SFHU. Journée jeunes chercheurs et chercheuses 2023. Alexandre Mateu, “La colonisation chrétienne des villes andalousiennes de Valence et de Sagonte à travers la cartographie historique (XIIIe-XIVe siècles)”

SFHU. Journée jeunes chercheurs et chercheuses 2023

 

Alexandre Mateu*

La colonisation chrétienne des villes andalousiennes de Valence et de Sagonte à travers la cartographie historique (XIIIe-XIVe siècles)

* Universitat de València, prépare une thèse intitulée Hàbitats de conquesta. Colonització urbana i de l’espai domèstic al regne de València (segles XIII-XIV). Il résume ici sa communication lors de la quatrième Journée des jeunes chercheurs et chercheuses en histoire urbaine organisée le 9 juin 2023 par la SFHU

Édition du texte pour la mise en ligne : Virginie Mathé et Élodie Vigouroux.

 

L’objectif de ce travail est d’étudier le processus de colonisation chrétienne des espaces urbains andalousiens du royaume de Valence, établi en 1238, après la conquête menée par le roi Jacques Ier. Le contrôle militaire du territoire a donné lieu à l’expulsion ou au déplacement de la population musulmane des centres urbains côtiers, qui ont alors été occupés par des colons, principalement originaires de Catalogne et d’Aragon. La population chrétienne nouvellement arrivée vit dans des bastides construites ex novo ainsi que dans les principales médinas, vidées après les expulsions.

L’appropriation de l’espace urbain andalousien par les colonisateurs chrétiens est un processus complexe et, pour l’étudier, nous devons partir de la continuité de l’espace de peuplement des deux villes analysées (Valence et Sagonte) du XIe siècle à nos jours. Cette continuité a favorisé la permanence de divers éléments dans le plan. Le plus remarquable est la disposition des rues, dont la rigidité est due à l’impossibilité de détruire en même temps tous les bâtiments adjacents pour en construire de nouveaux avec un tracé différent. Cette résistance permet d’étudier la morphologie urbaine en tant que source historique, pour laquelle nous devons utiliser une méthodologie qui nous permette de discerner les modifications urbaines récentes des modifications médiévales.

L’étude a commencé par l’élaboration d’une carte où sont indiqués les îlots actuels de la ville à l’intérieur de l’enceinte islamique. Ce plan a ensuite été enrichi à l’aide d’informations provenant de la cartographie historique. Dans le cas de Sagonte, nous avons utilisé deux cartes établies en 1811 : celle du général Suchet et celle d’Alexandre de Laborde, tandis que pour Valence, nous avons utilisé la carte établie en 1704 par Tosca. Une fois les données de ces plans croisées, géoréférencées et comparées avec le plan actuel, nous avons obtenu une carte des îlots existant respectivement au début du XIXe et du XVIIIe siècle. Ils reflètent l’état des villes andalousiennes, modifiées après 1238 par les nouveaux occupants chrétiens. Pour discerner les formes qui appartiennent à telle ou telle période, il faut comprendre les schémas d’urbanisme de chaque société. Dans les régions occitanes et ibériques, les communautés de voisins chrétiens vivaient souvent dans de vastes propriétés entourées d’un mur d’enceinte et organisées le long de rues principales, entrecoupées de rues transversales. Autour de celles-ci se trouvaient des maisons étroites sur des parcelles rectangulaires, chacune d’entre elles étant généralement habitée par une famille nucléaire. Ainsi, toutes les rues étaient publiques et servaient à la circulation générale, alors que dans les villes islamiques, des impasses et des rues de service conduisaient les habitants logeant en cœur d’îlot vers les rues les plus fréquentées.

 

Les impasses qui subsistent dans les villes sont probablement des fossilisations de l’urbanisme d’époque islamique. Ces culs-de-sac mènent à des rues qui devaient également exister à cette période. Si l’on ajoute à ces rues les axes principaux de la ville qui reliaient les trois portes de la médina, on obtient un plan où l’on peut observer les éléments les plus préservés de l’urbanisme andalousien. Les impasses sont si importantes qu’elles nous permettent de discerner les rues de l’époque andalousienne et de l’époque chrétienne. En effet, l’urbanisme islamique était influencé par la prédominance des relations familiales sur les relations de voisinage. Le lieu social par excellence se trouvait dans la maison familiale et non dans la rue, dont la fonction a été remplacée par la cour qui servait de lieu de socialisation et de travail. La cour s’est développée comme le centre d’une vie sociale préservée ou à cacher (surtout dans le cas des femmes de la famille). À partir de cette centralité, la ville s’est développée, conçue pour la protection visuelle et spatiale des cours et de l’intimité familiale. Les portes des maisons étaient petites et ne donnaient généralement pas sur une rue passante, mais sur une impasse elle-même reliée aux rues qui traversaient un quartier spécifique et qui menaient aux routes principales de la ville. Ces axes, plus larges, reliaient les portes au centre de la médina où se trouvait généralement la grande mosquée (aljama) entourée d’une zone qui concentrait les activités commerciales et artisanales (le souk). Ce modèle urbain s’articulait autour de la nécessité de relier les rues de la ville de manière à créer non pas un réseau de communication intégré, mais un réseau permettant le passage de toutes les maisons vers les lieux publics, en évitant la présence de passants indésirables à l’entrée.

Après la conquête chrétienne, la destruction de ces structures pour en construire de nouvelles, plus adaptées aux nouveaux colons chrétiens, était la norme, comme le montrent les fouilles urbaines effectuées sur des zones occupées au XIIIe et XIVe siècle. Les preuves documentaires offrent une image similaire. L’évêché, qui possédait toutes les mosquées, en est un exemple. Celles-ci ont été progressivement cédées à des particuliers qui étaient chargés de les détruire et de construire des maisons à la place. L’espace est ainsi occupé par des habitations qu’on prévoyait de louer avec un bail emphytéotique, mais aussi par d’autres constructions comme des entrepôts ou des ateliers d’artisans, notamment au rez-de-chaussée des rues passantes. Enfin, il était également courant de construire de grandes demeures dont la surface couvrait celle de plusieurs maisons d’époque islamique.

En résumé, l’espace domestique islamique a été rasé par des initiatives de petite et moyenne envergure. Des groupes de maisons de tradition islamique sont transformés selon le goût et les habitudes des occupants chrétiens, mais le terrain est délimité par la même voie publique. Ce phénomène explique la fossilisation des rues andalousiennes dans de nombreux centres urbains, mais avec un parcellaire complètement nouveau. Dans des villes comme Sagonte, cela s’observe très bien, avec un parcellaire rectangulaire allongé, mais avec un plan de rues irrégulier et avec de nombreux virages, bien plus qu’à Valence où, du XIVe au XXe siècle, des actions ont été menées pour élargir les rues et éliminer les impasses.

À ces conclusions s’ajoute la pertinence de l’utilisation de la cartographie historique pour l’analyse des parcelles médiévales. Elle ne doit cependant pas être considérée comme la seule référence, car si elle permet d’éliminer les modifications contemporaines de l’espace urbain, elle fournit des données non datées. Une rue qui apparaît sur un plan du XVIIe siècle peut avoir été ouverte deux ans plus tôt ou à l’époque andalousienne. C’est pourquoi il est important de disposer d’éléments datables, en l’occurrence des documents et des fouilles, qui, avec la morphologie historique, permettent d’affiner l’analyse. Enfin, en plus d’être un plan de référence idéal pour ajouter des informations historiques, les cartes modernes permettent également de mettre en œuvre des analyses quantitatives, comme celle des orientations, qui donnent la possibilité d’observer les permanences du modèle d’urbanisme andalousien en dépit des transformations postérieures à la conquête chrétienne.

 

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 9 novembre). SFHU. Journée jeunes chercheurs et chercheuses 2023. Alexandre Mateu, “La colonisation chrétienne des villes andalousiennes de Valence et de Sagonte à travers la cartographie historique (XIIIe-XIVe siècles)” Histoire Urbaine. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u4zv

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search