Compte-rendu : Lignereux, Rousteau-Chambon (dir.), “Nantes révolutionnaire. Ruptures et continuités 1770-1830”

Yann Lignereux et Hélène Rousteau-Chambon (dir.), Nantes révolutionnaire. Ruptures et continuités (1770-1830), PUR (art & société), 2021, 175 pages

Compte-rendu réalisé par Pascal Dupuy.

Si Nantes, et plus généralement la Loire-Inférieure au temps de la Révolution française, ont donné lieu à divers travaux importants qui nous ont permis de mieux comprendre les enjeux des tensions que cette ville et son département ont connues lors de cette époque complexe, il manque cependant toujours une monographie définitive de la ville confrontée aux événements de 1789. L’ouvrage, dirigé par Yann Lignereux et Hélène Rousteau-Chambon, professeur d’histoire et professeure d’art moderne à l’université de Nantes, avec la collaboration d’une douzaine d’auteurs, malgré ses nombreuses qualités, ne satisfait pas encore pleinement à cette ambition. Mais, à sa décharge, actes d’un colloque suborné aux propositions de ses auteurs, il ne s’agissait pas non plus de son intention. Il reste donc utile, mais peut-être encore un peu loin des attentes historiographiques que suscite la ville nantaise à l’époque révolutionnaire. D’ailleurs, l’axe choisi, celui d’observer « Nantes révolutionnaire » à travers ses « ruptures et continuité (1770 et 1830) » aussi pertinent qu’il soit, a partiellement pour résultat d’enjamber la Révolution plutôt que de s’y mesurer pleinement, même si plusieurs articles, en particulier ceux de Jean-Clément Martin (« L’image de Nantes dans la Révolution »), de Guy Saupin (« Les négociants nantais et la Révolution française », de Samuel Guicheteau (« Une Révolution culturelle ? Les Nantais, entre déchristianisation et laïcisation »), d’Armel Bihan (« La franc-maçonnerie nantaise pendant la Révolution ») ou encore de Cyril Triolaire (« Entre divertissement et politisation. La vie théâtrale nantaise face au bouleversement et aux affres du temps révolutionnaire ») s’attachent à comprendre les répercussions formelles de la Révolution sur la ville nantaise à partir de leurs champs d’investigations respectifs. Jean-Clément Martin, d’ailleurs, dans l’article qui ouvre le livre, rend parfaitement compte de la thématique adoptée en expliquant, à partir de quatre points principaux, comment Nantes est devenue au lendemain de la Révolution une ville-martyr en raison, évidemment, des atrocités qui ont pu y survenir, mais faute aussi d’une trajectoire lisible et définitive au cours de la décennie révolutionnaire. Ceci eut également pour résultat ultérieur d’exonérer les « responsabilités locales dans les noyades et les exactions dans les campagnes, silence qui fit pendant à celui qui recouvrit la reprise de la traite clandestine » (p. 23). Nantes, à l’image de bien d’autres grandes villes françaises, s’accommode socialement plutôt bien du temps révolutionnaire qui va permettre, comme le remarque Guy Saupin, de sceller un peu plus tard, sous le Consulat et l’Empire, « la fusion entre les anciennes familles et les nouveaux riches » (p. 32), tandis que « la déchristianisation » de l’an II à Nantes fut le prolongement d’une laïcisation débutée au moins au milieu du siècle et s’inscrivit aussi, à l’inverse, selon Samuel Guicheteau « dans les tensions sociales et politiques qui déchirent la ville républicaine » (p. 42). Comme à Rouen, Lyon, Rennes ou Toulouse, l’époque révolutionnaire fut le théâtre de bien des combats qui allaient transformer la ville politiquement et surtout socialement, mais pas selon une temporalité immédiate, les bouleversements se jugeant à l’aune d’une chronologie plus longue qui s’étend sur tout le xixe siècle. Sur ce point, à partir des différentes conclusions des articles de la première partie (« Une histoire en continu »), le livre est tout à fait clair.

Concernant l’histoire urbaine qui intéresse plus précisément la seconde partie de l’ouvrage (« Les formes dans la durée »), les évolutions se révèlent également assez semblables aux réalisations ou projets d’autres agglomérations françaises de tailles équivalentes à cette époque. Si on peut se féliciter de la qualité des nombreuses reproductions qui illustrent le livre (des plans, des dessins, des projets architecturaux…), on peut toutefois regretter qu’aucune communication, ni même l’introduction ou la conclusion, n’indique quelques données démographiques factuelles sur la ville et son évolution pendant ce demi-siècle. Gilles Bienvenu, sur le thème de la transformation matérielle de Nantes, s’attache à l’action du Comité de Surveillance des travaux publics de la ville, à sa volonté de mettre en place de grands projets urbains et à son travail de voirie. Si les sensibilités politiques à la tête de la mairie se succèdent, en revanche, les divers membres du Comité font toujours appel à des techniciens, des architectes et des inspecteurs-voyers compétents, tandis que les missions restent de même nature : faire fonctionner d’un point de vue pratique la ville, mais aussi l’embellir. D’ailleurs, peu de projets ont vu le jour. Dans le prolongement du précédent article, Alain Deleval porte son regard sur un républicain modéré, condisciple de David à Rome : Mathurin Crucy, architecte-voyer de la ville sous la Révolution, puis architecte en chef du département de la Loire-Inférieure sous l’Empire, qui sut donc rester pratiquement toujours en poste pendant toute la période, preuve d’une belle constance, mais aussi d’un art maîtrisé de l’adaptation. Si ses réalisations sont limitées (on lui doit la colonne à Louis XVI et la translation du tombeau du duc François II et de son épouse Marguerite de Foix), en revanche ses projets inaboutis sont nombreux et marquent la difficulté de les mener à bien en raison de problèmes d’argent et des changements réguliers de régimes. Comme on le sait, ce type de constructions lourdes et onéreuses à caractère politique embrasse mal le temps court de la vie politique saccadée de la Révolution. Étienne Faisant, quant à lui, compare les villes de Caen et de Nantes avant et après la Révolution, même si son accent est placé avant tout sur la capitale bas-normande et sur la période précédant 1789, théâtre, il est vrai, de nombreuses transformations initiées par la monarchie pour l’une (Caen) et les officiers municipaux et les riches investisseurs locaux pour l’autre (Nantes). La réalité économique des deux villes et la richesse de Nantes générée par le commerce en droiture et triangulaire sous l’Ancien Régime, puis la continuité de l’action de Mathurin Crucy à Nantes, expliquent les différents types de réalisation et de projets à l’initiative des deux villes et surtout le fait que Caen, au lendemain de la Révolution, selon son auteur, tombe « dans une longue léthargie » (p. 95). Claire Ollagnier s’attache à l’habitat pavillonnaire, cette tendance observée, à partir de la seconde moitié du xviiie siècle dans les quartiers suburbains, de se couvrir « de maisons aux allures diverses mais répondant aux mêmes critères architecturaux » (p. 99), soit les prémices de la maison individuelle. En fait, ce phénomène bien connu de l’auteure qui lui a consacré sa thèse, est surtout visible à Paris et dans sa banlieue Ouest, et apparaît au début du xixe siècle. Mais rien de bien comparable à Nantes malgré les modestes tentatives de Crucy et on se demande un peu, comme dans l’article précédent, si ces effets de comparaisons quelque peu forcées ont bien leur place dans un ouvrage consacré à la ville de Nantes laquelle n’apparait que parcimonieusement dans les propos des deux auteurs. Relevons enfin, issue de la troisième partie (« Recomposition et innovation révolutionnaire »), une dernière communication qui touche aussi partiellement à l’histoire urbaine et consacrée à la cathédrale de Nantes pendant la Révolution. Le propos de son auteur (Louis Bergès) est précis et passionnant, alternant entre les descriptions des usages de la cathédrale pendant la Révolution, qui passe de sécularisation à resacralisation républicaine à arsenal militaire, mais qui aborde également son devenir en tant que bâtiment débarrassé, par exemple, en 1792 de ses métaux précieux (plomb, cuivre), de ses sculptures considérées selon la loi, comme « blessantes pour l’égalité » et autres actes iconoclastes, bâtiment qui fut toutefois préservé, peut-être grâce à sa tour d’observation placée « au sommet de l’édifice en plein siège de la ville par les insurgés vendéens » (p. 128). L’histoire architecturale, et plus généralement l’histoire culturelle et artistique, est alors bien en phase avec l’histoire politique (voire militaire) ce que les autres articles de cette troisième partie mettent également en évidence.

Le tout forme un ensemble certes un peu disparate, mais que le grand public cultivé, les historiens du moment révolutionnaire ainsi que ceux de l’histoire urbaine auront plaisir à compulser, à lire et à consulter.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cédric Feriel (8 novembre 2023). Compte-rendu : Lignereux, Rousteau-Chambon (dir.), “Nantes révolutionnaire. Ruptures et continuités 1770-1830” Histoire Urbaine. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zt


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search