Compte-rendu : Émilie D’Orgeix et Nicolas Meynen (dir.), L’armée dans la ville (2022)

Émilie D’Orgeix et Nicolas Meynen (dir.), L’armée dans la ville. Forces en présence, architectures et espaces urbains partagés (xviexxie siècles), Toulouse, Presses Universitaires du Midi (Collection Architectures), 2022

compte-rendu réalisé par Camille Cilona

La publication – à quelques exceptions près – des actes du colloque éponyme de Toulouse, qui s’est tenu en 2018, fournit à Émilie D’Orgeix et Nicolas Meynen l’occasion de collaborer une nouvelle fois à la direction d’un ouvrage édité par les Presses Universitaires du Midi, quatrième volume de la collection Architectures1. Dans la droite ligne de leurs efforts conjoints, notamment au sein du programme « Patrimoine militaire » qu’ils codirigent, ce travail œuvre à une prise de conscience collective – au sens où elle implique tous les professionnels concernés – de l’enjeu que représente la compréhension des processus de patrimonialisation du bâti militaire en contexte urbain. Réunissant des auteurs intéressés à divers titres par le sujet, L’armée dans la ville… démontre d’abord la nécessité de faire dialoguer les disciplines autour d’un objet d’étude partagé : historiens, géographes, architectes et professionnels de la conservation et de la valorisation du patrimoine sont ainsi invités à prendre part à la discussion afin de rendre compte de la complexité des dynamiques à l’œuvre.

Si la question de la fabrique urbaine a été et demeure un champ fertile de l’histoire urbaine, l’introduction constate que l’état de la recherche, limité à des monographies, est lacunaire. Elle rappelle le besoin de renouveler les interprétations de la dimension militaire de l’histoire urbaine et se propose d’adopter une démarche comparative pour « mieux saisir les phénomènes de “domestication” de l’armée par les villes […], “rematérialiser” la présence de l’armée et ses besoins en termes d’occupations d’espace pour évaluer son rôle dans la construction de la fabrique urbaine » (p. 9). Il s’agit moins, par conséquent, d’une histoire incarnée des relations entre soldats et civils que d’une histoire matérielle et culturelle, faite d’empreintes et d’interactions entre bâti militaire et morphologie urbaine.

Quatre parties thématiques couvrent les questions de « l’armée et la ville », « la survivance de l’enceinte et l’application de servitudes », « la microsociété et l’organisation fonctionnelle » et enfin « le partage des espaces, reconversions et régénération urbaine ». La table des matières répond à la volonté des auteurs d’appréhender au travers d’études de cas toutes les étapes de la longue vie des édifices militaires analysés, depuis leur conception au stade du projet architectural à leur valorisation ou à leur abandon en passant par leurs remaniements successifs. La chronologie s’en trouve élargie en conséquence et embrasse une longue période, du xvie à nos jours.

La première partie est nourrie par quatre études de cas qui retracent les évolutions de la présence et de l’architecture militaires dans les villes de l’ouest de la France (Stéphane Perréon), Vendôme (Gaël Simon), Toulouse (Nicolas Meynen) et Versailles (Christophe Pommier). Les auteurs y proposent une exégèse minutieuse des projets architecturaux, notamment de casernement, que l’administration militaire a conduits. De ces analyses, il ressort de nombreux points communs, parmi lesquels les difficultés des ingénieurs et architectes à mener à bien et, le cas échéant, à adapter leurs propositions face à une autorité indécise, sinon en manque de moyens. Certains aspects moins travaillés par l’historiographie, dont on aurait eu plaisir à lire de plus amples développements, affleurent en filigrane. C’est le cas de la question de l’opportunisme des corps de ville qui, in fine, profitent tous des infrastructures militaires. Si la description très détaillée des projets architecturaux se fait parfois au détriment de l’analyse plus fine des jeux d’acteurs et des stratégies qui président à ces dynamiques, il n’en demeure pas moins que cette partie introductive démontre bien la complexité qui régit la conception, l’adaptation et parfois l’abandon des projets architecturaux gérés par les autorités militaires.

L’enceinte urbaine est au cœur des réflexions des deux auteurs du second axe, qui compensent par la qualité de leurs propositions l’infériorité numérique de leur partie. Philippe Diest présente ainsi le cas original de l’accommodation au risque des populations urbaines au contact de magasins à poudre et champs de tir, objets mal connus qui laissent peu de traces dans la morphologie urbaine. Il démontre que les civils ont su tirer parti du risque représenté par ce voisinage particulier au point d’en jouer et d’œuvrer pour la permanence des troupes. Ainsi, à la crainte des civils sur laquelle l’historiographie a trop insisté, P. Diest oppose la rationalité des militaires qui orientent leurs efforts vers la réduction des risques, et l’ingéniosité des citadins à trouver des bénéfices à une situation dangereuse. Simon Guinebaud expose quant à lui le sort particulier de l’enceinte de Dinan, dont la propriété finit, au terme d’un processus complexe, par échoir aux habitants. Posant la question de la propriété originelle des fortifications, il soulève celle du dilemme insoluble – entre démantèlement motivé par les coûts intenables de l’entretien, et conservation en raison de la valeur identitaire de l’ouvrage – devant lequel nombre de villes fortifiées se trouvent à un moment ou à autre de leur histoire. Les tractations qui alimentent le débat dans le cas de Dinan révèlent l’intérêt particulier des habitants pour ce patrimoine, dont on mesure alors la valeur identitaire.

La troisième partie s’attache à comprendre l’organisation socio-spatiale des espaces à vocation militaire et leur intégration dans la vie urbaine. Les cas de Lille (Éloi Vincendet), du Palais (Christophe Cérino) et de Lyon (Bruno Morel) démentent de nombreux préjugés sur ces questions. La citadelle de Lille par exemple, pensée à l’instar de la plupart des ouvrages militaires comme autonome, devient une réelle extension de l’espace urbain, pleinement intégrée aux dynamiques propres à la population civile. Loin du monolithe indépendant, cet exemple démontre la capacité des ouvrages militaires à s’imposer comme des espaces partagés, théâtres de relations complexes et changeantes entre civils et militaires, concurrents et partenaires à tour de rôle.

Trois études de cas rapprochées par leur questionnement autour du partage des espaces – les casernes des mousquetaires du roi par Julien Wilmart, Cyrille Savin et Pont-Saint-Esprit et Stéphane Valognes à Cherbourg –, couplées à la conclusion méthodologique d’Émilie d’Orgeix, concluent l’ouvrage. L’article de Julien Wilmart est précieux en ce que les mousquetaires forment la première troupe française à se voir assigner une caserne comme logement permanent : à ce titre, sa comparaison avec les autres processus de casernement vus dans la première partie du livre est particulièrement intéressante. En l’occurrence, ses analyses révèlent toute la propension des militaires à s’intégrer sans difficulté au quotidien urbain, autant que celle des habitants à s’attacher à eux. Les soldats autant que les bâtiments qui représentent leur institution sont ainsi investis d’un fort pouvoir d’identification, participent non plus seulement à la vie économique, mais bien aussi symbolique de la communauté dans laquelle ils s’insèrent, contribuent à en embellir le voisinage, etc.

En définitive, L’armée dans la ville… tient ses promesses de pluridisciplinarité et restitue les débats du colloque dans un bel ouvrage, abondamment illustré par des documents d’archives et des photographies de qualité. La riche participation d’É. D’Orgeix conclut l’ouvrage en rappelant d’importants jalons de la typo-morphologie, méthode qu’elle invite à appliquer davantage aux études des spatialités anciennes. Elle appelle de ses vœux un renouvellement des questionnements basé sur un changement d’échelle – non plus alimenté par des monographies mais bien par des corpus – et à rompre l’isolationnisme des sphères militaire et civile qui fait obstacle à la compréhension globale du patrimoine militaire urbain.

L’explosion de nouvelles pratiques comme l’urbex – pour urban exploration–, que Nicolas Offenstadt définit comme « la visite approfondie et sans autorisation le plus souvent, d’un lieu marginal, délaissé ou abandonné »2, témoigne de nouveaux modes d’interaction des populations avec le patrimoine militaire urbain, ouvrant un nouveau chapitre de son histoire. Désormais en bonne voie de professionnalisation3, ces nouveaux acteurs auraient toute légitimité à prendre part au débat ouvert par L’armée dans la ville… pour nourrir la réflexion de leur propre expérience de lieux qu’ils saisissent à une étape de leur vie, pour révélateur qu’elle soit des processus de patrimonialisation, encore peu investiguée par les professionnels et les universitaires.

1. Nous renvoyons à leur première publication dans ce cadre : Émilie D’Orgeix et Nicolas Meynen (sous la direction de), Fortifier la montagne, xviiie-xxe siècle : histoire, reconversion et perspectives de mise en valeur du patrimoine militaire en montagne. Toulouse, Presses Universitaires du Midi (Collection Architectures), 2016.

2. Nicolas Offenstadt, Urbex. Le phénomène de l’exploration urbaine décrypté, Paris, Albin Michel, 2022, p. 11.

3. Les travaux de Nicolas Offenstadt laissent la part belle au patrimoine militaire : idem, Urbex RDA : l’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Paris, Albin Michel, 2019 ; il est depuis peu accompagné par Guillaume Yverneau autour des ouvrages militaires de la Seconde Guerre mondiale abandonnés en Normandie.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 11 octobre). Compte-rendu : Émilie D’Orgeix et Nicolas Meynen (dir.), L’armée dans la ville (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zh

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search