Anne MONTENACH, Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au XVIIe siècle. L’économie du quotidien, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009, 415 p. + 18 annexes (Yann LIGNEREUX)

Le pouvoir dans la ville. Non pas celui des corps municipaux et de leurs pratiques politiques étudié par Philippe Guignet (auquel est emprunté cette formule), Guy Saupin ou Laurent Coste, ni même celui des puissantes organisations de métiers, de leurs règlements et de leurs normes ou encore de leur structuration sociale et institutionnelle, mais celui de l’échange ordinaire et des transactions quotidiennes qui, diversement, se vivent et se tissent entre des acteurs multiples dans le commerce alimentaire urbain : tel est le grand sujet du livre d’Anne Montenach tiré de sa thèse, soutenue en novembre 2003 à l’Institut Universitaire Européen de Florence, sous la direction de Laurence Fontaine, qui signe la préface.

Ces relations prennent place dans un espace, mobilisent des acteurs et suscitent un encadrement réglementaire. Cette stricte tripartition structure l’étude conduite par l’auteur sans que la rigueur de sa démarche réflexive ne vienne, pour autant, mettre en oeuvre arbitrairement pour chacune de ces parties une approche objectiviste marquée par un formalisme sans nuance ignorant le champ constamment recomposé des expériences sociales. C’est, au contraire, le souci constant de saisir les subtiles et infimes variations, de reconnaître les dynamiques contradictoires et concurrentielles, d’être sensible à la respiration complexe d’une humanité qui motive le choix des titres dans lesquels un mot, un adjectif nuance l’approche générale et inscrit au coeur de son propos la reconnaissance d’une réalité qui se refuse à être circonscrite dans une définition par trop catégorique. Le grand trouble et l’intérêt que suscite dès lors la lecture du livre proviennent de l’anachronisme qu’il provoque entre nos conceptions contemporaines du monde marchand et les pratiques des hommes du XVIIe siècle que l’étude dévoile, même si l’usage grandissant des négoces électroniques gauchit sensiblement depuis quelques années dans notre monde contemporain la frontière strictement placée entre consommateurs, usagers et vendeurs. Quelques titres relevés ça et là dans le plan permettent d’illustrer à la fois l’indistinction et le mouvement qui sont les deux pôles structurant de la thèse à partir desquels sont étudiés la dynamique des échanges, l’imbrication des espaces et des acteurs, et les efforts de contrôle, interne comme externe, qui cherchent à en réguler le cours, à en normaliser les pratiques et à institutionnaliser les lieux : « Le commerce est partout », « Tout le monde est marchand », « Le flou des catégories », « La face cachée des échanges »…

La première partie plonge ainsi le lecteur dans un monde inconnu quand il croit justement l’aborder avec la confiance d’un savoir préalable fondé sur l’expérience personnelle de ses propres pratiques de consommateur. Cherchera-t-il une boutique ? Il trouvera des marchés. Un marché ? Des rues. Un marchand ? Des acteurs divers. Un produit ? Des catégories fluctuantes. Une démarche unilatérale ? Des interactions. L’espace du commerce alimentaire est un monde mouvant où coexistent « différents circuits d’échange dont les frontières sont souvent brouillées » (p.12). Pour reprendre le beau titre qui ouvre le développement, l’espace de l’échange et de la négociation est d’abord lui-même « un espace négocié ». Négocié dans l’espace et dans le temps ; négocié entre les acteurs et les pouvoirs, ou, pour être plus précis, entre le pouvoir des différents acteurs. L’étude de plusieurs échecs de projets d’aménagement ou de restructuration initiés par le consulat, comme la délocalisation de certains marchés ou la construction de nouvelles structures, permet à Anne Montenach de saisir justement ce pouvoir dans la ville : celui des institutions, de la sphère de l’autorité publique, comme celui des petits marchands, des femmes, des habitudes et des usages. A côté de la puissance publique ou des institutions parapubliques, le commerce alimentaire est mû par un infra-pouvoir qui est négocié et qui négocie son espace et son temps. Ses acteurs, de leur côté, constituent eux-mêmes une nébuleuse où se croisent, sans que les frontières soient définitivement fixées, l’informel et l’officiel, le légal et l’illicite, le pérenne et le fugitif, le professionnel et l’occasionnel ; l’institution marchande de ceux qui ont pignon sur rue et la débrouille ordinaire des gens de peu qui s’improvisent vendeurs et inventent leur commerce. Des grands marchands aux colporteurs, des négociants en gros aux revendeuses, c’est un monde d’une extrême variété qui anime l’économie alimentaire lyonnaise et qui invente les réalités de son marché. C’est à l’aide d’une microsociologie du monde du travail que sont reconstituées les réalités d’un « univers contrasté » dont la taxinomie des métiers, notamment, réserve bien des pièges. Trois strates le constituent : celles des artisans et des petits commerçants boutiquiers, qu’ils appartiennent ou non à un métier statué, celle des travailleurs « hors métiers », celle enfin des acteurs de l’économie souterraine car clandestine et criminelle dont un exemple particulièrement éloquent est donné aux pages 199-201 à travers le cas d’un dénommé Cado, occasion pour nous de rappeler l’attention de l’auteur à la dimension illustrative de son propos qui gagne ainsi en incarnation ; une incarnation particulièrement sensible lorsque sont évoquées les crises de ce marché à travers différents exemples qui nous représentent véritablement ces vies du XVIIe siècle lyonnais.

La dernière partie a pour enjeu la normalisation du commerce alimentaire à travers la régulation par les autorités publiques du face à face entre le vendeur et l’acheteur. Une volonté travaillée par le souci d’assurer la paix sociale et inquiète de tout ce qui pourrait transformer le creux des ventres en rumeurs et le murmure de celles-ci en cris d’émotion et en gestes de tumulte. C’est le travail de la règle que met ainsi en oeuvre le consulat, en amont et en aval des transactions alimentaires, en intervenant sur les prix, les poids, les définitions corporatives, les statuts personnels, les circuits de l’échange. Cette volonté de régulation se manifeste principalement à travers la fondation pérenne en 1643 de la Chambre d’Abondance dont le fonctionnement est seulement suspendu entre 1653 et 1667 et la mise en oeuvre d’une politique d’embellissement dont les modes opératoires concernant le marché alimentaire sont polarisés entre l’exclusion ségrégative du commerce de certains produits rejetés à la périphérie et la valorisation esthétique d’autres lieux d’échanges alimentaires. On pourrait penser que cette partie entre en contradiction avec l’extrême variabilité qui est le maître mot des analyses précédentes, qu’elle clôt l’analyse d’un monde économique immature en mesurant une volonté politique lui imposant une régulation contraignante, qu’elle définit et pétrifie l’échange. Tout le mérite de l’auteur est de refuser cette facilité et de voir comment le discours officiel et les gestes de l’autorité publique constituent la semence de nouveaux arts de faire et l’invention de pratiques parallèles qui subvertissent la norme idéale des usages réglementés, comment ces réalités sont loin d’être étanches l’une à l’autre quand domine l’idée de leur porosité et de leur dimension équivoque. Surtout, il s’agit de voir et de comprendre comment fonctionnent ensemble ces deux économies de la norme – l’économie officielle ou réglementée – et de la transgression – l’économie parallèle ou informelle –, celles des règles écrites et des contraintes tacites, pour caractériser l’échange alimentaire dans sa pratique ordinaire sans céder à la facilité de deux études autonomes, sans chercher à moraliser leurs réalités en perfection ou en idéal pour l’une, en abomination ou en archaïsme pour l’autre.

Chaque partie du développement est précédée d’une introduction particulière qui éclaire les enjeux principaux. L’édition est servie par une maquette élégante qui participe au plaisir de la lecture du texte et la bibliographie permet de prendre la mesure de l’importance des travaux anglo-saxons sur ce sujet. Si les annexes sont principalement constituées par des détails du plan scénographique de 1550, l’on appréciera plus particulièrement la localisation des principaux marchés reportée sur le plan de 1659 (annexe n°6) même si l’on aurait souhaité une lisibilité accrue de la cartographie en termes de gradients chromatiques par exemple pour mieux distinguer les époques et la nature des produits vendus.

La proximité du sujet de ce livre avec les grands travaux récents sur l’approvisionnement urbain, comme l’étude de Reynald Abad pour Paris, et les études sur l’histoire de l’alimentation initiées notamment par les recherches de Jean-Louis Flandrin, ne doit pas faire confondre leurs perspectives historiographiques spécifiques. Au coeur de la stimulante démarche d’Anne Montenach, c’est l’échange au Grand Siècle qui est interrogé à travers le prisme du commerce alimentaire urbain dans le cadre d’une cité dont la population passe de 30-35 000 habitants à la fin du XVIe siècle à environ 100 000 individus au début du  XVIIIe siècle. Il s’agit donc moins alors des produits ou de leurs modes de consommation que des gestes qui les font circuler et des espaces dans lesquels ils prennent place et changent de mains. Pour reprendre une expression de l’auteur, elle-même empruntée à Jacques Revel dans sa préface au livre de Giovanni Levi, Le pouvoir au village, il est question de comprendre « au ras du sol » une réalité vitale des sociétés urbaines : se nourrir ; en se demandant non pas de quoi mais par qui et comment. Dès lors, de passionnant livre d’histoire, cet ouvrage nourrit une réflexion sur nos propres façons de faire : non pas comment l’on mange mais comment l’on obtient ce que l’on consomme. Entre la règle et le fait.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.