Compte-rendu: Claire Dolan, Histoires de capitouls. « Gens de peu de naissance » et promotion sociale à Toulouse (xviie-xviiie siècles), 2023

Claire Dolan, Histoires de capitouls. « Gens de peu de naissance » et promotion sociale à Toulouse (xviie-xviiisiècles), Toulouse, Presses universitaires du midi, coll. Tempus, 2023, 432 p.

Compte-rendu rédigé par Nicolas Lyon-Caen

Le livre de Claire Dolan pose une question rarement abordée de front par les historiens modernistes. Pourquoi devient-on dirigeant municipal sous l’Ancien Régime et quels effets l’exercice de cette charge produit-il sur les parcours des individus et de leurs familles ? Une bonne partie de l’historiographie tend en effet à considérer comme évidente la promotion sociale qui résulterait du lien à un pouvoir municipal par nature désirable. C. Dolan s’attaque au problème à partir d’un corpus de capitouls procureurs au parlement de Toulouse, un univers qu’elle a patiemment exploré dans deux précédents ouvrages parus en 2013 (Délibérer à Toulouse au xviiisiècle. Les procureurs au parlement et Les procureurs du midi). Elle consacre cette fois son attention à la période 1630-1730, marquée par des changements conséquents dans la pratique du pouvoir et l’équilibre des forces sur la scène politique de la capitale du Haut-Languedoc qui voit se confronter la monarchie, l’intendance, la municipalité, l’évêché, le parlement et les états provinciaux. Dans ce cadre, la municipalité, une institution vénérable et volontiers portée à hypertrophier son ancienneté, subit un déclin discret mais net face au parlement et à l’intendance. Ses membres, au nombre de huit et théoriquement égaux entre eux, sont renouvelés chaque année par un processus électoral complexe qui puise dans différents groupes professionnels (avocats, marchands, juristes de toutes sortes). En sortant de charge, tous bénéficient d’une noblesse personnelle et transmissible à leur descendance.

Le livre constitue avant tout un impressionnant exercice de méthode, construit à partir de monographies familiales très denses, reconstituées par la collecte de multiples actes notariés et la résolution de fréquents cas d’incertitudes identitaires. En définitive, il reste cependant difficile de jauger la motivation des procureurs à devenir capitouls, ou leur engagement individuel au service du bien commun quand une élection renvoie avant tout à la force d’un lien de patronage exercé par les puissances instituées qui placent leurs protégés : les conseillers ou présidents du parlement, l’archevêque et des ecclésiastiques, le gouverneur, l’intendant et son subdélégué ou les familles aristocratiques. De sorte que le cœur de la réflexion se joue plutôt sur les critères permettant de mesurer ce que fait le capitoulat aux individus. C. Dolan examine pour cela la manière de dire et de faire les positions sociales avant et après le capitoulat, tout en évitant de naturaliser les classifications historiennes, explorant les usages du titre d’ancien capitoul, sa valeur dans d’autres cercles institutionnels (la communauté professionnelle par exemple), sa capacité à engendrer d’autres capitouls parmi alliés et descendants ; elle s’intéresse aussi aux temporalités possibles de la mémoire de la charge (détention de portraits de fonction par exemple).

De ces indices parfois fort ténus, il ressort un déclin sensible de l’appétence et des effets du capitoulat entre les xviie et xviiie siècles. Une des explications, spécifique aux procureurs, pourrait résider dans un changement institutionnel a priori mineur. Traditionnellement, le procureur capitoul était chargé de suivre au parlement les affaires juridiques de la ville ; après 1688, cette tâche est confiée à un procureur extérieur à la municipalité. Si le volume d’affaires à traiter ne semble pas gigantesque, la charge fournissait l’occasion de tisser ou de renforcer des réseaux de relations, possiblement jusqu’aux états provinciaux. Mais pour le reste, la réponse à la question initiale est, même nuancée, plutôt négative. Globalement, le capitoulat n’infléchit pas significativement le destin des procureurs. En dépit de la focalisation historiographique sur la conservation de la noblesse de cloche, qui coûte cher à la ville, et sur les prévarications dénoncées (et parfois avérées) des édiles, l’exercice d’une fonction municipale produit peu d’effets visibles : les procureurs capitouls restent souvent procureurs jusqu’à leur mort et les grosses fortunes sont rares dans un monde où les dots se comptent en milliers de livres et les patrimoines en une poignée de dizaines de milliers de livres. Le monde des conseillers au parlement ajoute un zéro dans chaque cas.

En revanche, cette exploration des fractions les moins resplendissantes des élites (car ce ne sont certes pas des humbles) fait ressortir des dynamiques sociales qui constituent des variables sans doute plus efficientes. On peut noter d’abord le fonctionnement des réseaux de parenté et d’alliance dans la synchronie des cousinages plutôt que dans le temps long des générations successives. Mais ces solidarités ne sont pas automatiques (il existe de nombreux procès intrafamiliaux) et leurs périmètres ne sont pas univoques : des cas d’assistance et de soutien entre femmes se dégagent parfois. Des parcours d’individus isolés peuvent aussi activer d’autres solidarités, en particulier des affinités religieuses (protestantes ou néo-converties comme dévotes). La perpétuation d’une réussite, au demeurant modeste, n’engendre pas de concentration du patrimoine entre les mains d’un héritier principal, même si les habitudes juridiques locales valorisent la masculinité et la primogéniture ainsi que la transmission par les contrats de mariage et les donations ; celles-ci ont l’avantage de ne pas communiquer les dettes aussi facilement que les héritages. La différence avec les magistrats du parlement est franche. Mais cela tient-il à un positionnement différent face à la noblesse ou à des contraintes posées par l’envolée du prix des grands offices : 50 000 lt pour une charge de conseiller, plus de 100 000 lt pour une présidence, contre 3 000 lt pour un office de procureur ? Dans un deuxième mouvement, l’analyse permet de compléter le dossier des activités professionnelles concrètes des procureurs : la récupération de dettes hypothécaires, les fonctions de juges seigneuriaux, le service des puissants, les prêts d’argent et le prêt de leur nom pour agir à la place d’un client qui ne souhaite pas apparaître, etc. Autant de formes du métier qui influent profondément sur les carrières urbaines. Enfin, le capitoulat peut manifester ou faciliter l’ancrage toulousain d’individus extérieurs à la ville. C. Dolan propose là d’examiner le capitoulat non plus en fonction du groupe social de référence mais plutôt de la mobilité spatiale des individus. S’il n’est pas un élément suffisant pour permettre de fonder une lignée de notables à Toulouse, le capitoulat peut cependant avoir son utilité pour des familles dont les positions se construisent à la fois dans et hors de Toulouse. C. Dolan convie ainsi discrètement à réarticuler l’histoire sociale de l’institution avec celle de l’espace urbain languedocien dans son ensemble. L’horizon de ces « gens de peu » est loin de se borner au palais de justice ou à l’hôtel de ville et, dans ce cadre élargi, la valeur du capitoulat est encore moins facilement évaluable. Finalement, si ces histoires de capitouls entament la cohérence du groupe des édiles, elles donnent aussi à voir la complexité et la variété des parcours sociaux susceptibles de s’y inscrire.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 7 juillet). Compte-rendu: Claire Dolan, Histoires de capitouls. « Gens de peu de naissance » et promotion sociale à Toulouse (xviie-xviiie siècles), 2023. Histoire Urbaine. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4z2

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search