Compte-rendu: Savitri Jalais, Variations architecturales d’une rive sacrée. Les Ghat de Bénarès (2022)

Savitri Jalais, Variations architecturales d’une rive sacrée. Les Ghat de Bénarès, Genève, MétisPresses, vuesDensemble, 2022, 264 p.

Compte-rendu rédigé par Sylvain Schoonbaert

L’auteure est architecte, docteur de l’Université Paris-Est et maître de conférences dans le champ des théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse. Cette recherche d’histoire urbaine et architecturale s’inscrit dans la culture occidentale mais elle est aussi profondément indianiste et multiculturaliste, comme en témoignent les résultats de la remarquable enquête de terrain qui convie à une promenade architecturale, urbaine, géographique et, au bout du compte, culturelle, tout à fait exotique et délicieuse.

L’ouvrage s’organise en sept chapitres d’une vingtaine à une trentaine de pages chacun qui s’enchaînent logiquement d’une vision élargie à une analyse plus resserrée. Malgré quelques coquilles qui ont échappé aux nombreux relecteurs, chacun des chapitres est largement illustré de cartes, de dessins et de croquis d’une grande qualité, établis par l’auteure, ainsi que de nombreux documents d’archives, plans et gravures anciennes de la ville et de photographies contemporaines saisies sur le vif des pratiques et des usages aujourd’hui en vigueur. Ce minutieux travail d’observation et de relevés de terrain démontre à quel point le savoir architectural apporte une plus-value considérable à la recherche scientifique lorsqu’il s’ouvre aux disciplines de l’histoire, de l’archéologie, de la géographie physique et humaine. Le riche glossaire présenté en fin d’ouvrage est tout à fait bienvenu pour aider le lecteur à se plonger dans la culture indienne.

Le riche voyage dans l’espace, le temps et les mots de ce récit, interroge en premier lieu ces fameux ghat, qui signifient littéralement en sanskrit « rive, emmarchements d’une pièce d’eau » (p. 256), mais dont on comprend très vite grâce à l’introduction et aux trois premiers chapitres, qu’il s’agit aussi de véritables quais, de fronts bâtis, de digues, de parvis architecturaux et urbains monumentaux ou pas, d’accès sacrés ou pas de la ville vers le fleuve voire inversement… En somme, des dispositifs d’aménagement urbain qui abondent la richesse polysémique de ce mot.

Le premier chapitre s’ouvre « À la frontière d’un territoire sacré ». Le développement unilatéral de Bénarès sur la rive gauche d’un méandre du Gange n’est pas le fruit du hasard : c’est d’abord le génie du lieu qui y est célébré comme l’un des plus auspicieux au long du fleuve. Le deuxième chapitre « composer avec un site » montre comment un rapport immédiat s’établit entre le dispositif du ghat et son milieu. Le système hydrologique et hydraulique urbain est particulièrement bien décrit. Les dispositions naturelles du site concourent à une harmonie et une symbiose remarquables dans le ruissèlement de l’eau entre la ville et le fleuve. Mais cette eau sacrée peut aussi être dévastatrice, ce qui nécessite des techniques de construction adaptées, qu’aborde le troisième chapitre « Un rôle protecteur ». Les techniques et les matériaux utilisés évoluent constamment et même : « les structures construites aujourd’hui en béton répondent toujours aux anciens usages et rituels puisque ce n’est pas leur aspect qui rend le lieu sacré » (p. 99). La typologie des ghat est envisagée dans le quatrième chapitre intitulé « Variations autour du thème de la marche » car c’est bien cette pratique, la marche à pied, et ce dispositif architectural, l’emmarchement, qui conditionnent les multiples mises en scène opérées devant la berge qui présente elle-même des configurations variées : entrées latérales, face au fleuve ou par une ruelle. Le pèlerin, jeune ou vieux, valide ou mourant, mais aussi l’éléphant, le bovin, sont ainsi appelés à communier avec les eaux sacrées à travers des paliers, des places, des plateformes fragiles ou solides, des terrasses accolées aux berges ou des bassins qui sont autant de niches, de galeries, de petits temples, de palais… qui s’adaptent au relief et à la configuration particulière de chaque lieu. Aucune uniformisation architecturale ici. « Cinq ghat » analysés au cinquième chapitre permettent de voir comment le paysage naturel est constamment réinterprété dans le temps par une architecture adaptée. Considérés comme des « faits urbains », dans l’esprit d’Aldo Rossi, on arrive là, et dans les pages qui suivent, aux limites de l’exercice typo-morphologique. Au sixième chapitre intitulé « Relier la ville au fleuve », le ghat « pénètre dans la ville » et il « affleure le tissu urbain », parfois par des accès privés.

Mais il faut attendre le septième et dernier chapitre « D’un ghat à l’autre », pour apprendre qu’aujourd’hui la berge ouest du Gange est composée à Bénarès d’une centaine de ghat tandis qu’il en existait seulement 29 à la fin du xviiie siècle, nombre qui aurait doublé cinquante ans plus tard (p. 194). Certains ont disparu, d’autres se sont dédoublés. S’ouvrent alors deux intéressants chantiers qui auraient sans doute chacun mérité un chapitre entier et plusieurs développements.

  • Le premier concerne l’analyse de la représentation du front fluvial à travers l’étude de quatre splendides panoramas minutieusement reproduits dans un cahier aux pages sur fond vieux-rose, deux de la fin du xviiie siècle et deux du début et du milieu du xixe siècle. La description de ces sources iconographiques laisse le lecteur sceptique sur les origines de leur commande sociale et politique. L’analyse graphique et littéraire qui en est faite n’est pas assez développée. Les choix de sémiologie graphique adoptés pour étudier chacun des quatre documents dans les frises qui leur sont superposées ne sont pas explicités, c’est d’autant plus gênant qu’ils ne sont pas uniformes et isotropes. Ces quatre documents couvrent en effet un espace géographique identique mais ils ne sont pas représentés à la même échelle et selon la même focale, la même distance d’observation depuis la rive. Cela conduit parfois l’auteure à les reproduire presqu’à l’identique (le panorama 2, avec sa toponymie), ou, au contraire, à les styliser en plans, surfaces et lignes inégales, comme, par exemple, les incises du relief ou la végétation, toujours présents, mais inégales dans leur retranscription. La simplification du quatrième panorama fait l’objet d’une mise en valeur certainement justifiée des emmarchements et de la ligne de ciel de la ville mais là encore, la présence des fanions, de l’activité humaine et de la batellerie n’est pas développée, ni dans l’analyse graphique, ni dans l’étude textuelle réduite à deux pages qui ne disent que des généralités ou des répétitions.

  • Le second concerne l’analyse des chemins de pèlerinage au long du fleuve, réduite à huit pages. Avec l’arrivée massive de pèlerins et de touristes, les ghat se sont multipliés jusqu’à former un parcours marqué de seuils et de circumambulations. L’image idéale d’un cercle parfait n’est pas représentée dans le circuit de Panchakroshi, le plus populaire. Le lecteur peine à comprendre les magnifiques mais complexes images des figures 7 et 8 de ce chapitre, faute d’explications suffisantes. On comprend cependant que ces chemins de pèlerinage existaient bien avant que l’aménagement en dur des berges ne les consolident. Les projets d’aménagement urbain contemporains ne répondent finalement pas aux attentes et aux besoins des riverains. Néanmoins, face à l’augmentation rapide de la population et des visiteurs, permise par les moyens de locomotion, et face à l’urgence de protéger le front bâti de l’érosion, ces projets ne nuisent pas à la fonction rituelle des ghat.

La question patrimoniale, vraisemblablement centrale dans cet ouvrage, n’apparaît vraiment et tardivement que dans sa brève conclusion ainsi que sa postface. Elle affleure néanmoins auparavant, par exemple p. 145-150, où il est question de la transformation en hôtels d’un palais et de résidences privées. On y apprend que de 2001 à 2005, le dossier de candidature de la ville sur la Liste du patrimoine mondial achoppa en raison de la transformation de ces demeures en hôtels de tourisme et de l’absence totale d’une politique de préservation du patrimoine matériel digne de ce nom. Mais, à la fin, il apparaît que les formes immatérielles des ghat comptent davantage que leurs ajustements matériels dès lors qu’ils sont constamment reconstruits. L’image de Bénarès s’est donc construite et perpétuée autour de ses ghat. La destruction des ghat à l’ère du tourisme de masse (p. 241), avec l’exemple emblématique de la démolition de près de 800 maisons historiques du Manikarnika ghat, laisse justement l’auteure perplexe face à « une intervention très forte sur le tissu urbain et sur le paysage patrimonial de la ville [qui] abolit son caractère historique et transforme la nature multiculturelle de la ville. » (p. 242).



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 2 juin). Compte-rendu: Savitri Jalais, Variations architecturales d’une rive sacrée. Les Ghat de Bénarès (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4yr

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search