Compte-rendu : Daniel Roche, al., “Les lumières minuscules d’un vitrier parisien, Jacques-Louis Ménétra”, 2022.

Daniel Roche avec Pascal Bastien, Frédéric Charbonneau, Vincent Milliot, Philippe Minard, Michel Porret, Les Lumières minuscules d’un vitrier parisien. Souvenirs, chansons et autres textes (1757-1802) de Jacques-Louis Ménétra, Chêne-Bourg, Georg Éditeur, 2022, 450 p.

 

Compte-rendu réalisé par Corine Maitte, laboratoire ACP, université Gustave Eiffel

 

Jacques-Louis Ménétra est sans doute le Parisien populaire le plus connu des historiens du xviiie siècle français, grâce à la redécouverte, sur les rayons la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, du Journal de ma vie, et à sa publication en 1982 par Daniel Roche. Le texte et son commentaire magistral ont permis d’accéder aux actes et aux pensées d’un homme du peuple des Lumières, ajoutant ainsi cet écrit aux autres textes, rares au demeurant, issus des gens de peu.

Il est heureux que D. Roche ait pu voir de son vivant la publication des 4 300 « lignes de textes composites et disparates » (p. 21) des Écrits divers de Ménétra, quarante ans exactement après la première édition du Journal, alors même qu’il soulignait dans l’un des deux articles heureusement republiés ici (l’un de 1985 et l’autre de 1986) le lien profond qui unissait tous les écrits du vitrier (p. 31).

Comme on le sait, Ménétra (1738-1812) dit avoir écrit son Journal à partir de 1764 pour l’achever en l’An xi. Or, ses pratiques d’écriture sont antérieures à 1764 puisque le premier texte daté des Écrits est une chanson composée à Orléans en 1757 pour affirmer la supériorité des vitriers sur les mariniers, alors qu’il effectue son Tour de France (p. 202) : il a 19 ans à l’époque. Mais l’écriture unifiée et appliquée du Journal et des Écrits montre qu’il a recopié et ordonné l’ensemble sans doute entre 1800 et 1802 : il a alors entre 62 et 64 ans et meurt dix ans plus tard.

Par rapport au Journal, les Écrits divers mêlent des genres totalement différents : « chansons compagnonniques, poèmes obscènes, pièces lyriques et galantes, burlesques et satiriques ; vers de circonstances sous les formes variées d’épitaphes généthliaques, acrostiches, quatrains divers ; dialogues versifiés, contes, prose » (p. 355, Frédéric Charbonneau) etc… : « c’est d’abord affaire de matière : à peu près tout ce qui concerne le métier, l’amour et la sexualité, la famille, et tous les petits textes de circonstances sont en vers ; en revanche la politique, la morale et la religion sont largement écrites en prose » (p. 358, F. Charbonneau), même si tout n’est pas si simple puisque le morceau initial « Mes souvenirs » (p. 63-93) semble la version poétique du premier segment du Journal.

Dans la transcription, Michel Porret et Frédéric Charbonneau ont choisi, pour faciliter la lecture, de moderniser et de régulariser l’écriture de Ménétra, ainsi que d’y introduire une ponctuation a minima, ce dont il faut les remercier, même si D. Roche affirmait justement que « la maladresse stylistique, la désinvolture grammaticale volontaire sont conscience de classe » (p. 41). La lecture est aussi considérablement aidée par les nombreuses annotations critiques établies par M. Porret, P. Bastien, F. Charbonneau et V. Milliot. Elles précisent les allusions à des personnages connus ou inconnus, les circonstances, font le lien avec le Journal et indiquent également les possibles emprunts de Ménétra aux textes alors en circulation et qu’il a vraisemblablement lus. On peut en effet le supposer lecteur assez avide et pourtant, comme le soulignait D. Roche (p. 36-37), Ménétra ne cite nommément que six livres : la Bible, le Missel des paroisses, le Petit Albert, le Contrat social, l’Héloïse et l’Émile de son bien aimé Jean-Jacques Rousseau dont il raconte à plusieurs reprises la rencontre, qu’il révère et à qui il dédie plusieurs textes dans ses Écrits. Cela justifie naturellement que « Jean-Jacques » fasse l’objet d’une notice de l’Abécédaire puisqu’il apparait « à la fois comme dédicataire, comme référence et comme inspirateur » (p. 304-310, F. Charbonneau).

Pour approfondir les lectures multiples que l’on peut faire de l’œuvre de Ménétra, le situer dans son contexte, tenter d’en pénétrer les mille et une facettes, les éditeurs ont en effet choisi de faire suivre les Écrits d’un Abécédaire : une notice pour chaque lettre de l’alphabet, se renvoyant les unes aux autres (Bonaparte, Dieu, Femmes, Quartier, Révolution, Zygomatique par P. Bastien ; Enfance, Grande Gueule, Jean-Jacques, Morale, Nourriture, Poétique par F. Charbonneau ; Honneur, Ivresse, Liberté, Obéissance/ordre public, Tolérance, Urbain par V. Milliot ; Compagnonnage par Ph. Minard ; Aventure, Kilomètre, Sexe, Vitrier, Wiski, Xystique, Yeux par M. Porret). Cela permet de lire cet ouvrage « de 1000 façons » : « on peut feuilleter les Écrits divers et s’arrêter sur les pièces qui attirent l’attention… On peut de même naviguer dans l’Abécédaire, choisir une lettre au hasard et se laisser guider ensuite par les renvois internes qui permettent de reconstituer… la figure de Jacques-Louis Ménétra, Parisien, artisan, séducteur, philosophe et sans-culotte » (p. 29, D. Roche). La lecture en est en effet à la fois agréable et instructive, informée et pertinente. Tout aussi intéressantes sont les illustrations de chacune des notices ainsi que les cartes du Paris de Ménétra établies par Pascal Bastien. Si Daniel Roche avait déjà esquissé, en 1982, les espaces vécus dans la capitale par le vitrier de son enfance à sa vieillesse, on dispose désormais d’une cartographie précise et fort utile (notice « Quartier », p. 362-368). Évidemment, on peut penser qu’il n’était pas forcément utile de combler à tout prix toutes les lettres de l’alphabet et on comprend aussi que des choix douloureux ont dû être faits pour ne choisir qu’une entrée pour certaines lettres. Mais ne boudons pas l’humour certain qui se dégage de Xystique ou de Zygomatique : si cette dernière notice ne provoque pas les éclats du rire qu’affectionnait Ménétra, elle clôt en beauté l’ouvrage, comme Ménétra termine le sien par une série de poésies paillardes qui lui permettent de reconquérir « son sens de la dérision et son goût de la raillerie » (p. 444) que le déroulement de la Révolution lui a un temps fait perdre, indigné qu’il est par la suite d’espoirs déçus et de tragédies qu’il voit s’y dérouler. Le royaliste convaincu qu’il est toujours en 1789 (et qui s’est essayé à composer des « illuminations en réjouissance de la naissance du Dauphin » en 1781, p. 125), devenu rapidement sans-culotte aux nombreuses responsabilités « que son âge – 51 ans alors que la moitié de la population française a moins de 20 ans – et sa position sociale dans le quartier lui garantissaient » (p. 374, P. Bastien), se transforme ainsi en bonapartiste tout aussi convaincu : il consacre au Général huit pièces versifiées. Comme le souligne V. Milliot, « c’est plus que pour son fils – qu’il aime profondément –, plus que pour sa femme – avec laquelle on connaissait les disputes par le Journal –, et même plus que pour son ami Rousseau » (p. 240, P. Bastien) ; plus aussi que son père, « biberon sans égal » (p. 110, J. L. Ménétra), qui a quand même droit à quatre épitaphes (p. 110-111). Comme le souligne aussi Pascal Bastien, ces Écrits divers offrent « un récit original sur une Révolution vue d’en bas, vécue depuis la rue » (p. 373). Gageons que cette partie des Écrits sera désormais souvent citée (ses « réflexions sur la Révolution » (p. 145-152) ou encore son récit des « jours les plus marquants et les plus orageux de la Révolution » (p. 173-174) n’en sont que quelques-uns des morceaux les plus notables avec son récit du 9 Thermidor (p. 166-168), ou du 13 Vendémiaire (p. 169-172). Mais ce n’est pas la première fois que Ménétra s’occupe de la chose publique, surtout quand elle concerne les corps de métier, auquel bien entendu il appartient, mais dont il ne cesse de critiquer les gardes et les jurés, applaudissant donc aux réformes de 1776 (p. 108, p. 111). Par opposition « le récit professionnel reste assez marginal » (p. 409, M. Porret).

Dans l’ensemble, quels sont les grands thèmes abordés par Ménétra et que commentent les notices ? Sa vie d’apprenti, de compagnon puis de maître vitrier ; sa vie de famille : petit-fils d’une grand-mère aimante, fils d’un père ivrogne, mari d’une femme dominatrice, père d’enfants aimés, beau-frère de jurés vitriers décriés (p. 104-107) ; sa vie de citadin, fier de son appartenance parisienne (« Je suis habitant de Paris/ je ne suis point né à la campagne… », p. 116) qui lui fit aimer les spectacles des Boulevards, rencontrer Rousseau, le vit au cœur du tourbillon révolutionnaire : il est malgré tout peu attentif au spectacle de la ville elle-même, si ce n’est pour célébrer la nouvelle coupole de charpente vitrée de la Halle au Blé (1782-1783) ou se moquer du nouveau théâtre des Italiens (1783, p. 122 ) ; sa vie d’homme à la conquête perpétuelle des femmes : machiste dans l’âme, violeur sans états d’âme, pour qui le mari doit être « maître en la maison », même si ce ne fut pas vraiment son cas (p. 113). Entre les hymnes à l’amour qui jalonnent les Écrits et les 500 lignes de poésies gaillardes qui les terminent en beauté, le sexe est partout, dans les Écrits comme dans le Journal : comme le soulignent V. Milliot et M. Porret, « jouir sans entraves » semble être le mot d’ordre de Ménétra pour « ratifier une assurance-bonheur contre le néant » (p. 384). En cela aussi il s’affirme comme un homme libre, fier de penser par lui-même, y compris sur Dieu et les religions qu’il abhorre toutes (« Je crois et je pense comme toi que toutes ces religions/ Ont fait et feront le malheur des nations », p. 118), en particulier la Romaine, et ceci bien avant la Révolution (« mes recherches sur la vérité » (1776 : il a alors 38 ans, p. 135) : outres les tromperies des prêtres et les croyances absurdes (pêle-mêle : la Trinité, le péché originel, l’Immaculée Conception, la transsubstantiation, la virginité de Marie, le Purgatoire, l’Enfer…), c’est encore plus l’intolérance et le sang versé qu’il refuse. Anticlérical, il n’est pourtant pas pour autant athée, mais s’affirme comme un déiste convaincu et l’on comprend alors sa pleine adhésion à la religion de l’Être suprême. Le retour des prêtres après 1801 ne lui en est que plus pénible (p. 196).

Si l’on peut faire une critique à ce livre absolument passionnant, outre le manque d’une table des matières des Écrits eux-mêmes, c’est l’absence d’une notice « Écrire/écriture » car il faut chercher un peu partout, comme de petits cailloux semés ici et là, deux choses essentielles : une réflexion sur l’organisation de ces écrits et surtout une réflexion sur l’acte même d’écriture dans lequel s’engage très jeune Ménétra et qui, comme le soulignait Daniel Roche (p. 39) exige un effort physique, un choix financier, un geste solitaire. Certes, P. Charbonneau souligne que l’organisation répond « à deux logiques concurrentes : ordre chronologique approximatif d’une part, et, d’autre part, séquences fondées sur une affinité de forme ou de registre » (p. 355). C’est bien peu pour un ensemble si complexe. Sur le second point, on ne peut qu’être d’accord avec le fait qu’il s’agit « d’un usage exploratoire et ludique de l’écriture » (p. 355), une « écriture libertaire » disait D. Roche (p. 41). Mais il est dommage que les travaux de Dinah Ribard consacrés aux poésies ouvrières ne soient jamais cités, pas plus dans les notices que dans les « choix de lecture » effectués à la toute fin de l’ouvrage1. Cela aurait permis de mettre en perspective le travail et les actions d’écriture de Ménétra et de le comprendre comme autre chose qu’un cas presque totalement exceptionnel qu’il semblait encore être en 1982. Restent les hypothèses formulées en 1986 par D. Roche : « la leçon de ce texte étranger à la culture des lettrés, et dont l’auteur s’acharne à nier la valeur, est d’affirmer une morale de la fidélité à soi-même dans la liberté (p. 41). Finalement, « Écrire exprime alors une capacité à dire sa vie et à comprendre les êtres et les choses » (p. 47, D. Roche).

1. Voir désormais Dinah Ribard, Le Menuisier de Nevers. Poésie ouvrière, fait littéraire et classes sociales (xviie-xixe siècle), Paris, EHESS, Gallimard, Seuil (Hautes Études), 2023, qui cite ses articles antérieurs.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2023, 23 novembre). Compte-rendu : Daniel Roche, al., “Les lumières minuscules d’un vitrier parisien, Jacques-Louis Ménétra”, 2022. Histoire Urbaine. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u501

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search