Compte-rendu : Mathieu Flonneau. “En tous sens. Circuler, partager, sécuriser. Une histoire des équipements de la route” (2022)

Mathieu Flonneau, En tous sens. Circuler, partager, sécuriser. Une histoire des équipements de la route, éditions Loubatières, 2022

compte-rendu réalisé par Arnaud Passalacqua

Depuis une vingtaine d’années, les travaux de Mathieu Flonneau sont bien connus pour leur exploration de l’automobilisme, pris comme un phénomène historique social depuis plus d’un siècle. La dimension matérielle et technique n’a jamais été absente de ses recherches – pensons notamment à L’Automobile à la conquête de Paris : chroniques illustrées, l’un de ses premiers ouvrages – mais elle a souvent été moins visibles que les éléments culturels (Les Cultures du volant, xxexxie siècles) et de plus en plus politiques (Vive la route ! Vive la République !, avec Jean-Pierre Orfeuil) abordés par l’historien. Ce livre témoigne d’un retour au premier plan de ses travaux d’une histoire très attentive aux matérialités que l’auteur n’a jamais véritablement quittée.

Ce faisant, Mathieu Flonneau s’inscrit dans une dynamique qu’il a largement participé à animer, celle de l’histoire des mobilités, en en reprenant deux des principes. D’une part, il aborde son sujet par une approche qui dépasse les clivages entre systèmes de transport, puisque la route est ouverte à nombre d’objets mobiles, qui contribuent à façonner les équipements qui la jalonnent. Rappelons que l’un des panneaux routiers les plus célèbres représente une locomotive à vapeur, signe de ce croisement inhérent à l’écosystème des signes routiers, le chemin de terre étant conduit à régulièrement croiser le chemin de fer. D’autre part, ce livre aborde la mobilité par les éléments immobiles. L’histoire des mobilités a porté son attention aux cadres immobiles – sociaux, coloniaux, de genre, politiques… – qui se sont imposés aux mouvements, mais elle s’est souvent tenue quelque peu à distance d’artefacts plus directement matériels et qui pourraient paraître moins décisifs. Cet ouvrage propose d’explorer ce monde en l’intégrant au portrait général des conditions du mouvement et de la vitesse qui a tant façonné la société industrielle et la fascine encore.

L’auteur met donc en lumière un monde, peuplé de bornes, de panneaux, de glissières et autres signaux lumineux, qui sont le résultat d’une appétence de la société automobile pour une vitesse progressivement sécurisée. Si les premiers signes routiers sont plutôt tournés vers l’information – mentionnons ici les célèbres panneaux indicateurs Michelin – l’essentiel de la panoplie déployée depuis lors vise à maîtriser les risques en orientant les comportements afin de réduire les cas possibles d’accident. D’ailleurs, si le GPS a rendu les panneaux indicateurs moins directement utiles de nos jours, le véhicule autonome n’est pas encore prêt à rendre obsolètes les panneaux visant à la sécurité : on comprend que l’innovation et l’intelligence n’ont pas attendu les chimères numériques pour se déployer sur les routes.

Ce monde des signes est aussi un monde industriel. C’est là une dimension importante de l’ouvrage, puisque la recherche qui le porte a été rendue possible par un partenariat avec le Syndicat des équipements de la route, dont les archives constituent le principal fonds documentaire utilisé par l’ouvrage. Le livre est donc jalonné d’encadrés mettant en valeur telle ou telle technique ou retraçant l’histoire d’entreprises, souvent méconnues, qui ont participé à l’essor de cette mise en signes de l’espace routier.

L’organisation générale du volume est classique sur le fond mais plus originale sur la forme. Le plan suit un découpage chronologique, marqué par trois périodes. La première donne lieu à une inventivité presque sans limite en vue de trouver les signes les plus adaptés à la régulation d’un trafic qui s’installe puis s’accroît au fur et à mesure de l’essor de la civilisation automobile. L’auteur la qualifie avec humour de « concours Lépine ». La deuxième époque est celle de la diffusion massive de signes normalisés, à l’issue de ce processus de sélection de ceux parvenus à s’imposer, du fait de leur pertinence ou de facteurs politiques ou conjoncturels. La dernière époque voit se réaffirmer la diversité des usages de la route – au-delà de l’automobile dominante – et se profiler des formes de ralentissement, en ville comme en interurbain, pour des raisons environnementales, économiques et surtout de sécurité routière, tant ce moteur paraît être le premier et toujours le plus puissant de la régulation automobile. S’éloignant d’une approche historique au profit d’un regard plus directement contemporain, voire prospectif, cette troisième partie est plus hétérogène et vient illustrer les questionnements actuels, au-delà peut-être des solutions suggérées, sur l’un des problèmes centraux de notre époque confrontée aux limites du monde : que faire de nos objets techniques, notamment lorsqu’ils se déploient dans une logique réticulaire qui paraît infinie, comme le réseau routier ? L’auteur fait le pari que la route saura se réinventer, mais cette forme reste encore à cerner, ce qu’un récent colloque de Cerisy (Comprendre la route : entre imaginaires, sens et innovations) a aussi abordé.

Sur la forme, le livre revêt une apparence peu habituelle dans les publications scientifiques, du fait de son positionnement éditorial : s’il défriche indéniablement un sujet neuf en histoire, il vise aussi un public moins habitué de nos longs développements, souvent austères. D’où une écriture vive qui trahit un enthousiasme certain pour l’objet. Le livre est aussi très largement illustré, l’auteur ayant puisé dans la mine de références automobiles et tiré profit de la grande diversité des équipements de la route. Leur familiarité offre immédiatement une forme de connivence à quiconque ouvre ce livre, mais la lecture de leur histoire recèle d’éléments bien moins connus.

Ce parti pris confère au livre une grande qualité visuelle et suscite une envie de le lire. Néanmoins, le découpage par petits chapitres, souvent des doubles pages très illustrées, a tendance à hacher la lecture linéaire. De même, si les éléments de problématique socio-technique que l’on devine à l’œuvre dans nos relations aux panneaux et autres gendarmes couchés – chers à Bruno Latour – sont bien amenés en introduction, le développement les met de côté au profit d’une histoire plus proche des sources que des développements théoriques. L’ambition de l’ouvrage n’est effectivement pas de travailler un cadre conceptuel spécifique pour penser ces objets, mais il ouvre de nombreuses perspectives de recherche pour une sociologie des techniques qui s’emparerait des nombreux dispositifs peuplant nos routes.

La dimension culturelle imprègne cette histoire matérielle : elle se retrouve dans les cultures techniques et les métiers mais se déploie plus largement dans la société sous la forme des multiples appropriations de ces signaux routiers. Le jeu des 1000 bornes est l’une des figures principales de ce processus, que l’ouvrage aborde bien évidemment. L’automobilisme dépasse de loin le simple fait d’être au volant de son véhicule et constitue bien l’un des volets de la culture des sociétés industrielles, auquel la signalisation a largement contribué.

On peut enfin s’interroger sur la dimension urbaine de cette histoire matérielle. Alors que la ville est le lieu d’un paysage souvent saturé de signes, la signalisation dont il est ici question s’est épanouie autant en ville qu’en dehors des agglomérations, sous des formes bien souvent différentes. Aux feux rouges, passages piétons et autres zones partagées répondent les glissières, limites de vitesse et panneaux indicateurs des zones interurbaines le long des autoroutes ou des départementales. S’ouvre ainsi le débat sur la différence entre la rue et la route, brouillée par la rurbanisation. L’une des différences, encore à l’œuvre, tient justement à ces panneaux : alors que les signaux routiers sont noyés parmi tant d’autres non routiers en ville (enseignes, publicités, éclairage…), ils sont devenus l’un des signes les plus visibles et explicites de la mise en réseau du monde à la campagne, aux côtés des pylônes électriques. Une différence de contexte, plus que de nature de ces objets, qui partagent bel et bien une histoire commune que ce livre vient utilement explorer en ouvrant autant de champs à de possibles recherches dont la communauté historienne pourrait s’emparer.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 8 novembre). Compte-rendu : Mathieu Flonneau. “En tous sens. Circuler, partager, sécuriser. Une histoire des équipements de la route” (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zu

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search