Philippe Bragard, Jean-François Chanet, Catherine Denys et Philippe Guignet, (sous la direction de), L’armée et la ville dans l’Europe du Nord et du Nord-Ouest du XVe à nos jours, Louvain, Université Libre de Louvain et Academia-Bruylant, 2006, 410 p. (Olivia Carpi)

 Cet ouvrage collectif correspond à la publication des actes (26 contributions au total) d’un colloque qui s’est tenu en 2004, organisé conjointement par le CRHEN-O (Université de Lille III) et l’Université catholique de Louvain. Réunissant des chercheurs belges, luxembourgeois néerlandais (soit les deux tiers des intervenants) et français, confirmés ou débutants, spécialistes de l’histoire des villes (majoritaires) ou de l’armée, cette rencontre scientifique internationale se proposait de réfléchir, dans une optique comparatiste, sur la question des relations entre sociétés militaires et sociétés citadines, envisagées sur le temps long, c’est-à-dire de l’époque médiévale à 1939 (sachant toutefois que la plupart des communications s’échelonnent entre le XVIIe et le XIXe siècle) et dans une aire géographique large, celle d’une Europe occidentale et septentrionale, précocement et fortement urbanisée mais aussi durablement marquée par l’affrontement des grandes puissances territoriales.

C’est là la première originalité de ce colloque dont la seconde réside dans l’absence de focalisation sur le fait guerrier, afin de ne pas « écraser la perception historique de cette confrontation (entre ville et armée) dans la violence destructrice » (p. 397) et afin d’éviter aussi d’entonner le couplet quelque peu rabattu et caricatural des exactions d’une soldatesque incontrôlable et de la mesquinerie de bourgeois « planqués ». L’objectif était au contraire de tâcher de restituer et de comprendre la complexité des rapports qui se sont établis, sur le long terme et en dépit des aléas de la conjoncture (poids des révolutions et des changements de régimes, naissance d’armées nationales, etc), entre soldats et civils, entre pouvoir central, états majors et municipalités, sans se borner aux seuls aspects économiques (approvisionnement et logement des gens d’armes) et techniques (fortification et armement) mais en envisageant également les phénomènes d’acculturation, d’interdépendance et de rejet, d’intégration ou de conflictualité entre ces deux catégories de contemporains « aux identités différemment structurées » (p. 397) mais régulièrement amenées à cohabiter dans le même espace (implications nombreuses et variées du casernement des troupes).

Précédées d’une très utile mise en perspective historiographique et suivies d’une conclusion ramassée, compensant toutes deux l’absence de problématisation d’un certain nombre d’entre elles, ces communications d’une grande densité de contenu n’apportent pas à proprement parler de révélations sur le sujet mais la confirmation de l’intérêt de cette approche. Au-delà de la mise en exergue d’une grande permanence mais aussi d’une réelle convergence des comportements, qu’il s’agisse des problèmes de discipline ou de financement mais aussi des modalités de dialogue entre autorités civiles et militaires (dont la collaboration l’emporte souvent sur le conflit afin d’offrir un front commun face au pouvoir central, dans certaines circonstances), on constate, en effet, qu’en période de paix, dans l’univers urbain, bien davantage que dans le monde rural, l’armée est autant, si ce n’est plus, une aubaine qu’une calamité et pas seulement en termes économiques, même si cet apport est loin d’être négligeable, quoique pas toujours à la hauteur des espérances des bourgeois, et délicat à quantifier. Car on constate également qu’en dépit des contraintes de tous ordres (pas seulement financières), des difficultés de communication et de coexistence au quotidien, réelles mais pas insurmontables, soldats et citadins ne forment pas deux isolats étanches et incompatibles, qu’ils s’interpénètrent plutôt de manière constructive, en particulier dans le domaine culturel au sens large, la présence de la troupe suscitant une animation de la vie locale, favorisant l’acclimatation d’idées ou de normes nouvelles, notamment en matière d’hygiène, contribuant même, le cas échéant, à la préservation ou à l’enracinement d’un régime politique (époques de la Ligue et de la Révolution française).

Ainsi, le grand mérite de ce colloque c’est bel en bien d’en finir avec des préjugés tenaces en montrant, par exemple, qu’en France, « les relations entre citadins et garnisons étaient moins tumultueuses au XVIIIe siècle avec une armée professionnelle au service du roi, qu’au XIXe siècle avec l’armée de la Nation » (p. 400). C’est probablement ce qui explique qu’en dépit des désagréments que cela pouvait causer (et qui se révèlent parfois de manière dramatique sur le long terme, lorsque ces cités ne disposaient pas d’assises économiques et sociales solides), les villes n’aient jamais dédaigné d’héberger une garnison, faisant même pression sur leurs autorités de tutelle en vue d’en recevoir ou d’en garder une, de préférence à leurs voisines. Cela étant, nombre de ces communications montrent que cet attachement des villes à l’armée dépasse largement la dimension économique ou politique, la présence de celle-ci et les liens noués avec les habitants ayant également servi de substrat à l’élaboration d’une identité spécifique dont les places frontière n’auraient pas l’apanage.

Ainsi, bien que, par la force des choses, il n’ait pas été possible, d’aborder tous les aspects du sujet, ce colloque témoigne assurément de la fécondité de ce champ de recherche qu’il devrait stimuler et orienter dans des directions encore peu explorées telles que l’étude des mentalités et de l’opinion dans ces villes de garnison, vivant en symbiose avec l’armée ou l’analyse plus pointue des relations entre civils et militaires, en particulier entre les soldats et les femmes, en lien avec les problématiques de l’histoire du Genre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.