Compte-rendu : E. Hamon, M. Béghin, R. Skupien (dir.), Formes de la maison. Entre Touraine et Flandre du M.-A. aux temps modernes (2020)

Étienne Hamon, Mathieu Béghin, Raphaële Skupien (dir.), Formes de la maison. Entre Touraine et Flandre, du Moyen Âge aux temps modernes, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2020, 285 p.

Compte-rendu rédigé par Anne Kucab

L’ouvrage dirigé par Étienne Hamon, Mathieu Béghin et Raphaële Skupien regroupe des contributions qui présentent la maison médiévale et moderne sous toutes ses formes. La publication de ce livre dans la collection « Histoire de l’Art » des Presses du Septentrion peut tromper le lecteur car les contributions couvrent tous les aspects de la question avec une réelle volonté de diversifier les approches ce dont témoigne la codirection assurée par des spécialistes en histoire, en histoire de l’art et en archéologie. Il s’agit des actes de deux journées d’étude qui se sont tenues à Amiens les 26 et 27 mai 2016. Comme rappelé dans l’avant-propos, l’objectif est d’opérer un changement d’échelle pour compléter les réflexions amorcées lors des précédentes journées d’étude consacrées à La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance et parues en 20151. Cet ouvrage vient utilement compléter les publications récentes consacrées aux maisons en pans de bois2 ou aux celliers3.

L’ouvrage se compose d’un avant-propos, d’une introduction dressant le bilan historiographique de la question par Pierre Garrigou Grandchamp, de 18 contributions et d’une partie conclusive présentant les perspectives à venir. L’introduction offre en outre une riche bibliographie incluant des parutions très récentes. Les exemples étudiés concernent la moitié septentrionale de la France selon la répartition suivante : plus d’un tiers des contributions (six) a pour objet les Hauts-de-France auxquels il faut ajouter l’étude de quatre cas franciliens, de deux exemples ligériens et de deux contributions portant sur la Bourgogne. La Normandie et l’Est de la France font chacun l’objet d’une étude. Deux réflexions portent sur des exemples littéraires.

Les différentes contributions amènent à proposer une première caractérisation de l’habitat. Elles sont le fait d’auteurs aux qualifications variées : chercheurs jeunes ou confirmés, historiens, archéologues, spécialistes de la littérature médiévale ou historiens de l’art. Cette pluridisciplinarité permet d’aborder les potentialités et les limites de différents types de sources, qu’elles soient narratives, normatives, iconographiques, archéologiques… Le livre se découpe en cinq parties qui abordent trois grandes thématiques.

Une première partie est consacrée au discours et aux représentations de la maison, c’est-à-dire selon la jolie formule employée, aux « maisons de papier ». Véronique Dominguez s’interroge sur la définition de la mansion présente dans le théâtre médiéval quand Justine Breton souligne le rôle narratif de la « maison » dans Le chevalier de la Charrette. Cette première partie insiste sur les représentations que l’on (se) fait de la maison médiévale. Raphaële Skupien, à travers l’étude de la représentation de la maison parisienne dans l’œuvre du Maître du Cardinal de Bourdon, souligne les apports de l’iconographie pour la compréhension de l’espace urbain lorsqu’elle est étudiée avec méthode. Hugo Massire questionne quant à lui la place de la maison médiévale en ville et dans l’imaginaire à travers l’exemple de la réfection du parvis de la cathédrale d’Amiens aux xixe et xxe siècles.

La deuxième thématique aborde le fait de construire une maison en ville (partie 2 : « Bâtir la maison en ville ») comme à la campagne (partie 3 : « Édifier la maison aux champs »). Il faut souligner l’intérêt de cette mise en regard de l’habitat rural et de l’habitat urbain puisqu’ils sont trop souvent traités séparément dans l’historiographie. Plusieurs aspects sont esquissés dans ces deux parties. Émeline Marot questionne les fonctions, notamment ostentatoires, des résidences privilégiées à travers la notion de « maison-tour » appliquée au territoire de Chateauneuf. Elle lie l’essor de ce type d’habitat à celui de la bourgeoisie. Cet exemple ligérien vient enrichir les études sur la question, essentiellement consacrées à l’espace méridional et en particulier à l’Italie. La contribution de Caroline Blondeau-Morizot prolonge sa thèse de doctorat en s’intéressant à la maison de la famille Barbe, célèbre dynastie de peintres verriers rouennais de la fin du Moyen Âge. Détaillant l’agencement de la maison entre espaces destinés au travail et ceux dédiés à l’habitat, elle souligne le rôle stratégique pour les artisans d’implanter leur maison à proximité des commanditaires comme ici à côté de la cathédrale et de son chapitre. Mathieu Béghin analyse grâce aux archives municipales et aux sources archéologiques la place de la maison dans l’espace public amiénois du bas Moyen Âge en questionnant notamment la mise en place d’un « urbanisme médiéval » qui prend en compte les problématiques liées à la gestion de l’eau, à la sécurité ou à la salubrité. Ces nouveaux impératifs ont en effet des incidences sur la forme des maisons (comme la mise en place de structures hydrauliques ou de latrines privées).

Deuxième pendant de ce diptyque, la maison rurale médiévale nous est restituée au travers de trois lectures archéologiques. Tristan Moriceau présente ainsi un hameau rural des xive et xve siècles situé derrière le cordon dunaire à Marck-en-Calaisis. Les fouilles archéologiques et les études complémentaires ont permis de comprendre l’organisation des espaces, de détailler leur mode de construction et leur fonctionnement notamment grâce à une réflexion sur la répartition spatiale des céramiques au sein d’une des maisons. Ce questionnement sur l’agencement des espaces et leur identification au sein des maisons rurales est poursuivi par Damien Censier avec l’exemple de Villers-au-Tertre dont les fouilles ont notamment permis de préciser la nature des pièces composant la maison. L’étude d’Ivan Lafarge interroge la permanence et les modifications de la structuration villageoise en Seine-Saint-Denis dans la deuxième moitié du Moyen Âge, en particulier avec l’exemple du Tremblay-en-France. Il souligne notamment les liens entre les formes des maison – « maisons blocs », maison rurale, « ferme villageoise » ou ferme à cour –, leur fonction et leurs matériaux, tout en rappelant leur rôle dans la constitution des morphologies villageoise. La mise en regard des maisons rurales et des maisons urbaines permet ainsi de souligner certaines caractéristiques fonctionnelles communes.

Le troisième thème développé par l’ouvrage a trait aux aspects structurels et fonctionnels à travers l’étude des choix de matériaux et de techniques (partie 4) et celle des transformations que subissent les habitats (partie 5). Trois contributions permettent de comparer la structure et l’importance des caves et des espaces voûtés des maisons pour des zones géographiques distinctes : Ivan Ferraresso et Nathalie Nicolas pour Metz, Olivier Deforge pour Provins et Caroline Merle, Maël Pacaud et Francesca Rapone pour Amiens. La question des couvrements en bois est notamment abordée et souligne l’importance de cette pratique. Les moyens de construction sont abordés avec deux exemples. Celui d’Orléans pour lequel Clément Alix et Julien Noblet s’interrogent sur l’usage de la pierre et de la brique dans l’habitat de la fin du Moyen Âge et les éventuels effets de mode et d’émulation au sein des classes aisées de la ville. Alain Salamagne pointe le rôle du charpentier dans les réédifications successives de la maison de la Vasne à Valenciennes au cours du xive siècle. Les maisons ne sont pas uniquement des murs mais aussi des lieux de vie comme le rappellent les trois dernières études qui montrent qu’elles connaissent des modifications et des évolutions en fonction des besoins. Victorien Leman montre ainsi que les ducs de Bourgogne n’ont cessé de moduler leurs résidences pour diverses raisons (augmenter les capacités d’accueil, faire face aux dangers). Toujours en Bourgogne mais à une échelle plus modeste, Antoine Lacaille étudie les modifications des maisons de Flavigny-sur-Ozerain qu’il s’agisse des changements d’ouvertures ou d’orientation de certaines parties de la maison, de divisions, de réfection, de rajout ou de réemplois. Analysant les changements sur un temps plus long, Nicolas Moucheront s’intéresse à l’évolution des maisons du pont Notre-Dame à Paris entre le xve et le xviiie siècle4. Perçues comme un lieu remarquable de la capitale dès le Moyen Âge, les maisons du pont ont toutefois connu des modifications structurelles au cours des siècles, notamment à cause de leur situation.

En conclusion, François Blary souligne l’apport des différentes contributions et l’intérêt des approches croisées. Il insiste sur l’intérêt de questionner la notion de « maison » au sens le plus large, rappelant que la France connaît un retard en termes d’étude du bâti par rapport à d’autres pays européens. Retard en partie rattrapé avec cet ouvrage très complet aux illustrations nombreuses, variées et en couleurs. Seul petit bémol, l’absence d’un lexique pour les non-spécialistes de l’architecture qui seront immanquablement amenés à utiliser ce livre qui s’avère être un bilan et un outil précieux offrant des exemples détaillés et utiles à la comparaison.

1. La forme de la ville : de l’Antiquité à la Renaissance, sous la direction de Stéphane Bourdin, Michel Paoli et Anne Reltgen-Tallon, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015

2. La construction en pan de bois au Moyen Âge et à la Renaissance, sous la direction de Clément Alix et Frédéric Épaud, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2013.

3. Caves et celliers : dans l’Europe médiévale et moderne, sous la direction de Clément Alix, Lucie Gaugain et Alain Salamagne, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019.

4 Il prolonge ainsi la contribution de Raphaële Skupien.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 2 juin). Compte-rendu : E. Hamon, M. Béghin, R. Skupien (dir.), Formes de la maison. Entre Touraine et Flandre du M.-A. aux temps modernes (2020). Histoire Urbaine. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4yq

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search