Silvia Bullo et Francesca Ghedini (a cura di), Amplissimae atque ornatissimae domus (Aug., civ., II, 20, 26). L’edilizia residenziale nelle città della Tunisia romana 1. Saggi, 2. Schede, 2 vol., Roma, Quasar (Antenor, Quaderni, 2.1 et 2.2), 2003, 387 et 396 p., et Paolo Bonini, La casa nella Grecia romana. Forme e funzioni dello spazio privato fra I e VI secolo, Roma, Quasar (Antenor, Quaderni 6), 2006, 665 p. (Jean-Pierre Guilhembet)

Silvia Bullo et Francesca Ghedini (a cura di), Amplissimae atque ornatissimae domus  (Aug., civ., II, 20, 26). L’edilizia residenziale nelle città della Tunisia romana 1. Saggi, 2. Schede, 2 vol., Roma, Quasar (Antenor, Quaderni, 2.1 et 2.2), 2003, 387 et 396 p., et Paolo Bonini, La casa nella Grecia romana. Forme e funzioni dello spazio privato fra I e VI secolo, Roma, Quasar (Antenor, Quaderni 6), 2006, 665 p. (Jean-Pierre Guilhembet)

 En matière d’architecture domestique urbaine du monde romain, il n’est pas abusif de parler désormais d’une « école de Padoue », puisque viennent de se succéder, en peu de temps, deux publications considérables, l’une issue d’une grande enquête collective, l’autre d’une thèse de doctorat – donc d’une ambition plus réduite. La première traite de la Tunisie (136 maisons, pour l’essentiel postérieures au début du IIe s. de notre ère, dont environ 70 exploitables dans l’élaboration d’une typologie)1, la seconde de la Grèce d’époque impériale2, essentiellement continentale (corpus de 276 demeures, 162 des Ier-IIIe s., 114 de l’Antiquité tardive). Le premier point fort de ces deux gros ouvrages est évidemment constitué par les bases de données (uniquement sous format papier, ce que l’on pourra regretter, et sans index) qui en forment le soubassement. Les fiches descriptives consacrées à chaque maison, classées par site (chacune des 19 localités africaines faisant en outre l’objet d’une brève contextualisation qui fait défaut aux 59 sites helléniques, pour lesquels il n’est pas toujours fourni un plan d’ensemble), tirent le meilleur parti de données relevant souvent de phases différentes de la recherche archéologique, et donc de niveaux qualitatifs très disparates – ce qui exige un important travail analytique et critique avant de pouvoir les intégrer à un corpus à peu près homogène. Les fiches, mais surtout les essais de synthèse3 ou les chapitres thématiques, nécessairement inégaux dans leur intérêt et dans la part de nouveauté qu’ils livrent au lecteur, mettent en exergue toute une batterie d’indicateurs morphologiques et affinent de multiples paramètres, plus ou moins classiques : le mode d’articulation avec l’espace de la rue, la typologie complète des pièces et espaces domestiques (couverts ou découverts, de réception ou d’habitation, cultuels et utilitaires, au rez-de-chaussée, en étage ou en sous-sol), les parcours internes, les techniques de construction, les revêtements de sol ou pariétaux…

Plusieurs thématiques sont privilégiées, tout spécialement trois, qui méritent pleinement de l’être. En premier lieu, « la maison dans la ville » ou « la maison et la ville » traduit le souci d’insérer les bâtiments domestiques dans leur contexte urbain : leur rôle dans la composition du paysage urbain, leur relation avec l’espace public sous l’angle juridique, leur position dans la ville, mais aussi leur taille par rapport aux principaux édifices publics connus, l’approvisionnement hydraulique… Ensuite la présence, la gestion et le rôle de l’eau suscitent des études substantielles, non seulement à travers une typologie des bassins, fontaines, puits et citernes, mais aussi et surtout à propos des thermes domestiques (peut-être pas toujours d’usage strictement privé ?) et des fonctions ornementales de l’eau : les uns et les autres paraissent d’incontestables éléments de standing (on a même retrouvé des bassins sans alimentation hydraulique !). Enfin l’attention scrupuleuse portée aux circuits intérieurs, aux cheminements plus ou moins obligés, mais aussi aux barrières, filtres, seuils internes, sas, itinéraires secondaires ou de contournement mis en place au sein de la domus, grâce à l’architecture et/ou à divers types de décors et de mobiliers, permet de repérer les différents secteurs du territoire domestique, ainsi que leurs fonctionnements respectifs et corrélatifs. La mise en évidence des appartements autonomes, avec ou sans accès indépendant, pour l’hospitalité ou pour la location, est particulièrement intéressante.

Chacun, en fonction de ses propres centres d’intérêt, pourra toujours déplorer telle ou telle lacune ou faiblesse, par exemple sur les nouveaux textes, lettres ou sermons, d’Augustin, qui ne semblent pas avoir été dépouillés et exploités (alors que l’auteur fournit le titre de l’ouvrage !), sur les usages de l’écriture dans l’espace domestique (l’épigraphie n’est pas assez mise à contribution), sur les débats autour de l’identification de certains bâtiments comme locaux d’associations (et non comme résidences) ou sur la question de la « ségrégation résidentielle », trop rapidement traitée.

La lecture conjointe de ces deux livres sur une architecture domestique ubiquiste, qui se déploie à l’échelle de l’empire romain et de ses élites sociales, incite évidemment à débusquer les choix sélectifs opérés dans l’une ou l’autre des zones étudiées, dont on peut soupçonner qu’ils sont orientés par des traditions locales – ce qui ne signifie nullement, notamment en pays grec, immobilisme pluriséculaire. Ainsi, dans le monde hellénique, l’entrée ne semble pas constituer un signe clé et elle demeure fort peu monumentalisée ; l’adoption du jardin reste marginale ; les maisons axiales sont rares et le désir de visibilité, de transparence même, si important durant certaines phases de l’architecture italique, ne paraît jamais prédominer. La comparaison des demeures de Tunisie et des Balkans permet de réfléchir en profondeur aux notions d’atrium et de péristyle, qu’il n’est pas possible de développer ici. On observe aussi que, pour ceux qui sont certainement les notables de leur cité, la proximité de l’agora revêt dans la définition du statut de la domus un rôle encore moindre que celle du forum ou des édifices de spectacle des cités africaines. Au fil des pages, on finit par se demander si le découpage provincial a vraiment un sens (surtout si la Proconsulaire, pour des raisons qui ne tiennent qu’à la situation présente du Maghreb, se trouve réduite à la Tunisie) et jusqu’à quel point on doit amalgamer plusieurs provinces, dans les Balkans en l’occurrence. Même s’il ne saurait s’agir de types régionaux à proprement parler, ne peut-on plutôt espérer voir se dessiner d’autres sous-ensembles, plus pertinents et opératoires, dans la mesure où l’on dispose de corpus assez précis et significatifs ? C’est ce que l’on semble repérer – pour s’en tenir au seul paramètre de la disposition interne des espaces – lorsqu’on cartographie les domus à plan centré sur une cour, apparemment plus nombreuses en Zeugitane qu’en Byzacène, constat qui exige ensuite son explication par des facteurs géographiques, sociologiques ou chronologiques. Par l’ampleur de la documentation qui y est rassemblée, condensée et normalisée, comme par le répertoire d’enquêtes à approfondir qu’ils proposent, ces volumes doivent prendre place dans toute bibliothèque de recherche sur la ville antique (et pas seulement pour leurs précieuses bibliographies, quasi exhaustives). Il ne s’agit certes pas de considérer que cette démarche, que l’on pourrait volontiers qualifier de positiviste, et la multiplication, en mosaïque, de tels inventaires systématiques constituent la seule voie d’accès à l’objet historique « maison urbaine des élites de l’Empire romain ». Mais il convient de souligner qu’avec des mises en série et des synthèses de cette envergure, efficaces instruments de comparaison, on sort définitivement, malgré l’état actuel de la documentation, des sempiternels exempla archéologiques, des anthologies récurrentes ou des échantillons subjectifs qui, bien souvent, nourrissent l’essentiel de la bibliographie.

1 Voir Pierre Gros, « L’habitat des classes dirigeantes dans la Tunisie antique (à propos d’un ouvrage récent) », CRAI, 2006, n° 1, p. 535-552.

2 Sur laquelle il faudra aussi se reporter à la thèse d’Hélène Wurmser, Étude d’archéologie domestique : la maison en Grèce à l’époque impériale, Université Paris IV – Sorbonne, novembre 2008.

3 Auxquels ajouter Francesca Ghedini, « Edilizia privata in Proconsolare : ‘indicatori di status’ », dans Xavier Lafon et Gilles Sauron (sous la direction de), Théorie et pratique de l’architecture romaine. Études offertes à Pierre Gros, Aix-en-Provence, PUP, 2005, p. 203-211.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.