Compte-rendu : Lionel Germain, Les livres d’ordonnances consulaires de Najac et de Villeneuve en Rouergue. Première moitié du xive siècle, PUM, « Le coureur de fonds », 2022

Lionel Germain, Les livres d’ordonnances consulaires de Najac et de Villeneuve en Rouergue. Première moitié du xive siècle, PUM, « Le coureur de fonds », 2022

compte-rendu rédigé par Xavier Nadrigny

L’ouvrage est consacré à deux livres produits par deux petites villes du Rouergue qui comptaient chacune, à la veille de la Peste noire, près de quatre mille habitants : le Livre des coutumes de Najac (1299-1333), et le Livre du consulat de Villeneuve (1340-1350). L’édition du texte occupe la majeure partie du livre. Elle est précédée d’une introduction présentant l’histoire politique et administrative des deux villes, de « l’archéologie » des deux manuscrits, d’une réflexion sur les enjeux de leur édition et d’une table analytique énumérant les statuts contenus dans ces livres. On trouvera en annexes une liste des consuls de Najac et de Villeneuve ainsi qu’un inventaire des biens mobiliers du consulat de Najac en 1332. Le livre se termine par un index des noms, mais ne comporte pas de glossaire.

L’introduction retrace l’histoire de ces deux communautés jusqu’au début du xive siècle. Émergeant à l’ombre du pouvoir seigneurial entre le xe et le xiie siècle, elles se dotent au xiiie siècle d’une municipalité. La croisade des Albigeois et l’installation du pouvoir capétien marquent une rupture brutale pour les pouvoirs locaux. Ainsi, en 1249, les habitants de Najac, derrière leurs coseigneurs, se révoltent contre le nouveau comte de Toulouse, Alphonse de Poitiers. La répression frappe de nombreux notables, comme le consul Uc Paraire, dont les biens sont confisqués pour hérésie. Les consuls s’accommodent cependant assez vite de ce pouvoir capétien qui doit lui aussi composer. En 1255, Alphonse concède aux habitants de Najac une charte reconnaissant le consulat et mettant par écrit ses franchises. À la mort d’Alphonse, en 1271, les deux villes deviennent sièges de baylie de la sénéchaussée de Rouergue. S’ouvre une nouvelle période, marquée par une maturation administrative et scripturaire. Si Najac produit des écrits de gestion dès le milieu du xiiie siècle, c’est surtout à partir des années 1270 que ceux-ci émergent à Villeneuve. Ces documents témoignent des pouvoirs exercés par les consuls au nom de l’universitas : gestion des comptes, délibérations du conseil de ville et potestas statuendi. En revanche, ces municipalités semblent dénuées de tout droit de justice. Un statut de Najac de 1285 semble d’ailleurs réserver ce pouvoir au roi et à l’évêque de Rodez (p. 45). C’est ici une limite importante à l’autonomie consulaire.

C’est au cours de cette période que les deux livres sont confectionnés. Lionel Germain nous livre ici des pages exemplaires révélant sa maîtrise des méthodes de « l’archéologie » documentaire. Il s’appuie sur les documents eux-mêmes, et d’autres sources, comme les comptes consulaires, l’inventaire des archives de Najac de 1576 et les témoignages des érudits qui ont étudié le document aux xixe et xxe siècles. Les résultats de cette enquête à la fois codicologique, diplomatique et archivistique, sont synthétisés dans deux tableaux d’une grande clarté (p. 29 et p. 33). Ce travail permet de reconstituer les deux livres dans leur état d’origine. Le Livre des coutumes de Najac, confectionné en 1299, s’ouvrait par un calendrier des saints fêtés dans la ville, se poursuivait par la copie traduite, du latin à l’occitan, de la charte de 1255, puis par la compilation de statuts consulaires des années 1258 à 1299. Utilisé pour diverses écritures au début du xive siècle, il reprend sa fonction initiale par l’enregistrement d’ordonnances datées de 1331 à 1333. Pour la période allant de 1258 à 1299, les notaires de la ville ont copié les actes d’un cahier d’ordonnances, réalisé vers 1280 et augmenté jusqu’en 1299. D’autres feuillets, contenant de nouveaux actes, furent ensuite ajoutés du xve au xviie siècle. De ce Livre des coutumes, il ne reste aujourd’hui que des fragments, mais les statuts des années 1258 à 1299 peuvent être aisément reconstitués grâce au cahier d’ordonnances conservé aux Archives de l’Aveyron. La charte de 1255 ne subsiste qu’à l’état de copie latine de quatrième main, datée du xixe siècle, et d’un vidimus de 1332. L’état du livre de Villeneuve est bien meilleur et rend moins malaisé ce travail de reconstitution. Il s’agissait également d’une compilation sélective, réalisée en 1340 pour des actes des années 1284-1340, puis augmentée au fur et à mesure de 1340 à 1350 et remployé à d’autres fins aux xve et xvie siècles. Son calendrier des saints est bien conservé, de même qu’un extrait d’évangiles, qui ouvre le livre. Il porte aujourd’hui une couverture de bois doublé de basane fauve, ce qui était également le cas du livre de Najac. La couverture, le soin des écritures, le choix du parchemin font ainsi de ces livres des « documents-monuments », qui entrent dans la catégorie des « cartulaires municipaux », livres de droits urbains qui s’incarnent dans un objet prestigieux. L’auteur situe ces livres dans le contexte des tensions qui traversent les villes du Languedoc dans les années 1270-1330. Face au petit peuple, mais aussi au pouvoir seigneurial et à la royauté, les oligarchies municipales tentent de renforcer leur légitimité par la réalisation de ces livres. Mais ce mode de légitimation devrait être mieux mis en relation avec le rôle des notaires, dont les noms et les mains se rencontrent à plusieurs reprises dans les manuscrits.

L’édition du texte se fonde en grande partie sur les normes éditoriales de l’École des chartes. Lionel Germain a aussi pris l’heureux parti de restituer les couleurs des encres et de signaler les lettrines par des caractères agrandis. Outre le Livre du consulat de Villeneuve et les fragments actuels du Livre des coutumes de Najac, il a édité les deux manuscrits compensant partiellement les pertes de ce dernier : le cahier d’ordonnances consulaires de 1280 et la copie de la charte de 1255. Pour celle-ci, Lionel Germain a choisi d’éditer le vidimus latin de 1332. Si l’on excepte ce dernier manuscrit, l’extrait d’évangiles, le calendrier des saints et quelques rares statuts, tous ces textes sont en occitan. L’édition est d’une grande rigueur et témoigne des compétences linguistiques de l’éditeur dans cette dernière langue. On relèvera cependant de nombreuses anomalies dans la transcription des mots latins, dues à une erreur de l’éditeur ou à des fautes du manuscrit que Lionel Germain aurait dû signaler par un sic : potent pour poterit (p. 62) ; exorem pour uxorem (p. 63), problem (?) vel infantem (p. 63), a capitum pour ad capitum (p. 64), ucte magna pour voce magna (p. 87), dirit pour dicit (Ibid.), veniar pour veniat (Ibid.), publici notarius pour publici notarii (p. 107), fuit annuabiles pour sint annuabiles (p. 109), dominio pour domino (p. 109), eligar pour eligi (Ibid.), notari supra dicti pour notarii supra dicti (Ibid.), locatenentes pour locatenentibus (p. 119), i earum dorso pour in earum dorso (p. 127), senescali pour senescallus (Ibid.).

Ces critiques d’ordre linguistique n’enlèvent rien à la qualité de ce travail, qui s’inscrit dans la continuité des travaux sur les écrits pragmatiques produits par les municipalités médiévales. Nul doute, par ailleurs, que les historiens pourront tirer des profits de l’édition de ces statuts qui traitent des différents aspects de la vie quotidienne dans ces petites villes : nominations et fonctions consulaires, voirie, boucherie, métiers du drap, naissance et baptêmes en particulier.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cédric Feriel (7 juillet 2023). Compte-rendu : Lionel Germain, Les livres d’ordonnances consulaires de Najac et de Villeneuve en Rouergue. Première moitié du xive siècle, PUM, « Le coureur de fonds », 2022. Histoire Urbaine. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4z3


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search