EVENEMENT: Exposition “+2°? Les Val-de-Marnais, le climat et l’environnement » (Archives départementales du Val-de-Marne à Créteil)

« +2°c ? Les Val-de-Marnais, le climat et l’environnement » 

aux Archives départementales du Val-de-Marne à Créteil, 

une exposition en deux épisodes.

Laurent Coudroy de Lille

Hugo Varin, étudiant à l’École d’urbanisme de Paris (UPEC-UGE, M2 Environnement)

Entretien avec Rosine Lheureux, directrice des Archives départementales du Val-de-Marne et Elodie Belkoff, chargée de projets-Service des publics et commissaire de l’exposition.


Laurent Coudroy de Lille : Les archives départementales du Val-de-Marne proposent une exposition intitulée « +2°? Les Val-de Marnais, le climat et l’environnement, 1780-2015 », dont le second épisode, qui porte sur la période 1945-2015, est présenté jusqu’au 30 juin 2023. 

Pouvez-vous nous dire comment elle s’est organisée ?

Rosine Lheureux : Quand j’ai pris la direction des archives départementales en septembre 2019, la thématique d’une exposition relative aux enjeux climatiques était déjà programmée et répondait au souhait de l’exécutif du département de faire travailler notre équipe sur cette thématique, avec la Délégation Générale au Développement Durable, responsable du Plan Air Climat.

Figure 1

Les Archives départementales du Val-de-Marne. Le bâtiment, représentatif de l’architecture de Créteil des années 1970, accueille à 

son rez-de-chaussée l’exposition « + 2° Les Val-de-Marnais,le climat et l’environnement ».

Au départ, l’ampleur du thème n’était pas clairement perçue par les donneurs d’ordre. Il m’est apparu qu’il n’était pas possible de traiter la question climatique sans aborder les enjeux environnementaux dans la longue durée. L’intention initiale du Département était plutôt de faire une opération de sensibilisation auprès du grand public, ce qui fait partie de nos missions, sans que cela revienne pour autant à faire la promotion des projets départementaux. Il fallait aborder les politiques publiques sous un angle plus complexe. Un de nos enjeux, aux archives, est de donner à notre public des clés de réflexion, lui fournir des codes de compréhension de « son » espace au regard du passé.

Notre objectif était aussi de ne pas développer un propos culpabilisant, tendance possible quand on aborde ces questions. Un marché a été passé pour la muséographie. Il nous fallait aussi un commissaire scientifique interne à la direction des archives. Élodie Belkoff, recrutée au service des publics en janvier 2020, a été missionnée pour assurer ce commissariat, aidée de Mélanie Canty qui l’a rejointe en mars pour le premier épisode. Cette exposition est devenue quelque chose de lourd et a mobilisé Elodie Belkoff quasi à temps plein durant 3 ans, avec jusqu’à 7 intervenants des Archives selon les périodes. Dès le début, il a été décidé de mettre en place un comité scientifique transdisciplinaire avec des spécialistes du climat, un philosophe, des historiens urbains, des géographes, etc. Il nous a beaucoup aidé, notamment pour la construction du propos et la relecture des textes.

Lancé fin 2020, ce projet a pris forme à la plus mauvaise période, celle du covid-19. Le confinement nous a privé du matériau des archives, et nous nous sommes retrouvées hors sol. Elodie a brillamment investi la bibliographie la plus actuelle pour reprendre le contenu scientifique. C’est elle qui a trouvé la première partie du titre (+2° C); j’ai rajouté la fin (« Les Val-de-Marnais, le climat et l’environnement ») en pensant au film L’arbre, le maire et la médiathèque d’Eric Rohmer qui avait abordé dès 1993 l’aménagement par l’écologie. Façon aussi la plus évidente de placer les habitants au cœur de l’exposition, et de montrer que l’on déploie une problématique générale sur un terrain local. On est au Archives Départementales et non à la Villette, au Louvre ou à la BNF : il faut ancrer le propos localement. Que se passe-t-il dans ce territoire, géographiquement petit, pendant 200 ans ?

Laurent Coudroy de Lille : Vous avez vous dû tout de même faire des choix parmi les documents ? Et peut-être des difficultés de présentation de certains aspects, comme la dimension strictement climatique ?

Elodie Belkoff : Avant d’opérer des choix parmi les documents, il a fallu construire le propos de lexposition. Ce qui a impliqué, d’une part, de recenser les archives du Val-de-Marne en lien avec le thème choisi, le climat (relevés dobservations météorologiques, instruments de mesure, récits d’aléas climatiques, aides aux sinistrés) et, dautre part, de nous intéresser aux études, méthodologies et sources mobilisées par les historiens du climat1 pour comprendre comment « faire parler » ces documents. Nous pensions concevoir un récit dans lesprit de Climat, à nos risques et périls. Les lyonnais face aux caprices du climat depuis le Moyen Âge (archives municipales de Lyon, 2012) qui proposait une chronologie d’aléas climatiques locaux avec un éclairage sur « les méthodes de lhistorien du climat », soit des formes dexploitation possible de ces documents. Mais, rapidement, nous avons dû renoncer à cette approche du fait du manque de documents en lien avec le climat et la météorologie dans nos fonds, et par choix de nous orienter vers un corpus historiographique, composé d’études en histoire de lenvironnement, plus en phase avec notre sensibilité et nos objectifs en matière de contenu. Cest ainsi que nous avons pris le parti de tracer une histoire large de l’évolution du territoire mettant en valeur les grandes dynamiques de peuplement, d’aménagement, de développement auxquelles les chercheurs attribuent, à plus grande échelle, la crise climatique contemporaine.

Hugo Varin : Cette exposition est en deux « épisodes », comment s’est fait le choix de la césure de 1945 ?

Rosine Lheureux : Nous avons affiché l’ambition de remonter le plus loin possible, et nos fonds les plus anciens sur cette thématique nous mènent aux alentours de 1780. Initialement, nous avions prévu de conduire le propos jusqu’en 2030 et de fournir une ouverture aux gens sur tout ce qui pouvait susciter de l’espoir en présentant des initiatives locales intéressantes sur le territoire. Le nouvel exécutif du département, qui a changé de bord politique en 2020, nous a demandé de ne pas dépasser le temps présent ni d’anticiper sur une position en devenir. Il a donc été décidé de borner l’exposition à 2015, année de la fin de l’antépénultième mandature.

Le découpage en deux épisodes s’est imposé après quelques mois de travail, quand il est apparu que le propos était trop riche et les documents trop abondants pour une présentation claire et explicite dans l’espace contraint de 120 m² de la salle exposition. Le doublement de l’exposition fut un choix pragmatique, et la césure de 1945 a été validée, pour des raisons historiques. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le Val-de-Marne a connu plusieurs bombardements qui ont touché de grosses infrastructures qu’il a fallu reconstruire. Mais le tournant de la guerre marque aussi celui de l’urbanisation, qui s’accélère considérablement à la faveur de l’afflux de population en Ile-de-France et bouleverse profondément le territoire. L’épisode 2 s’ouvre ainsi sur le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne de 1965, traduction des ambitions portées par les jeunes départements de la petite couronne.

L’épisode 2 est plus court (60 ans) que le premier (plus de 150 ans), ce qui traduit cette accélération historique.

Nous avons eu la chance de pouvoir travailler avec le même scénographe pour les deux épisodes. Pour l’épisode 1, il a eu l’idée de jouer sur la hauteur de nos espaces, qui équivaut à deux étages, le propos scientifique se déclinant dans la partie basse, et des « totems », constitués de montages de documents numérisés en grande taille, suggérant en hauteur l’ambiance de chacune des trois parties chronologiques, que le public visitait successivement. Chacune des parties avait une tonalité différente, verte au départ, puis bleue, puis jaune pour évoquer l’essor de la pollution et le réchauffement climatique.

Figure 2

L’épisode 1, portant sur la période de la fin du XVIIIème siècle à 1945, expose ses 

documents sur toute la hauteur de la salle.

L’épisode 2 se décline logiquement dans des couleurs de plus en plus chaudes, autour d’une grande plateforme qui rappelle les tables des urbanistes. Désormais l’individu ne circule plus « dans » son environnement; ce dispositif simple montre qu’il en a pris les commandes et le reconfigure à partir de ses plans et maquettes .

Figure 3

L’épisode 2 de l’exposition, sur la période 1945-2015, organise sa muséographie autour 

d’une table supportant les plans du territoire départemental vigoureusement aménagé.

Laurent Coudroy de Lille : ces dispositions sont très efficaces pour percevoir que le Val-de-Marne est un territoire fabriqué par l’administration publique, la planification … en lien avec une urbanisation rapide.

Rosine Lheureux : Mais cela reste ambigu, car ce n’est pas une terre vierge au départ. C’est pour cela que nous sommes remontés jusqu’en 1780 dans l’épisode 1. Pour nuancer le regard parfois extrêmement critique des jeunes vis-à-vis de la génération consumériste des « baby boomers », nous avons dû rappeler le mal-logement des années 1940-1950. On n’a pas fait les grands ensembles pour polluer la planète ! Il y avait des bidonvilles dans le Val-de-Marne jusque dans les années 1975. Cette modernisation des modes de vie correspondait à un réel progrès pour les habitants de villes industrielles et industrieuses, malmenées par l’histoire, qui n’étaient et ne sont toujours pas riches. Il faut se garder de tout anachronisme, et reprendre le propos historique sous l’angle des archives permet de déjouer cette tentation.

Hugo Varin : Pouvez-vous signaler un ou deux document que vous avez découvert en mettant en place cette exposition ?

Rosine Lheureux : Pour l’épisode 1, un beau document, acquis par les Archives en 2019, l’Atlas des chasses royales du XVIIIe siècle, ou plan de la capitainerie de la Varenne du Louvre, a permis de déployer le propos sur la question des communs forestiers et des grandes emprises dévolues aux loisirs royaux dans l’est parisien.

Figure 4

« Plan de la Capitainerie de la Varenne du Louvre », Huitiesme Canton Estienne Jeanson, 1750-1770, Planche imprimée, Archives départementales du Val-de-Marne, 2J 236.

Vallée de la rivière des Gobelins, ancien nom de la Bièvre, de Paris à Bourg-La-Reine.

La présence aristocratique a profondément marqué le territoire sous l’Ancien régime, comme à Choisy-le-Roi par exemple, qui était alors le village des princesses. On peut aussi souligner les très beaux prêts d’objets de l’Académie des Sciences, ou bien les documents issus du fonds de la famille Raspail que nous conservons. Un des fils de François-Vincent Raspail (1794-1878) a tenu durant une vingtaine d’années un carnet de relevés météorologique établis au jour le jour à Cachan.

Pour l’épisode 2, on peut retenir les documents représentant les réseaux tentaculaires et puissants d’électrification, d’adduction d’eau, etc. Nous en présentons les plans, et le maillage intense est très visuel. Ces documents peuvent être arides, austères, techniques… mais ce sont des archives marquantes.

Il y a aussi des archives très actuelles, comme cette affiche portant le slogan « Nous sommes des énergivoraces sans le savoir ». Un autre document, d’apparence modeste, retient l’intérêt des visiteurs : le rappel à l’ordre d’un certain nombre d’administrations dont les bureaux ne respectaient pas la consigne de ne pas dépasser les 19 degrés, datant du second choc pétrolier.

Toute exposition d’archives doit permettre de faire prendre conscience de leur matérialité. Aux Archives du Val-de-Marne, nous conservons 27 kilomètres linéaires de document soit l’équivalent d’un aller-retour Paris-Créteil. J’ai donc voulu montrer la massification des documents au fil du temps, qui accompagne la complexification des procédures de gestion et de contrôle, au moyen d’un dossier d’installation classée de près d’un mètre d’épaisseur. Visuellement, ce dossier rappelle aussi les strates archéologiques ou géologiques du sol, les documents d’archives étant toujours classés du plus récent au plus ancien.

Laurent Coudroy de Lille : Cette belle présentation donne en effet une vision sédimentaire, donc naturaliste, des documents. Une autre petite trouvaille muséographique est la photo de l’épisode 1 montrant un vélo sautant dans le vide.

Rosine Lheureux : C’est une célèbre cascade réalisée à l’âge d’or des guinguettes, lors de concours d’acrobaties sportives.

Le cycliste plonge en réalité dans la Marne. Mais c’est la métaphore d’un saut vers 

l’inconnu ! Il fallait trouver quelque chose de fort pour la fin du premier volet.

Elodie Belkoff : Tout à fait ! On peut y voir plus cyniquement une métaphore de la fuite en avant (de lhomme), de sa chute annoncée.

Laurent Coudroy de Lille : il y a donc de belles surprises parmi les documents montrés. Lesquels avez-vous été particulièrement heureuse de présenter ?

Elodie Belkoff : Nous avons en effet trouvé des pépites en préparant cette exposition. Je pense aux affiches et professions de foi du parti écologique et humoristique, La Belle de Fontenay, issues du fonds Dominique Codevelle des archives municipales de Fontenay-sous-Bois qui associent propositions sérieuses et étrangement visionnaires, et projets absurdes comme « abolir la mort ».

D’autres pièces, dapparence plus modeste, me semblent également intéressantes, comme ce compte-rendu des échanges de la chambre dagriculture du département de la Seine de 1965, où le directeur de lagriculture plaide en faveur du maintien des exploitations agricoles « là où elles existent encore » déplorant que leur grignotage se fasse au détriment de « l’équilibre biologique » du territoire. Une notion dont le sens précis nous échappe mais qui dénote selon moi une perception précoce des dangers de lartificialisation à outrance pour les milieux et les êtres vivants.

Dans un autre registre, dans lesprit de limage du vélo sautant dans le vide à la fin du premier volet de lexposition, nous présentons au début de ce second épisode une affiche publicitaire pour Air France datée de 1948 où des avions volent au-dessus de la planète traçant un réseau de lignes aériennes fantasmé, sorte de pré-satellites avant les succès de la conquête spatiale qui témoignent dun imaginaire où l’idéal de maîtrise technique se confond avec une dissociation entre lhomme et le système Terre. Ce dernier s’élève au-dessus delle « comme pour sen détacher et la regarder en surplomb » (Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz dans L’événement Anthropocène. La Terre, lhistoire et nous (Seuil,2013) évoquant l’interprétation philosophique de Spoutnik dHannah Arendt exposée dans Condition de lhomme moderne (Calman-Lévy, 1961) comme arrachement de lHomme de son berceau terrestre originel et déni moderniste de la condition humaine. Cette affiche est notre façon dillustrer cette idée.

Hugo Varin : Au-delà de la chronologie, pouvez-vous nous en dire davantage sur les sujets abordés ?

Rosine Lheureux : Effectivement, trois thèmes principaux sous-tendent l’exposition. Tout d’abord, la gestion des déchets : grosso modo on part d’une économie de la récupération à la fin du XVIIIe siècle, pour aller vers une période où l’on jette tout, puis on tente aujourd’hui de revenir à une gestion plus durable, par le recyclage notamment. Ensuite, les réactions et l’adaptation face aux aléas climatiques et aux calamités du temps : crues particulièrement redoutées dans ce petit territoire irrigué par deux fleuves, connaissant des sécheresses, etc. Enfin, la mobilisation des énergies, de la ressource hydraulique, particulièrement sollicitée avant l’industrialisation et ayant favorisé celle-ci sur les rives de la Seine et de la Marne, aux flux électriques et gaziers alimentant Paris. Le département fut novateur dans le déploiement de la géothermie, ce qui est aussi expliqué dans l’exposition.

Laurent Coudroy de Lille : un séminaire et une important journée d’études s’est tenue le 29 mars 2023. Comment se fait le lien avec l’exposition et toutes vos recherches ?

Elodie Belkoff : Organisé en partenariat avec lAssociation pour lHistoire de la Protection de la Nature et le Comité d’Histoire des Ministères de la Transition écologique et énergétique et initialement prévu pour accompagner le finissage de lexposition, le colloque conclusif qui sest tenu aux archives le 29 mars, intitulé « Industrialisation, urbanisation et aménagement en région parisienne : jalon pour une histoire locale de lenvironnement (XIXe-XXe siècle) », proposait dapprofondir certains des thèmes saillants de lexposition (lindustrialisation, la notion de métabolisme urbain, l’aménagement et l’étalement urbain etc.) en étirant le périmètre des interventions à la région parisienne. Mais aux côtés des discours scientifiques nous avons souhaité ménager une place à d’autres types de récits et de représentations du territoire actuel ou prospectif. Nous avons, par exemple, invité l’illustratrice Katy Couprie, lauréate du concours « Illustrer le grand Paris » à présenter son projet de fresque pour la future station de la ligne 15 Créteil-L’Échat, en partie inspirée par sa compréhension des politiques de la ville passées, présentes et futures, considérant que sa vision du Créteil à venir contribuerait très probablement à forger, y compris chez les décideurs, de nouveaux imaginaires, en loccurrence verts et décarbonés, autour de la ville. Enfin nous avons proposé une table-ronde sur ladaptation en Val-de-Marne au sein de laquelle nous avons confié la parole à des profils opérationnels, issus des collectivités publiques ou de la société civile, de façon à aborder la thématique sous un angle pratique et concret, intéressant contrepoint à l’approche des chercheurs. Les actes du colloque feront lobjet dune publication en ligne sur le site des archives du Val-de-Marne courant 2023.

Laurent Coudroy de Lille : vous avez organisé bien d’autres expositions. Je me souviens par exemple de celle, très réussie, sur les transports intitulée « Circulez ! », toujours accessible en ligne. Se tient par ailleurs une autre exposition à Champigny-sur-Marne sur l’alimentation. Pouvez-vous nous parler de la manière dont vous travaillez avec cet autre lieu et les autres institutions du Val-de-Marne ?

Rosine Lheureux : Nos Archives départementales gèrent 3 bâtiments : celui dans lequel nous sommes où se tient l’exposition « +2°C »; le Pavillon des archives qui se trouve à côté, mutualisé avec les autres directions du département, où sont accueillis des groupes scolaires dans le cadre de nos activités éducatives, des colloques (comme parfois ceux de la Société française d’histoire urbaine) etc.

Le troisième site se trouve à Champigny, c’est la Maison de l’histoire et du patrimoine (MHP), qui avait, lors de son ouverture en 2009, vocation à accueillir la Conservation des antiquités et des objets d’art (CAOA), dont la mission est de récoler et protéger le patrimoine mobilier remarquable du département. La CAOA du Val-de-Marne vient d’être réactivée par les Archives départementales après une quinzaine d’années de mise en sommeil. Notre première action dans ce cadre sera de demander l’inscription à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques d’une maquette extraordinaire de la RATP, de plusieurs dizaines de mètres de long, qui servait à la formation du personnel. Pour en revenir à la MHP, qui n’a finalement jamais servi à la CAOA, ce pavillon bourgeois du XIXe siècle, très différent des locaux de Créteil, a une programmation spécifique, élaborée en lien avec 4 associations résidentes, les Archives départementales ayant aussi la mission d’activer ces réseaux. Sont hébergées à la MHP l’Institut d’histoire sociale, l’Association des amis de la fondation de la mémoire de la déportation 94, Itinéraire et histoire ouvrière en Val-de-Marne (IHOVAM) et Clio 94, fédération de 34 sociétés et associations d’histoire du département. Ces partenaires nous permettent d’offrir d’autres activités, des expositions originales ou reprises de Créteil en version allégée, car on ne peut pas présenter de documents originaux à la MHP, accompagnées de rencontres en plus petit comité qu’à Créteil. Ainsi, de 2019 à 2021, une exposition construite avec l’IHOVAM, « La banlieue en chansons », a connu un si grand succès -dans les limites imposées par cette période compliquée- et nous ouvrirons en septembre prochain son pendant consacré à la danse.

Nous pouvons aussi tester des nouveautés à Champigny, comme, en 2022, une rencontre des associations de Clio 94 dans le jardin, qui sera reconduite en juin prochain sous la forme plus ambitieuse dun forum. Ces actions se font aussi en lien avec un autre réseau très important pour nous, celui des archives municipales.

Laurent Coudroy de Lille : quel est le rôle des archives pour faire exister une sorte de territoire historique du Val-de-Marne ? Je pense au livre publié pour les 40 ans du département2.

Rosine Lheureux : L’enjeu est important pour les « nouveaux » départements du pourtour parisien. Si leur histoire remonte à l’Antiquité et au développement médiéval des environs de Paris, les édiles qui sont arrivées dans les années 1970-1980 ont eu à cœur de bâtir une identité spécifique pour chacun de ces territoires. L’identité du Val-de-Marne se veut donc différente de celle de la Seine-Saint-Denis ou des Hauts-de-Seine, même si partout il y avait par le passé des plaines céréalières, ce dont le public d’aujourd’hui peut s’étonner.

En tant que service départemental nous devons aider à construire cette identité qui fait lien entre les habitants, anciens comme récents ou de passage, par tous les moyens dont nous disposons. Ainsi, pour compenser le caractère récent de nos fonds, nous avons pu réunir une collection d’archives audiovisuelles particulièrement conséquente, car il y a eu dès la création du département, une volonté forte d’investir dans les supports de la modernité à même de mieux rendre compte des bouleversements et de la vitalité de villes dont la croissance fut si spectaculaire et parfois si brutale dans la seconde moitié du XXe siècle. Notre vocation est de préserver les témoignages du passé émanant du territoire, qui « font sens » au présent et pour l’avenir. Notre Projet scientifique, culturel et éducatif 2022-2025, validé par l’exécutif, est porteur de cet engagement, ainsi résumé, « pour des collections plus riches, plus utiles, plus accessibles et mieux partagées ».

1 E. Garnier, “Calamitosa tempora, pestis, fames. Climat et santé entre les XVII et XIXe siècles” in 20èmes Journées Scientifiques de l’Environnement – Environnement entre passé et futur : les risques à l’épreuve des savoirs,
France, 2009 où l’auteur traite de l’impact d’épisodes climatiques extrêmes sur la mortalité à Créteil entre le XVIIe et le XIXe siècle.

2
Emmanuel Bellanger, Julia Moro, Julia, Le Val-de-Marne. Anthologie : 1964-2014, Paris, L’Atelier, 2014.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 17 avril). EVENEMENT: Exposition “+2°? Les Val-de-Marnais, le climat et l’environnement » (Archives départementales du Val-de-Marne à Créteil). Histoire Urbaine. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4yg

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search