Compte-rendu: Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire de la rue, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Tallandier, 2022, 525 p. (Louis Baldasseroni).

Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire de la rue, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Tallandier, 2022, 525 p.

compte-rendu réalisé par Louis Baldasseroni

Dès la légende de l’image de couverture, le ton est posé par les auteurs : « la rue est à qui veut la prendre ». Bien que cette citation soit généreuse, cela mérite quelques nuances, car la rue est tout sauf un espace uniforme : plus ou moins accessible selon sa morphologie et ses usages, elle est surtout un objet d’actions politiques, qui peuvent aboutir à l’exclusion de certaines catégories de personnes, de véhicules ou de pratiques. En revanche, la rue est à qui veut en faire l’histoire, ce que ce livre ambitieux montre avec brio : cette synthèse inédite à destination d’un large public illustre la nécessité d’envisager l’histoire des rues sur une longue durée.

« Les rues pourtant, ne sont pas immuables ». Cette citation, empruntée à Catherine Saliou dans sa partie sur « La rue dans le monde romain » (p. 98) résume le principal intérêt de cet ouvrage : montrer l’historicité de la rue. La clarté du langage et l’abondance d’illustrations, pour la plupart en couleur et commentées, participent à l’accessibilité du livre, de même que l’index des noms de lieux et de personnes qui en facilite une lecture transversale.

L’ouvrage est organisé en cinq parties, selon une logique partiellement chronologique qui tente de déconstruire les bornes historiques traditionnelles. L’effort est louable, car la chronologie des évolutions matérielles et des usages des rues transcende les découpages fondés sur une histoire politique. Cependant, certains choix peuvent être discutables.

Dans la première partie, Catherine Saliou fait le choix de se concentrer sur la période impériale romaine, sur lesquelles les recherches sur la rue sont les plus abondantes, au détriment des rues d’avant le ier siècle av. J.-C. L’autrice montre la place centrale de la rue dans les villes romaines : elle en structure la morphologie par le plan quadrillé hérité des cités grecques (déconstruisant au passage le mythe du « plan hippodamien »), est aménagée comme centre de la vie civique et espaces aux usages multiples. Elle concentre aussi très tôt des enjeux politiques, par la construction d’édifices publics qui la bordent. Si le propos est clair et plutôt complet (notamment sur les aspects matériels des rues), les particularités du monde romain impérial sont parfois difficiles à dégager, surtout par rapport au monde grec, important pour le sujet et souvent mentionné mais peu approfondi.

La deuxième partie s’articule autour d’un « long Moyen Âge de la rue » développé par Claude Gauvard : cette expression, qui fait référence au « long Moyen Âge » de Jacques Le Goff, décrit une continuité entre le xe et la fin du xviiie siècle. Cette partie présente une vision plus thématique de la rue, centrée sur la France, très documentée et aux exemples variés. Loin du cliché de la rue médiévale désordonnée, Claude Gauvard en montre les ressorts de l’organisation et les efforts des autorités pour tenter de réguler ces espaces aux usages déjà multiples, du pavage aux crieurs de rue en passant par la circulation et les commerces. Les commentaires très fournis des illustrations s’avèrent utiles et peuvent se prêter à des exploitations pédagogiques dans l’enseignement secondaire. Tout juste peut-on regretter que les entrées royales, évoquées, p. 169-173, ne soient pas plus développées pour les transformations ponctuelles du paysage des rues qu’elles entraînent.

Les parties III et IV tentent de bouleverser les chronologies traditionnelles en se focalisant respectivement sur l’ordre de la rue et les mouvements sociaux du xviiie siècle jusqu’à nos jours. La troisième partie montre une évolution progressive, à partir du Siècle des Lumières, vers une rue « apprivoisée » (p. 187). Cela s’opère par des aménagements de grande ampleur comme l’ouverture de larges places ou encore des aménagements qui ne modifient pas les tracés des rues mais en accompagnent l’évolution des usages, comme les trottoirs, le pavage ou les divers réseaux techniques (égouts, éclairage). Joël Cornette et Emmanuel Fureix retracent également les évolutions de la règlementation, des premiers traités de police jusqu’à la loi sur la liberté de la presse, en passant par les premiers règlements sur la circulation. Il est d’ailleurs dommage que l’étude de ces évolutions n’ait pas été prolongée jusqu’au Code de la Route de 1922. La partie IV retrace l’évolution progressive de révoltes ponctuelles aux époques médiévale et moderne jusqu’aux manifestations que nous connaissons aujourd’hui, avec un tournant à la fin du xixe siècle. La partie sur les barricades comme forme urbaine (temporaire) du paysage de la rue est intéressante, faisant remonter leurs origines aux guerres de Religion et insistant sur le coup d’arrêt de cette pratique après la Commune de Paris en 1871. Le découpage de ces deux parties occasionne quelques répétitions et montre un écueil qui concernait surtout les études sur la rue avant les années 2000 : sa personnification dans le cadre d’une histoire politique des mouvements sociaux, qui fait par exemple dire aux auteurs que la rue est « synonyme du peuple en armes » (p. 364-365), comme si elle était une actrice politique.

Dans la partie V, intitulée « La rue d’aujourd’hui », Danielle Tartakowsky postule une rupture dans les années 1950 avec le développement de la circulation automobile en ville, qui mènerait directement à la ville d’aujourd’hui. Outre l’occultation d’une histoire des mobilités urbaines bien plus riche et développée, cette césure ignore les transformations des rues pour la circulation avant l’automobile : il s’agit bien davantage d’un « urbanisme de la circulation » que d’un « urbanisme automobile ». Les racines des transformations des rues seraient donc davantage à chercher dans le xixe siècle : même si la trame viaire évolue peu avant les années 1960, les évolutions du paysage des rues existantes comme le bitumage, la signalisation ou le mobilier urbain sont trop rapidement passées, de même que la diversification de la typologie des rues. Par exemple, la « privatisation » de certaines rues avec le phénomène récent des gated communities serait à interroger sur une plus longue durée, avec l’entrée dans le domaine public de nombreuses voies privées au cours du xxe siècle. La lecture d’études sur l’histoire de la voirie urbaine aurait été inspirante pour concrétiser davantage et densifier le propos. En revanche, les développements sur le street-art et les pratiques culturelles contemporaines dans la rue sont particulièrement stimulants.

Cet ouvrage, par la richesse des récits de vie dans les rues et de pratiques urbaines, donne à voir le potentiel d’étude de l’histoire des rues à travers divers prismes. La conclusion qu’écrit Catherine Saliou sur « La rue dans le monde romain », dans laquelle elle écrit que « La rue est un objet d’histoire multiple » (p. 106), aurait ainsi eu sa place dans l’introduction générale, tant elle met en avant par sa clarté ce qui fait de la rue un objet historique complet. L’autrice met en avant son souhait de voir se développer des « biographies de rues envisagées dans la longue durée » : ce n’est pas le but de cet ouvrage, qui se veut synthétique et qui fait la part belle aux récits de la vie urbaine.

On note ainsi de savoureux passages sur la rue comme lieu de spectacle, de démonstrations de force collective ou encore de mise en scène de l’individu (justice, insultes, …). Ceux-ci relèvent d’une approche classique sur les usages de la rue, tant en histoire qu’en sociologie. Il aurait été intéressant d’en interroger la géohistoire : questionner l’évolution du fonctionnement des rues en réseau (ou le contraire, pour certaines), les inégalités socio-spatiales à l’échelle de la rue, ou encore les inégalités entre les rues dans les politiques d’aménagement. Pour cela, on aurait souhaité davantage de plans de villes commentés dans les illustrations, ainsi que des schémas de voirie ou d’organisation spatiale de diverses rues à plusieurs époques.

La limite principale de l’ouvrage est qu’il s’agit davantage d’une histoire des usages des rues que d’une histoire des rues elles-mêmes, tant l’histoire de sa réalité matérielle figure au second plan. La bibliographie ne sollicite d’ailleurs que peu de travaux récents, qui éclairent des objets aussi divers que l’archéologie du pavé parisien, l’univers sonore des rues, l’éclairage urbain et ses entreprises à l’époque moderne, la publicité ou encore le mobilier urbain.

Par ailleurs, il aurait été utile d’ajouter des cartes de localisation ou d’analyse des travaux de voirie dans leurs lieux pour éviter de donner une impression d’universalité à des observations ponctuelles. Ce manque se ressent particulièrement en ce qui concerne l’espace parisien, objet de la plupart des observations, qui n’est pas forcément familier à la majorité du lectorat francophone.

Cet ouvrage constitue donc une synthèse historique ambitieuse, abordable, et une somme de connaissances qui n’existait pas jusqu’alors. Malgré ces qualités, il peine à dépasser l’hésitation entre histoire des usages des rues et histoire générale de l’urbanisme. Ce livre ne permet pas de saisir pleinement l’évolution matérielle des rues ni leurs enjeux en termes de jeux d’acteurs, faute d’intégrer les apports des travaux récents sur l’histoire des rues.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 7 mars). Compte-rendu: Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire de la rue, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Tallandier, 2022, 525 p. (Louis Baldasseroni). Histoire Urbaine. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4y2

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search