SFHU. Journée jeunes chercheurs et chercheuses 2023. Alexandrine Roche : “Un quartier d’habitation hellénistique inédit en périphérie de Berytus (Beyrouth)”

SFHU. Journée jeunes chercheurs et chercheuses 2023

 

Alexandrine Roche*

Un quartier d’habitation hellénistique inédit en périphérie de Berytus (Beyrouth)

 

* Université Paris I Panthéon-Sorbonne, prépare une thèse intitulée Beyrouth antique d’après les fouilles préventives de la place des Martyrs (el Bourj). À partir d’archives lacunaires et en souffrance, cette thèse présentera l’étude de la stratigraphie et du bâti du site BEY 002 afin de documenter l’occupation d’un quartier résidentiel durant toute la période antique. Elle résume ici sa communication lors de la quatrième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée le 9 juin 2023 par la SFHU

édition du texte pour la mise en ligne : Virginie Mathé et Élodie Vigouroux.

 

La connaissance archéologique des différentes phases d’occupation de Beyrouth a longtemps été limitée en comparaison avec celle d’autres sites majeurs de la Méditerranée orientale. D’après les sources historiques, la ville de Beyrouth est occupée depuis au moins le IIIe millénaire avant notre ère. Les fouilles menées dans le centre-ville de la capitale depuis les années 1990 ont profondément renouvelé notre compréhension de l’organisation de la ville durant les différentes périodes de son histoire ainsi que de ses différentes phases d’extension ou de rétractation.

Histoire urbaine de la ville de Beyrouth

La physionomie actuelle de la ville est relativement récente, puisque jusqu’au milieu du XIXe siècle, elle était enserrée par un mur d’enceinte1. Du fait de l’espace limité intra muros, la capitale libanaise présentait alors une forte densité urbaine. Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, et notamment sous le mandat français (1920-1943), de grands travaux d’aménagements urbains ont été entrepris par les autorités qui ont permis le percement de grandes avenues ainsi que l’aménagement de plusieurs places comme la Place de l’Étoile ou celle des Martyrs2. Durant ces travaux, un certain nombre de vestiges antiques a été mis au jour, mais les premières recherches archéologiques n’ont été menées que plusieurs années plus tard, au milieu du XXe siècle3. Bien que ponctuelles et restreintes, elles ont permis d’attester la localisation de la ville antique sous le centre-ville actuel. Grâce à ces travaux, l’organisation urbaine antique a pu être déduite, du moins celle de l’époque romaine, puisque aucun vestige antérieur à cette période n’avait alors été découvert in situ. Ces fouilles avaient pourtant attesté la richesse des vestiges encore conservés dans le sous-sol beyrouthin et leur potentiel archéologique unique.

Les fouilles archéologiques du centre-ville au sortir de la guerre civile

Durant la guerre civile libanaise (1975-1990), le centre-ville de Beyrouth fut l’épicentre des combats et le quartier le plus détruit de la capitale. Les recherches archéologiques furent alors largement ralenties durant cette période dans tout le Liban. Au sortir de la guerre, l’urgence de restaurer un service patrimonial, au travers du rétablissement de la Direction générale des Antiquités du Liban (DGA), se fit sentir face au défi de la reconstruction de la ville. Un grand projet de rénovation et de reconstruction du centre-ville fut décidé et confié à la société foncière privée Solidere4. Ces travaux furent précédés par un programme de fouilles archéologiques inédit par son ampleur. En effet, après deux années de négociations, un accord fut passé entre l’UNESCO et le gouvernement libanais : il prévoyait l’ouverture de nombreux chantiers de fouilles archéologiques, sur une superficie d’environ 100 000 m2, soit la quasi-totalité de la surface du centre-ville. Ce programme de fouilles inédit fut surnommé « le plus grand chantier d’archéologie urbaine du monde »5. Il devait permettre d’étudier à grande échelle les différentes phases d’occupation de Beyrouth. Durant cette période, deux études urbaines furent concrètement menées : celle de la ville antique mise au jour lors des fouilles archéologiques et celle de la ville moderne ruinée par la guerre civile et largement détruite pour le projet de reconstruction du centre-ville6. La grande majorité des immeubles à caractère historique ou de la période mandataire fut ainsi documentée avant leur démolition.

De nombreuses équipes libanaises et étrangères travaillèrent simultanément à partir de 1993. La première fouille étrangère fut confiée aux chercheurs français de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (IFAPO), prédécesseur de l’Ifpo (Institut français du Proche-Orient), dans la partie nord de la Place des Martyrs, à l’emplacement d’un ancien bâtiment administratif ottoman, le Petit Sérail. La fouille de deux chantiers BEY 002 et BEY 026 se déroula de 1993 à 1997 sous la direction de Patrice Lenoble, puis de Catherine Aubert (figure 1). Les résultats obtenus sont inestimables et ont profondément renouvelé nos connaissances sur l’histoire de Beyrouth. En effet, un quartier d’habitation datant de la période hellénistique fut découvert à cet emplacement. Les vestiges archéologiques exceptionnellement bien conservés en élévation et la grande quantité de mobilier archéologique récolté ont permis d’attester pour la première fois une occupation continue du site sur près d’un millénaire ainsi que l’extension précoce, alors insoupçonnée, de la ville antique vers l’est.

Figure 1 : Sondage archéologique BEY 002 en 1993 (cliché F. Villeneuve)

 

L’évolution de ce quartier résidentiel à travers les siècles

La zone couverte par la Place des Martyrs présentait un intérêt certain puisqu’elle était restée inexploitée par les fouilles anciennes. Pourtant, lors de ses recherches au milieu du XXe siècle, Jean Lauffray supposait que la Place des Martyrs ne fournirait que peu de vestiges, car selon lui « le roc se trouve à seulement un mètre sous la chaussée »7. La réalité archéologique fut tout autre : l’épaisseur stratigraphique à l’emplacement du Petit Sérail atteignait sept mètres de profondeur, jusqu’à la roche-mère, révélant ainsi des vestiges remontant jusqu’à l’âge du Fer III (VIe-IVe siècles av. J.-C.), période de l’occupation perse achéménide en Phénicie. Dès lors, il fut possible d’étudier l’évolution de la périphérie est de la ville à partir de ces nouvelles découvertes archéologiques (figure 2).

Figure 2 : Plan du site BEY 002 (C. Aubert, « Bey 002. Rapport préliminaire », BAAL, 1, 1996)

 

À la période perse achéménide, cet espace fut aménagé pour tenter de niveler le relief accidenté du substrat rocheux. La nature de cette occupation n’est pas facilement indentifiable, car l’ensemble des structures et des murs a été exhaussé a posteriori. Les fouilleurs ont pourtant pu identifier la présence dès cette période d’un tracé urbain orthogonal qui sera repris au cours des siècles suivants, et ce, jusqu’à nos jours. Or, traditionnellement, l’usage d’un plan hippodaméen était attribué à des organisations urbaines postérieures à la conquête du Proche-Orient par Alexandre le Grand.

À partir de la période hellénistique (IVe-Ier siècles av. J.-C.), on observe l’émergence d’un quartier d’habitation exceptionnellement bien conservé. Ce dernier nous renseigne sur l’extension orientale de la cité tout en confirmant les limites de la ville monumentale située sous la Place de l’Étoile. La découverte d’un rempart datant du IIe siècle avant notre ère, dans la partie sud de la Place des Martyrs8, atteste également cette extension. Ce quartier résidentiel semble donc n’être intégré à l’espace urbain intramuros qu’à partir du IIe siècle avant J.-C. La taille réduite des cellules d’habitation contraste avec les décors intérieurs relativement riches. Par ailleurs, des activités artisanales semblent également s’y développer et la présence d’une grande quantité de céramiques d’importation atteste le processus progressif d’hellénisation. Les habitants de ce quartier semblent donc correspondre à une classe moyenne, possiblement d’artisans, installés en périphérie de la ville monumentale et à proximité du port. Aucun changement majeur n’affecte l’aménagement de ce quartier durant la période romaine, à l’exception de quelques remaniements mineurs9.

À l’inverse, la période byzantine (IVe-VIIe siècles de notre ère) se distingue sur BEY 002 par une nouvelle phase d’urbanisation intense correspondant peut-être à un changement de vocation du quartier. En effet, les vestiges de cette période se superposent à ceux des périodes hellénistique et romaine. Les sols sont alors ornés de tapis de mosaïque à décor polychrome géométrique, lesquels ont permis de sceller les niveaux antiques. La découverte d’une importante quantité de mobilier à connotation religieuse semble indiquer une proximité avec un complexe ecclésiastique10. Plusieurs éléments des réseaux viaire et hydraulique ont également été découverts ; ils quadrillent le quartier en reprenant l’orientation exacte de la voirie romaine. Le caractère luxueux qui transparaît de cet habitat byzantin ainsi que les différents aménagements hydrauliques et de voirie indiquent que ce quartier connaît une phase de développement intense, peut-être concomitante d’une nouvelle extension de la ville vers l’est. Cet espace semble alors ne plus être en périphérie, mais volontairement intégré dans le plan d’urbanisme de la ville.

À la veille de la conquête arabe (première moitié du VIIe siècle de notre ère), on observe une rupture dans l’urbanisation de ce quartier avec une rétractation de la ville vers son centre. En effet, aux périodes omeyyade et abbasside (du VIIe au XIIe siècle), le quartier semble ne plus accueillir que des activités artisanales, comme le prouve la découverte de fours de potiers et d’une importante industrie du verre. Sur différents chantiers de fouilles, les zones les plus éloignées du centre-ville semblent être abandonnées et des murailles sont édifiées à partir du IXe siècle11. Plus aucune occupation pérenne n’est alors observée jusqu’au milieu du XIXe siècle, date de la construction du Petit Sérail.

La découverte de ce quartier résidentiel a profondément renouvelé la connaissance urbaine de Beyrouth sur plus d’un millénaire. Bien qu’intensivement fouillée, la ville de Beyrouth manque de publication de référence qui permettrait de comprendre son organisation urbaine globale. Cette thèse tend à répondre à cette lacune en présentant une étude systématique des différentes occupations en lien avec les données d’autres chantiers.

 


1 Voir l’étude sur les murs d’enceinte : R. du Buisson du Mesnil, « Les Anciennes Défenses de Beyrouth », Syria, 2. 3, 1921, p. 235-257 ; id., « Les Anciennes Défenses de Beyrouth », Syria, 2. 4, 1921, p. 317-327.

2 E. Verdeil, Beyrouth et ses urbanistes : Une ville en plans (1946-1975), « Chapitre 1 – L’urbanisme du Mandat français : ruptures et continuités », Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2010, p. 31-51.

3 R. Mouterde, J. Lauffray, Beyrouth, ville romaine ; histoire et monuments, Beyrouth, Publications de la Direction des Antiquités du Liban, 1952 ; R. Mouterde, Regards sur Beyrouth phénicienne, hellénistique et romaine, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1966.

4 Cette dernière ne fut officiellement fondée qu’en mai 1994 sous l’impulsion du Premier ministre de l’époque, Rafic Hariri.

5 H. Durand-Godiveau, A.-C. Levèfre, « Beyrouth : le plus grand chantier d’archéologie urbaine du monde » (I), Archéologia, no 316, p. 14-33.

6 Près de 80% des anciens bâtiments du centre-ville furent rasés à cette période pour laisser place à la reconstruction du centre-ville (voir É. Verdeil, G. Faour, S.Velut (dir.), Atlas du Liban : Territoires et société, « Chapitre 7 : Les politiques d’aménagement et d’équipement de la reconstruction », Beyrouth, Presses de l’Ifpo – CNRS, 2007.

7 J. Lauffray, « Beyrouth Archéologie et histoire, époques gréco-romaines : I. période hellénistique et Haut-Empire romain », Aufstieg und Niedergand der römischen Welt, 1977, p. 138.

8 P. Arnaud, E. Llopis, M. Bonifay, « BEY 027 : Rapport préliminaire », Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises, 1996, p. 104.

9 C. Aubert, « Bey 002. Rapport préliminaire », Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises, 1, 1996, p. 60-97.

10 D. Pieri, « Les fouilles de l’Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient à Beyrouth (1993-1997) », La pioche et la plume, Autour du Soudan, du Liban et de la Jordanie. Hommages à Patrice Lenoble, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2011, p. 117.

11 P. Monge, « BEY 008 bis Zone des Souks : Dégagement du fossé médiéval », Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises, 1, 1996, p. 270-293 ; R. Du Mesnil Du Buisson, « Les anciennes défenses de Beyrouth », Syria, 2.3, 1921, p. 239 ; G. Le Strange, Palestine under the Muslim Rule. Description of Syria and the Holy Land, Londres,1890, p. 408.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 9 novembre). SFHU. Journée jeunes chercheurs et chercheuses 2023. Alexandrine Roche : “Un quartier d’habitation hellénistique inédit en périphérie de Berytus (Beyrouth)” Histoire Urbaine. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zx

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search