Compte-rendu : Caroline zum Kolk, “Grandeur et déclin d’un hôtel parisien. L’hôtel de Lauzun”

Caroline zum Kolk, Grandeur et déclin d’un hôtel parisien. L’hôtel de Lauzun et ses propriétaires au xviie siècle, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2021, 224 p.

Compte-rendu réalisé par Marjorie Meiss

En 2017, l’Institut d’Études Avancées de Paris lançait un projet de recherche sur le prestigieux édifice qui l’héberge depuis 2013 : l’hôtel de Lauzun, situé quai d’Anjou, sur l’île Saint-Louis. L’ouvrage recensé ici est le fruit de cette enquête dirigée par l’historienne Caroline zum Kolk. Le sous-titre du volume résume bien l’ambition du projet. L’hôtel de Lauzun y est en effet étudié moins pour lui-même que dans les rapports que ses propriétaires successifs entretinrent avec lui. De cette orientation problématique découle un plan en rimes croisées où les articles d’histoire sociale alternent avec les articles d’histoire de l’art – l’entrecroisement des dimensions artistiques et sociales étant aussi sensible dans la démonstration de plusieurs des articles. Grandeur et déclin d’un hôtel parisien offre ainsi à ses lectrices et lecteurs une très utile mise à jour des connaissances sur l’architecture et les décors d’un bâtiment fameux, tout en les replaçant dans la dynamique sociale des personnes qui l’ont habité dans les premières décennies de son existence.

Bien entendu, l’ouvrage réserve une place de choix à l’homme qui fit édifier l’hôtel. Charles Gruyn (?-1680/1681), bien que fils d’un marchand de vin, avait fait fortune en s’engageant dans le système fisco-financier mis en place à l’époque de Richelieu puis de Mazarin. D’abord commissaire ordinaire de l’artillerie de France, puis commissaire général de la cavalerie de France, il fut secrétaire du Roi de 1655 à 1675 et mena parallèlement une intense activité de traitant (L. Croq). Désireux de s’assimiler à la noblesse, il se remaria en 1657 avec Geneviève de Moy, issue d’une vieille famille de la noblesse picarde et veuve de Claude Bretel, qui l’avait fait entrer dans une famille de la haute robe des cours souveraines de Rouen. La construction de l’hôtel de l’île Saint-Louis est contemporaine de ces secondes noces puisque le gros œuvre peut être daté de 1656-1658 et le décor intérieur de 1659-1660, selon des documents découverts dans les années 1980 par Marie-Hélène Massé. Gruyn, qui avait acquis dès 1641 une parcelle dans ce micro-quartier en proie à la spéculation immobilière privée, décida d’y faire ériger un bâtiment qui serait « l’expression monumentale de sa réussite » (A. Gady). À cette fin, il fit appel à un architecte alors en vue sur la place de Paris, mais considéré comme « de second ordre » par les historiens et historiennes de l’art, Charles Chamois. Celui-ci, pour s’affranchir des contraintes d’une parcelle où il était impossible de construire un bâtiment selon un plan entre cour et jardin, proposa de placer le corps de logis principal le long de la rue, de façon à profiter de la vue sur la Seine – une solution aussi retenue pour d’autres bâtiments du quartier.

Plutôt austère en façade, l’hôtel du financier offrait en revanche à qui franchissait ses portes un décor princier. L’hôtel de Lauzun présente en effet l’un des derniers grands décors à grotesque du xviie siècle, avec en point d’orgue le cabinet du deuxième étage, appelé parfois « boudoir » ou « cabinet aux miroirs », dont la porte est ornée d’une sphinge visible depuis le début de l’enfilade de l’appartement. Peintures, boiseries et glaces composent un ensemble d’une grande exubérance décorative à laquelle l’omniprésence de l’or apporte une réelle sensualité (V. Hayaert, D. Tellas). L’intervention d’artistes comme le peintre Marcel Dorigny, qui avait une bonne connaissance de décors princiers récents comme celui du cabinet et de la salle de bains d’Anne d’Autriche au Palais-Royal, a très certainement facilité la circulation des modèles esthétiques et des solutions décoratives entre le milieu aristocratique et celui de la nouvelle élite financière. Aussi n’était-il pas inhabituel que les financiers de l’île Saint-Louis transgressent les convenances qui les invitaient à conserver une certaine modestie en leur demeure (M. Müller).

L’approche iconologique ne permet pas de discerner de programme symbolique clair dans les décors peints de l’appartement de parade, si ce n’est une célébration assez convenue et plaisante de l’amour, de la sensualité et de la fécondité. Il est à remarquer, toutefois, que les figures féminines dominent et que les chiffres G et M insérés dans le décor, s’ils renvoient sans doute au couple formé par Charles Gruyn et Geneviève de Moy, pourraient aussi être ceux de la seule épouse. Plusieurs articles du volume soulignent en effet la probable association de la décoration à la seconde épouse de Gruyn ainsi que la signification sociale de cette union. Geneviève de Moy venait d’une famille de plus haut rang que son mari et ses contemporains affirmaient qu’elle avait consenti à cette alliance en raison de la fortune de son nouvel époux (c’est par exemple ce qu’insinuait Tallemant des Réaux). À la lecture du contrat de mariage et de divers documents notariés, tous très favorables à Geneviève de Moy, le soupçon prend quelque consistance et Laurence Croq en vient à affirmer que « la compensation de l’écart social entre Charles et Geneviève [eut] un coût exceptionnel » (p. 87). L’hôtel de l’île Saint-Louis peut donc aussi être appréhendé par le biais des stratégies matrimoniales de ses premiers occupants.

La carrière de Charles Gruyn pâtit cependant de la prise en main du système fisco-financier par Colbert. Les chambres de justice de 1661-1665 condamnèrent Charles et ses trois frères à de fortes amendes qui stoppèrent leur ascension. Le financier finit sa vie très endetté, si bien que ses héritiers durent céder l’hôtel à vil prix à celui qui allait lui donner son nom : le duc de Lauzun. Celui-ci n’a pourtant que très peu occupé l’hôtel. Selon Flavie Leroux, l’achat de l’hôtel par Lauzun doit être compris dans la dynamique très chaotique de sa carrière. À la date où il s’en porta acquéreur (1682), Lauzun venait d’être libéré par le roi après une décennie passée en captivité. Il avait bénéficié de riches donations de la part de Mademoiselle ainsi que de libéralités royales mais il n’était pas encore pleinement revenu en grâce. Il n’avait par exemple été autorisé à venir à la cour qu’une seule fois et sommé de se tenir ensuite à Paris. C’est dans ce contexte qu’il acheta « une maison dans l’île Notre-Dame, pour n’être pas comme un gueux ». Bien que fastueuse, la demeure n’avait pas les dimensions habituelles d’un hôtel aristocratique et elle n’était pas située dans le quartier Saint-Germain que privilégiait désormais la noblesse de cour. Elle n’était pour Lauzun qu’un pis-aller et marquait une transition pour un individu à la position sociale ambiguë. Elle le fut peut-être aussi pour le marquis et la marquise de Richelieu qui l’occupèrent de 1685 à 1709. Leurs difficultés financières, leurs déboires conjugaux et la réputation sulfureuse de la marquise entraînèrent une perte d’influence qui peut se lire dans leur déménagement du faubourg Saint-Germain à l’île Saint-Louis (A. Chatenet-Calyste). Il est en tout cas révélateur que ni Lauzun, ni le marquis et la marquise de Richelieu n’apportèrent de modifications significatives au bâtiment (N. Courtin).

Agrémenté d’un cahier de 30 planches en couleurs, le volume relève ainsi le défi d’un dialogue fécond entre histoire sociale et histoire de l’art. Les articles, solidement ancrés dans leur discipline respective, se répondent et dessinent un hôtel façonné par les trajectoires sociales de ses habitants, mais aussi acteur de ces trajectoires.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 8 novembre). Compte-rendu : Caroline zum Kolk, “Grandeur et déclin d’un hôtel parisien. L’hôtel de Lauzun” Histoire Urbaine. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zs

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search