compte-rendu : Ph. Chassaigne, Chr. Lastécouères, C. Le Mao (dir.), Urbicides. Destructions et renaissances urbaines du xvie siècle à nos jours (2021)

Philippe Chassaigne, Christophe Lastécouères et Caroline Le Mao (dir.), Urbicides. Destructions et renaissances urbaines du xvie siècle à nos jours, Pessac, Maisons des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2021

Compte-rendu réalisé Youri Carbonnier

Recueil de 24 contributions regroupées en quatre parties, ce bel ouvrage propose de poser des jalons sur les questions de destruction, d’abandon, voire d’anéantissement des villes sur une période de cinq siècles, du xvie siècle à nos jours. Regrouper l’ensemble de ces événements sous le terme d’urbicide permet certes de frapper les esprits et d’attirer le regard sur les rayonnages des libraires, mais le mot semble recouvrir une réalité plus étriquée. Certes, comme l’homicide, l’urbicide peut être involontaire, mais l’abandon d’une ville par ses habitants doit-il réellement être assimilé à ce concept ? Le propos introductif de Christophe Lastécouères pose toutefois le cadre historiographique et conceptuel de l’urbicide, tel qu’il a été choisi pour cet ouvrage collectif. L’idée d’élargir le concept était du reste présente dès l’appel à contributions de ce qui fut d’abord un colloque, tenu à Bordeaux en 2018. Il s’agit, pour les directeurs de l’ouvrage, d’ouvrir la focale pour ausculter les différentes atteintes qui touchent les villes et leurs populations. Si on songe immédiatement aux villes détruites pendant les guerres, dont les événements récents se sont chargés de rappeler l’actualité à l’est de l’Europe, on oublie ce faisant une autre réalité de l’urbicide : celle de la disparition (ou du départ) de la population d’une ville. Les villes mortes, fantômes, abandonnées par une volonté politique ou à la suite d’une catastrophe, s’invitent donc logiquement dans le propos. Si la ville elle-même existe encore à travers ses bâtiments, l’absence de vie en leur sein trahit bel et bien la mort de la cité, répondant ainsi au concept étudié.

Le propos est organisé en quatre parties, nourrie par des contributions d’historiens, mais aussi de géographes, de sociologues, d’architectes et d’urbanistes. La première répond le plus directement à la notion d’urbicide, puisqu’elle s’attache aux villes détruites par les combats, à commencer par Thérouanne. L’intention urbicide est manifeste avec cette cité épiscopale rasée en 1553 sur ordre de Charles Quint, avec interdiction de reconstruire, niant ainsi la présence française en Artois. Un court article rappelle l’intérêt archéologique de cette situation qui pourrait permettre une fouille systématique d’une ville de l’orée de l’époque moderne. L’article consacré aux massacres de Drogheda et de Wexford, perpétrés par les troupes de Cromwell à l’automne 1649, récuse l’urbicide, parce qu’« il n’y a aucune volonté de détruire », montrant par là une lecture restreinte et traditionnelle de ce concept. L’emploi massif de l’artillerie, avec les destructions qu’il entraîne, constitue toutefois un élément qui semble annoncer les bombardements à venir. Ceux-ci occupent les trois contributions suivantes : destructions systématiques de Châteaudun (en 1870) et de Maillé (en 1944), de Lens, située sur la ligne de front durant la quasi-totalité de la Première Guerre mondiale, qui en sort à l’état de ruine, résultat d’une volonté de l’occupant allemand selon le maire émile Basly, ou bombardements alliés sur la France entre 1940 et 1945, cas d’« urbicide comme dommage collatéral », à la différence des bombardements alliés sur les villes allemandes, visant à l’annihilation. Ces trois contributions soulèvent en outre la question de la mémoire (au cœur de la troisième partie), dont le maintien ou la construction a posteriori fondent l’image dramatique passée à la postérité, ou, au contraire, longtemps étouffée, comme les bombardements alliés meurtriers qui détonnent dans la construction binaire de la mémoire française de la Seconde Guerre mondiale. Le récit de la prise de Bouaké par les forces rebelles en septembre 2002 apparaît quelque peu en décalage. Certes, les destructions et les massacres accompagnèrent cet événement, près de 200 000 habitants fuirent la ville, l’économie et les services publics furent durablement touchés, mais, pour autant, l’urbicide, même involontaire, ne semble pas tout à fait avéré. La contribution qui clôt la première partie offre une intéressante réflexion sur l’élaboration précoce (au début de la période moderne) de normes protectrices, visant à éviter la destruction des villes et de leurs populations, avec des effets encore limités.

La deuxième partie propose six « autres figures de l’urbicide », c’est-à-dire des situations de dépeuplement ou de désagrégation urbaine qui ne résultent ni d’une volonté destructrice, ni de la violence des conflits armés. Ainsi les villes fantômes de l’Ouest canadien, nées de l’avancée du chemin de fer ou de l’exploitation minière, ont disparu avec la ressource qui était à leur origine. Il s’agit donc bien de villes mortes (même si quelques-unes ont été transformées en parc historique), à l’existence éphémère. La lente déliquescence de la station thermale pyrénéenne des Eaux-Bonnes fait écho à cette situation. Destination à la mode sous le Second Empire qui fait d’elle une ville authentique, elle souffre d’un abandon rapide dès le début du xxe siècle ayant entraîné la dégradation du patrimoine bâti et des démolitions à l’origine de véritables dents creuses dans le tissu urbain. L’accent est mis sur l’intérêt patrimonial et les difficultés de préserver et de faire vivre un tel patrimoine. Le cas de quartiers en déclin ou menacés par une opération immobilière offre un changement d’échelle. L’Algérie fournit deux exemples de quartiers en déclin, par négligence ou abandon, qui font écho au cas des Eaux-Bonnes : le quartier français de Ghazaouet et la casbah d’Alger, malgré le plan de sauvegarde censé la protéger. En revanche, l’exemple de Yaoundé et ceux de Bruxelles (les Marolles) et de Paris (les Halles) illustrent une volonté urbicide (ou du moins ressentie comme telle par les habitants) qui s’exprime par des aménagements urbains destructeurs et l’expulsion de la population. À Paris et Bruxelles, le recours aux archives engendre un mouvement de patrimonialisation des quartiers menacés.

La troisième partie revient sur la mémoire de l’urbicide, déjà abordée dans les deux parties précédentes. La mémoire par l’image d’abord : les images des villes détruites lors des révoltes françaises du premier xviie siècle (autour d’une rare planche imprimée représentant les places fortes reprises aux protestants par Louis XIII) et la « mise en intrigue » de la « désolation du Palatinat » en 1688-1689, événement devenu archétypal de l’urbicide du fait des destructions planifiées par la stratégie française, mais surtout de la publicité qui lui fut donnée, dès 1689, à travers l’estampe. La destruction sanglante de la ville rebelle de Canudos, au Brésil, en 1897, aurait pu tomber dans un oubli honteux sans la parution d’un livre au succès foudroyant, Os sertões d’Euclides da Cunha (1902), qui, certes, dénonce l’horreur des représailles, mais présente surtout Canudos comme une « urbs monstrueuse », justifiant en quelque sorte son urbicide et tissant une vérité mémorielle qui n’est remise en question qu’au milieu du xxe siècle. À l’inverse de cet épisode, l’urbicide subi par les Palestiniens en Cisjordanie se déroule de façon progressive : aux destructions des combats s’ajoutent les démolitions de maisons à titre de représailles ou les restrictions de permis de construire. L’un des aspects les plus originaux de cette forme d’urbicide est sans doute la transformation des quartiers rasés en zones boisées, qui semblent effacer jusqu’au souvenir possible d’une urbanisation disparue.

La quatrième partie, enfin, regroupe sept contributions qui se penchent sur les suites de l’urbicide, autour de la question de la reconstruction. Qu’elle soit menée par l’État ou par les autorités locales, elle donne lieu à des réflexions sur la forme urbaine, sur l’architecture et surtout sur le rapport au passé et, à nouveau, à sa mémoire. Faut-il rebâtir à l’identique comme à Varsovie ou, avec moins de succès, à Manille, rénover comme à Dieppe (après 1694) ou à Minsk (après 1945), « en effaçant au maximum la ville antérieure » ? Le cas dunkerquois présente une situation originale, puisque la ville n’est pas détruite, mais en quelque sorte détournée de la mer par le démantèlement de ses infrastructures portuaires en 1713. S’appuyant sur des plans morphologiques éloquents, l’analyse du centre-ville de Detroit offre un pas de côté : celui d’un centre urbain en perpétuel renouvellement, par l’action conjuguée (et souvent antagoniste) de l’initiative privée et des autorités publiques, qui semble à chaque époque annoncer ce que sera le centre-ville américain du lendemain. Deux derniers exemples très contemporains – et marginalement urbicides, au sens restreint du terme – viennent clore ce tour d’horizon. Bangui, figée dans la situation issue de la guerre civile du tournant du siècle, dont témoignent les ruines subsistantes et une fragmentation ethnique du territoire, peine à retrouver les infrastructures normales d’une capitale. Amatrice, dans le Latium, l’une des villes italiennes frappées par le séisme d’août 2016 et ses nombreuses répliques, présente une réflexion originale sur les processus de reconstruction fondés sur la prise en compte des communautés locales.

Comme le souligne Caroline Le Mao dans sa conclusion, ce recueil ne propose pas une définition de l’urbicide, mais des pistes de réflexion autour d’un concept polymorphe, susceptible de réunir l’ensemble des sciences sociales.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 11 octobre). compte-rendu : Ph. Chassaigne, Chr. Lastécouères, C. Le Mao (dir.), Urbicides. Destructions et renaissances urbaines du xvie siècle à nos jours (2021). Histoire Urbaine. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zj

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search