Estelle Baret-Bourgoin, La ville industrielle et ses poisons, Les mutations des sensibilités aux nuisances et pollutions industrielles à Grenoble, 1810-1914. Grenoble, Presse Universitaires de Grenoble, 2005 (Sabine Barles)

Avec La Ville industrielle et ses poisons, Estelle Baret-Bourgoin nous livre le résultat d’un passionnant travail de thèse et se propose de « construire une histoire urbaine de l’environnement » (p. 20) à la fois sociale, sensible et politique (à travers la notion de gouvernance urbaine) qu’elle mène à bien à travers l’analyse des 552 dossiers d’établissements classés à Grenoble et dans sa banlieue entre 1810 et 1914.

Un premier chapitre (« Pouvoirs publics et experts, ou l’esprit industrialiste des édiles locaux ») lui permet de mettre l’accent sur le caractère industrialiste non seulement des textes légiférant les nuisances industrielles, mais aussi des autorités – préfets, maires nommés puis élus – et des experts. À l’égard des industriels, qui sont par ailleurs conscients de leur position dominante et se jouent parfois de la loi, c’est la bienveillance qui prime et si l’on observe une délocalisation en périphérie, elle demeure très progressive. Le cas grenoblois s’éloigne ainsi peu du schéma général observé en France, malgré les spécificités de ses industries, dominées par trois grands secteurs d’activités (la ganterie et ses annexes, qui fait la renommée internationale de Grenoble et saparticularité industrielle ; le tissu, y compris la fabrication du papier ; les énergies et matières grasses) auxquels viennent s’ajouter, au cours du second XIXe siècle, les cimenteries et biens d’équipement poussés par l’essor de la houille blanche.

Le deuxième chapitre (« Les avatars de l’intervention publique : lorsque les maires et les experts se soucient du cadre de vie et de la santé des habitants ») montre que les maires, lorsqu’ils essayent de s’opposer à l’installation industrielle – souvent en raison des risques d’incendie, ou en liaison avec des problèmes de qualité de l’eau – « sont souvent confrontés à la toute puissance des industriels et aux limites posées par la réglementation. » (p. 124). On note néanmoins des pôles de vigilance plus accrue : les dépôt d’essence ou huiles minérales (incendie et explosion), les dépôts de chiffons (santé publique), les activités mettant en jeu des matières animales. Par ailleurs, si la plupart des installations sont autorisées, c’est sous condition de fonctionnement, avec trois préoccupations essentielles : d’une part la prévention des accidents et la sécurité du voisinage, d’autre part l’assainissement (propreté, désinfection, évacuation, ventilation), enfin, mais seulement à la fin du XIXe siècle, le bruit et les vibrations.

Le troisième chapitre (« Des industries menaçantes à l’origine d’une démarche volontaire : la plainte ») examine les enquêtes publiques conduites, c’est une originalité grenobloise, pour les établissements des trois classes. On compte ainsi 244 affaires sans comparution, et 93 % des comparutions en opposition avec le projet industriel, les activités qui font l’unanimité contre elles étant celles qui transforment excréta, ordures, ou matières animales. D’autres, beaucoup plus rarement, divisent, opposition qui révèlent des sensibilités et des engagements différents (l’infirmerie pour chien en est un bel exemple entre opposants farouches et défenseurs de la cause animale). Le nombre de comparutions augmente par ailleurs avec le siècle, comme celui de comparants : finalement, un texte de loi industrialiste a été approprié par les citadins qui en font un moyen de se faire entendre. Ils le font la plupart du temps à titre individuel : le  omparant type est un homme, propriétaire (non seulement il défend son bien, mais aussi il est directement interpelé par la loi qui s’intéresse explicitement à l’atteinte aux propriétés), notable local ou de l’extérieur, résidant très près de l’installation projetée.

On note cependant une représentation plus importante des ouvriers qualifiés et des classes moyennes à la fin de la période d’étude. Quand il s’agit de pétitions, elles réunissent aussi des proches voisins de la future installation, socialement très hétérogènes mais conduits par un notable. La pétition révèle ainsi des réseaux locaux de sociabilité.

Le chapitre quatre (« Des sensibilités des habitants : la difficile intégration des établissements industriels dans le cadre urbain, 1810-1914 ») est l’occasion de s’intéresser au contenu et au devenir des plaintes : l’enquête ayant lieu avant l’installation (sauf dans le cas d’une extension), elle reflète aussi bien les nuisances redoutées et que les nuisances vécues. On y retrouve le primat de l’olfaction, amplifié à Grenoble par l’industrie locale (cuirs, matières animales, chiffons – un trio somme toute assez classique) ; au cours du second XIXe siècle s’y ajoutent les fumées et poussières (associées à la salissure), bruits et trépidations, dans une moindre mesure les mouches et les nuisances visuelles, tandis que le risque industriel fait l’objet d’une attention spécifique, qui glisse progressivement de la machine à vapeur à l’usine à gaz ; parallèlement, la préoccupation hygiéniste et sanitaire est croissante – avec un accent particulier mis sur le sort des enfants, le repos, certaines maladies emblématiques comme choléra et tuberculose – et montre la percolation du discours scientifique et technique dans la société. Ces plaintes sont aussi l’expression plus ou moins directe de conflits d’usages entre essor industriel et développement rentier, entre industries en concurrence ou pouvant difficilement cohabiter, entre agriculture et industrie, entre gens du quartier et reste du monde. Cependant, les opposants sont peu écoutés : on les observe avec méfiance, et même le soutien municipal n’y fait pas grand-chose. Quant aux conditions stipulées dans les arrêtés d’autorisation, elles semblent impossibles à faire appliquer ce qui traduit l’« incapacité des autorités et des experts dans la luttecontre les pollutions industrielles. » (p. 335).

L’ouvrage d’Estelle Baret-Bourgoin offre une belle contribution à l’histoire de l’environnement urbain, champ insuffisamment développé en France mais en plein essor1, comme en témoigne d’ailleurs un récent numéro d’Histoire urbaine2 ; il complète utilement les travaux portant sur l’histoire de la pollution industrielle et l’histoire environnementale de l’industrialisation de Geneviève Massard-Guilbaud3, Anne-Cécile Lefort4 ou André Guillerme5 pour ne citer que quelques-uns des travaux français récents en mettant à contribution les dossiers d’enquêtes commodo et incommodo dont les historiens se sont emparés depuis quelques années. Le premier apport de ce travail est évidemment qu’il nous livre une histoire de Grenoble et de son industrialisation, vue non pas au prisme du progrès et des chiffres d’affaires (on note avec grand plaisir que pas une indication monétaire n’est donnée, fait suffisamment rare pour être mentionné), mais à travers la réception de que nous en donne à voir la loi sur les établissements classés. Estelle Baret-Bourgoin en tire une géographie historique qui fait passer Grenoble de ville gantière à ville hydraulique (on regrette que les très riches documents placés en annexe n’aient pas été plus mis en valeur dans le texte : ils constituent un matériau de tout premier plan). S’y ajoute une lecture de l’échiquier grenoblois, entre préfet, maire, industriel, propriétaire immobilier, agriculteur, expert qui conduit à une conclusion assez pessimiste – une impossible lutte contre les pollutions et nuisances industrielles – si on prend en considération la lourdeur de la procédure mise en place et si l’on pense à tous ces comparants qui se sont déplacés en pure perte ; à cette occasion l’approche par la gouvernance aurait peut-être pu être poussée plus loin. On y voit aussi la mise en mots des craintes environnementales des citadins, contribution essentielle à l’histoire des sensibilités et des perceptions, d’autant plus que l’amplitude choisie – un siècle – permet d’en saisir les glissements. Finalement le lecteur n’a qu’un seul regret : cette histoire des sensibilités aurait utilement été couplée à une histoire plus matérielle qui aurait permis de mieux sentir, puis entendre, Grenoble.

1 Voir André Guillerme, « Historiographie de l’environnement urbain », in : Écologies urbaines : États des savoirs et perspectives, Paris, Economica-Anthropos (coll. « Villes »), à paraître.

2 « Ville et environnement », Histoire urbaine, n° 18, avr. 2007.

3 Geneviève Massard-Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle en France (1789-1914), Paris, éd. de l’EHESS, sous presse.

4 Anne-Cécile Lefort, L’usine en périphérie urbaine, 1860-1920. Histoire des établissements classés en proche banlieue parisienne, Thèse, histoire des techniques (dir. A. Guillerme), CNAM, déc. 2002.

5 André Guillerme, La naissance de l’industrie à Paris, être sueurs et vapeurs, Seyssel, Champ-Vallon, 2007 ; Guillerme, Lefort, Gérard Jigaudon, Dangereux, insalubres et incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne XIXe-XXe siècles. Seyssel, Champ Vallon, 2005.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.