compte-rendu: Julien Bachelier (dir.), Histoire de Fougères (2022)

Julien Bachelier (dir.), Histoire de Fougères, préface de Louis Feuvrier, Presses Universitaires de Rennes, 2022, 287 p.

Compte-rendu rédigé par Daniel Pichot

Les Presses Universitaires de Rennes nous proposent de découvrir une petite ville d’Ille-et-Vilaine, Fougères. Fidèle à l’esprit de la collection d’Histoire des Villes, le volume se présente comme un beau livre très illustré de 287 pages qui fait le point sur une histoire de mille ans. Un texte très riche, basé sur les travaux des auteurs mais aussi sur toute une littérature issue des maîtrises et masters offre une histoire très au fait de la recherche, tout en se maintenant à un niveau de vulgarisation ouvrant un accès à un large public. Les illustrations, judicieusement sélectionnées, embellissent le volume certes, mais renforcent le discours, voire l’enrichissent. Il faut souligner aussi la série de cartes qui permet de suivre le développement urbain au cours des siècles.

Surtout, l’ensemble du volume confié à un nombre limité d’auteurs acquiert une grande unité et, dès la préface du maire, Louis Feuvrier, puis l’introduction du maître d’œuvre, Julien Bachelier, un Fougerais, le fil du discours est précisé. Si les évènements majeurs sont bien mis en perspective et les caractères originaux soulignés – ville castrale du Moyen Âge, ville ouvrière capitale de la chaussure à partir du xixe siècle – Fougères est analysée tout au long de son histoire comme une « petite ville ». Délaissant les descriptions érudites, les auteurs se focalisent sur l’essentiel et se consacrent à la présentation des traits particuliers de ce type d’agglomération, soignant les analyses sociales et politiques et le jeu des institutions.

Tout part d’un château élevé au début du xie siècle par un proche du duc, dans un espace jusque-là vierge. Placé à la frontière de la Bretagne, il confine avec la Normandie et le Maine mais il ne s’agit en rien, comme le pensait Arthur de la Borderie, d’un élément d’un vaste plan de défense. Le châtelain se trouvera fréquemment en butte aux puissants seigneurs de Mayenne, mais devra surtout composer avec les ducs de Normandie dont il sera souvent le vassal, ce qui lui vaudra aussi la concession de fiefs. Une agglomération castrale se développe sous forme d’une série de bourgs selon l’usage dans l’Ouest mais qui ne sera vraiment considérée comme une ville qu’au xiiie siècle, quand les deux bourgs seigneuriaux seront clos d’une enceinte. La fin de la famille de Fougères tombée en quenouille entraîne le passage sous la tutelle de nouveaux seigneurs qui ne se désintéressent pas de leur possession mais y résident peu, ce qui ne va pas sans conséquences. La ville connaît une certaine prospérité et les bourgeois acquièrent une relative autonomie dont un beffroi est le signe. Ces progrès incontestables d’urbanisation s’accomplissent dans le contexte difficile de la fin du Moyen Âge.

L’étude de l’époque moderne, met en lumière une petite ville active pouvant atteindre, au xviie siècle, les 7 000 habitants, marquée par un fort taux de pauvreté mais aux artisans nombreux, tandis qu’une petite élite d’hommes de loi et de quelques familles nobles capte le pouvoir municipal depuis la fin du xviie siècle. Un très beau chapitre est consacré à la religion et à la culture au sens large fait revivre les liens sociaux et les tensions. Les deux paroisses de Saint-Sulpice et Saint-Léonard s’affrontent pour la prééminence, et c’est la seconde, située dans la haute ville, beaucoup plus riche, qui s’impose. L’histoire de la Révolution voit s’affronter deux historiographies anciennes, bleue et blanche, mais l’étude remet les choses en place en montrant une société divisée au milieu d’un pays qui est loin d’être uniformément blanc.

Après le milieu du xixe siècle, Fougères entame une phase nouvelle et dynamique. Les fabriques de chaussures se multiplient, 39 en 1911 mais de tailles très variées et, dès 1891, un habitant sur deux dépend de cette activité, faisant de la ville l’un des tout premiers centres français de cette industrie. Le système est cependant fragile, beaucoup d’entreprises demeurent modestes et l’ensemble ne cède pas place à un capitalisme moderne, une bonne part de la fabrication se faisant longtemps à domicile. Cette concentration ouvrière voit naître rapidement des syndicats très actifs et se développer des conflits sociaux culminant dans la longue grève de 1906-1907 qui dure plus de cent jours, avec un retentissement national.

La forte attraction de l’industrie provoque un accroissement de la population, qui dépasse les 20 000 habitants. Les ouvriers s’intègrent progressivement dans les institutions municipales, présidées par des notables républicains. Industrielle, certes, Fougères retrouve aussi son patrimoine grâce, en partie, à Victor Hugo, l’amant de Juliette Drouet, qui exalte le passé médiéval de Fougères, prélude à une vraie reconnaissance.

Un long chapitre est ensuite consacré à la religion et à la culture où s’affrontent blancs, bleus et rouges. La reconquête catholique s’affirme : missions, présence des congrégations dans les hôpitaux et l’enseignement sont classiques. Il faut intégrer aussi le rôle des abbés démocrates comme l’abbé Bridel influencé par la doctrine sociale de l’Église qui tourne son apostolat vers le monde ouvrier et favorise coopératives et syndicats. Les associations recoupent les divergences politiques et syndicales, ainsi le Drapeau, de patronage catholique, fait face à la Prolétarienne, émanation de la Bourse du travail ou à l’Avant-Garde laïque issue de la Ligue de l’enseignement.

Après la Première Guerre mondiale, la vie reprend sous la houlette d’un maire, patron de la chaussure, René Cordier, à la tête d’une fédération des droites, auquel succède une liste de gauche en 1929 qui se délite progressivement. La chaussure connaît un grave conflit qui aboutit à une très longue grève de 215 jours, de février 1932 à mai 1933 et il faudra faire intervenir le Président du Conseil. Puis vient la seconde guerre mondiale marquée par la Résistance fortement impulsée par le Parti communiste et les bombardements de 1944 qui font de nombreuses victimes et détruisent une partie de la ville.

L’après-guerre se révèle difficile, la reconstruction évolue lentement mais surtout la chaussure entre en crise et, progressivement, les usines ferment, provoquant chômage et difficultés sociales entraînant un déclin démographique. La municipalité longtemps aux mains de M. Cointat, leader du gaullisme et ministre, passe ensuite, suivant un mouvement fort en Bretagne, au Parti Socialiste. Après les années difficiles, d’actives politiques de reconversion ont pu juguler les difficultés et donner un nouvel élan économique à la ville.

Cette histoire de Fougères de grande qualité est la bienvenue. Si les Fougerais et les habitants de la région y prendront un grand intérêt, le livre dépasse largement cet horizon local, la qualité de la recherche, le recours aux orientations nouvelles de l’histoire des villes offrent un portrait plus qu’utile d’une petite ville, de ses structures et de son évolution.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 2 juin). compte-rendu: Julien Bachelier (dir.), Histoire de Fougères (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4yp

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search