Compte-rendu : Saussus Lise, Liés par le métier. Les professionnels du métal à Douai à la fin du Moyen Âge (2022)

Saussus Lise, Liés par le métier. Les professionnels du métal à Douai à la fin du Moyen Âge, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2022, 327 p.

 

Compte-rendu réalisé par Matthieu Scherman

 

Le livre de Lise Saussus sur les professionnels qui utilisent et façonnent des métaux, omniprésents dans tous les centres urbains, participe au renouvellement de l’histoire du travail des dernières décennies. L’autrice examine différents thèmes propres à ce renouvellement comme la construction des liens entre la famille et le travail, la question la transmission des savoir-faire et la continuité des entreprises dans un espace donné ou encore les relations de crédit. Elle le fait sans se focaliser sur les règlements corporatifs, cela lui permet de traiter les « vécus socio-économiques ». Les « professionnels du métal » sont ceux de la ville de Douai, ville d’environ 15 000 habitants à la fin du Moyen Âge, ville à la documentation riche et foisonnante comme le montre le bilan historiographique précis de l’introduction.

Les professionnels ont été traqués avec persévérance par l’autrice dans les différents fonds de la ville. Pratiquement toute la gamme des sources médiévales a servi à les repérer : ainsi les sources de la série FF ont apporté une quantité d’informations avec la conservation de testaments ou encore les contrats de mariage et les « actes divers » qui sont rédigés sous la forme de chirographes et qui concernent les biens de tous types. Mais ce sont tous les types de sources qui ont servi à faire cette histoire du métal douaisien en passant par des sources réglementaires, des registres d’entrées en bourgeoisie, des sources judiciaires ou encore des comptabilités municipales. Une mise en relation d’un ensemble vaste et varié de documents pour comprendre et analyser les parcours des hommes et des femmes qui ont participé à l’exercice de la métallurgie urbaine a permis d’obtenir un échantillon d’environ 6 000 individus, avec des précisions plus étoffées – sur la désignation des métiers des individus mentionnés notamment – pour le xve siècle par rapport aux deux siècles précédents.

Après avoir traqué les personnages de l’histoire, les désignations des hommes et des métiers sont analysées comme préalables à la compréhension de leurs activités et productions, mais, comme l’autrice le mentionne, « les déchets d’atelier découverts par l’archéologie montrent aussi une réalité plus complexe que ce que les désignations de métiers laissent entendre » (p. 71). Les chercheurs des époques anciennes ont toujours des difficultés à percevoir ce que faisaient et produisaient réellement les acteurs de l’époque. Toutefois, par sa connaissance fine des processus de production, la difficulté est dépassée. Si la documentation corporative douaisienne est peu abondante pour les métiers du métal, elle est utilisée pour démontrer la précision des réglementations sur les façons de produire. Par-là, l’ouvrage s’ancre aussi dans l’étude de la culture matérielle. L. Saussus nuance fortement, à la suite de Martha Howell, la thèse de Georges Espinas sur la prétendue faiblesse des artisans par rapport à des marchands plus puissants que l’absence d’organisations autonomes démontrerait. Par ailleurs, ne pas disposer d’institutions propres comme les guildes n’implique en rien une absence d’organisation du travail.

À l’aide de toutes ces sources, L. Saussus recense le nombre de métallurgistes par métiers et tente, dans la mesure du possible, de déterminer leur période d’activité. Elle apporte aussi des comparaisons éclairantes et elle démontre les caractéristiques communes des cités de la région : les mêmes proportions des acteurs selon les matières utilisées, fer, cuivre, or et argent, étain et plomb se perçoivent : Douai, Ypres et Bruxelles ont des proportions similaires selon les activités (p. 99-100). Les métiers du fer représentent près des deux tiers des métiers du métal à l’exception de Namur à partir du deuxième tiers du xvie siècle où l’on perçoit une forte présence des métiers du cuivre.

Un autre aspect important de l’ouvrage consiste en l’examen des déplacements et migrations des hommes, car les métiers des métaux sont pour l’écrasante majorité des cas masculins. La question des déplacements des fondeurs de cloches et des horlogers (p. 118-122) offre un bel exemple pour comprendre la transmission des savoir-faire et la spécialisation mais aussi comment l’analyse d’une main-d’œuvre particulière permet de contribuer à l’histoire des objets et des structures de production. Ainsi, à Douai, des spécialistes des horloges ont été formés et il n’est plus fait appel à des extérieurs dans la seconde moitié du xve siècle.

La distribution spatiale des activités est un passage obligé d’une histoire urbaine du travail. Par un excellent travail cartographique (notamment p. 127-129), la répartition des métiers du métal se perçoit avec éclat de la fin du xiiie siècle à la fin du xve siècle. Douai n’échappe pas à la règle : comme dans tous les centres urbains, une certaine concentration s’opère selon les activités, parfois plusieurs zones se distinguent à l’intérieur des murs citadins, et en même temps une dispersion se note, en tout cas pour les métiers aux actifs nombreux, comme les forgerons par exemple. Par l’emplacement des forges, une histoire des structures de production et de leur continuité est faite.

En raison de l’absence de rôle d’impôt, l’autrice a dû ruser avec les sources pour percevoir les niveaux de vie et de fortune des familles. Les nombreux graphiques permettent de corroborer les inégalités économiques au sein d’une même activité avec « une même modestie pour la plupart des hommes et quelques-uns se distinguant par des niveaux nettement plus élevés de patrimoine » (p. 155). En tout cas, cela démontre de nouveau la capacité du travail à bâtir des patrimoines élevés, voire pour une petite minorité, très élevés. Les réussites se marquent par l’insertion dans les structures politiques de la ville comme les conseils qui est un signe d’un succès économique. Ce succès économique se transforme en une élévation et une réussite sociales. C’est le cas d’un certain Henri du Four qui a obtenu une position importante dans les métiers du fer. Au début du xve siècle, il est élu à l’échevinage (p. 184-191).

Un autre élément récurrent des sociétés urbaines de la fin du Moyen Âge est le fait que les femmes sont définies par rapport aux hommes, peut-être plus encore dans les métiers du métal. Toutefois, l’autrice réussit à s’interroger sur les liens entre les différentes familles, notamment par les unions grâce aux mariages et à la transmission des maisons par les femmes. Les mariages posent aussi la question de la transmission des métiers au sein d’une même famille et l’étude confirme un élément important : « l’hérédité du métier n’apparaît donc pas systématique » (p. 234). Bien entendu, comme le montrent les arbres généalogiques reconstituées sur plusieurs générations (p. 236-237) certaines familles se transmettent le métier sur plusieurs décennies. La question de la transmission est aussi examinée à travers l’étude des rues et de la continuité des structures de production. Grâce à un travail méticuleux, les tenanciers des maisons et ateliers d’un îlot sont indiqués de 1350 à 1490 (p. 250-251).

Lise Saussus offre une belle étude sur des professionnels particuliers mais à travers eux ce sont les mondes du travail et leurs complexités qui sont scrutés.



Citer ce billet
Cédric Feriel (2024, 30 janvier). Compte-rendu : Saussus Lise, Liés par le métier. Les professionnels du métal à Douai à la fin du Moyen Âge (2022). Histoire Urbaine. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpo9

Cédric Feriel

Maître de Conférences en histoire contemporaine Université Rennes 2 / EA 7468 Tempora Groupe de recherche Inventer le Grand Paris

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search