Laurent BESSE, Les MJC. De l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes. 1959-1981, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, préface d’Antoine Prost, 391 pages (Loïc VADELORGE).

Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2004 à l’Université de Paris I, Les MJC se présente d’abord comme une contribution majeure à l’histoire de l’éducation populaire. On sait la vitalité de ce champ historiographique, arpenté aussi bien par les sociologues (de Geneviève Poujol à Francis Lebon) que par les historiens (Antoine Prost, Jean-Noël Luc, Françoise Tétard, Serge Reneau, etc.). On sait aussi les difficultés à circonscrire un champ situé à la frontière de l’histoire politique et culturelle, de l’histoire des politiques publiques de la jeunesse, de la culture et de l’éducation, de l’histoire des associations et des institutions.

C’est là sans doute que Laurent Besse apporte le plus en n’hésitant pas à poser les questions essentielles de définition et en restituant le sens historique d’une quantité impressionnante de mots piégés : « laïcité ouverte », « jeunesse inorganisée », « mouvements », « milieu », « cogestion », etc. On trouvera dans ce livre, les principales clés d’entrée d’une histoire complexe, qui permettent de comprendre, bien au-delà de l’ensemble des MJC, l’histoire des politiques et des institutions de jeunesse entre les années 1950 et les années 1980. L’auteur revient longuement sur la structuration du champ de la Jeunesse et des Sports, si différent dans sa culture de ceux connexes de l’Education nationale, de la Culture ou de la Formation professionnelle. Il fait état des continuités internes (André Philip) et externes (Maurice Herzog) avec la Quatrième république tout en soulignant le désengagement précoce de la Ve République, à compter de l’arrivée aux commandes de ministres comme François Missoffe (1966) ou Joseph Comiti (1968), hostiles à l’hégémonie de la Fédération des Maisons des Jeunes et de la Culture sur la « politique de la jeunesse ».

Pour être essentiellement dédié à l’histoire de l’éducation populaire, ce travail n’en ouvre pas moins des perspectives intéressantes pour l’histoire urbaine, même si le monde des MJC concerne aussi les milieux ruraux. On pourra ainsi lire ce livre comme une contribution notable à l’histoire des jeunesses urbaines et ce à deux niveaux. D’une part, l’auteur s’interroge sur l’évidence du lien entre les violences juvéniles urbaines (« l’été des Blousons noirs de 1959, les mouvements de Mai 1968 et in fine les émeutes urbaines de l’été 1981) et la mutation des institutions socio-culturelles que sont les MJC. La thèse qu’il présente ici consiste à refuser de voir les MJC comme des « réponses » aux crises sociales, mais de voir ces crises comme les symptômes d’une inadaptation des structures en place aux besoins des jeunes. D’autre part, en restituant l’histoire des publics de la MJC, l’auteur rappelle l’impossibilité d’amalgamer les tranches d’âges en « générations », au-delà des évolutions structurelles de la société (mixité des activités, libération sexuelle, individualisation des loisirs). Derrière l’histoire des MJC des années 1960-1970 se lit ainsi l’achèvement de l’horizon d’attente d’une politique « unique » de la jeunesse, formalisé dans les années 1930. Au fond, derrière le conflit violent entre la Fédération nationale et le ministre Missoffe, qui débouche sur la scission entre une FFMJC d’obédience communiste et une UNIREG « apolitiste » se lit l’inéluctable avènement d’une diversité de l’offre de loisirs à la charnière des années 1960 et 1970.

L’histoire des MJC c’est aussi et d’abord l’histoire d’équipements urbains dont l’auteur rappelle qu’ils furent élevés à la fin des années 1970 au rang de  légendes, tant par les concerts et les activités qui s’y déroulaient que par l’effervescence politique qui les entouraient. Le travail permet ici de compléter ce qu’on savait déjà des équipements culturels (maisons de la culture des années 1960, centres d’action culturelle des années 1970) contemporains de la multiplication des MJC. Il permet aussi de suivre la montée en charge des équipements socio-éducatifs, à compter de la loi-programme de juillet 1961. Laurent Besse rappelle combien ces équipements formatés par les directives ministérielles s’avérèrent sur le terrain très différents les uns des autres, tant dans leur architecture que dans leur vocation. Il souligne aussi combien les MJC divergent des autres équipements socio-culturels (auberges de jeunesse, mille-clubs) ou culturels (maisons de la culture) avec lesquels l’opinion publique les confond parfois. Au-delà de l’étanchéité des frontières ministérielles, c’est bien une certaine rigidité du monde de l’éducation populaire qui apparaît ici et qui se heurte dans les années 1960 aux ministres avant de se confronter à partir de 1977 aux élus locaux qui financent désormais l’essentiel des activités des MJC.

C’est au final à l’échelle des politiques urbaines locales que le travail apparaît comme devant être prolongé par d’autres études. Si la dimension architecturale des maisons des jeunes est bien présente dans le travail impressionnant de Laurent Besse, la dimension urbanistique est sans doute abordée trop rapidement. Or, dès la fin des années 1960, de nombreux architectes et urbanistes réfléchissent à l’intégration des différents équipements urbains, donnant une place centrale aux équipements sociaux-culturels comme les MJC. Les expériences de Yerres, Istres, Evry, Elancourt démontrent, pour reprendre les termes de l’auteur que la translation du « milieu au lieu » est pensée bien en amont du rapport Schwartz de 1981 sur lequel se clôt l’analyse. Analyser ces expériences, dont bon nombre se soldent par un échec aurait sans doute été intéressant. De la même manière, l’analyse des reprises en main des MJC par les municipalités à compter de la seconde moitié des années 1970, mériterait d’être creusée plus avant. L’auteur rappelle que ce basculement traverse l’échiquier politique mais il se situe trop souvent du seul point de vue des MJC comme dans le cas, il est vrai caricatural, du Nice de Jacques Médecin. L’étude aurait ici méritée d’être rapprochée de celle naguère proposée par les sociologues Ehrard Friedberg et Philippe Urfalino1, qui suggéraient l’inconséquence des politiques culturelles municipales à l’orée de la décentralisation. Ce que suggère fortement au contraire les exemples étudiés par Laurent Besse, c’est le volontarisme politique des élus locaux, qui prennent à bras le corps les politiques publiques de la jeunesse et de l’éducation populaire bien au-delà de ce que l’Etat leur impose.

Ces pistes de prolongement ne diminuent en rien l’intérêt de l’ouvrage de Laurent Besse, issu d’un travail considérable de première main sur des archives nationales (Jeunesse et Sports, Culture, Finances), locales (Châtellerault, Orléans, Grenoble) et privées (FFMJC, UNIREG). Cet ouvrage de référence rappelle combien les fonds de l’éducation populaire, rassemblés depuis plusieurs années aux archives départementales du Val de Marne sous l’égide du PAJEP peuvent intéresser l’histoire urbaine, au même titre que l’histoire politique et culturelle.

 1 FRIEDBERG, Ehrard et URFALINO, Philippe, Le jeu du catalogue. Les contraintes de l’action culturelle dans les villes, Paris, La Documentation française, 1984.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.