Michel Reddé, Laurent Dubois, Dominique Briquel, Henri Lavagne et François Queyrel (sous la direction de), La naissance de la ville dans l’Antiquité, Paris, De Boccard (De l’archéologie à l’histoire), 2003, 298 p. (Jean-Pierre Guilhembet)

Michel Reddé, Laurent Dubois, Dominique Briquel, Henri Lavagne et François Queyrel (sous la direction de), La naissance de la ville dans l’Antiquité, Paris, De Boccard (De l’archéologie à l’histoire), 2003, 298 p. (Jean-Pierre Guilhembet)

L’ouvrage, qui regroupe 22 conférences de la IVe section de l’É.P.H.É., traite d’une problématique abordée aussi par plusieurs colloques récents1. Son titre est légèrement trompeur : il ne s’agit pas de la seule Antiquité « classique » ou « gréco-romaine », puisque le monde celtique y est intégré, mais ni l’émergence et l’essor des villes au Proche-Orient, ni le développement urbain des espaces phénico-puniques (effleurés dans l’avant-propos et en Libye) ne sont abordés. Les communications sont regroupées efficacement – sauf peut-être pour la première – en trois sections, précédées chacune d’une introduction spécifique, mais malencontreusement invisibles dans le sommaire. Celles-ci sont consacrées respectivement à l’émergence de la cité (la représentation de Troie dans l’Iliade, la fondation de Rome), à la naissance du phénomène urbain dans le monde grec (Argos, Marion, Naucratis ; le passage des habitats mycéniens à la cité-État, la Sicile du Ve s. a. C., la Macédoine, l’Orient hellénistique, la Libye antique) et au passage de la ville indigène à la ville romaine (Titelberg ; Gross-Gerau et Nida ; Virunum l’ancienne sur le site du Magdalensberg ; Besançon ; Langres ; la péninsule Ibérique ; la Gaule intérieure ; les provinces danubiennes).

Selon la formule consacrée, il n’est pas possible d’entrer ici dans le détail de chacun des textes, dont il faut d’emblée souligner l’extrême variété, qui, en soi, fait l’intérêt de l’ouvrage, puis la diversité des approches. Chacun des auteurs a manifestement été laissé très libre de développer le point de vue de son choix : analyse monographique de site quasi exclusivement fondée sur l’archéologie, qui se taille la part belle, au plus près de la morphogenèse, ou développement plus comparatiste, ouvert à une histoire urbaine plus large, à l’échelle régionale ou « nationale ». Si l’illustration est globalement remarquable, par sa richesse et sa qualité, la formalisation des dossiers est plus inégale, plus ou moins aboutie sur le plan historique.

Le souci de mettre l’accent sur les nuances locales et les facteurs idiosyncrasiques est dominant, mais on repère vite quelques interrogations qui dépassent l’étude de cas, au-delà de la plus basique, surtout pour les agglomérations protohistoriques (p. 156) : à partir de quand peut-on parler de ville, de ville « proprement dite » ? Certaines sont classiques, mais d’autres prennent un relief particulier à partir du ou des dossiers examinés.

La définition de la ville par opposition à celle de cité (polis, civitas), qui prédomine dans les textes antiques, est ainsi un thème aussi récurrent qu’attendu. Pour Argos par exemple, synécisme et développement urbanistique sont en décalage d’au moins deux siècles (p. 59). Les points de repère classiques – la trilogie sanctuaires, agora, enceinte – ne peuvent rendre compte de processus très divers, au sein même du monde grec. La composante urbanistique n’est pas à négliger, comme le montre l’exemple chypriote de Marion, avec des prémices de plan régulier à la charnière des VIIe et VIe s. (p. 99) ; la révélation, en quelques décennies, des réalités à la fois urbaines et civiques de la Macédoine d’époque classique vient compléter la réflexion. L’étude de l’urbanisation des provinces danubiennes s’appuie, elle, sur une définition politique et juridique de la ville qui restreint la panoplie du phénomène urbain à « ce qu’on entend au sens large par civitas » (p. 285). Quelques mises au point, à la fois salutaires et éclairantes, rappellent le décalage bien connu entre usages lexicaux du corpus césarien (castellum, praesidium, urbs) et vocabulaire archéologique usuel (Kastellvici, oppidum ; p. 155 et 195). La notion même de fondation demande à être réinterrogée dans toute sa complexité (p. 149) car l’Orient hellénistique révèle bien des surprises en matière de présumées « créations urbaines » (p. 151) et le double plaidoyer en faveur de la prudence et de l’archéologie (discipline arrimée à la géographie et à ses évolutions récentes) est tout à fait justifié.

Est tout aussi centrale la question des relations entre genèse du phénomène urbain et hellénisme (avec une analyse remarquable de la situation de Naucratis), hellénisation ou romanisation, « vocable facile et passe-partout » (p. 155)2. Une bonne partie des contributions met l’accent sur la nécessaire remise en cause des idées reçues et des schémas hérités, tant sur l’urbanisation comme outil d’hellénisation à l’époque hellénistique (p. 152-153) que sur le rôle réel de l’intervention romaine (le transfert du centre politique et religieux des Trévires résulte-t-il d’une mesure dictée par Rome ou d’une initiative de l’aristocratie locale ? p. 269).

Il s’agit alors de discuter le dosage entre dynamiques internes (sans négliger la dimension économique, p. 178-180 ou p. 207) et impulsions exogènes (action des tyrans, immigration d’Italiens, installation de mercenaires gaulois…) et la notion de rupture entre « ville indigène » et « ville romaine » (à partir du couple Bibracte / Autun, ou de sites où la continuité d’occupation semble l’emporter, sans exclure des mutations profondes du tissu urbain, à Langres ou Besançon).

Deux remarques pour finir. Le paradigme romain hante, pour ainsi dire, le livre, mais sans être vraiment traité : arboré sur la couverture, il n’apparaît plus ensuite, sous la plume d’Andrea Carandini, que sous la forme d’une défense de sa relecture des débuts de Rome, sans que les termes du débat soient entièrement présentés (sauf aux p. 10-12, à partir d’une analyse des Lupercales)3. L’argumentation déployée par l’archéologue italien paraît recevable, plus sans doute que son essai de restitution de la Rome « romuléenne ».

La 4e de couverture annonce honnêtement que l’ouvrage propose « non des réponses générales et théoriques mais des études de cas divers ». Il est souligné, au fil de l’ouvrage, qu’« il n’y a pas un moule unique d’urbanisation » (p. 47), que le développement urbain est « un phénomène particulièrement complexe » (p. 88), qu’il faut se garder de toute dichotomie simpliste ou de l’esprit de système (p. 151) et que l’apport de l’archéologie vient brouiller les idéaux-types (p. 7-8). On regrettera d’autant plus que, pour dissiper ces illusions ou ces dangers, ne soient pas proposées, au-delà des présentations substantielles des trois sections, des pistes pour une synthèse théorisée4, ou au minimum – et plus dans l’esprit de l’ouvrage – une esquisse de typologie, ouverture vers une réflexion comparatiste à partir des dossiers rassemblés, toujours intéressants.

 1 Sandrine Agusta-Boularot et Xavier Lafon (sous la direction de), Des Ibères aux Vénètes, Rome, EFR, 2004 ; Robin Osborne et Barry Cunliffe ed., Mediterranean Urbanization 800-600 BC, Oxford, OUP, 2005 ; cf. le dossier « Fondations et refondations urbaines dans l’Antiquité », dans HU, 13, 2005.

2 Voir les discussions de la notion dans les dossiers des AHSS, n° 2, 2004 et des MEFRA, n° 118, 1, 2006.

3 Il s’agit en fait de la traduction de « variations » publiées dans Roma. Romolo, Remo e la fondazione della città, Roma, Electa, 2000, qui discutent d’une part le compte rendu donné par Emilio Gabba dans Athenaeum, 87, 1999, p. 324 sq. de l’ouvrage majeur de l’auteur La nascita di Roma. Dèi, Lari, eroi e uomini all’alba di una civiltà, Torino, Einaudi, 1997, et, d’autre part, le livre de Timothy Peter Wiseman, Remus. A Roman Myth, Cambridge, CUP, 1995.

4 Seules les p. 285-288 esquissent une tentative de comparatisme et de modélisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.