Compte-rendu croisé. M. Figeac, “L’habitat des élites urbaines” / A. Motta et E. Hassler, “Noblesses et villes de cour”

Michel Figeac (sous la direction de), L’habitat des élites urbaines en Europe à l’époque moderne, Actes du colloque de Poznań, 26-27 avril 2018, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2019 ;

et Anne Motta et Éric Hassler (sous la direction de), Noblesses et villes de cour en Europe (xviiexviiie). La ville de résidence princière, observatoire des identités nobiliaires à l’époque moderne, Actes du colloque de Lunéville, 3-4 mai 2018, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021

Compte-rendu réalisé par Étienne Faisant

Se plaçant à l’articulation de l’histoire politique, de l’histoire sociale, de l’histoire de l’art et de l’histoire urbaine, la place, l’insertion et les pratiques de la cour et des élites dans la ville ont longtemps été appréhendées en France de façon trop segmentée, les nombreuses études consacrées à l’architecture des demeures n’ayant par exemple guère été replacées dans un contexte plus large. Il faut donc se réjouir que, après notamment Paris, ville de cour1, ont été publiés à l’initiative de chercheurs français deux volumes abordant ce sujet à l’échelle européenne, qui présente un important potentiel heuristique. Parus à un an et demi d’intervalle mais formant les actes de deux colloques pratiquement contemporains, ces deux livres se rejoignent dans une même ambition : interroger les logiques, les formes et les conséquences de l’installation des élites dans les villes, aux xviie et xviiie siècles. Faisant tous deux dialoguer historiens et historiens de l’art, et ayant même quelques auteurs en commun, ils se distinguent cependant par des approches différentes. L’un, dirigé par Michel Figeac et qui trouve son origine dans une rencontre tenue à Poznań en avril 2018, est dédié à l’habitat des élites et est structuré autour de trois thèmes : l’insertion des demeures dans la ville, les « usages de l’hôtel » et les logiques locales. Piloté par Anne Motta et Éric Hassler, le second ouvrage, publié à la suite d’un colloque organisé à Lunéville en mai 2018, se concentre sur la noblesse, mais entend questionner plus largement ses pratiques dans les villes de cour et, après là aussi une approche géographique et topographique, aborde des questions économiques et les sociabilités, avant de proposer un examen des villes de cour en l’absence du prince.

Milieu dense, la ville impose des contraintes importantes à qui veut bâtir une grande demeure. L’installation des palais ou hôtels y répond donc à des impératifs fonciers, mais aussi à d’autres enjeux, variables en fonction des circonstances. Le panorama européen dressé, en ouverture des actes du colloque de Poznań, par Albane Cogné et Éric Hassler synthétise utilement différents types de répartition des élites en milieu urbain tout en montrant comment, au-delà de la diversité des situations, certains secteurs, et parfois certaines rues, voient une concentration de la noblesse, jusqu’à être, particulièrement au xviiiie siècle, entièrement occupés par des demeures aristocratiques. Cette riche approche est complétée par trois études de cas bien différents. À Paris, sujet d’un texte d’Alexandre Gady, une partie de la noblesse opte pour certains quartiers en fonction des résidences utilisées par le roi et y bâtit ou réaménage des hôtels souvent entre cour et jardin, le choix d’éloigner le logis de la rue, qui pouvait être une réponse à la densité particulière de la capitale française, ne s’opposant pas à une volonté de mettre en scène la demeure et son propriétaire par une architecture soignée. À Cadix, enrichie par le commerce atlantique mais enserrée dans un espace restreint, les logiques étaient tout autres, comme le souligne Gloria Franco : les marchands enrichis y ont investi de hautes maisons bourgeoises, où leur fortune s’affichait surtout dans le décor intérieur. À la fois capitale et port, Lisbonne, qu’examine Nuno Gonçalo Monteiro, se singularise quant à elle en raison du tremblement de terre qui la ravagea en 1755, à la suite duquel des familles aristocratiques dont les palais se dressaient jusqu’alors à l’intérieur ou à proximité de l’enceinte urbaine s’installèrent dans ce qui n’avait jusqu’alors été que des maisons suburbaines, entrainant ainsi une nouvelle dispersion de l’habitat noble.

Ces contributions trouvent un judicieux complément dans celle de Jean Boutier, qui, dans les actes du colloque de Lunéville, s’intéresse à Florence. Il y montre comment l’installation des Médicis au palais Pitti entraîna un véritable basculement, en amenant la nouvelle noblesse curiale à s’installer aux environs. Mais le plus intéressant est la nuance : la ville ancienne abrita toujours de vieilles familles et attira même de nouvelles élites, qui légitimèrent leur statut en s’insérant dans l’ancienne organisation urbaine. À Turin, Andrea Merlotti signale que l’installation de la cour à Moncalieri, sur une colline voisine, entraîna l’acquisition de maisons par des membres de l’entourage de Victor-Amédée III, mais que ce fut essentiellement le fait de la bourgeoisie et non de la noblesse. La ville-neuve de Nancy, créée à la fin du xvie siècle, attira quant à elle dans un premier temps différents officiers du duc, comme le met en évidence Yann Vaxelaire, mais elle perdit rapidement de son attrait. On mesure ainsi comment d’autres dynamiques pouvaient compléter voire s’opposer à celles entourant les cours.

Thème de la deuxième partie des actes du colloque de Poznań, la question des usages des grandes demeures urbaines y est à son tour introduite par une synthèse, due à Paul Janssens et Shipé Guri, qui, à partir de données publiées, se sont employés à préciser qui en étaient les occupants. Ils montrent ainsi que l’ampleur de la domesticité s’est sensiblement réduite au xviiie siècle, le nombre étant alors moins important que les fonctions (par exemple la présence d’un intendant ou d’une gouvernante étrangère) pour servir le prestige d’une grande maison. Leurs conclusions font écho à celles de Michel Figeac qui, abordant la complexification de la distribution des hôtels français, et notamment parisiens et bordelais, souligne qu’elle devait s’adapter à des fonctions diverses. Revenant plus en détail sur les hôtels des parlementaires bordelais, Caroline Le Mao montre ainsi qu’ils formaient le cadre d’une bonne partie des activités professionnelles de ces magistrats. En contrepoint, Olivier Chaline s’attache à présenter les traits généraux, à l’échelle européenne, de maisons de grands marchands, qui répondaient évidemment à d’autres besoins et étaient pensées en fonction des activités économiques.

Ces approches trouvent à nouveau un heureux prolongement dans les communications rassemblées dans les deuxième et troisième parties du colloque de Lunéville. Se fondant sur le Mercure Galant, Stéphane Castelluccio permet ainsi de comprendre comment les modes (vestimentaires, mais aussi mobilières), en fait lancées par les marchands de tissus, pouvaient être adoptées (ou non) par l’aristocratie de cour qui, en s’en emparant, affirmait sa prééminence par la qualité sans pareil des pièces utilisées et se faisait prescripteur. L’articulation que l’on perçoit ainsi entre la noblesse, ses résidences et la ville est à nouveau examinée dans les contributions d’Élodie Oriol qui, en analysant le mécénat musical et théâtral de grandes familles romaines, met en lumière tout un pan de la vie urbaine et ses enjeux, et de Pauline Lemaigre-Gaffier qui, en s’intéressant aux privilèges économiques obtenus par la noblesse en Île-de-France, observe qu’ils portèrent notamment sur les transports. La section sur les sociabilités s’intéresse plus directement aux résidences et, dans sa contribution centrée sur l’académie équestre de Turin, Paola Bianchi montre comment les nobles étrangers qui la fréquentaient ont été reçus dans des demeures de la ville, où se sont ainsi développés des salons cosmopolites. Si, dans la Stockholm de la fin du xviiie siècle que présente My Hellsing, la noblesse observait une certaine discrétion dans ses demeures, elle n’y cultivait pas moins des relations, à l’ombre de la cour. Observant les implantations à Paris et à Versailles de la noblesse provençale, Frédéric d’Agay souligne enfin comment la possession d’un hôtel dans la capitale et d’un logis auprès du roi assurèrent à certaines familles une prééminence les plaçant à la tête de réseaux provinciaux.

Consacrée aux villes de cour sans prince, la quatrième partie des actes du colloque de Lunéville offre différentes études de cas stimulantes, qui montrent comment les grandes résidences aristocratiques ont pu alors jouer un rôle éminent de représentation, à différentes échelles. Celle que consacre à Palerme Albane Cogné démontre ainsi que la fixation de la cour dans cette ville, autour du vice-roi, y a été accompagnée par l’installation des élites siciliennes, qui y firent bâtir des palais cumulant les fonctions d’habitation réelle et d’ostentation. Cette situation fait écho à celle de Bruxelles, qui devint, comme le souligne Shipé Guri, un lieu de résidence incontournable pour la grande noblesse des Pays-Bas méridionaux. En l’absence de leurs souverains, Berlin et Hanovre virent également la construction de nouveaux palais, témoins de la grandeur de leurs propriétaires mais qui, comme le montre Sébastien Schick, contribuaient aussi à soutenir le statut de la ville, de la cour et, par-là, de son souverain. Cette force symbolique de l’architecture apparaît bien à Buda où Marie-Françoise Vajda-Saudraix rappelle que, après la reprise de la ville en 1686, le château royal fut reconstruit à la demande de la noblesse hongroise, affirmant ainsi le statut de capitale d’une ville où le souverain est absent.

Ces analyses de l’usage symbolique des demeures renvoient à celles proposées dans la dernière partie des actes de Poznań, voulues pour éclairer différentes logiques locales. Albane Cogné y développe ainsi une synthèse sur les palais dans la péninsule italienne, où se croisent l’élite urbaine que sont les patriciens, qui s’aristocratisent, et les élites féodales, qui s’urbanisent. L’évolution des pratiques se mesure également à Madrid, où Natalia González Heras souligne que la haute noblesse qui habitait jusqu’alors des « maisons principales » se mit au xviiie siècle à investir des palais, et dans un autre genre à Nancy où, comme le pointe Anne Motta, le retour d’un duc en 1698 entraîna la construction ou la remise en état d’hôtels essentiellement au profit de la nouvelle noblesse au service du prince, l’ancienne aristocratie lorraine s’étant effacée au cours du xviie siècle. Ces études de cas montrent surtout comment les demeures urbaines ont souvent été utilisées pour asseoir ou soutenir la position sociale de leurs propriétaires. Ainsi, le cas des Clary-Aldringen qu’examine en détail Matthieu Magne constitue un bon exemple de la façon dont leurs propriétés urbaines, entre Prague, Vienne et Venise, ont été mises au service d’une politique d’affirmation familiale, tandis que les demeures urbaines de la noblesse de Lituanie et Pologne citées par Bernadetta Manys et Agnieszka Jakuboszczak, qui apparaissent dans leur usage comme des pied-à-terre, n’en ont pas moins reçu une architecture ostentatoire. De même, en présentant les maisons construites à La Haye pour loger les représentants de villes aux états de Hollande, Thierry Allain souligne que ces édifices furent compris comme des instruments au service du prestige de la ville.

Liés et complémentaires, ces deux ouvrages offrent donc de multiples réflexions et données sur la résidence, de plus en plus fréquente, des élites européennes dans les villes aux xviie et xviiie siècles. Ils ont ce faisant le grand mérite de proposer un regard inédit par son ampleur comme par sa volonté de ne pas se limiter aux cas les plus évidents et de voir au-delà du regard partial livré par les contemporains qu’analyse Joël Cornette dans les actes de Lunéville. Leur nature même d’actes de colloques a cependant conditionné leurs compositions et cette recension ne peut que rendre compte de l’accumulation d’études qu’ils proposent. La confrontation de ces analyses permet d’appréhender évolutions et circulations, d’apprécier phénomènes globaux et pratiques locales. Mais, pour ne prendre qu’un exemple, elle permet aussi de mesurer à quel point l’implantation des demeures aristocratiques a pu répondre à des logiques variables, entre concentration et dispersion, déplacements et persistances, attraction du palais royal et attachement à un quartier… Peut-être, pour mieux appréhender cette variété, pourrait-il être intéressant de réfléchir davantage par type ou par catégorie : il ne s’agit pas de nier les différences (et le choix d’utiliser dans les actes du colloque de Poznań pour toute demeure noble le mot hôtel, s’il a le mérite d’amener à réfléchir plus largement, revient aussi à gommer la spécificité d’un type qui ne tient pas seulement à la disposition entre cour et jardin de la plupart des hôtels parisiens), mais de sérier les questions. Le choix fait pour le colloque de Lunéville de se concentrer sur la noblesse, sans y inclure les élites marchandes comme cela a été fait à Poznań, pourrait ainsi être développé pour tenter de mieux appréhender les logiques résidentielles de différentes catégories d’une noblesse très diverse. Il faut donc souhaiter que, comme l’espère Laurent Bourquin dans sa belle conclusion des actes de Lunéville, d’autres recherches suivront la voie tracée par ces deux volumes qui, par la mise en commun des savoirs et compétences qu’ils proposent, forment une étape importante dans la compréhension large d’un sujet protéiforme.

1. Boris Bove, Murielle Gaude-Ferragu, Cédric Michon (sous la direction de), Paris, ville de cour (xiiie-xviiie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 8 novembre). Compte-rendu croisé. M. Figeac, “L’habitat des élites urbaines” / A. Motta et E. Hassler, “Noblesses et villes de cour” Histoire Urbaine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zr

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search