ces quartiers, perçus depuis une cinquantaine d’années comme dégradés et « à problèmes », par des images de grands ensembles verdoyants, composés d’équipements, d’aires de jeux et de quelques habitants et enfants qui s’y épanouissent, quand ce ne sont pas des animaux qui y trônent.

Ces cartes témoignent de la diversité des grands ensembles en dépit de la standardisation du bâti qui est une des caractéristiques qui leur est associée dans l’imaginaire collectif. L’intérêt principal de cet ouvrage se trouve dans le fait de montrer la diversité des grands ensembles construits en France durant les Trente Glorieuses. Malgré d’importantes similitudes, tous les grands ensembles ne se ressemblent pas et chacun est porteur d’une histoire singulière par sa forme urbanistique et les vies qu’il a abritées. Ces cartes postales en sont le témoin.

La singularité réside d’abord dans leur localisation géographique. La richesse des cartes regroupées dans le présent ouvrage rappelle – ou fait découvrir – au lecteur que les grands ensembles sont (presque) partout, des grandes agglomérations aux petites villes moyennes de zones plus rurales, et pas seulement dans les banlieues parisienne et lyonnaise même si on y observe effectivement une forte concentration. Nous pouvons par exemple retrouver une carte de l’immense « ZUP de Laurence » à Limoges (p. 93), comme la plus minimaliste « les Aouisses » à Ligny en Barrois dans la Meuse (p. 100), ou des constructions un peu plus médiatisées telles que « La Grande Borne » de Grigny (p. 52-54) ou « La Sauvegarde » à Lyon La Duchère (p. 126). On remarque de manière flagrante que la taille de ces quartiers varie sensiblement. Ils peuvent être composés d’une unique barre immense bouchant l’horizon comme le « Haut-du-Lièvre » à Nancy (p. 104), être constitués d’innombrables bâtiments très étendus spatialement comme « La Paillade » à Montpellier (p. 92) ou encore de quelques petits immeubles de cinq étages comme à « Guénange » en Lorraine (p. 98).

Ainsi, c’est toute la diversité urbanistique de ces réalisations architecturales qui nous est donnée à voir en faisant défiler les cartes. Bien que principalement composés de bâtiments de types « barre » et « tour », ces quartiers possèdent des singularités locales dans leurs formes et leurs équipements. Cette forme architecturale dominante masque une certaine hétérogénéité des grands ensembles que l’on retrouve sur les cartes des réalisations d’Émile Aillaud avec les « tours Nuages » de Nanterre (p. 64), avec ses tours ondulées et colorées ; ou encore « Les Choux » de Gérard Grandval à Créteil (p. 48), aux balcons en formes de feuilles de choux. Cette diversité se remarque aussi par la composition du bâti où les immeubles d’habitation ne sont pas toujours ordonnancés de manière rectiligne comme cela prévaut dans l’approche fonctionnaliste qui a orienté la forme de la plupart de ces réalisations. On le voit avec « La Fauconnière » de Villiers-Le-Bel (p. 86) et ses petits immeubles de type « barre » disposés comme des wagons d’un train tournant ou encore « Les Immeubles » de Béziers (p. 88) de forme « moléculaire ».

On peut regretter au passage que les architectes ne soient pas mentionnés pour chacun des grands ensembles sélectionnés. D’autres variations sont à découvrir mais le lecteur peut prendre plaisir à se plonger dans une carte postale pour l’observer longuement. En effet, elles ne sont pas accompagnées de textes explicatifs mais simplement par de courtes citations de personnalités politiques (Claude Dilain, Nicolas Sarkozy…), de textes de chanteurs et rappeurs (Kery James, Renaud, NTM…), de chercheurs (Henry Lefebvre, Chombart de Law…), d’habitants, d’architectes, de personnages de films et d’article de presses qui contribuent à balayer l’histoire de ces quartiers sous différents angles.

Les cartes postales ne sont pas composées que d’un recto iconographique. R. Epstein présente également le verso de certaines d’entre-elles sur lesquelles figurent des bribes de vie des habitants de ces quartiers. Bien que trop peu nombreux, ces versos présentent un autre important attrait de cet ouvrage qui est d’humaniser ces réalisations considérées comme mornes. Ils rappellent que ce sont des lieux de vie où des liens se nouent, ou se sont noués, malgré tout. Cela permet d’approcher l’histoire de ces quartiers par le « bas » quand ils sont souvent traités par le regard des producteurs d’espace ou autres décideurs politiques. Ces versos font rencontrer la « petite histoire » dans la grande. L’exploitation plus systématique des versos et des récits de vie qui pourraient y figurer constituerait une suite intéressante à cette publication.

Pour finir, les visions homogénéisantes participent d’une simplification du monde social qui contribue à diffuser stéréotypes et autres préjugés, ce à quoi n’ont pas échappé les grands ensembles depuis plusieurs décennies. Cet ouvrage est plus qu’un recueil de cartes postales collectionnées : il tente de déconstruire la vision stigmatisante qui colle aux murs des grands ensembles pour en proposer un contre-point. En plus d’offrir une introduction ludique et originale à l’histoire des grands ensembles, il met sur le devant de la scène un pan de l’histoire de France, un moment, souvent oublié ou méconnu, de l’histoire de ces quartiers, pour enrichir nos représentations en en proposant une autre image.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 7 mars). Compte-rendu: Renaud Epstein, On est bien arrivés. Un tour de France des grands ensembles, Paris, Le Nouvel Attila, 2022. Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4y1

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search