JE : “La marche en ville, vers l’invention d’une politique publique ?”, 31 mai 2023, Paris

LA MARCHE EN VILLE. Vers l’invention d’une politique publique ?

Collection Guy Pessiot, Paris-Normandie, G. Muller, 23 octobre 1972

 

Cette journée d’étude vous est proposée

par le comité d’histoire de l’IGEDD et les laboratoires LAB’URBA et TEMPORA.
Elle se déroulera en présentiel uniquement le
mercredi 31 mai 2023 à l’auditorium de la Tour Séquoia à La Défense.

Inscription indispensable

Je m’inscris !

Sommes-nous en train d’assister à l’invention de la marche en ville comme nouveau paradigme de la conception des espaces urbains du XXIe siècle ?

La marche peut-elle devenir un critère d’évaluation des tissus urbains et contribuer à renouveler les politiques publiques ?

La marche s’est en effet imposée depuis une quinzaine d’années comme l’un des champs actifs de réflexion sur la transformation de la ville à une échelle internationale. Dans les années 2010, nombre de grandes métropoles à travers le monde ont mis à leur agenda de grands projets de réaménagement de rues ou de places en faveur des piétons (New York, Barcelone ou encore Paris) en se réclamant de favoriser les mobilités actives. En France, les premières assises de la marche en ville se sont tenues en 2021, rassemblant des acteurs institutionnels et associatifs.

Mais la promotion de la marche en ville est-elle si radicalement nouvelle ?
En effet, la place du piéton est discutée au moins depuis les années 1950 dans le monde occidental. Un temps favorisées dans les années 1970, les politiques de piétonnisation ont permis très tôt à certaines villes européennes de se démarquer (Copenhague, Munich, Amsterdam…). Dans les années 1980-1990, l’aménagement des espaces publics occupe le devant de la scène, trouvant aussi ses villes phares (Portland, Barcelone, Copenhague…).

Dans quelle mesure la promotion actuelle de la marche en ville s’inscrit-elle dans ces évolutions ?
À la croisée d’un examen de la situation actuelle et d’un regard sur la longue durée, le but de cette journée d’étude est de questionner l’intérêt croissant pour la marche au moment même où elle semble en passe d’entrer dans le registre de l’action publique. Elle sera l’occasion de croiser les analyses de chercheurs (historiens, urbanistes, géographes) et des témoignages d’acteurs qui, depuis les années 1970, ont investi le thème de la marche en ville au sein de différentes institutions (ministères et agences publiques, associations, collectivités locales…).

Direction scientifique :
Arnaud Passalacqua (LAB’URBA, École d’urbanisme de Paris) et Cédric Fériel (TEMPORA, Université Rennes II)

PROGRAMME (Provisoire)

Matinée

Accueil du ministère
Introduction scientifique : La marche, angle mort des politiques publiques depuis le XXe siècle?
Cédric Feriel
Maitre de conférences à l’Université Rennes 2, laboratoire Tempora
Arnaud Passalacqua
Professeur à l’école d’urbanisme de Paris, LAB’URBA/LIED

La marche en ville comme enjeu des politiques publiques contemporaines
Thierry Du Crest
Coordonnateur interministériel pour le développement du vélo et de la marche

SESSION 1 > De quoi une politique de la marche en ville peut-elle être le nom ?

L’essor actuel du thème de la marche en ville se trouve associé à plusieurs autres thèmes connexes qui contribuent autant à assurer son succès qu’à brouiller son appréhension : associé aux mobilités (modes doux, modes actifs), rapproché avec le vélo, rattaché au domaine de la santé, de la sécurité routière ou encore à l’hypothèse d’un tournant environnemental… La marche en ville recouvre une diversité qui est aussi riche de potentialités que d’ambiguïtés. Cette session explore l’hypothèse selon laquelle le développement de ce thème vient catalyser des thématiques préexistantes à identifier.
Elle mobilisera notamment des témoignages d’acteurs qui, entre les années 1970 et 1990, ont participé au sein de l’État, d’associations ou de collectivités, à des initiatives pilotes d’intégration de la marche dans les politiques d’aménagement.

Denis Bocquet
Professeur à l’École nationale d’architecture de Strasbourg, Laboratoire AMUP
Michel-Antoine Boyer
Achitecte et paysagiste, membre du groupe d’étude et de recherche du ministère de l’équipement dans les années 1970
Anne Faure
Urbaniste, Présidente-fondatrice de Rue de l’Avenir en 1988
Francis Ampe
ingénieur, urbaniste, ancien maire de Chambéry (1977-1983)

Après-midi

SESSION 2 > La ville à l’aune de la marche, un domaine d’expertise à part entière ?

La construction de la marche comme catégorie d’action publique s’appuie sur des champs techniques variés comme, entre autres, la sécurité routière ou la conception des espaces publics. La session vise à saisir comment différentes expertises se sont renouvelées pour s’emparer de la marche en ville et contribuer, en établissant des ponts entre elles, à inscrire le thème à l’agenda des politiques publiques.
Elle croisera des interventions de techniciens qui, dès les années 1980 et 1990, se sont emparés du thème « marche en ville » selon différentes perspectives, avec des analyses de jeunes chercheurs ayant travaillé sur l’histoire des expertises et des métiers consacrés aux cheminements piétons.

Jean-Marc Offner
Président de l’École urbaine de Science Po
Benoît Hiron
Cerema, Responsable de la sécurité et des déplacements, ancien chef du groupe sécurité des usagers et déplacements au Certu et responsable du comité technique de la Démarche nationale Code de la Rue
Pauline Detavernier
Docteure en architecture (LIAT), directrice de projet recherche et développement (PCA-STREAM)

SESSION 3 > Villes modèles et modèles de marche. un mouvement municipal international

Les politiques de marche en ville sont depuis longtemps basées sur des expérimentations locales décentralisées. Des villes « modèles » émergent à différentes périodes, comme Copenhague, Barcelone ou encore Portland, et servent d’inspiration et de point de repère pour d’autres cités aux niveaux nationaux mais aussi internationaux. Cette session interroge la manière dont ces circulations de « bonnes pratiques » contribuent ou non à structurer la marche en ville comme nouvelle approche des politiques urbaines à l’échelle internationale.
Elle s’appuiera notamment sur des études de cas à la fois historiques et contemporaines des villes d’Athènes et de Bruxelles, et sur une analyse du réseau Walk21 dédié à la promotion de la marche et au partage d’expériences à l’international.

Jérôme Monnet
Professeur à l’université Gustave Eiffeil, Laboratoire Ville Mobilité Transport, codirecteur de l’École d’urbanisme de Paris
Dimitra Kanellopoulou
architecte-ingénieure, maîtresse de conférence à l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais, membre du réseau Walk 21
Claire Pelgrims
MSCA-IF, Postdoctoral research fellow, Université Gustave Eiffel / École nationale des ponts et chaussées

CONCLUSIONS

Loïc Vadelorge
Professeur d’histoire contemporaine, Université Gustave Eiffel, responsable scientifique du labEx Futurs Urbains, Laboratoire ACP

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 3 mai). JE : “La marche en ville, vers l’invention d’une politique publique ?”, 31 mai 2023, Paris. Histoire Urbaine. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4yk

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search