Compte-rendu: Cédric Feriel, La ville piétonne. Une autre histoire urbaine du XXème siècle ? (2022)

Cédric Feriel, La ville piétonne. Une autre histoire urbaine du XXème siècle ?, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022, 257 p.

compte-rendu rédigé par Adrien Duval

Pleinement ancré dans le dépassement de l’État comme « paradigme explicatif du changement urbain »1 appelé des vœux des historiens de l’urbain français, l’ouvrage de Cédric Feriel se propose d’explorer, à partir de la piétonnisation, les changements des centres-villes occidentaux entre les années 1930 et les années 1970. En interrogeant aussi bien les ressorts idéologiques que les traductions matérielles des dispositifs piétonniers, il décrit un processus souvent aussi maximaliste dans ses projections que plastique dans ses réalisations, entre critique de la ville de la croissance et stratégies d’appropriation des acteurs locaux. A l’issue de la lecture, la piétonnisation apparaît bien comme un pendant des grands ensembles ou des villes nouvelles, aussi importante pour « évaluer la manière dont les pouvoirs ont façonné l’urbain »2 mais décentrée des politiques publiques nationales au profit de l’action des élites urbaines.

Construit à partir de sa thèse de doctorat soutenue en 2015 sous la direction de Gilles-Antoine Langlois et Loïc Vadelorge, l’ouvrage de Cédric Feriel déroule un plan chronologique où s’articulent plusieurs échelles. La première d’entre elles est celle des avant-gardes architecturales et urbanistiques, des réunions du C.I.A.M dans les années 1930 au rapport Buchanan au début des années 1960, où la solution piétonne s’impose peu à peu comme un moyen possible de la modernité urbaine. Le regard porté sur les circulations des idéaux, des modèles et des concrétisations matérielles permet de suivre l’ambiguïté de dispositifs d’emblée positionnés entre la réalisation idéalisée d’un civic core et la revitalisation économique des downtowns. D’emblée, le parti-pris est de montrer les parentés longues d’un processus excessivement associé au tournant environnemental des années 1970. (Re)construction d’une centralité et insertion dans la ville fonctionnelle placent ainsi les solutions piétonnes dans les devenirs urbains possibles bien avant celui-ci. La deuxième échelle est celle des pouvoirs municipaux de Rouen et Norwich, des projets des bureaux d’urbanisme naissants des années 1950 aux premières réalisations au début des années 1970, où les élites locales, notamment commerçantes, s’acculturent au terme d’un long processus à la piétonnisation. Le regard porte aussi sur les circulations mais sous un angle plus micro-historique liés aux configurations d’acteurs dans les « métropoles secondaires » étudiées. Militants d’associations de valorisation du patrimoine, représentants des commerçants et fonctionnaires des services de planification urbaine apparaissent ainsi comme les personnages discrets d’un processus où l’État aménageur n’est encore présent qu’en arrière-plan.

Après un passage par les organisations internationales qui apparaissent comme les premières chambres de conceptualisation de la piétonnisation, la troisième échelle y revient néanmoins, en positionnant l’action des services d’aménagement étatiques entre construction d’une catégorie d’action incertaine et usages politiques d’un idéal à l’heure du tournant environnemental des années 1970. Toujours centré sur les circulations, le regard insiste sur les relectures étatiques des réalisations municipales dans le cadre d’un agenda d’action publique bien dissocié. Ici, les services d’aménagement étatiques sont replacés dans un écosystème national où leurs discours ne dominent pas nécessairement. En France, l’expertise étatique apportée aux municipalités dans le cadre de la politique des « villes moyennes » est ainsi largement concurrencée par la promotion par les réseaux consulaires d’un « urbanisme commercial ». Selon Cédric Feriel, c’est sans doute davantage à celle-ci que l’on doit la piétonnisation marchande homogénéisée des centres-villes français. Par un retour de balancier, la dernière échelle revient aux avant-gardes, avec comme perspective la critique du moment piétonnier qui se développe progressivement au début des années 1980. En développant l’idée de « ville de la juste mesure », Cédric Feriel associe la piétonnisation à un moyen pour les élites urbaines des « métropoles ordinaires » de s’insérer dans la construction d’une modernité urbaine dont elles étaient auparavant exclues. Le processus apparaît dès lors limité dans l’espace, car exclu des métropoles majeures où les enjeux municipaux et nationaux se télescopent davantage, et dans le temps, car dépassé au milieu des années 1980 avec l’émergence de la notion d’« espace public ». Bien qu’il implique des allers-retours fréquents dans le temps et dans l’espace, ce plan à cheval entre périodes chronologiques et échelles d’action semble en définitive particulièrement adapté à la démarche de recherche.

En effet, la démarche de Cédric Feriel repose toujours, d’une échelle à l’autre, sur le suivi de trajectoires socio-professionnelles d’acteurs jugés importants dans la construction des solutions piétonnes. Le regard n’est jamais porté sur l’un d’entre eux pris isolément mais toujours sur les interactions par lesquelles leurs idées circulent puis s’ancrent dans l’urbain. Colin Buchanan, considéré par l’historiographie comme l’un des fondateurs de l’idée piétonnière, est ainsi étudié sous l’angle de ses inspirations, ses déplacements et ses apports, notamment à Norwich. Tout à la fois en position d’initié, inspiré par les débats qui s’y tiennent à la fin des années 1950, et d’initiateur, invité pour appuyer le projet lorsque sa concrétisation matérielle avance au début des années 1960, il est replacé dans un ensemble d’interactions complexe où la publication du rapport n’est qu’un évènement parmi d’autres. D’une manière générale, les discours des acteurs sont toujours saisis avec circonspection par Cédric Feriel qui cherche à y déceler des stratégies, voire, des éléments de mises en scène des hauts-fonctionnaires et des élus derrière les rubans d’inauguration. Bertrand Canu, présenté comme le concepteur de l’espace piétonnier rouennais, l’un des premiers en France, est ainsi replacé dans une temporalité longue et un ensemble d’acteurs où il a su se mettre en avant. Cette approche semble particulièrement riche pour étudier la production politique de l’urbain, surtout quand elle regroupe des acteurs aussi diffus que ceux à l’origine du processus de piétonnisation.

Assumée comme une histoire des élites urbaines, la démarche de Cédric Feriel est assez déconnectée de l’appropriation des dispositifs piétonniers par celles et ceux qui les utilisent au quotidien. Pourtant, cette appropriation est aussi constitutive de leur production, comme c’est esquissé par moments, notamment dans l’exemple viennois utilisé en couverture. Ici, une approche plus anthropo-historique, à partir de sources diversifiées au-delà de la littérature grise et de la presse écrite, pourrait être intéressante. C’est néanmoins une autre partie d’un objet construit grâce à cet ouvrage et à même de poursuivre l’interrogation de la « geste modernisatrice »3 au sein de l’histoire urbaine.

1 Annie Fourcaut, Loïc Vadelorge, « Où en est l’histoire urbaine du contemporain ? », Histoire urbaine, n°32, 2011, p.44

2 Cédric Feriel, La ville piétonne. Une autre histoire urbaine du XXème siècle ?, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022 p.257

3 Céline Pessis, Sezin Topcu, Christophe Bonneuil, Une autre histoire des « Trente Glorieuses », Paris, La Découverte, 2013, p.12


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cédric Feriel (2 juin 2023). Compte-rendu: Cédric Feriel, La ville piétonne. Une autre histoire urbaine du XXème siècle ? (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4yo


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search