Compte-rendu: Cyril Triolaire, Tréteaux dans le Massif. Circulations et mobilités professionnelles théâtrales en province des Lumières à la Belle Époque, 2022

Cyril Triolaire, Tréteaux dans le Massif. Circulations et mobilités professionnelles théâtrales en province des Lumières à la Belle Époque, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2022, 422 p.

Compte-rendu réalisé par Suzanne Rochefort

Le dernier ouvrage de Cyril Triolaire s’intègre dans un vaste projet impliquant la collaboration d’artistes de la compagnie auvergnate « Wakan Théâtre » et de chercheurs, initiative soutenue par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT). L’objectif est de démontrer qu’entre le mitan du xviiie siècle et la Belle Époque, le Massif central, s’il ne comprend pas de théâtres majeurs, constitue bien un observatoire efficace pour saisir les grandes mutations touchant la vie théâtrale française. Ce livre s’inscrit dans la lignée des premières recherches de C. Triolaire sur la vie culturelle dans le onzième arrondissement théâtral, autour du Puy-de-Dôme, entre 1800 et 18151. L’auteur propose un élargissement des bornes chronologiques ainsi qu’une extension du cadre géographique, tout en approfondissant la réflexion sur les liens entre spectacles et territoire. En effet, choisir le prisme des contours physiques du Massif central pour réaliser une histoire des circulations théâtrales n’était pas une évidence, puisque cette entité reste longtemps un « espace innomé » (p. 28), pensé de manière compartimentée en raison des multiples contraintes topographiques et des segmentations héritées. Le défi est pourtant relevé grâce à l’exploitation approfondie des archives départementales et municipales de douze départements, faisant circuler le lectorat de la Creuse à la Lozère, de la Corrèze à la Loire, en passant par le Puy-de-Dôme.

L’ouvrage est divisé en trois parties chronologiques, rythmées par l’emprise du politique sur la vie théâtrale : les mutations entre Lumières et Empire, le Massif à l’heure des privilèges (1814-1864) et enfin la dérégulation et les nouvelles dynamiques après le décret de libéralisation des spectacles de janvier 1864. Chacune des parties explore à la fois le « parc théâtral », l’évolution complexe des circonscriptions administratives et les logiques de mobilité des artistes (itinéraires et saisonnalités des tournées, contraintes et aléas des voyages). De la route au rail se dessinent, à plusieurs échelles et sur la longue durée, des dynamiques spatiales qui sont mises en valeur par les 32 cartes de l’ouvrage. L’effort soutenu de l’auteur pour penser les mobilités théâtrales du Massif en lien avec celles qui concernent l’ensemble du territoire français est appréciable, car cela permet de dégager diverses aires d’attraction et d’ouverture. Le cœur du Massif, où le réseau routier et ferroviaire est moins développé, est difficilement investi en dehors de quelques axes privilégiés autour de Clermont-Ferrand. En revanche, certaines zones parviennent à profiter des dynamiques urbaines et des axes de transport périphériques au Massif, surtout jusqu’au début du xixe siècle. Les nombreuses sollicitations de troupes extérieures pour venir y jouer en attestent. Le Puy-en-Velay jouit ainsi de la proximité du sillon rhodanien, tandis que Limoges tourne souvent le dos au Massif en multipliant les liens avec le Poitou et l’Agenais.

Deux apports du livre concernent particulièrement l’histoire urbaine. D’abord, C. Triolaire observe de près l’évolution des stratégies et de la capacité d’action des municipalités, sans cesse aux prises avec l’administration provinciale puis préfectorale d’un côté, et les directeurs et comédiens de l’autre. Dans les dernières décennies des Lumières, la vie théâtrale des provinces est régie par une multiplication de privilèges octroyés par la monarchie. L’enjeu pour les édiles est alors d’obtenir ou de défendre un privilège municipal, afin d’accroître leur autonomie et de planifier efficacement les saisons culturelles (Le Puy-en-Velay y parvient particulièrement bien). Des années 1810 à 1864, la dimension contrainte des circulations des troupes patentées, dont les mobilités sont entérinées par le ministère de l’Intérieur, entraîne des stratégies différenciées selon la taille des cités. Les villes de premier rang (telles que Clermont-Ferrand, Bourges, Limoges ou Nevers) veulent consolider leur rayonnement en cherchant à être desservies de manière plus fréquente par les troupes brevetées par le ministère. Les petits pôles urbains délaissés acceptent d’accueillir des troupes tolérées (qui bénéficient d’une autorisation temporaire en l’absence des brevetées), voire des troupes d’amateurs, afin de maintenir une programmation culturelle – comme à Florac (Lozère) en 1850 ou à Maurs (Cantal) en 1857. Cela approfondit la distorsion entre la « circulation idéale » (p. 182) fixée par les règlements et la réalité de la vie théâtrale dans le Massif. Avec la libéralisation des spectacles de 1864, les tactiques des maires doivent encore évoluer. Dans un contexte de concurrence accrue, l’octroi de subventions, même minimes, devient un geste presque incontournable pour maintenir des salles publiques ou séduire les entrepreneurs privés. Cela se révèle néanmoins insuffisant pour enrayer la déprise théâtrale à l’œuvre dans nombre de petites cités enclavées, par ailleurs en déclin démographique, qui se trouvent par conséquent confrontées à une « relégation culturelle » (p. 366).

Les municipalités, en lien avec des actionnaires, se montrent également motrices dans l’équipement des villes en lieux de spectacle, quitte à faire preuve d’inventivité en utilisant le patrimoine local déjà existant (comme d’anciennes chapelles ou halles). C. Triolaire s’attache à retracer la plasticité des espaces spectaculaires, que le lectorat peut aussi visualiser grâce à un riche livret iconographique. Le livre s’intéresse autant à l’embellissement du Grand Théâtre clermontois à partir de 1807 qu’aux salles hétéroclites d’Aurillac ou Saint-Flour, qui s’avèrent répulsives pour les troupes en raison de leur délabrement. Néanmoins, les tendances urbaines ne sont pas figées. L’auteur souligne la création, dans le dernier tiers du xixe siècle, de onze scènes « affiliées au mouvement thermal » (p. 285) dans des cités à la vie théâtrale jusque-là minime ou existante (Millau, La Bourboule, Châtel-Guyon). Au cœur de nouveaux quartiers thermaux, le développement de casinos-théâtres attractifs, aux jauges régulièrement supérieures à 1 000 places, s’inscrit bien dans les grandes tendances hexagonales de la période : modernisation des lieux de spectacles, rôle croissant des entrepreneurs privés, tournées-éclairs des vedettes permises par l’essor du chemin de fer. L’ouvrage convainc donc de la nécessité de « déplacer l’axiome d’une histoire des théâtres centrée sur les bâtiments monumentaux ou remarquables […] à une histoire renouvelée des espaces vécus du spectacle » (p. 362). Les résultats invitent aussi à poursuivre l’enquête dans d’autres territoires régionaux, aux dynamiques et contraintes propres : ainsi, les 119 lieux de spectacle recensés par C. Triolaire dans le Massif représentent déjà plus d’un cinquième des lieux comptabilisés jusqu’à maintenant en France sur la période.

 

1. L’Empire découpe le territoire français en vingt-cinq arrondissements théâtraux, dirigés par des entrepreneurs choisis par le ministère de l’Intérieur Le onzième arrondissement théâtral couvrait à peu près les départements actuels de l’Allier, de l’Ardèche, de l’Aveyron, du Cantal, de la Loire, de la Haute-Loire, de la Lozère et du Puy-de-Dôme. Voir Cyril Triolaire, Le théâtre en province pendant le Consulat et l’Empire, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2012.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 7 mars). Compte-rendu: Cyril Triolaire, Tréteaux dans le Massif. Circulations et mobilités professionnelles théâtrales en province des Lumières à la Belle Époque, 2022. Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4y3

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search