Compte-rendu : Tobias Boestad, Pour le profit du commun marchand. La genèse de la Hanse (xiie-milieu du xive siècle), Genève, Droz, 2022

Tobias Boestad, Pour le profit du commun marchand. La genèse de la Hanse (xiie-milieu du xive siècle), Genève, Droz, 2022

 

Compte-rendu rédigé par Pierre-Henri Guittonneau

Le livre que Tobias Boestad a tiré de sa thèse de doctorat soutenue en 2020, explore un sujet méconnu : les origines de la Hanse allemande, célèbre alliance de villes qui, autour de Lübeck notamment, a dominé le grand commerce de l’Europe du Nord des années 1350 au xviie siècle. Pour examiner les ressorts de ces origines, il a fallu que l’auteur brave à la fois des débats historiographiques souvent virulents, la dispersion des sources dans toute l’Europe septentrionale et la dimension de son espace d’étude. Le secteur d’activité de la Hanse dépasse en effet le cadre de la mer Baltique et de la mer du Nord. Il consiste moins dans une étendue homogène que dans un archipel de pôles urbains, de Londres à Novgorod et de Bergen à Bruges, où des marchands allemands se constituent en associations de « communs marchands » à partir du xiie siècle et finissent par s’associer dans la Hanse. Arrivé au terme de 817 pages d’une érudition et d’une finesse d’analyse remarquables, étayées par un index de lieux et par vingt cartes, ainsi que par des éditions de sources, le lecteur constate que le pari est tenu.

Tobias Boestad se donne comme projet de rechercher les mécanismes juridico-politiques qui ont présidé au passage d’associations d’entraide de marchands à la formation d’institutions communes, au fil d’une lente maturation dans un contexte de croissance démographique et économique du continent européen. Il s’appuie sur une abondante bibliographie internationale (soixante pages !) sur le droit, la diplomatie, l’économie ou le fonctionnement des associations.

Pour remonter aux origines de la Hanse, l’auteur a fondé son enquête sur un courant historiographique récent qui voit, avant tout, en elle une communauté d’intérêts, qui n’existe que parce que ses membres y trouvent leur compte pour sécuriser leurs intérêts économiques. Ils usent alors de la Hanse comme d’une identité juridique. Bien plus, elle est, selon lui, l’expression discursive des solidarités qui font converger les élites politiques et marchandes des villes autour d’intérêts, d’attentes communes et de valeurs partagées, définissant des normes de conduite et leur promettant la sûreté et la liberté du commerce. C’est sous cet angle que Tobias Boestad choisit de mettre au jour la lente construction, par les diverses formes d’associations de marchands antérieures au xive siècle, de son identité et de sa légitimité comme instance de coordination et de représentation des intérêts commerciaux de ses membres. Avec un tel postulat, l’auteur vise moins l’histoire de l’organisation institutionnelle des associations que celle de leur entreprise de légitimation qui aboutit à l’émergence d’un régime original de gestion des relations diplomatiques et commerciales entre les villes d’Allemagne du Nord.
Dans cette perspective, Tobias Boestad a réuni un vaste corpus de sources : chartes de privilèges, traités commerciaux, correspondances de marchands et de villes, chroniques, statuts ou encore recès des premières diètes hanséatiques – à savoir les protocoles rendant compte du déroulement d’une assemblée et des décisions qui y sont prises. Il a, en fait, usé de tout document, jusqu’à des testaments de bourgeois, permettant d’approcher au mieux le fonctionnement des premières formes d’associations, leurs relations diplomatiques et les récits de justification que les villes portent sur la communauté qu’elles forment.

Tobias Boestad restitue, dans une première partie, les étapes du développement des établissements allemands à l’étranger avant l’émergence de la Hanse, du xiie au xiiie siècle. Au commencement, les marchands de langue allemande, issus de l’Empire, ne sont pas les seuls à tirer profit de la croissance économique et démographique ou de la conquête de nouveaux marchés, à Gotland, à Novgorod et en Livonie (chap. 1). À partir de 1225, ils finissent cependant par s’imposer et dominer le grand commerce sur la mer du Nord et la Baltique (chap. 2). Associés dans des groupements locaux, ils obtiennent des régimes juridiques et douaniers favorables et se dotent d’hôtels qui améliorent leur quotidien. Dans les années 1280-1290, les municipalités dont ils sont originaires, débutent une coopération commerciale féconde (chap. 3). Se forme alors un espace d’échange politique et d’action collective, dans lequel se définit une politique commune pour mieux affronter les problèmes rencontrés par les marchands. Quoique indépendantes les unes des autres, les villes expérimentent des procédures de concertation et de prise de décisions promises à un grand avenir un siècle plus tard. La Hanse n’est donc pas née en un jour.
De la chronologie, l’auteur passe, dans la deuxième partie, à l’analyse politique pour s’interroger sur les facteurs qui ont contribué à l’émergence de la Hanse en tant que communauté politique. Malgré de fortes identités régionales, les villes dont sont issus les marchands sont relativement homogènes avec des municipalités et une organisation juridique et économique assez proches pour favoriser les échanges politiques (chap. 4). Ces derniers se sont, en outre, intensifiés au moment où l’Empire voit se développer les coopérations interurbaines – Westphalie, Saxe, Prusse, Poméranie – aux préoccupations d’ailleurs très proches de celles des futures institutions de la Hanse : sûreté des routes, défenses des privilèges commerciaux, réglementation commune de la vie économique (chap. 5). Le contexte est donc propice au rapprochement des associations pré-hanséatiques. Enfin, avant même que la Hanse ne s’institutionnalise après 1350, un même référent discursif est utilisé par toutes les associations de marchands : le « commun marchand », désignant de manière quasiment allégorique « l’intérêt et l’utilité du marchand en général, notamment la liberté et la sécurité de son commerce » (chap. 6). Se tisse alors, à l’initiative de Lübeck et des villes wendes à partir de 1280, une véritable fiction politique autour de laquelle se fédèrent les intérêts des marchands et des villes allemands. Avant la seconde moitié du xive siècle, la Hanse existe dans les discours, mais pas dans les faits.

Il n’y a pas eu d’harmonisation des lois et des coutumes du commerce dans la mer du Nord et la Baltique au profit d’une hypothétique Hanse. C’est ce que montre Tobias Boestad dans une troisième partie aux thématiques plus juridiques, en s’attachant aux attentes des associations en ce qui concerne leurs droits et les conditions de leur exercice du commerce. Il montre la capacité des groupes de marchands allemands à s’adapter à des environnements juridiques pluriels sans chercher à en réduire l’hétérogénéité. Il analyse, à travers des études de cas sur le conduit des marchands puis sur leur disculpation à l’étranger (chap. 7 et 8), la manière avec laquelle, au prix de maintes négociations, les chartes délivrées à ces hommes s’insèrent dans le droit local à partir du xiie siècle. S’il n’y a pas d’harmonisation à l’échelle internationale, se repèrent néanmoins, dans ce que les associations revendiquent et obtiennent chacune de leur côté, des éléments communs : la libre circulation des marchandises, la sûreté des biens et le recours à des témoins et à des co-jureurs allemands pour pallier l’isolement lors des procédures juridiques.

Vient la dernière étape de l’analyse, celle de l’institutionnalisation de la Hanse. Dans sa quatrième partie, Tobias Boestad fait le récit des événements qui, des années 1290 aux années 1370, conduisent, non sans discontinuités, au rapprochement des différentes « hanses » en une seule, la « Hanse allemande » (chap. 9). L’espace commercial nord-européen est devenu un réseau cohérent de marchés articulés entre eux. Certains gouvernements municipaux s’emploient alors à réunir les hanses jadis formées sur ces marchés. Les conflits entre les villes allemandes et les rois de Danemark et de Norvège, n’ont pas peu joué dans la réalisation de ce processus. Il faut créer des institutions – diètes et délégués consulaires – plus à même que les simples assemblées locales, de prendre les décisions qui concernent tout le monde. Pour l’auteur, l’institutionnalisation de la Hanse est le fruit des circonstances. Cette politique qui donne naissance à une forme originale de parlementarisme, celle des diètes hanséatiques, s’accompagne de l’élaboration de nouvelles normes, sur lesquelles les diètes de la seconde moitié du xive siècle se sont appuyées pour fonder leur légitimité (chap. 10). À l’origine – au début du xiiie siècle –, le droit des Allemands est un simple outil de résolution des conflits, formalisé au sein de chaque association pour régler les différends et respecter les statuts. Il devient un outil d’influence symbolique manié par certaines municipalités – Lübeck, Visby et Riga – pour tenter de s’imposer dans les comptoirs des associations, puis un droit qui règle les relations intermunicipales notamment au sein des diètes qui, alors que les villes sont indépendantes les unes des autres, peuvent parler au nom de toutes pour promouvoir et protéger leur commerce extérieur. Mais, encore à ce moment précis, la légitimité des diètes n’est pas acquise : l’institutionnalisation de la Hanse reste inachevée vers 1370.

Une fois le livre refermé, on salue son style, la richesse de ses informations, son art de la synthèse, la minutie de ses études de cas, son sens de la nuance, sa parfaite connaissance des sources ou encore l’intelligence de ses débats avec l’historiographie. Loin d’imposer une lecture téléologique de la formation de la Hanse, Tobias Boestad réussit à montrer son émergence lente, complexe et jamais linéaire à partir du xiie siècle, encore qu’il n’ait pas épuisé le sujet : par l’exemple, l’étude systématique des acteurs et des institutions qui se réfèrent à la Hanse est à poursuivre. On sait gré à l’auteur d’avoir publié si vite sa thèse pour le profit du commun historien.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 1 septembre). Compte-rendu : Tobias Boestad, Pour le profit du commun marchand. La genèse de la Hanse (xiie-milieu du xive siècle), Genève, Droz, 2022. Histoire Urbaine. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4za

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search