Compte-rendu : Mack P. Holt, Des vignerons dans la ville. Vin, religion et culture politique à Dijon (1477-1630), 2022

Mack P. Holt, Des vignerons dans la ville. Vin, religion et culture politique à Dijon (1477-1630), Dijon, Éditions universitaires de Dijon (Histoires), 2022, 324 pages (traduction par Michèle Lurdos de The Politics of wine in Early Modern France : Religion and Popular Culture in Burgundy (1477-1630), Cambridge University Press, 2018)

compte-rendu réalisé par Patrice Beck

Dans son « Avant-propos », Jérome Loiseau rappelle que Mack. P. Holt, professeur désormais émérite d’histoire moderne de la Paul Mason University de Virginie, est bien connu des spécialistes de l’histoire du xvie siècle français, notamment des guerres de religion dont il a étudié particulièrement l’impact sur la culture politique et la sociabilité de la population dijonnaise. Le présent ouvrage, traduction de l’américain d’un livre paru en 2018, est le « fruit d’un long compagnonnage avec Dijon et ses archives originales » (p. 5). Ont été notamment dépouillés les décrets des états de Bourgogne et les délibérations de la commune entre le dernier quart du xve et le premier tiers du xviie siècle. Quant à la bibliographie, elle compte près de 300 références : des auteurs anglo-saxons pour une petite moitié et des auteurs bourguignons et français. Gaston Roupnel et Henri Drouot sont revisités et Roger Chartier comme Robert Descimon alimentent le dispositif conceptuel et le questionnaire mis en place. « Qu’elle était la gamme des relations existant entre les élites cultivées et les classes populaires à Dijon entre la fin du xve siècle et le début du xviie siècle ?… Comment les gens ordinaires, en particulier ceux qui travaillaient dans le domaine viticole, comprenaient les luttes politiques et religieuses et y prenaient part ? » (p. 18). Avec Roger Chartier, Mack Holt pense que « la thèse de l’acculturation du haut vers le bas ne doit pas sous-estimer l’impact des contributions culturelles allant du bas vers le haut » et qu’il faut parler « désormais plus volontiers de l’interaction symbiotique entre traditions savante et populaire » (p. 17-18). Chez Robert Descimon, il puise l’idée que si les oppositions religieuses entre catholiques et protestants ont bien nourri la guerre, ce sont, une fois la conversion d’Henri de Navarre digérée, certes plus ou moins bien et rapidement, deux factions catholiques qui s’affrontent sur les concepts du pouvoir. Les ligueurs, fervents catholiques romains, défendent la religion comme ciment de l’autorité et la charte médiévale instituant des relations contractuelles avec le roi et garantissant les libertés locales. Les nouvelles élites urbaines composées de juristes, de financiers des cours des comptes et de conseillers en Parlement, sont tout aussi catholiques mais gallicans, et se satisfont d’une verticalité du pouvoir pour servir directement le roi et l’État, asseoir et conforter ainsi leur position. L’intelligence d’Henri IV fut moins de s’opposer frontalement mais plutôt de négocier avec les élites locales pour les rallier à sa cause et, « lorsque celles-ci se détournèrent de la cité pour collaborer plus étroitement avec le roi, ce moment marqua la première germination de la monarchie absolue au xviie siècle » (p. 170 et suivantes).

Le livre est divisé en trois parties chronologiques : la première plante le décor institutionnel, religieux et socio-économique de la première moitié du xvie siècle, les deux suivantes ses mutations entraînées par le développement du protestantisme, les guerres de religion et la réforme catholique. Les huit chapitres balancent bien entre le général et le local.

Dans le premier chapitre, c’est l’élection du maire qui constitue le fil directeur : c’est un moment de cristallisation et donc un observatoire essentiel des comportements sociaux, des relations entre le sacré et le profane, les élites et le peuple, l’institutionnel et l’informel. On y voit que, courant xvie siècle, le discours officiel a dû abandonner la « vision idéale de l’harmonie sociale et politique » appuyée sur la narration sans détail de l’unanimité du vote, qu’il a dû inévitablement tenir compte de la dure réalité de la majorité relative, de la pluralité des candidats et des tumultes engendrés par la tradition des libations offertes par les candidats à leurs électeurs mobilisés dans les rangs des artisans et des vignerons.

Dans le chapitre 2 consacré aux expériences religieuses des laïcs, une visite guidée de l’église paroissiale Saint-Michel est proposée : elle met habilement en situation du quotidien les principaux comportements religieux, les dévotions, les solidarités et les distinctions sociales. Mais il manque peut-être une présentation de leur esthétique et donc du marché de l’art, qu’un recours aux spécialistes, telle Catherine Chedeau, pouvait permettre de réaliser facilement.

Les 33 pages du chapitre 3 traitent des techniques professionnelles, de la topographie sociale et du niveau de vie des vignerons constituant au moins 20 % de la population dijonnaise. Les questions sont judicieuses mais traitées parfois approximativement. Nous faire visiter la rue Vannerie d’un pas de porte à l’autre est une idée lumineuse mais pour étudier les voisinages, il ne faut pas oublier qu’ils sont aussi verticaux et pas seulement horizontaux (p. 129). Surtout, la clarification nécessaire entre faire-valoir direct et indirect, entre investisseurs-rentiers, propriétaires-récoltants, tenanciers-vignerons et salariés de la vigne, n’est pas aboutie (p. 112) : c’était pourtant essentiel car on ne sait pas finalement qui vote et qui pèse sur la vie politique parmi ces vignerons, qui sont loin de tous se déplacer (p. 140).

Dans les cinq chapitres suivants, la présentation des mutations du système d’accession à la mairie, la mécanique d’éviction des artisans et des vignerons du corps électoral ainsi que le renforcement de l’encadrement moral et religieux sont en revanche solidement présentés. C’est l’échec constant des candidats protestants à la mairie, en raison notamment du vote vigneron collé à la mystique catholique de l’Eucharistie (p. 141). C’est aussi l’échec de la Ligue en raison du poids des notables légitimistes et de ceux qui voient dans la collaboration avec le roi le meilleur moyen d’ascension sociale (p. 171). Avec leur complicité négociée, c’est la mise en place de l’élection indirecte du maire en 1608-1609 et si en 1611-1612 le mode ancien d’élection revient, c’est avec le vote censitaire qui ampute de facto le corps électoral d’environ 40 % à 50 % de son effectif (p. 241-242). Les vignerons qui avaient subi la crise inflationniste des années 1590 (p. 182-194) sont largement évacués du processus et ils n’occupent plus de place que dans les pièces satiriques, politiques et moralisatrices, que la ville commande à son institution de divertissement de la « Mère folle » (p. 242-248). Il n’y a pas d’évêque résidant à Dijon avant 1730 mais les fondations de nouveaux ordres religieux, financées par les élites bourgeoises sous la bienveillante protection de la ville et du roi, encadrent étroitement la population, son éducation et sa catholicité gallicane (p. 256-259).

La pression s’accentue avec Louis XIII, qui met moins les formes : fin 1628 le roi en visite à Dijon reçoit l’allégeance de la ville mais refuse ses cadeaux et tarde à réaffirmer ses privilèges ; en 1629, il tente d’imposer de nouvelles taxes sur la circulation du vin et parle de délester les élus provinciaux de leur prérogative de répartition et de collecte de l’impôt royal ; il prend prétexte de l’émeute « du Lanturlu » du 27 février 1630 pour corseter plus encore l’élection du maire… Il y a bien quelques retours en arrière, mais les phases d’assouplissement sont moins nombreuses que les périodes de durcissement : la politique royale face aux « libertés » provinciales installe, progressivement mais sûrement, les principes et les rouages de la monarchie absolue. C’est tout le mérite de ce livre de nous montrer cette transformation de la vie politique et sociale d’une capitale de province entre la fin du xve et le début du xviie siècle, en s’efforçant de n’oublier aucun des acteurs et d’animer le débat conceptuel.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 11 octobre). Compte-rendu : Mack P. Holt, Des vignerons dans la ville. Vin, religion et culture politique à Dijon (1477-1630), 2022. Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zg

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search