Compte-rendu : Dominique Le Page (dir.), Histoire de Dijon, PUR, 2023

Dominique Le Page (dir.), Histoire de Dijon, Presses Universitaires de Rennes, 2023, 381 p., 45 euros

 

Compte-rendu réalisé par Cécile Becchia.

 

Publié sous la direction de Dominique Le Page, cette histoire de Dijon vient rafraîchir l’historiographie de la ville (la précédente monographie datait de 1981) en s’adressant essentiellement au grand public. Elle propose toutefois les gages de qualité que sont d’une part sa publication au sein de la collection « Histoire de ville » des Presses Universitaires de Rennes, d’autre part la collaboration de 16 auteurs issus de l’enseignement supérieur et de la recherche, essentiellement de l’UBFC et du CNRS. Préfacé par le maire de la ville, François Rebsamen, l’ouvrage est introduit par le directeur de publication, qui précise les objectifs de travail de l’équipe,soucieuse d’analyser la manière dont Dijon s’est imposée comme capitale et de dégager des traits singuliers dans les divers domaines abordés. Puis s’ouvrent successivement quinze chapitres indépendants, qui synthétisent chacun, par ordre chronologique et thématique, un pan de l’histoire de Dijon.

Le premier fait le point sur la cité néolithique puis antique, modeste et tardivement autonome, qui n’a laissé que peu de témoignages, essentiellement ceux de sépultures qui livrent des éléments épars mais essentiels sur la topographie du castrum et la religiosité d’une « petite communauté intégrée dans l’Empire » [« Dijon dans l’Antiquité », S. Lefebvre et É. Rabeisen]. Durant le haut Moyen-Âge, Dijon acquiert une première centralité, religieuse, paradoxale dans la mesure où la ville est dépourvue de siège épiscopal. Elle naît du rayonnement d’établissements réguliers dynamiques, étudiés notamment du point de vue de l’inscription spatiale des bâtis, successivement remaniés au gré des réformes de la vie communautaire [« La ville des clercs (ve-xiie siècle) », A. Rauwel et S. Sapin]. Les siècles suivants signent à la fois l’autonomisation politique de la ville, désormais commune, et sa promotion au rang de ville capitale des ducs capétiens puis valois de Bourgogne. Les auteurs évoquent cette période à travers les séjours des princes, l’évolution du paysage urbain et la population bourgeoise [« La ville des ducs et des duchesses de Bourgogne » (xiie-xve siècle), H. Mouillebouche et Th. Roy].

Cinq chapitres sont ensuite dédiés à l’époque moderne, abordant chacun un aspect de l’histoire du xvie au xviiie siècle : place militaire et administrative, urbanisme, vie religieuse, scientifique et artistique. Dijon, tête d’une province intégrée au royaume de France, est désormais un pôle défensif et parlementaire majeur, dont la société est dominée par les officiers et les gens de robe, et dont la vie municipale est progressivement mise sous tutelle par le pouvoir royal, notamment après 1630 [« Une capitale provinciale en position frontalière », D. Le Page et J. Loiseau]. L’affirmation de Dijon se traduit dans son urbanisme, au travers d’entreprises d’embellissement dont la plus spectaculaire est l’aménagement de la Place royale, écrin du palais des états nouvellement édifié [« La ville embellie », Ch. Lamarre]. Le chapitre suivant s’attache à la religiosité de la population dijonnaise, où les clercs sont toujours très représentés. Bastion catholique, la ville s’engage dans la Ligue à la fin du xvie siècle, et reste un foyer de spiritualité et de réforme vivace au siècle suivant, notamment sous l’impulsion d’élites dévotes [« D’un bastion catholique à la capitale d’un diocèse », D. El Kenz]. Le milieu parlementaire et clérical stimule par ailleurs la production littéraire et scientifique, et l’Académie de Dijon connaît un rayonnement notable dans la seconde moitié du xviiie siècle [« Vie littéraire et scientifique » L.-H. Vignaud]. Les édifices religieux, de même que les cours souveraines et les hôtels particuliers des parlementaires, imposent à la ville sa marque moderne [« La vie artistique à Dijon », A. Botté et M. Chaufour].

Les sept chapitres suivants retracent les évènements survenus à Dijon de la Révolution française au xxie siècle, abordant chacun cette trame historique à travers un angle particulier. « Révolution tranquille », la Révolution n’en marque pas moins profondément la ville, dont la municipalité est résolument Montagnarde, et dont la population décline : Dijon perd environ 12 % de sa population en raison du chômage massif entre 1789 et 1793, puis perd encore 10 % de sa population sous le Consulat par rapport à l’avant Révolution, en particulier des clercs et des robins. [« Dijon sous la révolution et l’Empire » Chr. Lamarre]. Désormais chef-lieu de département et préfecture, Dijon traverse l’actualité politique et démocratique heurtée des deux siècles suivants en se distinguant notamment par l’arrivée précoce au pouvoir des républicains, puis des radicaux et des socialistes, ou encore par la longévité des mandats de ses maires depuis 1945 [« De la ville parlementaire à la capitale régionale : le devenir d’une ville de province » J. Vigreux]. Dans le chapitre suivant, le même auteur donne les principaux jalons en matière de mobilisation ou d’occupation des Dijonnais au cours des conflits qui s’égrènent de 1814 à la Guerre d’Algérie [« La guerre : une vieille affaire dijonnaise », J. Vigreux]. Travaillé lui aussi du début de l’ère contemporaine à la ville actuelle, vient ensuite le récit de l’essor spatial et démographique de Dijon, dont l’arrivée du canal de Bourgogne puis du rail fait notamment un carrefour, doté désormais de réseaux d’adduction d’eau et d’électricité, « débastionné » et rapidement étendu à l’échelle métropolitaine [« Genèse et essor d’une ville ‘moderne’, Fr. Jarrige]. Suivent une histoire populaire de la société dijonnaise laborieuse, dans un contexte d’évolution du monde du travail, marqué par une industrialisation originale mais non dénuée de tensions sociales [Une histoire populaire de Dijon : travail, industrialisation et conflit », Fr. Jarrige], et une histoire des logiques de consommation matérielles, culturelles et associatives des Dijonnais depuis le xixe siècle [« Vivre la ville : réseaux de sociabilité et logiques culturelles », St. Gacon]. L’ouvrage se clôt sur une perspective patrimoniale, qui revient sur la prise de conscience de la richesse du patrimoine matériel et culturel de Dijon, sa préservation et sa mise en valeur [« La création d’une identité régionale : l’écriture du ‘grand récit’ patrimonial », St. Gacon].

De brèves annexes accompagnent l’ensemble : une bibliographie de quelques titres par chapitre, dont on pourrait regretter qu’elle soit très succincte et ne puisse toujours rendre compte de la richesse des recherches actuelles, et un index des noms de personnes et des lieux. Les analyses sont richement illustrées : photographies de vestiges ou du patrimoine urbain, portraits de personnalités marquantes, gravures mettant en scène les évènements historiques évoqués, photographies anciennes, ainsi que nombre de cartes et plans tiennent une part aussi importante que le texte et sont systématiquement accompagnés de commentaires éclairants. L’Histoire de Dijon est un beau livre, au contenu scientifique quoique très synthétique, à la mise en forme impeccable.

 

 



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 30 janvier). Compte-rendu : Dominique Le Page (dir.), Histoire de Dijon, PUR, 2023. Histoire Urbaine. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpo8

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search