Fabienne Chevallier, Le Paris moderne. Histoire des politiques d’hygiène (1855-1898),Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 412 p. (François Loyer)

Fabienne Chevallier, Le Paris moderne. Histoire des politiques d’hygiène (1855-1898), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 412 p. (François Loyer)

 

Après une longue période de rejet, la fascination qu’exerce de nos jours l’aventure de la « Transformation de Paris” par le Baron Haussmann a produit plusieurs publications de référence – depuis la réédition critique de ses Mémoires par Françoise Choay, il y a tout juste dix ans, jusqu’aux monographies plutôt conflictuelles que lui consacraient simultanément Michel Carmona, Nicolas Chaudun ou Georges Valance1. La personnalité politique du préfet de Paris est à ce point encombrante, en effet, qu’on parvient difficilement à s’extraire de son propre discours – pas toujours marqué du sceau de la sincérité. Aussi, dans la ligne des travaux de David Van Zanten, s’est-on d’abord intéressé à ses prédécesseurs comme à leur vision de la ville moderne (Karen Bowie (sous la direction de), La modernité avant Haussmann. Formes de l’espace urbain à Paris, 1801-1853. Paris, Éditions Recherches, 2001) pour relativiser l’apport du système haussmannien dans l’histoire urbaine de la capitale. Plus rares, en revanche, sont les études portant sur les débuts de la Troisième République, durant lesquels s’est prolongée et amplifiée l’action entreprise sous le Second Empire.

Fabienne Chevallier a le mérite de s’y être attelée, en proposant une lecture globale des transformations urbaines couvrant les deux périodes – depuis la nomination d’Haussmann jusqu’à l’extrême fin du siècle. Deux grands emprunts marquent les limites du cadre chronologique retenu. Comme le rappelle Guy Cogeval dans une brillante préface qui pourrait servir d’introduction, l’emprunt de 1855 allait lancer les grands travaux de Paris dans toute leur ampleur. Après plus d’une décennie de tâtonnements sur les méthodes à employer, ainsi que sur l’échelle des transformations à apporter pour donner à la ville les moyens de correspondre à son statut de grande capitale internationale, le nouveau pouvoir définissait les grands axes de sa politique – politique qu’il allait mener sans discontinuer pendant plus de quinze ans (et que, aussitôt après sa chute, la IIIe République reprendrait immédiatement à son compte). Le second emprunt, que l’ouvrage oublie de mentionner, est celui qu’autorise la loi du 30 mars 1898 pour l’établissement d’un chemin de fer métropolitain dans Paris. Etant parvenue à dominer les questions d’hygiène, qui l’avaient préoccupée depuis plus d’un siècle, la Ville s’attaque à un nouveau chantier dans la longue durée : celui des transports collectifs. En choisissant cette césure entre le second XIXe siècle et le XXe siècle, Fabienne Chevallier s’évite d’avoir à considérer d’autres problématiques que les siennes et un autre contexte chronologique que celui de la mutation urbaine voulue par Napoléon III. Cela ne l’empêche pas de préparer maintenant un deuxième ouvrage consacré à la première moitié du XIXe siècle (La naissance du Paris moderne. L’essor des politiques d’hygiène (1788-1855), à paraître aux Presses universitaires de Rennes en 2011).

Car elle s’intéresse prioritairement à l’hygiène. Après les travaux sur la forme urbaine et architecturale du Paris haussmannien, puis ceux portant sur le rôle des grands corps techniques (Antoine Picon, Le Paris des Polytechniciens, et Jean-François Belhoste, Le Paris des Centraliens, Paris, DAAVP, 1994 et 2004), une nouvelle préoccupation est apparue – illustrée par les publications de Sabine Barles (La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain, XVIIIe-XIXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 1999) et André Guillerme (Dangereux, insalubres et incommodes : paysages industriels en banlieue parisienne XIXe- XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2004). L’auteur fait de la question de l’hygiène une approche moins architecturale ou sociale qu’administrative. C’est à travers la riche moisson des rapports publiés par le Conseil municipal et la Préfecture de Paris que s’établit sa problématique, examinant tour à tour les différents domaines d’intervention des services.

Le plan est énoncé dès l’introduction : « l’ouvrage s’ouvre par une discussion, présentée dans le premier chapitre, sur le rôle de l’hygiène dans les transformations de Paris pendant le Second Empire. (…) Les quatre chapitres qui suivent, consacrés à des études de cas, s’intéressent à des dossiers d’hygiène relevant d’un vaste champ social (…) : l’hygiène hospitalière, le logement insalubre, l’habitat à bon marché, l’éducation et l’hygiène de masse. (…) Le chapitre six décrit la formidable transformation du système des eaux et égouts qui aboutit (…) à placer Paris dans une position de modèle en Europe, après avoir longtemps envié Londres. Le chapitre sept qui clôt cet ouvrage révèle la puissance et le caractère encyclopédique des savoirs et des théories sur l’hygiène et la ville à l’époque dans le cadre parisien » (p. 45-46).

L’auteur, on l’aura compris, ne se situe pas dans les perspectives d’une histoire de l’architecture qui passerait pas la seule étude des formes construites – habitations et monuments tout autant que vides urbains. C’est l’ensemble des savoirs médicaux sur les problèmes d’hygiène qu’elle s’efforce de convoquer : il s’agit d’éclairer d’un jour nouveau la réflexion sur la manière dont a été conduite la spectaculaire transformation du cadre architectural et urbain de Paris sous le Second Empire et les débuts de la IIIe République.

L’intérêt de sa recherche est d’explorer les mémoires et les déclarations des médecins pour les confronter aux positions qui sont celles des politiques, mais aussi des ingénieurs ou des architectes. Certains passages sont particulièrement éclairants sur l’état des connaissances dans les milieux scientifiques du XIXe siècle, comme le débat sur l’alimentation en eau de rivière ou en eau de source qui a traversé tout le Second Empire ou bien la question de la reconstruction de l’Hôtel-Dieu dans l’île de la Cité – entraînant avec elle des discussions sur le type même de l’hôpital moderne. Non moins intéressantes sont les hésitations sur le principe de l’épandage des eaux d’égout – préoccupations dont l’actualité est frappante, tant elles se rapprochent des interrogations actuelles sur l’écologie urbaine.

L’ouvrage analyse tour à tour des domaines de recherche qui ont été déjà largement explorés, mais c’est pour y apporter des réflexions nouvelles sur cette thématique de l’hygiène qui n’avait qu’assez secondairement intéressé jusqu’ici – en dehors du domaine spécifique de l’architecture hospitalière ou scolaire. Partout proclamé dans les écrits de l’époque, l’intérêt à la question de l’hygiène demandait à être rétabli dans l’analyse des transformations urbaines de l’avant-dernier siècle. C’est maintenant chose faite.

1 Voir Florence Bourillon, « Des relectures d’Haussmann », Histoire Urbaine, n° 5, juin 2002, p. 189-199.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.