Compte-rendu: Philippe Fleury, Sophie Madeleine (dir.), Topographie et urbanisme de la Rome antique (2022)

Topographie et urbanisme de la Rome antique. Acte du colloque de Caen (11-13 décembre 2019), publiés sous la direction de Philippe Fleury et de Sophie Madeleine, Caen, 2022, 488 pages.

Compte-rendu rédigé par Xavier Lafon

La topographie de la Rome antique constitue, sinon une discipline, du moins un champ de recherches largement parcouru par de nombreux spécialistes depuis le xvie siècle, voire la fin du xve s. Les chercheurs actuels ne manquent pas et leurs travaux récents ont notamment fait l’objet de deux colloques organisés respectivement à Rome en 2018 [Cyril Courrier, Jean-Pierre Guilhembet, Nicolas Laubry, Domenico Palombi (sous la direction de), Rome, archéologie et histoire urbaine. Trente ans après lUrbs (1987), Rome, collection de l’École Française de Rome 598] et à Caen en 2019, tous deux publiés en 2022. Malgré de nombreux points communs, ces deux colloques présentent des objectifs sensiblement différents. Je ne m’attarderai pas ici sur celui de Rome qui doit faire également l’objet d’un compte-rendu spécifique dans cette revue.

La réunion de Caen s’inscrit totalement dans les travaux menés depuis plus de vingt ans par une équipe locale dans le cadre d’un projet baptisé « Plan de Rome ». Son origine est liée à la présence d’une maquette en plâtre reproduisant en trois dimensions une image de Rome au début du ive siècle. Ce moment correspond à la dernière grande époque de constructions monumentales que connait la Ville avant l’effacement progressif en faveur de la nouvelle capitale, Constantinople, fondée par l’empereur Constantin en 320. Cette maquette a été réalisée au début du xxe siècle par un architecte pensionnaire de l’académie de France à Rome, Paul Bigot. À l’échelle du 1/400e, elle représente seulement les 3/5e de la ville. Par la suite, Paul Bigot l’a modifiée constamment, jusqu’à sa mort intervenue en 1942. On connaît quatre versions successives de ce « plan », selon l’appellation traditionnelle empruntée aux « plans reliefs » des villes françaises réalisées par la monarchie à partir du xviiie s, mais seules deux sont conservées. Celle de Caen précède donc la maquette de Rome beaucoup plus connue réalisée en 1940 par Italo Gismondi et exposée depuis au musée de la Civilisation romaine dans le quartier de l’EUR à Rome.

L’équipe de Caen, après les indispensables travaux de restauration, a souhaité assez rapidement actualiser cet outil pédagogique et scientifique en passant à une autre dimension, fondée sur un recours massif aux moyens informatiques. Il devenait ainsi possible de tenir compte des nombreuses découvertes effectuées depuis la réalisation de Paul Bigot, voire de Gismondi, sans pour autant toucher à la maquette primitive en plâtre classée depuis longtemps à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Ce nouveau projet comporte fondamentalement deux volets. Le premier correspond à la constitution d’une banque de données interactive prenant en compte chacun des monuments, ceux-ci étant considérés dans la longue durée, c’est-à-dire avec toutes leurs phases, dans un but d’abord scientifique. L’autre objectif est de traduire sous forme de réalité virtuelle, une imagerie informatique permettant l’immersion du visiteur / spectateur dans la ville antique. L’aspect médiation complète ainsi étroitement le volet scientifique. De ce fait, le colloque avait pour premier objectif de réunir les informations les plus récentes issues pour l’essentiel des fouilles qui se sont multipliées à Rome depuis l’extrême fin du xxe siècle, portées par les grands projets d’urbanisme eux-mêmes en lien étroit avec l’organisation à Rome de manifestations les plus diverses, de la Coupe du monde de football en 1988 au Grand jubilé célébré en 2000. Les contraintes pour mener à son terme le projet entrepris à Caen sont nombreuses et la moindre n’est pas celle de dominer l’ensemble de la documentation : plus personne n’est capable aujourd’hui de prendre en compte l’ensemble des données disponibles (comme avait pu le faire en son temps Paul Bigot) et une collaboration très large des différents acteurs impliqués dans l’étude de la topographie romaine est devenue indispensable.

Le plan adopté pour la publication de ces 26 communications met en avant une série de cinq communications que l’on peut qualifier de générales, portant en particulier sur les nouvelles approches qui ont été récemment développées. À ce titre, celle d’Alexandre Vincent tente d’intégrer la perception des bruits générés par la ville (en particulier dans les lieux de spectacle) dans l’itinéraire que peut suivre un visiteur à l’intérieur d’une maquette virtuelle. Cela rejoint des préoccupations sur l’usage de la couleur, complétant les dessins en noir et blanc, les vues en 3D à la place des plans et coupes plus traditionnelles pour permettre une compréhension plus directe et donc une intégration immédiate dans l’univers de la ville antique comme le montre la réalisation quasi parallèle de l’Atlante di Roma entreprise par P. Carafa, avec des préoccupations d’accessibilité pour des chercheurs et surtout pour un « public large ». Il convient également de redonner toute leur importance à des documents plus littéraires que strictement archéologiques pour donner une vision plus complète de la ville. Parmi eux, ceux qui présentent les bâtiments de Rome sous forme d’inventaire (C. Courrier pour les « Régionnaires ») ; ceux qui rendent possible de « nommer » les monuments et quartiers (J.- P. Guilhembet plaidant pour une intégration de la toponymie malgré les difficultés de la chronologie), ceux enfin qui permettent de comprendre l’organisation administrative de la ville (D. Palombi soulignant l’importance dans l’organisation et la perception de la ville et de ses quartiers de l’étude des regiones et des vici, en lien ou non avec les murailles). Ces nouvelles approches permettent à elles seules de reconsidérer l’ensemble de notre conception de la ville comme cadre de vie, élargissant à l’Antiquité des préoccupations d’histoire urbaine désormais habituelles pour les périodes plus récentes.

Les autres communications sont organisées de façon plus classique, autour de monuments ou de complexes monumentaux singuliers qui ont fait l’objet de recherches récentes soit par des fouilles proprement dites, par exemple le temple du divin Trajan qui a « retrouvé sa place » dans l’axe de la colonne Trajane dans l’étude conduite par Paola Baldassarri, soit par reprise de dossiers anciens revus « à frais nouveaux » comme la basilique Aemilia par Pierre Gros examinée sous l’angle de la conservation d’une partie importante du monument jusqu’au xve s, avec les conséquences que cela peut avoir sur les représentations du monument jusqu’à nous. P. Ungaro poursuit le même objectif à propos de la représentation des forums impériaux.

Cette deuxième série de communications, consacrées quasi exclusivement au centre monumental, est présentée par grands quartiers (le forum républicain et les forums impériaux ; le Champ-de-Mars, la tombe d’Hadrien et le Quirinal ; le Capitole ; enfin, le Palatin), la « périphérie » étant seulement prise en compte dans le cadre d’un chapitre général sur les confins de la ville (M. Royo l’examine à partir du seul secteur de la maquette conçue par Paul Bigot qui déborde de la muraille, mais il insiste sur le continuum de l’habitat du centre à plus de 30 km des remparts ; Cl. Chillet pour la zone de la porte esquiline). Cette section englobe assez logiquement le dossier sur la muraille aurélienne (G. Pisani Sartorio qui insiste sur la militarisation de la ville en lien avec cette construction). Ce choix de traiter quasi uniquement ou du moins principalement du centre de Rome résulte vraisemblablement avant tout de l’emprise retenue pour la maquette de Paul Bigot mais entre en contradiction avec les préoccupations actuelles qui mettent davantage l’accent sur le Suburbium, du moins sa partie la plus proche de la partie remparée à la fin du iiie s. De ce fait, avec l’accent mis sur les monuments publics, la vision de l’habitat proprement dit est réduite à l’examen des seules résidences impériales construites sur le Palatin (P. Pensabene – E. Gallochio sur la maison d’Auguste ; Cl. Krause sur la domus tiberiana) sans oublier la partie du palais flavien transformée en sanctuaire (F. Villedieu).

Toutes ces fouilles et recherches ne concernent pas, bien entendu, uniquement la période retenue pour nourrir les deux maquettes, la virtuelle et celle en plâtre. Toutefois quelques contributions proposent de faire le point sur l’actualité du début du ives. La muraille aurélienne déjà citée en constitue le meilleur exemple mais ne sont pas oubliés l’état déjà plus ou moins ruiné des bâtiments, l’usage des remplois (Ch. Davoine) et la nouvelle basilique constantinienne de Latran (P. Liverani et alii sur les ruines des castra nova). L’histoire du portique d’Octavie (P. Ciancio Rossetto) montre sa conservation comme monument public jusque vers 350.

L’identification ou plutôt la localisation de plusieurs sanctuaires sur l’emprise de la colline du Capitole est l’objet de plusieurs communications (F. Coarelli : temple de Jupiter Tonans ; M.-J. Kardos : la roche tarpéienne ; G. Freyburger : temple de Fides), donnant une vue largement renouvelée de ce secteur fondamental dans l’organisation des cultes à Rome mais à des périodes bien antérieures au cadre chronologique retenu.

Il ne faut pas s’étonner de voir des opinions très différentes sinon totalement inconciliables exprimées à propos de monuments parmi les plus connus comme le complexe dédié par Pompée au champ de mars (A. Monterroso Checa) ou le temple de la paix (P.L. Tucci, qui pour évoquer ces conflits parle même de son opposition avec « l’archéologie officielle »…). Même si aucune ville antique n’offre une documentation aussi importante que Rome, surtout si l’on prend en compte, dans la tradition des topographes romains, non seulement les données de l’archéologie mais aussi les textes littéraires et épigraphiques, les monnaies etc., il n’en reste pas moins vrai que des pans entiers des connaissances sur les monuments mêmes les mieux conservés manquent. Il faut donc combler les vides et c’est là, bien évidemment, que les opinions divergent. Ces difficultés, bien réelles, ne doivent pas cacher l’essentiel, c’est-à-dire le progrès constant concernant les connaissances sur les monuments de Rome en même temps qu’une réflexion approfondie sur la méthodologie demeure fondamentale.

Parmi les points les plus importants qui transparaissent tout au long de ces communications figure la question des représentations anciennes mises en œuvre depuis le xve siècle (voir ci-dessus pour les communications de P. Gros et P. Ungaro) pour des monuments qui au fil du temps ont perdu une bonne part des informations dont ils étaient porteurs. Cela concerne à la fois le rapport à la réalité : le dessinateur, le plus souvent un architecte, relevait-il fidèlement ou non ce qui était visible ? ; ajoutait-il les éléments que l’on dit aujourd’hui « restitués », reposant sur son imagination ou sur des comparaisons plus ou moins bien documentées et datées ? Ces questions sont particulièrement ardues quand il s’agit de Rome du fait de sa longue histoire, de la multiplication des recherches entreprises depuis plusieurs siècles, sans oublier les préoccupations proprement idéologiques, comme le nationalisme revendiqué par le fascisme, qui ont pu conduire à des images très discutables aujourd’hui. De ce point de vue la présentation du Serapeum par J.-Cl. Golvin peut paraitre exemplaire. La question de la représentation, quel que soit le support, est en effet cruciale dans le domaine de l’archéologie des constructions et parmi les nombreuses questions que doit affronter l’équipe de Caen demeure posée celle de la qualité de l’information, assurée ou seulement probable pour aller à l’essentiel, avec tous les niveaux intermédiaires. La résolution de cette question est indispensable d’un point de vue scientifique mais également pour rendre crédible la maquette virtuelle sans jouer comme dans le péplum traditionnel sur une image imposée sans justification.

Deux remarques conclusives : la première concerne la nationalité des intervenants, tous français ou italiens si l’on excepte un Suisse (Cl. Krause) largement francophone et un Espagnol qui revendique une double culture française et italienne (A. Monterroso Checa) ! De fait, toutes les communications utilisent exclusivement ces deux langues. Les contingences matérielles ont certainement joué un rôle dans la sélection des intervenants mais on peut s’interroger sur les conséquences de cette situation. Elle pose en effet une question de plus en plus prégnante, celle des échanges entre chercheurs pratiquant des langues différentes et donc plus largement de cultures (académiques) différentes : un des conflits mentionnés plus haut repose en partie sur des questions linguistiques, plus précisément l’incapacité de certains, en particulier chez les Anglo-Saxons, de connaître et surtout de faire véritablement état des travaux rédigés dans d’autres langues que la leur. Si cette situation n’oblige pas à court terme à n’écrire plus qu’en anglais (comme dans bien d’autres domaines scientifiques…) elle réduit déjà la diversité des approches et donc la possibilité de faire valoir des opinions divergentes, appauvrissant d’autant la qualité des débats. La deuxième remarque concerne l’illustration, parfois peu lisible soit en raison d’une taille trop réduite des images retenues, soit parce qu’il est particulièrement difficile de publier sur du papier des documents élaborés sur des supports informatiques. Cette dernière remarque plaide en faveur du maintien de véritables dessins, y compris vectorisés et en deux dimensions, pour permettre un travail en profondeur, en particulier des prises de mesure que n’autorisent pas encore de façon commode la plupart des vues en 3D.

Malgré cette petite difficulté, la publication du colloque de Caen offre à ses lecteurs des informations précieuses, facilitée par la présence de plusieurs indices, pour des connaissances actualisées sur la Rome antique, portées par des acteurs connus pour certains depuis longtemps mais avec l’apport important de nouvelles générations de chercheurs.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 1 septembre). Compte-rendu: Philippe Fleury, Sophie Madeleine (dir.), Topographie et urbanisme de la Rome antique (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4z9

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search