AAC : “Dire et punir le « faux » : les polices du métier à l’époque moderne (XVe -XVIIIe siècle)”, colloque 12-13 sept 2024 (Paris)

Appel à communication.

 

Dire et punir le « faux » :

les polices du métier à l’époque moderne (XVe -XVIIIe siècle)

Colloque, 12-13 septembre 2024

Paris (Ehess et Université Paris-Ouest-Nanterre).

 

 

Vincent Demont, Université Paris-Ouest-Nanterre

Mathieu Marraud, Centre de recherches historiques (CNRS-EHESS)

Solène Rivoal, INU Champollion d’Albi, (Université de Toulouse -UMR 5136 Framespa)

 

Argumentaire :

L’objectif de ce colloque est d’interroger les usages de la notion de faux, susceptibles de policer un métier ou une activité économique dans la ville moderne ou dans ses marges. Il s’agit, en d’autres termes, de questionner l’existence d’un ou de plusieurs modèles de bonne police par l’administration du « faux ».

Notre démarche se situe dans la lignée des travaux qui, depuis une quinzaine d’années, revisitent les pratiques économiques des hommes et femmes d’Ancien Régime à l’aune de leur inscription dans des régimes de pouvoirs ou d’appartenances, y compris en prenant en compte la contestation ordinaire de ces régimes par les acteurs eux-mêmes. L’attention portée aux possibilités de négociation interpersonnelle qui entourent l’exercice de telle ou telle activité économique (fabrication, vente, services, accès au crédit) a mis l’accent sur les savoirs pratiques, ou les capacités d’expertise des agents. Il n’en reste pas moins que ces capacités, individuelles ou collectives, dans la mesure où elles impliquaient une dimension sociale et politique, n’étaient pas sans limite.

Qualifier, juger et punir le « faux », qu’il soit repéré à tort ou à raison dans un produit, un service ou dans le statut juridique d’une personne, est l’une des expressions récurrentes de ces limites. Formulée de manière individuelle ou communautaire, s’appuyant sur les usages ou le droit positif, l’accusation dénonce alors une adversité à ce qui a été érigé en règle. Le « faux », comme contrefaçon ou usurpation, peut alors aussi bien qualifier la qualité du produit que la qualité de celles ou ceux qui le confectionnent ou en font commerce. Dire le « faux », c’est affirmer une expertise, mais aussi rappeler et défendre une autorité, y compris et peut-être surtout dans un contexte de juridictions multiples, voire de pluralité des normes. Ceci posé, l’accusation repose-t-elle avant tout sur des dimensions juridiques, économiques, sociales, religieuses ? Dire le faux est-il un moyen de dégager un espace d’obéissance ou d’interdits, en quête d’une bonté des marchandises, des prix, des services au public, ou bien de défendre un statut réservé à quelques-un(e)s ? L’accusation dessine-t-elle un périmètre d’exclusion, sert-elle un processus contraint d’inclusion, ou a-t-elle pour simple fonction la réaffirmation d’une règle préalable ?

L’appel à communication est ouvert à des travaux de première main portant sur tout le prisme des situations artisanales et commerciales, se situant à toute échelle d’utilisation de la notion de « faux », qu’il s’agisse de l’atelier, de la boutique, de la profession, de la ville ou du territoire. Les propositions de communication peuvent s’attacher à des usages aussi bien ponctuels que récurrents de cette notion. Elles peuvent interroger les éléments constitutifs du métier incorporé, masculin, féminin, mixte, jusqu’aux univers autrement régulés auxquels appartient largement le travail féminin. La ville étant le cadre choisi pour mener une étude comparative, l’appel à communication privilégiera des travaux portant sur des réalités sinon directement urbaines, du moins incluses dans un processus d’urbanisation.

Les propositions pourront interroger en particulier :

  • La nature des acteurs que qualifie la notion de « faux », aussi bien que celle des acteurs qui l’utilisent : « faux ouvriers », « juges incompétents », individus corporés ou non corporés, gradués ou non gradués d’une part, organisations de métier, instances municipales ou supra-locales variées, de l’autre.

  • La matérialité des objets et outillages, qu’il s’agisse des procédés de visite et d’expertise dans les ateliers ou manufactures, d’examen des produits sur les marchés, les foires et les douanes, y compris dans un contexte de renouvellement des techniques et d’ouverture de débouchés commerciaux.

  • La caractérisation des gestes et des autorisations qui lient les acteurs ou actrices aux marchandises : application d’une réglementation du travail, ou de plusieurs réglementations concurrentes, soumission à un barème fiscal, rituels d’inspection et d’enregistrement des individus, des marchandises, dans des lieux publics ou des habitats privés.

Les propositions, de 1500 signes environ, en français ou en anglais, peuvent être envoyées jusqu’au 2 février 2024 à l’adresse suivante : punirlefaux@gmail.com

Elles seront accompagnées d’un court CV.


Exposing and punishing “forgery”:

the policing of professions in the early modern era (15th-18th centuries)

September 12-13, 2024

Paris, Ehess-Université Paris-Ouest

Argument:

The aim of this conference is to examine the uses of the notion of ‘forgery’ in policing any given trade or economic activity in the early modern town and/or its peripheries. In other words, to question whether there existed one or more models of such suitable policing through the qualification of what was ‘fraud’.

Our approach inscribes itself in the scholarship that, over the last fifteen years, has revisited the economic practices of Ancien Régime men and women in terms of their inclusion in regimes of power or belonging, also by taking into account the actors themselves challenging these regimes. The focus placed on the possibilities of interpersonal negotiation surrounding the exercise of a given economic activity (manufacturing, retailing, services, access to credit) has shed light on the agents’ practical knowledge or expertise. The fact remains, however, that their skills, whether individual or collective, insofar as they inscribed themselves in social and political contexts, were not without limits.

Qualifying, judging and punishing ’fraud’, whether rightly or wrongly singled out in a product, a service or a person’s legal status, is one of the recurring expressions of such limits. Whether expressed individually or collectively, based on custom or positive law, such an accusation referred to any form of challenge to what had been established as the rule. “Forgery”, as it constituted counterfeit or usurpation, could then be employed to qualify the quality of the product as well as the quality of those who manufactured or sold it. To state the ‘fraudulent’ character of a thing implied mobilizing an expertise, but also to recall and endorse an authority, including and perhaps especially in a context of existing competing jurisdictions, or standards. Having said that, is this accusation based primarily on legal, economic, social or religious dimensions? Is pointing at ’fraud’ a manner of making room for obedience or prohibitions, in search of the integrity of goods, prices and services to the public, or on the contrary a manner of circumscribing a status to the happy few? Does this accusation draw lines to exclude, serve to include by means of a constrained procedure, or merely reaffirm an existing rule?

This call for papers welcomes original research spanning the whole prism of craft and commercial situations, at all scales of use of the notion of ’forgery’ – be it in a workshop, a shop, a profession, a town or a territory. Proposals may focus on one-off or recurring uses of this notion. They may examine the constituting elements of the incorporated trade, whether male, female or mixed, right through to the otherwise regulated worlds to which female labour largely belongs. As the urban environment allows for the comparative approach, this call for papers will prioritize proposals focusing on spaces that are necessarily urban, or at least undergo a process of urbanisation.

In particular, proposals may address:

  • The nature of the actors qualified as “fraud”, as well as that of the actors who mobilize the notion: “fraud workers”, “incompetent judges”, incorporated or non-incorporated individuals, graduates or non-graduates, on the one hand, trade organizations, various municipal or supra-local bodies, on the other.

  • The materiality of objects and tools, whether in terms of inspection and expertise in workshops or factories, or the examination of products at markets, fairs and customs, including in the context of the renewal of techniques and the opening of commercial outlets.

  • Characterizing the gestures and authorizations that relate actors to goods: implementation of labour regulation, or of several competing regulations, submission to tax rubrics, rituals of inspection and registration of individuals and goods in public places or private homes.

Proposals shall be approximately 1,500 characters long, written in French or English, and are to be submitted by 2 February 2024 to the following address: punirlefaux@gmail.com

A brief résumé shall be attached.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 16 octobre). AAC : “Dire et punir le « faux » : les polices du métier à l’époque moderne (XVe -XVIIIe siècle)”, colloque 12-13 sept 2024 (Paris). Histoire Urbaine. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zk

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search