Compte-rendu : Isabelle Chesneau (dir.), “La ville mot à mot”, 2021

Isabelle Chesneau (dir.), La ville mot à mot, Marseille, Parenthèses (Eupalinos), 2021, 222 p.

Compte-rendu réalisé par Sylvain Schoonbaert.

Isabelle Chesneau, maîtresse de conférences en sciences humaines et sociales à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais (UMR CNRS 3329 Ausser) réunit ici dix contributions de 17 auteurs enseignants chercheurs, préfacées par Philippe Boudon, qui inscrit l’ouvrage dans un champ « négligé », la question du langage en recherche urbaine, champ qui finit néanmoins par être largement arpenté. Depuis plusieurs années déjà en effet, les problématiques langagières du monde de l’urbanisme et de l’aménagement urbain ont été abordées sous des angles pragmatiques, et non plus théoriques, qu’il s’agisse de la monumentale Aventure des mots de la ville1, des Mots des urbanistes2, ou encore des moins heureux Sans mots de l’habitabilité et de la territorialité3. On se souvient également des entretiens remarquables publiés par l’auteure : L’abécédaire de Marcel Roncayolo4 qui va bien au-delà d’un lexique de la science des villes. Comme le rappelle la directrice de cet ouvrage en introduction, son but est « d’examiner la manière dont cette relation essentielle entre production des formes urbaines et langage évolue dans le cadre des pratiques actuelles de projet qui confèrent au langage une dimension stratégique » (p. 21). Il est dès lors question d’observer le caractère performatif des mots : les mots font-ils des choses ?

Pour « donner le ton » (p. 33) et « casser l’ambiance » (p. 40) qui caractérise la configuration de l’espace par le langage (première partie de l’ouvrage), Éric Chauvier et Laurent Devisme prennent tout d’abord au sérieux les indices langagiers, en considérant les mots du bashing puis du storytelling urbains. Il n’est si petite parole du groupe de rap PNL qui ne traduise finalement deux registres langagiers de la tonalisation verbale : celui du pouvoir, global, et celui relégué, local : « le prisme du langage […] n’est pas distinct des corps en ville, des objets qui sont autant de prises pour les individus, des mémoires qui lestent et qualifient les territoires » (p. 43). Frédéric Moulène revient sur la question du city branding en étudiant les noms des intercommunalités alsaciennes entre Mulhouse et Strasbourg, et la singulière « communauté de communes du Pays de Rouffach, Vignoble et Châteaux » qui masque un stigmate asilaire de cette bourgade de 4 500 habitants, associée à une ville de fous, en raison de la présence majeure de son hôpital psychiatrique à l’entrée sud de la petite ville. Éclairer la mise en mots des territoires ouvre un chantier de recherche considérable : voilà qui en dit long sur la façon dont un territoire vulnérable s’attache à « se dire lui-même afin de se (re)faire » (p. 65). En mettant à l’épreuve des mots les espaces publics projetés autour du réseau de transport public du Grand Paris Express, Antoine Fleury, Sophie Nivet et Géraldine Texier-Rideau interrogent leur capacité à normaliser, contraindre et infléchir la conception des formes. Place, parvis, forum, pôle sont autant de « mots-problèmes » dont l’atelier parisien s’empare pour dépasser le rayon doctrinal des ingénieurs – de 300 mètres autour des lieux d’intermodalité – afin d’introduire la distance et la lenteur dans ce vocabulaire de performativité et en définitive tenir « à distance la prescription hâtive, à laquelle les commanditaires veulent souvent circonscrire la réflexion et contraindre l’imaginaire » (p. 81). Comment le tramway participe-t-il à une nouvelle forme de récit de l’espace urbain ? C’est la question que pose Belinda Redondo. Le succès de ce mode de transport réapparu dans les villes du monde entier depuis près de quarante ans a fait ses preuves pour faire apparaître un « urbanisme du tramway » qui semble à bout de souffle, mais n’a sans doute pas dit son dernier mot dans un avenir numérique qui questionne « la matérialité et la cohérence de ces nouveaux espaces à la lisière du virtuel et du réel, sur leur traduction littérale au cœur des mobilités urbaines et sur leurs formes de représentation auprès des citadins » (p. 97).

Yankel Fijalkow et Bruno Maresca concluent la première partie de cet ouvrage en explorant les mots du mal-logement. La manière dont la notion d’habitat insalubre, puis indigne, émerge pour alimenter une statistique cartographique et donc une politique publique, révèle l’impuissance d’un État qui ne développe guère de moyens coercitifs et se contente d’injonctions à l’attention des acteurs locaux. « Ainsi, à rebours d’un État interventionniste, agissant au nom de l’intérêt général, le moment actuel consacre un État libéral porté à cultiver l’impératif catégorique kantien » (p. 117).

Pour ouvrir la seconde partie de l’ouvrage intitulée « Des mots façonnés par l’espace et le temps », Laurent Coudroy de Lille et Olivier Ratouis reviennent à ce qu’on pourrait dénommer une « langue de l’urbanisme », si tant est qu’elle existe, tout d’abord parce que le vocabulaire se construit historiquement, ensuite parce qu’il s’internationalise, enfin parce qu’il se spécialise et se disperse en autant d’usages courants : « autant dire que les urbanistes contrôlent assez peu leur langage technique… » (p. 136). Emmanuèle Cunningham Sabot, Beatriz Fernández et Sarah Dubeaux abordent les maux des mots d’un urbain déclinant : urban decline, shrinking cities pour villes en décroissance, dont les origines peuvent être débattues aux États-Unis et en Allemagne dès la fin des années 1970. Explicitant ensuite les traductions en France et en Espagne, les auteurs en viennent à adopter le terme de villes en décroissance au sens strict : cette locution « permet de réfléchir globalement à ce processus dual, croissance et décroissance urbaine, et d’interroger leur interdépendance à différentes échelles afin d’envisager des politiques proactives » (p. 152). Leda Dimitriadi explore les néologismes de l’architecte C. A. Doxiadis (1913-1975) et notamment celui d’œcouménopolis, ou ville-monde. L’architecte cherche à fonder une science des établissements humains qu’il nomme ékistique. Cette méthode vise, à partir du traitement systématique de données quantitatives, à établir un modèle de ville de taille optimale qui respecte les dimensions humaines. Cette ville-monde présente un modèle dynamique et linéaire : dynapolis. Force est de constater que tous les termes inventés par l’architecte n’ont eu aucune fortune critique autre que dans ses propres théories. « Dans ce sens, œcouménopolis n’est pas un type de ville, il est un énoncé sur l’avenir urbain du monde » (p. 170). Dans un tout autre cadre historique, Virginie Mathé analyse les mots grecs de la ville antique dans les dix livres de l’Onomasticon composé à la fin du IIe siècle après J.-C. par Pollux de Naucratis. Ces recherches sur les mots de la ville ont permis de mettre à jour les traces implicites du passé dans l’ouvrage. Les mots du passé ont des profondeurs et des sens variés, leur usage connu mais polysémique permet tout autant de décrire la ville contemporaine de l’auteur que de désigner parfois de nouvelles réalités urbaines. Comment alors choisir en français les mots urbains les plus proches de ceux en grec ? « Tout comme l’étude des mots contemporains étrangers, celle des mots grecs antiques invite à interroger sa propre langue et les catégories qu’elle construit » (p. 182). Enfin, c’est en allemand que nous conduit Corinne Jaquand qui part du néologisme Stadtlandschaft pour explorer comment il s’exile aux États-Unis avec les architectes modernes chassés par le nazisme avant de se répandre en France dans des traductions peu heureuses. Ce terme oscille entre un paysage urbain vu comme une œuvre d’art totale à la dimension esthétique, une intention d’atténuer les différences entre ville et campagne dans une dimension urbanistique, enfin un idéal poétique d’une architecture fusionnée à la nature, à valeur métaphorique. Cette notion de paysage urbain ou de ville paysage peine à se traduire en français, mieux vaut donc conserver le terme allemand tel quel (p. 205).

On n’en a donc pas fini d’explorer la richesse du vocabulaire du dire pour faire l’urbain comme l’expose la dizaine de contributions réunies ici : prendre la ville mot à mot, c’est bien l’objectif de cet ouvrage, qui y réussit remarquablement.

1. Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin (dir.), L’aventure des mots de la ville. À travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont (Bouquins), 2010.

2. Laurent Coudroy de Lille, Olivier Ratouis (dir.), Les mots des urbanistes Entre parlers techniques et langue commune, Paris, L’Harmattan (Habitat et société), 2020.

3. Marie-Christine Fourny, Romain Lajarge (dir.), Les sans mots de l’habitabilité et de la territorialité, Grenoble, UGA éditions (autour des mots), 2019. Voir notre recension https://sfhu.hypotheses.org/6533

4. Isabelle Chesneau, Marcel Roncayolo, L’abécédaire de Marcel Roncayolo Entretiens, [Paris], Infolio, (Archigraphy poche), 2011.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Cédric Feriel (23 novembre 2023). Compte-rendu : Isabelle Chesneau (dir.), “La ville mot à mot”, 2021. Histoire Urbaine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/u503


Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search