Compte-rendu : Arnaud Exbalin, La grande tuerie des chiens. Mexico en Occident, xviiie-xxie siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023

Arnaud Exbalin, La grande tuerie des chiens. Mexico en Occident, xviiie-xxie siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023

Compte-rendu rédigé par Emmanuel Porte

En mobilisant la liasse 3662 « Matanza de perros » des archives de la ville de Mexico, Arnaud Exbalin éclaire un phénomène global mais peu étudié des sociétés occidentales d’Ancien Régime, les massacres de chiens. Entre 1790 et 1801, plus de 34 000 chiens errants sont mis à mort dans la capitale de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne. La pratique s’inscrit alors dans une dynamique qui touche l’Europe et ses projections coloniales. L’originalité du cas mexicain s’illustre toutefois par sa précocité au sein de l’empire ibérique et par sa rhétorique qui, contrairement à la plupart des mesures anti-canines contemporaines, ne relève pas de la lutte contre la rage. L’historien analyse dès lors le phénomène en interrogeant les pratiques de police, les représentations collectives et les modalités de coexistence avec les chiens. Les canicides sont ainsi appréhendés comme des pratiques révélatrices d’enjeux politiques qui, par le biais d’une régulation d’animaux considérés comme nuisibles, entendent proposer un modèle éclairé d’urbanité.

La place ambiguë des chiens dans l’histoire mexicaine constitue un point de départ indispensable à la compréhension des relations anthropocanines propres au monde colonial et à l’analyse des canicides qui y apparaissent à la fin du xviiie siècle. Si l’historiographie oppose traditionnellement le chien de la conquête au chétif chien préhispanique, l’étude resitue la construction de ces figures canines et leur instrumentalisation au service de discours sur la colonisation. L’ouvrage aborde par ailleurs les pratiques qui se déploient autour de chaque type de chiens : soutien fondamental des conquistadors d’un côté, être mythologique et psychopompe de l’autre. L’originalité du propos tient à l’attention portée à la rencontre des populations canines européennes et mésoaméricaines. L’auteur fait ressortir des processus de féralisation, renvoyant à un retour à l’état sauvage d’animaux domestiqués, et d’abâtardissement qui font du chien « le premier métis du Nouveau Monde ».

Les chapitres suivants forment le cœur de l’étude et précisent le déroulement des massacres de chiens sous les vice-rois Revillagigedo puis Branciforte. Organisées de nuit, les tueries qu’ils ordonnent sont prises en charge par les serenos, agents initialement en charge de l’éclairage public. La mort est donnée par matraquage ou empoisonnement. À travers l’organisation de ces massacres se met en place une pratique moderne qui s’appuie sur une approche comptable, systématique et régulière des mises à mort, recherchant l’efficacité et entraînant le perfectionnement de services auxiliaires liés à la voirie. Arnaud Exbalin revient sur la singularité de chacune des tueries mexicaines. Le canicide planifié par Revillagigedo au début de son mandat s’insère dans une politique d’affirmation de l’autorité vice-royale à l’échelle de la capitale au moment où ses prérogatives régionales déclinent. La tuerie organisée par Branciforte à la fin de son mandat profite d’un contexte de crise pour valoriser un bilan personnel critiqué. Au-delà des prescriptions institutionnelles et des différents projets vice-royaux, l’analyse de la figure du chien errant, contraire à la morale chrétienne, synonyme de nuisances et source de conflits, et du sereno, garant immédiat de la tranquillité publique, permet à l’historien d’interroger l’acceptation des tueries de chiens au sein des communautés citadines. L’ouvrage met en lumière de multiples résistances au regard des représentations traditionnelles des chiens dans le folklore mexicain. Tout en valorisant la spécificité de son terrain, Arnaud Exbalin déconstruit ici des stéréotypes sociaux, bien ancrés dans l’historiographie, qui opposent traditionnellement des élites éclairées sensibles à la condition animale et une plèbe brutale peu soucieuse des bêtes. L’étude des canicides mexicains démontre une tout autre réalité.

Ne relevant pas d’arguments sanitaires, les motivations des tueries sont finalement abordées par l’historien à travers deux pistes d’interprétation. La première proposition s’appuie sur l’analyse des stratégies de régulation d’autres espèces animales  les porcs et les vaches  qui, bien que distinctes, font écho aux politiques anti-canines. Arnaud Exbalin parle de « domestications urbaines » qui se structurent dans les villes du xviiie siècle et généralisent des pratiques de domination des animaux par les hommes. Les canicides s’affichent dès lors comme des pratiques de contrôle des animaux mais aussi des citadins. La deuxième piste d’analyse lie ainsi régulation des populations canines et surveillance des marginalités urbaines. En s’appuyant sur le parallèle des figures de chiens errants et de vagabonds, l’auteur associe les massacres de chiens et l’accroissement de la surveillance policière dans une conjoncture coloniale de peur de la sédition et de l’insurrection.

L’originalité mexicaine est finalement située au sein d’une réflexion globale. En proposant des synthèses relatives aux tueries madrilènes, parisiennes et stambouliotes au cours d’un long xixe siècle dit « siècle canicide », Arnaud Exbalin cherche à saisir les singularités et les constantes dans l’organisation des massacres canins. Prenant pour toile de fond des crises épidémiques, sociales, politiques, ces tueries accompagnent la structuration de systèmes policiers réformés et entraînent une polarisation des opinions publiques. L’émergence de ces pratiques dans de nombreuses villes occidentales va de pair, en outre, avec la généralisation de dispositifs normatifs et techniques qui entendent promouvoir l’encadrement du vivant. Ces « biopolitiques »  ici étudiées à travers l’usage de la strychnine comme poison pour les chiens et l’apparition du système de fourrière  se perfectionnent à mesure de leur expérimentation sur le terrain. Loin de constituer des innovations spontanément acceptées, ces dispositifs font l’objet d’adaptations face aux limites logistiques et aux résistances citadines qui s’activent contre le traitement imposé à des chiens intégrés aux sociabilités de voisinage. Synonymes de modernité dans les discours policiers, les tueries de chiens, dans la pratique, relèvent d’une histoire faite d’ajustements récurrents qui ne sauraient s’insérer dans un discours progressiste et linéaire.

Éclairée par diverses situations géographiques, inscrite dans une vaste période qui s’étend de l’aube de la conquête aux réminiscences contemporaines de politiques anti-canines lors d’événements internationaux – jeux olympiques, coupes du monde de football, visites diplomatiques – ou d’attaques médiatisées de chiens – attaque d’Iztapalapa en 2012 et 2013 –, l’analyse est richement alimentée par la curiosité de son auteur qui se manifeste dans sa recherche archivistique. La liasse 3662, présentée comme le cœur de la genèse du projet, est interrogée jusque dans ses silences. Tout en comblant des lacunes documentaires, l’iconographie, les sources archéozoologiques et ethnographiques, les traités de police, les témoignages de chroniqueurs, d’administrateurs et de voyageurs resituent cette pratique policière dans son environnement politique, social et culturel. L’étude fine et stimulante des tueries mexicaines de chiens s’illustre alors comme un maillon clé de l’histoire des pratiques urbaines de gestion du vivant au moment d’un tournant dans les modalités de cohabitation avec les animaux liminaires.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 7 juillet). Compte-rendu : Arnaud Exbalin, La grande tuerie des chiens. Mexico en Occident, xviiie-xxie siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023. Histoire Urbaine. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4z4

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search