Yassir Benhima, Safi et son territoire. Une ville dans son espace au Maroc (11e – 16e siècle), Paris, L’Harmattan (série VILLES, histoire, culture, société), 2008, 318 p. (Julien Loiseau)

Il est des livres qui échappent aux contraintes du genre qu’ils se sont assignés : celui de Yassir Benhima en fait partie. Consacrer une monographie historique à une ville d’importance moyenne et à son territoire dans la longue durée (le port atlantique de Safi depuis ses obscures origines médiévales jusqu’à l’occupation portugaise des années 1508-1541) est certes un objectif louable dans un paysage historiographique (l’histoire du peuplement du Maroc médiéval) laissé largement en friche. Mais l’impasse heuristique n’est jamais loin, devant la pauvreté des sources écrites, la rareté des vestiges, l’absence de fouilles archéologiques et le constat stérile d’une faiblesse structurelle de la ville dans cette périphérie du monde islamique. Y. Benhima y échappe pourtant en rassemblant les matériaux d’une proto-histoire des phénomènes urbains dans le Maroc médiéval, mettant ainsi au jour l’histoire mal connue d’une urbanisation manquée.

Tiré d’une thèse de doctorat d’histoire, l’ouvrage s’inscrit dans le sillage des travaux qui depuis une trentaine d’années (avec André Bazzana, Patrice Cressier, Pierre Guichard) ont construit une histoire des structures du peuplement en al-Andalus, et leur emprunte la méthodologie de « l’archéologie extensive », qui consiste à faire feu de tout bois (relevé des vestiges, ramassage de surface, étude des trouvailles monétaires, ethnographie régressive) pour tenter de compenser tant bien que mal la rareté des sources écrites. Celle-ci est d’ailleurs toute relative, comme le montre l’usage fécond que Y. Benhima fait des recueils biographiques, qui n’est pas sans rappeler les premiers travaux de Jean-Claude Garcin sur Qûs et la Haute-Égypte médiévale, autre parentpauvre de l’histoire islamique. Le recours aux sources portugaises, accessibles depuis les travaux d’édition réalisés à l’époque du Protectorat français, complète utilement la documentation mobilisée.

Safi et son territoire obéit au cahier des charges de la monographie, en disposant selon un ordre chronologique tous les matériaux ramassés par l’auteur, de part et d’autre d’une pliure majeure introduite dans l’histoire du Maroc atlantique par l’installation massive et la progressive sédentarisation de tribus arabes en milieu berbère, processus qui s’étirent du XIIe au XIVe siècle. Si l’éclairage balance tout au long du livre entre Safi et son territoire, entre étude urbaine et analyse régionale, on s’aperçoit bien vite que le petit mouillage atlantique, mentionné pour la première fois au XIe siècle et devenu un siècle plus tard une véritable ville, n’est pas le sujet principal de l’ouvrage. De fait, à l’exception des périodes relativement brèves au cours desquelles la ville apparaît dans la lumière documentaire d’un État fort (à la fin du XIIe siècle, quand les Almohades édifient l’enceinte et élargissent la grande mosquée ; au début du XVIe siècle, quand les Portugais entreprennent une véritable « lusitanisation » du paysage urbain), l’histoire de Safi reste assez largement énigmatique. Difficile, par exemple, de savoir dans quelles conditions précises a émergé au cours du XVe siècle un pouvoir politique autonome, appuyé sans doute sur une élite mercantile enrichie dans le commerce transsharien de l’or, et capable de frapper sa propre monnaie dont pourtant aucun exemplaire n’a jamais été retrouvé… Quelle que soit la somme des incertitudes qui constitue l’histoire de Safi, on ne peut cependant que regretter l’absence de cartes de la ville (mise à part une très shématique reconstitution de l’enceinte almohade) avant l’occupation portugaise.

Il faut en fait attendre le chapitre VII, l’avant-dernier et le plus long de l’ouvrage (une cinquantaine de pages), pour en comprendre le véritable objet. Inventaire des sites fortifiés apparus dans la région de Safi dans un contexte de regroupement de l’habitat rural, intervenu entre le XIIIe et le XVe siècle, le chapitre s’appuie sur un remarquable travail de terrain qui aurait mérité un traitement plus flatteur de la part de l’éditeur. De sites-refuges en sites-greniers, de tours isolées en fortifications urbaines, Y. Benhima parcourt tout le spectre des formes pré- et proto-urbaines de l’habitat rural du Maroc médiéval. L’histoire d’al-Madina (littéralement, la ville), établissement fortifié créé par le sultan mérinide Abu ‘Inan (1348-1358) à la demande des Berbères Mshanzaya en mal de protection, illustre à merveille, comme celle de sa cousine al-Qahira, , « Le Caire » au pied de la montagne des Seksawa, cette « effervescence proto-urbaine » qui caractérise alors le territoire de Safi. Est-ce la conséquence désastreuse des guerres menées au XVIe siècle contre l’occupant portugais ou, de manière plus structurelle, l’effet de la résilience de l’encadrement tribal ? — ces sites fortifiés ont manqué finalement d’être des villes, ou du moins de l’être assez durablement pour secréter une véritable société urbaine et échapper à l’anonymat des bourgs ruraux, sans que Y. Benhima ne tranche entre les deux explications.

Que l’ouvrage s’achève par une histoire de Safi à l’heure portugaise ne change rien au fond de son propos : l’histoire de la ville est illisible si on l’isole de celle de son territoire. Et c’est bien dans cet environnement rural que Y. Benhima est parvenu à débusquer les formes les plus originales de la fabrique de l’urbain dans le Maroc médiéval, quand les tribus ou les mouvements soufis (qui ne sont bien souvent que l’expression spirituelle de celles-ci) semaient les promesses d’une ville.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.