Compte-rendu : Corinne Marache, “Les petites villes et le monde agricole. France, XIXe siècle”, 2021

Corinne Marache, Les petites villes et le monde agricole. France, XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021 (Histoire), 385 p.

Compte-rendu réalisé par Daniel Pichot

L’ouvrage de Corinne Marache tiré de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches ne se veut pas une monographie régionale, son ambition s’annonce plus vaste. Appuyée sur ses travaux antérieurs et un dépouillement des archives publiques des départements aquitains ainsi que de belles pépites provenant d’archives privées (livres de comptes etc.), l’auteure propose, en mettant en œuvre une bibliographie nationale à l’appui de ses conclusions, une synthèse qui, comme le sous-titre l’indique, se veut une véritable thèse argumentée, susceptible d’être étendue au territoire de la France. Remettant en cause l’analyse récurrente de la domination de la ville, même petite, sur la campagne, elle estime la relation beaucoup plus complexe. Les deux vivent dans une symbiose qui profite à l’une et à l’autre. La campagne subit une influence certaine mais les petites villes ont fortement contribué au progrès de leur agriculture, tout comme les campagnes ont souvent assuré le développement et le succès de bien des villes. Se pose évidemment la question de la définition de la « petite ville ». C. Marache reconnaît le caractère flou du concept et s’attache seulement à mettre en avant quelques critères : la population, bien sûr, mais surtout la capacité d’échanges et la présence de services assez nombreux. En gros, sont retenus les chefs-lieux de cantons, mais sans exclusive.

La démonstration se déroule en trois parties. La première établit que les petites villes accueillent et concentrent les acteurs de la modernisation agricole et d’abord toute une série d’artisans et de commerçants : forgerons, charpentiers, marchands de graines, fréquents certes dans les villages, mais qui, ici, jouent un rôle plus diversifié et plus étendu. Ils peuvent fabriquer des machines imitées des productions repérées dans les grandes foires et expositions, mettre à la disposition des graines sélectionnées etc., ce que ne peuvent guère les artisans du village. Il en va de même pour les vétérinaires, médecins, notaires, juges de paix, percepteurs. Les premiers permettent d’améliorer l’hygiène mais les notaires sont indispensables tant pour la rédaction des actes comme les baux que pour les prêts. Bien plus, beaucoup sont aussi propriétaires terriens et se révèlent agromanes soucieux de la modernisation de leurs exploitations. Les liens demeurent donc étroits entre les deux mondes plus imbriqués qu’opposés.

Dans un deuxième temps, C. Marache met en lumière l’action particulière de la petite ville dans la mise en place de structures et d’organisations au service de la modernisation de l’agriculture. Dès le début du xixe siècle, particulièrement dans les chefs-lieux de cantons et d’arrondissements, des sociétés d’agriculture réunissent des notables qui vont souvent jouer un rôle dans la création des comices agricoles qui se créent dès le premier tiers du siècle et se multiplient rapidement par la suite. Les comices, vastes manifestations qui attirent un grand concours de monde, pour leurs expositions d’animaux et de matériels, leurs concours et les festivités diverses entraînent des conséquences pour le monde agricole mais aussi pour les villes d’accueil. Les prix font transparaître les désirs des notables et du gouvernement ; après avoir encouragé les cultures nouvelles et les techniques de culture, c’est vers l’élevage que se porte l’intérêt des comices et aussi la vigne pour les pays aquitains.

Ces villes jouent aussi un rôle certain dans le début des organisations syndicales et mutuelles pour le monde agricole. Cela intervient tard, mais assez largement dans les chefs-lieux de cantons qui concentrent les syndicats les plus développés, leur présence se fait plus discrète en ce qui concerne les mutuelles. Le manque de liquidités criant suppléé par le troc et un crédit limité et souvent usuraire commence à être résolu dans la seconde moitié du siècle par la création d’un crédit mutuel impulsé par les notables, mais les villages ne sont pas en reste.

Les petites villes, par contre, concentrent un certain nombre de services. Les professeurs d’agriculture départementaux y multiplient les conférences ouvertes à un large public et sont appuyés par les instituteurs qui ne tardent pas à recevoir un enseignement agricole. En même temps, des abattoirs municipaux se créent et autorisent, grâce à la surveillance vétérinaire, une meilleure hygiène, tandis que les haras multiplient les dépôts pour favoriser l’amélioration des races.

La troisième partie se consacre au monde de l’échange et de la transformation dans lequel les petites villes occupent une place majeure. Elles deviennent au cours du xixe siècle des carrefours, au moins pour certaines. La multiplication des routes désenclave des régions et surtout l’arrivée du chemin de fer autorise une diffusion accrue des productions agricoles accélérant certaines spécialisations, améliorant souvent la qualité et concourant au développement d’une agriculture plus commerciale.

Tous ces éléments expliquent l’éclosion de multiples foires et marchés au point que l’on chercha parfois à en limiter le nombre, même si le maillage du territoire demeure souvent bien inégal. Bien entendu, le calendrier se calque sur celui des travaux agricoles et les villes rivalisent pour s’équiper d’infrastructures accueillantes, halles mais aussi champs de foire mieux adaptés. Il en résulte un climat favorable au développement d’une agriculture plus insérée dans les échanges. De multiples produits sont mis en vente, céréales et animaux bien sûr, mais se développent aussi des marchés très spécialisés : pruneaux, raisin de table etc. On ne peut nier l’effet positif sur une amélioration de l’agriculture et une certaine monétarisation de campagnes. Les petites villes se peuplant de plus en plus voient apparaître un monde de consommateurs souvent plus exigeants et les métiers de bouche : bouchers, charcutiers, boulangers s’accroissent et ne sont pas sans rapport avec le monde des campagnes. Elles attirent aussi marchands de produits alimentaires ou de bestiaux éventuellement venus de loin. L’activation des échanges multiplient les auberges nécessaires pour le logement et la restauration mais aussi parce que bien des affaires s’y concluent. Les villes souvent conditionnent et font connaître au loin des produits de valeur comme le chasselas tout comme elles favorisent la conserverie.

L’étude bien menée se clôt sur une conclusion qui réaffirme avec force les orientations de l’étude. Loin d’écraser de sa domination les campagnes environnantes, la petite ville vit en interaction avec elles et contribue à les moderniser. Si elle ne dispose souvent pas de moyens très différents des simples villages, elle concentre les possibilités et les moyens qui lui permettent de jouer un rôle actif et déterminant. La démonstration est le plus souvent convaincante et démonte un système complexe qui approfondit notre connaissance de la France rurale. Des annexes offrent tableaux, listes graphiques fort utiles mais on doit faire une réserve qui tient surtout à la collection. Les Presses universitaires de Rennes assurent la publication dans de bonnes conditions d’ouvrages de recherche et à un prix très accessible, mais dans le cas précis, les photographies de documents sont peu lisibles et les cartes uniquement en camaïeu de gris et noir avec des symboles peu distincts sont malheureusement impossibles à déchiffrer. Mis à part ce détail, C. Marache nous offre une réflexion passionnante qui ouvre de multiples pistes.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cédric Feriel (23 novembre 2023). Compte-rendu : Corinne Marache, “Les petites villes et le monde agricole. France, XIXe siècle”, 2021. Histoire Urbaine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u502


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search