compte-rendu : Juliette Rennes, Métiers de rue. Observer le travail et le genre à Paris en 1900 (2022)

Juliette Rennes, Métiers de rue. Observer le travail et le genre à Paris en 1900, Paris, éditions de l’EHESS, 2022

compte-rendu réalisé par Claire Blandin

 

Grâce au soutien de l’ANR, Juliette Rennes a pu mener une recherche au long cours sur la diversité des métiers de la rue parisienne, représentés dans les images populaires, au début du xxe siècle. Très bien illustrée, cette publication des éditions de l’EHESS peut être qualifiée de « beau livre ».

Le 21 février 1907, les deux premières femmes cochers de Paris suscitent la curiosité des passants et des journalistes (l’autrice dénombre 300 articles dans les journaux à grand tirage et autant de cartes postales sur leur formation et leur entrée dans le métier). Le processus de patrimonialisation du Paris pittoresque et de ses métiers de rue accompagne la spectacularisation de la ville et le développement du tourisme. C’est cette gloire éphémère des cochères, phénomène social et médiatique, qui a au départ intrigué Juliette Rennes. Mêlant sociologie des cas, micro-histoire et théorie de l’événement, elle se lance dans une analyse des normes sociales. Le projet de Juliette Rennes est d’étudier « les métiers de rue et leur régime de visibilité à Paris en adoptant une perspective de genre ». Il combine de fait à la fois l’étude du travail des Parisiennes sous la Troisième République, celle des luttes féministes (notamment dans le monde du travail), de l’histoire urbaine (en particulier à travers la présence des classes populaires dans l’espace public). Juliette Rennes propose également une contribution à l’histoire visuelle en croisant une histoire des représentations et une histoire des regards portés sur les métiers (elle inclut l’idée de visualité, la façon dont une société définit ce qui doit être vu). L’un des enjeux est aussi que ce regard est celui d’hommes (et d’hommes d’un certain âge). Le corpus iconographique mobilisé comprend plusieurs centaines de cartes postales représentant des « métiers de rue » des années 1900 (un objet très courant), et Juliette Rennes mobilise en plus des articles de presse une soixantaine d’ouvrages de l’époque (reportages, enquêtes sociales), mais aussi les annuaires professionnels, archives de la justice… Elle se lance dans un projet d’objectivation de la masculinité des métiers exercés sur la voie publique et interroge ainsi l’espace parisien d’aujourd’hui. Si les agressions sexuelles sont devenues un problème public, elles étaient déjà évoquées par les féministes du début du xxe siècle.

Les « métiers de rue » sont tout d’abord présentés en tant qu’expérience du travail sur la voie publique. Juliette Rennes souligne l’hétérogénéité des statuts, des organisations et de la démographie de ces métiers. Ils sont d’ailleurs menacés par la transformation urbaine amorcée sous le Second Empire : l’haussmannisation mais aussi les nouvelles politiques d’hygiène, d’industrialisation et de mécanisation qui conduisent à la disparition de techniques et de savoir-faire artisanaux : la distribution d’eau à domicile fait par exemple disparaître les porteurs d’eau. La rue est un espace dominé par les hommes : Juliette Rennes propose (p. 117) une synthèse par secteur d’activités qui permet de repérer les bastions masculins comme le bâtiment ou le transport. On met par ailleurs en place un contrôle du vagabondage (majoritairement masculin) et les formes de mobilité des femmes sont très vite assimilées à des déviances (prostitution). La figure de la Parisienne est une bourgeoise aisée qui doit faire l’apprentissage d’un strict code de déplacement. Dans le même temps, les métiers proposés aux femmes sont de plus en plus marqués par la sédentarité et les espaces intérieurs, reprenant le modèle bourgeois des deux sphères.

L’autrice déplace ensuite son regard vers les travailleuses minoritaires dans les secteurs du transport, du bâtiment, des travaux publics… et étudie les trajectoires professionnelles et personnelles. Dans cette partie, elle s’attarde sur le parcours de madame Dufaut, cochère, avant de débusquer le faisceau de représentations qui rendent cette profession socialement acceptable pour les femmes (la familiarité avec le cheval, l’alphabétisation des filles des classes populaires) et comment la presse joue un rôle dans cette acceptation. Dans les secteurs mixtes, Juliette Rennes souligne les représentations de tout ce à quoi les femmes sont exposées : le froid, l’humidité, les « intrusions d’un collègue »… Elles ont une place importante sur les marchés alimentaires et notamment le Carreau des Halles. Lorsque la vente est ambulante (Quatre saison, « au panier »), elle est synonyme de forte expositions aux brutalités policières, étudiées grâce aux articles de la presse populaire (on trouve dans ce domaine des exemples de journalisme immersif dès les années 1900). Bien qu’il s’agisse d’une tâche de force physique, exercée à l’extérieur et ambulante (allant donc à l’encontre des normes de répartition genrées), elle est accessible aux femmes, car subalterne. Cette hiérarchisation permet aussi aux femmes d’accéder aux métiers liés à la gestion des déchets : elles sont balayeuses ou chiffonnières.

Le plus souvent, les cris des vendeurs dans l’espace public sont cependant masculins (vendeurs de journaux) ; la pratique masculine de courir en criant impressionne les contemporains. Camelots, colporteurs, mais aussi bonisseurs et banquistes (dans les fêtes foraines) occupent l’espace sonore. Juliette Rennes s’intéresse à la figure d’Amélie Elie, « Casque d’or », rare prostituée abondamment représentée. Elles sont pourtant nombreuses à « faire le trottoir » après le déclin des maisons closes à la fin du xixe siècle. Mais chez les prostituées comme partout, plus les femmes avancent en âge, moins elles sont présentes dans le monde du travail, et les femmes âgées sont surreprésentées parmi les indigents, pour cette période et pour celle qui a précédé. Autour de la page 300, les éléments synthétisés sur ces perceptions des corps féminins comme vieillissants (des écrits de Madeleine Pelletier aux travaux de Claire Zalc, en passant par les journaux intimes réunis par Philippe Lejeune) sont tout à fait passionnants.

Les femmes pionnières (comme les colleuses d’affiche par exemple) sont, elles, représentées comme jeunes (« juvénisées ») et érotisées, voire comme des belles monnayant leurs charmes avec la course (cochères) – Juliette Rennes multiplie d’ailleurs les exemples de productions culturelles associant le monde des cochères à celui de la prostitution. Son hypothèse est qu’en « assimilant toute femme sortant des rangs à une prostituée, ces représentations tentent aussi d’empêcher l’émergence d’un autre ordre sexuel et de genre » Parmi les jeunes femmes érotisées, les modistes et midinettes constituent une catégorie spécifique. Leurs déplacements en ville les exposent aux suiveurs dont le comportement semble être « une expression naturelle du désir viril ».

La presse de l’époque présente l’accession des femmes aux métiers de cochère et de colleuse d’affiches comme le résultat des luttes féministes. En fait, ce sont plutôt des entrepreneurs qui tirent un profit (symbolique et matériel) de cette ouverture dans un contexte de visibilité des idées féministes (un premier feminism washing ?). L’accession des femmes à ces professions est vue comme un élément d’un processus en cours : « les avancées de l’égalité des sexes tendent à être perçues comme un effet du développement historique se produisant, d’une certaine manière, naturellement et sans acteur concret », ce qui correspond au « régime d’historicité » (F. Hartog) progressiste et téléologique, qui domine alors les mises en récit de la temporalité, dans le cadre de la mise en place du régime républicain. C’est dans ce cadre que s’élabore un discours sur les pionnières dans les années 1880 ; leurs accessions aux métiers d’hommes sont présentées comme autant de conquêtes du féminisme. Les intéressées se réfèrent au « féminisme » dans les interviews, mais les féministes ne soutiennent pas en amont les cochères ou les colleuses (ce qu’elles font pour les premières avocates, médecins ou fonctionnaires de l’administration). L’ouvrage propose régulièrement des encadrés. Celui de la page 356 est particulièrement intéressant. Il reprend un article de Maria Martin publié en 1908 et d’une très grande actualité : elle montre en quoi le « bon féminisme » (socialement admis) est largement un antiféminisme déguisé.

La conclusion s’intéresse aux traces mémorielles de ces pionnières, souvent effacées par l’iconographie des femmes au travail dans la Grande Guerre. Avec cette publication, l’autrice souhaite sortir d’une étude des modèles de pionnières qui soulignent souvent un non-conformisme individuel. Elle montre en effet que le processus est toujours accompagné d’efforts militants qui montrent et normalisent cette ouverture de brèche. Elle s’inscrit aussi dans les travaux sur les « formes d’investissement ordinaires de la virilité par les travailleuses des classes populaires ». Cette recherche passionnante contribue à expliquer comment et pourquoi les normes de genre sont si profondément ancrées dans nos relations et représentations collectives dans le monde du travail. Tant par la méthode que dans l’appropriation des concepts, c’est une recherche historienne, proche d’une histoire culturelle du travail, à la fois innovante et tout à fait enthousiasmante.

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 11 octobre). compte-rendu : Juliette Rennes, Métiers de rue. Observer le travail et le genre à Paris en 1900 (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zi

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search