EVENEMENT: Exposition “Paris Animal” / Paris, Pavillon de l’Arsenal

Exposition « Paris Animal »

présentée au Pavillon de l’Arsenal à Paris. Catalogue, visites urbaines…

29 mars – 3 septembre 2023

Entretien avec Léa Mosconi et Henri Bony, architectes et commissaires de l’exposition2.

(Jean Estebanez1)

Jean Estebanez : L’exposition « Paris Animal » dont vous assurez, Léa Mosconi et Henri Bony, le commissariat est présentée au Pavillon de l’Arsenal, lieu dédié à l’urbanisme et architecture de la métropole parisienne. En quoi est-ce une exposition d’urbanisme et d’architecture ?

a Mosconi : Il y avait la volonté de construire une histoire de la ville qui rende visible la présence animale. Les animaux ont eu un rôle par leur énergie, par leur chair, par leur compagnonnage… parfois dans le dessin-même de la ville ou de son architecture. De cela nous avons voulu en faire le récit.

Henri Bony : Que le Pavillon de l’Arsenal se préoccupe de ce sujet, nous engage, en tant qu’architectes, à penser des dispositifs spatiaux de cohabitation avec les animaux.

Jean Estebanez : Cette exposition est-elle une demande de la part du Pavillon de l’Arsenal ?

a Mosconi : Nous sommes allés voir Alexandre Labasse, alors directeur du Pavillon, avec cette proposition, présentée parmi d’autres. Par notre position d’architectes et de chercheurs, on avait senti que c’était une question de plus en plus prégnante dans notre milieu. Un séminaire à l’école d’architecture de Paris-Malaquais, dirigé par l’architecte et historienne d’art Dominique Rouillard, était exclusivement consacré à l’animal et la ville. L’architecte et paysagiste Nicolas Gilsoul venait de sortir un livre sur les Bêtes de villes. Deux collègues architectes et chercheurs, Mathias Rollot et Mathieu Mercuriali, orientaient leurs Habilitations à diriger des recherches l’un sur l’architecture animaliste, l’autre sur le rôle du cheval dans le développement de la ville. En quelques années la préoccupation des architectes s’est tournée vers la question du vivant puis des vivants dans la ville.

Jean Estebanez : Une des problématisations principales de l’exposition est celle du vivre ensemble, de la cohabitation. Qu’entend-on par là, et comment se déploie cette question dans l’exposition ?

Henri Bony : Dans « A comme Animal » de son Abécédaire, le philosophe Gilles Deleuze parle de son chat qui va mourir et se met à l’écart dans l’espace domestique. L’animal a ses espaces qui ne sont pas les nôtres. Nos mondes se touchent sans être identiques.

a Mosconi : Un camarade, Mathias Rollot, spécialiste de l’habiter en architecture, explique qu’ « habiter, c’est construire un espace familier dans l’étrangeté qui nous entoure ». Cohabiter réellement suppose de partager un espace familier avec l’animal, alors que l’on a des corps, des mouvements, des façons d’êtres très différentes. Est-ce vraiment une cohabitation ? La cohabitation supposerait la mainmise d’un monde sur l’autre. Peut-être, comme l’explique la philosophe Joëlle Zask, que la notion de coexistence est plus appropriée. On a des mondes, des règles et des espaces familiers différents les uns des autres. Coexister, c’est articuler des manières d’exister.

Henri Bony : En termes d’urbanisme et d’architecture, il y a des dispositifs, comme les grilles, qui permettent une mise à distance et une intensité d’occupation.

Jean Estebanez : L’exposition est structurée de manière chronologique avec un développement thématique plus ample pour la période contemporaine. Comment avez-vous décidé de cette logique d’organisation et des grands découpages ?

a Mosconi : Au début, on voulait structurer l’exposition autour d’animaux totem, puis par thématiques… Finalement il nous a semblé important de faire une chronologie pour construire une histoire de la ville qui rendrait visible les présences, les rôles et les rapports entre humains et animaux. On inscrit l’histoire de ces autres habitants dans celle de la construction de la ville. Cela a généré une envie de revenir jusqu’au pilier des Nautes, cette colonne sculptée du 1er siècle qui présente une image du dieu taureau.

Henri Bony : Dans le choix des documents une chose nous a guidés : la présence des corps animaux en lien avec l’architecture et la construction. Un des intérêts de la chronologie est de voir l’évolution de la représentation du corps de l’animal.

Jean Estebanez : La partie contemporaine reste relativement discrète sur les tensions politiques qui peuvent entourer la place des animaux en villes, comme les mouvements militants, les questions de l’abattage rituel ou même les contestations d’aménagements autour de l’écopaturage ou des parcs destinés aux chiens. Faut-il y voir une volonté de présenter une relation apaisée aux animaux ?

Henri Bony : On a vraiment choisi de traiter ces questions par l’histoire. Par exemple, si on parle de l’abattage, c’est par l’implantation des abattoirs. Si on traite du rat, c’est à l’occasion de la création des égouts.

Figure 1 : Le nouveau marché aux bestiaux de la Villette, 19e arrondissement, Paris ; Linton, Henry Duff, graveur ; Aubrun, illustrateur ; illustration parue dans Le Monde illustré, 02/11/1867, n° 551

a Mosconi : On ne voulait pas que la complexité de ce qu’on souhaite raconter soit dévoyée par une actualité à chaud, et que l’histoire longue et épaisse que l’on tente de tracer soit réduite à un ou deux sujets clivants. Si on aborde ces sujets compliqués, c’est par un propos apaisé, plus facile au 18e ou 19e siècle. Sinon, nous ne précherions que les convaincus, fermant l’accès aux autres. L’exposition reste un lieu de médiation, de débat serein et intelligent. On a donc essayé de mettre les questions brûlantes à des endroits où elles soient audibles par le plus grand nombre. Par exemple, dans le catalogue, il y a un article de 20 000 signes de la géographe Nathalie Blanc sur les indésirables. Ce format donne place à une confrontation sur une question complexe.

Jean Estebanez Dans les documents que vous avez mobilisés pour l’exposition quel est celui qui vous a le plus surpris ?

Henri Bony : Une des choses qui m’a le plus étonné, c’est la présence des vaches dans le Paris du début du 20e siècle. Il y avait 5000 vaches dans la ville, réparties dans des laiteries, des vacheries, de 10 à 20 vaches chacune…. dans les cours, les arrières-cours. On retrouve aujourd’hui encore quelques portes avec des têtes qui signalaient les vacheries. Imaginer 20 vaches dans une cour d’immeuble avec une étable, c’est très étonnant, très stimulant pour comprendre cette cohabitation…

Figure 2 : Marchands de lait au pont du Point-du-Jour, Paris 16e, Léon & Lévy, photographes, vers 1894-1895. © Roger-Viollet

a Mosconi : Pour moi ce serait l’image des abattoirs généraux de la Villette, cette architecture industrielle et la gare qui la connecte à des territoires plus lointains traduit très bien ce qui se passe au 19e siècle dans la gestion en ville des corps animaux. A la fois des corps dont la ville a besoin pour se nourrir et pour sa mobilité si on prend le cas du cheval. Des corps aussi que l’on rende de plus en plus abstraits, et dont on réduit le plus possible l’animalité.

Jean Estebanez : Est-ce que vous pouvez me parler des costumes de taupes et des gravures installées dans l’exposition ?

Henri Bony : La gravure a servi a faire des portraits de présence animale dans la ville. Il y a deux types de documents, des cartes et des coupes, réalisées par linogravure. La gravure est réalisée à la main, en creusant dans la matière. La présentée est finalement liée au geste humain, un geste « animal » par rapport à ce que serait un document numérique, lui aussi moins proche de l’aspect physique ou corporel des animaux.

Figure 3 : bassin de vie des sangliers, linogravure, Atelier Bony Mosconi, 2022


Les taupes ont été créés par Philippe Quesne, scénographe et metteur en scène
. Le spectacle La nuit des taupes” qu’il a créé en 2016 s’ouvrait sur un bureau avec une table et des chaises, des murs blancs au milieu de la scène. Au cours du spectacle, les taupes cassent et ruinent cet espace de travail pour faire découvrir derrière Cave Land : le lieu où elles font de la musique, copulent et vaquent à leurs occupations quotidiennes. Par le théâtre, nous voulions convoquer l’animalité des taupes de Quesne mais aussi cette relation corporelle : corps des acteurs et corps des spectateurs.

Figure 4 : Pavillon de l’Arsenal exposition Paris Animal 2023 Henri Bony Léo Mosconi commissariat photographie scénographie ©camillegharbi.

a Mosconi : Et puis, on se disait, la taupe c’est une figure à une autre échelle d’un animal indésirable. Le changement d’échelle, par les costumes de taupe est d’autant plus intrigant et désagréable pour certains que c’est un animal qui vit sous terre. Il vient questionner la normativité de l’architecture

Jean Estebanez : Y a-t-il, au contraire, des documents que vous auriez souhaité ajouter à l’exposition ?

a Mosconi : Il devait y avoir une série de photos de Sophie Calle sur des animaux empruntant des écoponts, écoduques pour traverser des territoires fragmentés. Une série de petites photographies d’animaux en train de traverser, pris dans une sorte de fragilité. Un travail très fort. A la place, on a des captures de caméra de surveillance que l’entreprise Vinci nous a données.

Autre regret : l’architecte Luca Merlini avait fait une série de très beaux dessins sur ce que pourrait être une ménagerie aujourd’hui. Il proposait une ménagerie d’animaux de pierre qui permettait de se confronter à l’échelle de l’animal, tout en évacuant les questions que pose l’enfermement.

Jean Estebanez : La scénographie est assez sobre, avec quelques objets et une majorité de documents reproduits et punaisés aux murs. Est-ce qu’il y avait un enjeu spécifique de ce point de vue ?

Henri Bony : Le fait de punaiser, c’était une volonté de notre part, un dispositif qu’on avait déjà mis en place dans d’autres expositions, mettant en valeur le papier. Si un document est dans un cadre, il faut que ce soit un document original. Pour nous, il était important d’avoir aussi des documents originaux. C’est pour ça qu’on a présenté les dessins d’Hadrien Krief, les gravures et les maquettes de notre atelier, les photographies (notamment celle de Cyrille Weiner, d’Aurélie Scouarnec) et les costumes de taupes.

Jean Estebanez : Le public de l’exposition est assez diversifié : des familles, des enfants en groupes scolaires, des adultes. Est-ce que c’était un enjeu pour vous au moment de la construction de l’exposition et est-ce que c’était un enjeu pour le pavillon de l’Arsenal ?

a Mosconi : Le pavillon de l’Arsenal a toujours un public très diversifié, et cela nous a conduit à proposer plusieurs niveaux de lecture. Nous avons constaté qu’il y avait une lecture plus joyeuse et simple dès la visite de presse, avec un enfant qui accompagnait sa mère (c’était un jour de grève). Mais on peut en même temps travailler avec des chercheurs de plusieurs disciplines pour un public plus averti.

Henri Bony : Oui, et on voit que ça prend dans le débat public aussi avec des recensions de l’exposition qui sont très diverses, de Philosophie Magasine à BFM TV.

Jean Estebanez : L’exposition est articulée à un dispositif plus large, un catalogue très riche3, des visites. Comment avez-vous conçu cet ensemble ?

a Mosconi : C’est une habitude au pavillon de l’Arsenal de commencer par un catalogue, sur lequel l’exposition vient s’articuler. Il en est le socle et prend en compte une histoire de temps long. Finalement, il nous a permis de sortir de notre champ disciplinaire, de mener une enquête pour trouver des auteurs et autrices issus d’autres domaines, nous permettant de construire cette longue histoire. Avec l’archéozoologue Benoit Clavel : que nous disent les os retrouvés du régime alimentaire des Parisiens à la période médiévale ? Avec le philosophe Matthieu Duperrexe, que peut devenir la Seine et notre rapport aux animaux aquatiques?  Ce n’est pas strictement un catalogue d’exposition, mais un livre sur le sujet de l’exposition. Les contributeurs font des visites avec nous, et participent à des tables-rondes, des conférences.

Jean Estebanez : Cette exposition a-t-elle un lien avec votre travail personnel d’architectes ? Y a-t-il une présence animale dans vos projets ?

Henri Bony : La présence animale, on la pense d’une part en travaillant sur des projets de transformation de l’existant plutôt que sur des projets neufs. Cet existant est potentiellement un patrimoine architectural mais c’est aussi un héritage vivant que l’on tente de préserver et de transformer avec mesure. Par ailleurs, dans le choix des matériaux et dans la morphologie des murs, façades et autre son essaie de penser une architecture, des dispositifs spatiaux accueillants. La question des matériaux, plus ou moins accueillants pour la vie, et les animaux liminaires, est importante. Il y a beaucoup d’appels d’offre actuellement pour la rénovation thermique par l’extérieur. Or ce type de rénovation empêche l’installation pour la nidification des oiseaux cavicoles. Quand on fait une rénovation thermique, généralement, on installe soit du polystyrène, soit de la laine de verre, qui sont des produits très nocifs, sur les façades. Ces matériaux sont encapsulés pour nous éviter des problèmes de santé. Mais c’est très mauvais pour les animaux qui voudraient s’installer à l’intérieur.

a Mosconi : L’architecture lisse, elle est potentiellement problématique pour la faune et la flore. Dans une société très anthropocentrée cette exposition nous a aussi permis de parler de notre propre animalité contenue. Car nous sommes renvoyés à des formes d’animalité, en situation de fragilité ou de souffrance, de maladie. On a évacué de nos logements ces moments de fragilité. Cela contraste avec des manières d’aborder aujourd’hui l’écologie de manière quantifiée et technique, extrêmement aseptisées (rénovation thermique, énergie…), en réalité déconnectées des êtres vivants. Une des raisons de l’exposition était donc de revenir sur notre propre animalité en ville.


1 Géographe, maître de Conférences, UPEC-Lab’urba. Entretien réalisé le 4 mai 2023.

2 Cet échange peut être complété par l’entretien radiophonique de Jean Estebanez et Léa Mosconi, dans l’émission de Matthieu Garigou-Lagrange, « Géographie à la Carte » du 4 mai 2023 « Chiens, rats moustiques : en ville avec les animaux »(en balado-diffusion sur le site de France Culture).

3 Henri Bony, Léa Mosconi (dir. par), Paris animal. Histoire et récits d’une ville vivante, Éditions du Pavillon de l’Arsenal, 2023.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 17 juillet). EVENEMENT: Exposition “Paris Animal” / Paris, Pavillon de l’Arsenal. Histoire Urbaine. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4z7

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search