Colloque “Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours”, 27-29 mai 2015 (U. Paris-Est Marne-La Vallée/EHESS/U. Paris 1)

Colloque international

Aménagement des villes et mobilisations sociales

du Moyen Âge à nos jours

27-28-29 mai 2015

Programme

Téléchargez ici les programmes en format word et pdf:

programme_amenagement_des_villes et mobilisations sociales

programmeColloque MobilisationsV2

Journée 1 : Mercredi 27 mai 2015

Université de Paris-Est Marne-la-Vallée (site de Champs sur Marne, RER A, station Noisy-Champs), bâtiment Copernic, auditorium Maurice Gross, rez-de-chaussée gauche.

10 h 00 Ouverture du colloque par Frédéric de Coninck, responsable scientifique du Labex Futurs urbains

10 h 15 Introduction générale par Isabelle Backouche, EHESS, CRH et Loïc Vadelorge, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, ACP.

I – Destructions, restructurations, mobilisations

Présidence : María Castrillo Romón, Université de Valladolid, Institut universitaire d’urbanisme

10 h 40 Jean-Dominique Delle Luche, EHESS, CRH

Les aménagements des espaces martiaux non défensifs (terrains de tir, arsenaux et poudrières) dans les villes du Saint-Empire germanique (XVe-XVIe siècles)

11 h 00 Vincent Meyzie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Mobilisations corporatives et aménagements urbains : les compagnies de second rang et leurs édifices dans la France du XVIIIe siècle

Discussion

11 h 30 Pause

11 h 50 Marc Leleux, Université Lille 3, IRHis, et Antonio Delfini, Université Lille 1, CLERSÉ

Restructurations urbaines et mobilisations populaires dans une région en conversion (le quartier de l’Alma Jacquet à Lille années 1970 et la cité 3 à Auchel, 2014)

12 h 10 Anaïs Volin, Université Lumière Lyon 2, UMR Environnement Ville, Société

La rénovation de la gare centrale de Stuttgart : contestation d’un grand projet d’aménagement

Discussion

12 h 45 Déjeuner

II – Mobilisations urbaines et rapports de force politiques

Présidence : Vanessa Caru, CNRS CEIAS.

14 h 30 Julien Puget, Université Aix-Marseille, Telemme

Entre intégration sociale et intégration spatiale : les mobilisations engendrées par l’agrandissement de Marseille dans la seconde moitié du XVIIe siècle

14 h 50 Ruben Pallol Trigueros et Carlos Hernandez Quero, Université Complutense de Madrid

Transformation urbaine et mobilisation populaire par les socialistes dans le Madrid du premier tiers du XXe siècle

15 h 10 Laurent Coudroy de Lille, Institut d’urbanisme de Paris et Beatriz Fernandez Agueda, Université Polytechnique de Madrid

L’opposition municipale en région parisienne au Plan Prost : entre intérêt général et intérêt particulier

Discussion

15 h 40 Pause

16 h 00 Céline Vaz, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHES

Les mobilisations d’associations de quartier à la fin du Franquisme, entre enjeux urbains, politiques et professionnels (zone sud de Madrid 1950-1970)

16 h 20 Sébastien Jolis, Université Paris 1, CHS

Les mobilisations des habitants dans les îlots insalubres parisiens. Années 1950-1970

Discussion

Journée 2. Jeudi 28 mai 2015

EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

9 h 00 Accueil

Introduction par Jean-Paul Zúñiga, EHESS directeur adjoint du CRH

III – Lire le social au prisme des grands projets

Présidence : Patrick Boucheron, Paris 1, LAMOP

9 h 30 Marc Boone, Université de Gand et Claire Billen, Université libre de Bruxelles

Grand-places, enceintes et citadelles, les populations urbaines des Pays-Bas méridionaux, face aux innovations et aux violences urbanistiques du bas moyen âge et du début de l’époque moderne

9 h 50 Domenico Cecere, Università di Napoli Federico II

Rebâtir les villes, réformer les communautés. Reconstructions urbaines et conflits sociaux au lendemain de la catastrophe (Calabre, fin XVIIIe siècle)

10 h 10 Isabelle Backouche, EHESS, CRH

Les usages des mobilisations urbaines contre l’histoire des vainqueurs (projet d’aménagement axe nord-sud à Paris, années 1960)

Discussion

10 h 40 Pause

11 h 00 Martine Drozdz, Université Lumière Lyon 2, UMR Environnement, Ville, Société

Une montée en généralité sous contrôle : mobilisations collectives et « régénération » urbaine à Londres

11 h 20 Giovanni Cristina, EHESS, Centre de Recherches Historiques

Le Villaggio del Pilastro : cultures urbanistiques et mobilisations sociales dans une banlieue de Bologne à l’après-guerre (1958-1991)

Discussion

12 h 00 Déjeuner

IV – Conflits d’usages et mobilisations

Présidence : Sylvie Aprile, Université Lille 3, IRHis

14 h 30 Jean-Luc Laffont, Université de Perpignan

Une mobilisation sociale inédite dans l’histoire de Toulouse à l’époque moderne : les Toulousains contre « l’exil de la mort » (1775-1780)

14 h 50 Nicolas Vidoni, UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille

Se mobiliser pour sa sécurité. Les propriétaires et la police à Paris au XVIIIe siècle. Diversité des expériences et des formes d’action

15 h 10 Loïc Vadelorge, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, ACP

Faculté des Sciences et cuves à pinard. La résistance des marchands de vins à l’aménagement de Jussieu (1945-1966)

Discussion

15 h 40 Pause

16 h 00 Cédric Fériel, Laboratoire de l’École d’Architecture de Versailles

L’aménagement des rues piétonnes en Europe dans les années 1960-1970 : mobilisations autour de l’avenir de la ville

16 h 20 Maurice Olive, Université Aix-Marseille

De l’usine au quartier. Mobilisation locale contre une opération immobilière sur un ancien site industriel (Marseille : la Madrague : 2009-2014)

Journée 3. Vendredi 29 mai 2015

Université Paris 1, CHS, Amphithéâtre Dupuis, 9 rue Malher, 75004 Paris.

9 h accueil

Introduction par Pascale Goetschel, Université Paris 1, directrice du CHS

V – rÉpertoires d’action des mobilisations

Présidence : Annie Fourcaut, Université Paris 1, CHS

9 h 30 Diane Chamboduc de Saint-Pulgent, Université Paris 4, Centre Roland Mousnier

La destruction de l’Augusta à Lucques en 1370

9 h 50 Nicoletta Rolla, EHESS LaDeHiS

La ville « négociée ». Redéfinition sociale de l’espace urbain et résistance de la population (Turin au XVIIIe siècle)

10 h 10 Julien Lacaze, Université de Limoges, OMIJ

La bataille des Halles de Paris (1968-1971) : un moment de réappropriation sociale de la ville

Discussion

10 h 40 Pause

11 h 00 Victor Collet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ISP et Muriel Cohen, Université Paris 1, CHS

Les mobilisations des familles étrangères dans les cités de Nanterre (années 1970) vues de l’intérieur et par les médias

11 h 20 Anne-Laure Pailloux, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Lab’Urba,

Ceintures vivrières et permaculture : discours et pratiques de relocalisation de l’agriculture dans les agglomérations

Discussion

12 h 00 Déjeuner

VI – mobilisations détournÉes

Présidence : Vincent Milliot, Université de Caen, CRHQ

14 h 30 Morwenna Coquelin, EHESS, CRH

Silence et mémoire des constructions urbaines erfurtoises, à partir de quelques sources tardo-médiévales

14 h 50 Geneviève Massard-Guilbaud, EHESS, CIRED

Comment protester quand le danger menace ? Le cas de Nantes dans l’entre-deux-guerres

15 h 10 Vincent Veschambre, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon

La contestation des permis de démolir : analyse de la signalétique urbaine in situ à Lyon et à Villeurbanne

Discussion

15 h 40 Pause

16 h 00 Pierre Gilbert, Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber

L’absence de mobilisation face à la rénovation urbaine contemporaine. Individualisation des trajectoires et affaiblissement des collectifs militants

16 h 20 Marie Beschon, EHESS, IIAC

Contre les projets d’aménagement du centre-ville de Marseille : le Carnaval indépendant de la Plaine (éditions 2013-2015)

Discussion

16 h 50 Conclusions du colloque : Christian Topalov, EHESS

Programme de colloque : “Cities of a New Type. Industrial Cities in People’s Democracies after 1945″ (Dunaújváros, Hongrie, 21-22 mai 2015),

International conference

Cities of a New Type.

Industrial Cities in People’s Democracies after 1945.

Place: Dunaújvárosi Főiskola (college of Dunaujvaros)

Táncsics Mihály u. 1/A, Dunaújváros

Thursday 21st May

9.00: welcome address by Mihály Molnár (Pepper Art Projects) and Gábor Cserna (mayor of Dunaújváros)

9.15-10.00: Jérôme Bazin (Université de Paris-Est, Créteil), Introduction.

10.00-12.20: Panel I – Soviet Know-How.

Panel chair: György Szücs (Magyar Nemzeti Galéria, Budapest).

10.00-10.20: Thomas Flierl (Berlin), The Soviet Discourses on Socialist Cities (socgorods) in the 1930s as a Precondition of Socialist Industrialization and Urban Planning in Eastern European Countries after 1945.

10.20-10.40: Fabien Bellat (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture, Versailles), Stalinist New Cities: a Misleading Model?

10.40-11.00: Olga Kazakova (Российская академия архитектуры и строительных наук, Moscow), Zelenograd, the Soviet Silicon Valley.

11.00-11.20: Ievgeniia Gubkina (Центр міської історії Центрально-Східної Європи, Lviv), On the Edge of Imagining: Planning and Building the Last New Soviet City, Slavutych.

11.20-11.40: Dagmara Jajeśniak-Quast (Viadrina Universität, Frankfurt/Oder), Comments.

11.40-12.20: Discussion.

12.20-14.00: Lunch

14.00-16.00: Panel II – What Should a Socialist City Look Like? Architecture and Urban Planning.

Panel chair: Katalin Aknai (Magyar Tudományos Akadémia, Budapest).

14.00-14.20: Lucia Almášiová and Viera Dlháňová (Slovenská národná galéria, Bratislava), Nová Dubnica (Slovakia) – the First Ideal Socialist City.

14.20-14.40: Kimberly E. Zarecor (Iowa State University, Ames), Alternatives to the Tabula Rasa: Postwar Expansion in Czechoslovakia’s Already Existing Industrial Cities.

14.40-15.00: Árpád Végh (Moholy-Nagy Művėszeti Egyetem, Budapest), Architecture of Dunaújváros.

15.00-15.20: Andreas Ludwig (Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam), Comments.

15.20-16.00: Discussion.

16.00-18.00: Tour in Dunaújváros.

18.00-20.30: Dinner.

21.00: Projection of the movie Hattyúdal (Swan Song) by Márton Keleti (1963).

Place: Bartók Béla Művelődési Központ.

Friday 22nd May

9.30: welcome.

9.40-12.00 Panel III – Shaping the Working Class in the New Socialist Cities.

Panel chair: Katalin Aknai (Magyar Tudományos Akadémia, Budapest).

9.40-10.00: Marta Vukoti

Lazar (University of Pristina/Kosovska Mitrovica) and Djurdjija Borovnjak (Historical Archives of Belgrade), Železnik – First Socialist City in Serbia.

10.00-10.20: Ana Kladnik (Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam), The Mining Milieu: Solidarity and Sentiments of Community in the New Socialist Cities Havířov (Czechoslovakia) and Velenje (Yugoslavia).

10.20-10.40: Oana Tiganea (Politecnico di Milano) and Liliana Iuga (Central European University, Budapest), Missing from the Map: Socialist Realism Design at Small Scale in a Secret New Town. The Case of Dr. Petru Groza Town (Romania).

10.40-11.00: Nadège Ragaru (Institut d’Etudes Politiques, Paris), Transnational Contention and the Fashioning of an Ever New Bulgarian City: Blagoevgrad in the 1950s-1980s.

11.00-11.20: Ulf Brunnbauer (Regensburg Univeristät), Comments.

11.20-12.00: Discussion.

12.00-14.00: Lunch.

14.00-16.00. Panel IV – Representation and Self-Representation of the New Cities.

Panel chair: Gábor Rieder (Budapest).

14.00-14.20: Anja Jackes (Stadtamt Halle, Abteilung Kultur), The Socialist Utopian Town Halle-Neustadt (East Germany) and the Concept of Art and Living.

14.20-14.40: Bernadeta Stano (Uniwersytet Pedagogiczny, Kraków), Visual Artists in Nowa Huta (Poland).

14.40-15.00: Annamaria Nagy (Szent István Király múzeum, Székesfehérvár), Brigade Diaries from Dunaferr (Dunaújváros).

15.00-15.20: Jérôme Bazin, Comments.

15.20-16.00: Discussion.

16.00-17.00: Sándor Horváth (Magyar Tudományos Akadémia, Budapest), Concluding Remarks.

Organisation committee: Jérôme Bazin, Dóra Molnár, Mihály Molnár, Gábor Rieder.

Scientific board: Ulf Brunnbauer, Sándor Horváth, Dagmara Jajeśniak-Quast, Katherine Lebow, Andreas Ludwig and György Szücs.

AAC: “Inventer le Grand Paris”, 3e colloque, 3 et 4 décembre 2015 – Paris

APPEL A COMMUNICATIONS

Le troisième colloque international Inventer le Grand Paris se réunira les 3 et 4 décembre 2015 à Paris. Il s’inscrit dans un programme pluriannuel sur l’histoire du Grand Paris qui mobilise les connaissances de la recherche urbaine dans une perspective transnationale et interdisciplinaire. Le premier colloque (décembre 2013, Cité de l’architecture et du patrimoine) s’est ouvert sur l’étude des travaux de la Commission d’extension de Paris de 1913, considérés comme la première expression d’un projet d’aménagement et d’organisation du Grand Paris. Le deuxième colloque (décembre 2014, Petit Palais) a retracé le contexte du Plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) de 1934, plus connu sous le nom de plan Prost. Ce troisième colloque a pour ambition de réévaluer la planification du Grand Paris entre la Seconde guerre mondiale et le début de la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP) de 1965, dans une perspective métropolitaine comparée. À l’image des deux colloques précédents, cette manifestation a également vocation à éclairer l’actualité du Grand Paris.

Le moment 1965 dans la mise en place d’une planification régionale

Dans un contexte de montée en puissance de l’État interventionniste et planificateur, de nouvelles politiques publiques se déploient autour d’outils juridiques, administratifs et opérationnels. Marqué par une expansion démographique, économique et territoriale des villes, l’aménagement du territoire, en France comme d’autres pays, mobilise l’État, ses services et les corps intermédiaires qui animent la société civile.

Durant cette période, la région parisienne est au cœur de la mise en place de cette planification d’État : révision du plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) en 1956, plan d’aménagement et d’organisation générale (PADOG) de 1960, Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région de Paris (SDAURP) de 1965. Comment s’enchaînent ces différents moments ? Quelle configuration institutionnelle voit le jour et comment se construit l’administration planificatrice ? Quelles échelles spatiales sont mobilisées ? Comment évolue la pensée de l’urbanisme et quelle place occupe le paysage dans ses démarches planificatrices ?

Une métropole entre planification et production

Le colloque doit permettre de lier cet effort sans précédent de planification régionale avec la question de la production de la métropole. Il aborde sous un angle nouveau l’aménagement des banlieues après-guerre, l’inscription de la réalisation de certains grands ensembles dans une stratégie métropolitaine, le statut de grands projets comme La Défense, le MIN de Rungis ou les aéroports, la conception et le tracé du RER et des infrastructures autoroutières, etc. Il éclaire les interactions et les conflits entre la volonté planificatrice de l’État, le pouvoir local et la société civile en matière de rénovation et de planification urbaine et économique. Il pourra enfin être l’occasion d’étudier le rôle dans l’aménagement du territoire des opérateurs privés et publics qui investissent dans la promotion immobilière.

Ce colloque doit aussi observer l’histoire de la planification de Paris intra-muros (Plan d’urbanisme directeur de Paris) et la mise en débat de l’avenir de Paris dans l’espace public. Il met également en perspective l’expérience de la planification régionale parisienne dans le cadre des politiques de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) et de l’institution des communautés urbaines.

Pour une histoire comparée et connectée des métropoles

Le colloque sera aussi l’occasion de situer la planification régionale française dans le contexte international en questionnant son insertion dans la circulation des modèles et des idées, et son inscription dans le contexte international (reconstruction, Guerre froide, décolonisation, construction européenne) qui pèse sur l’élaboration des projets. Il s’agit notamment d’interroger la programmation polycentrique du Grand Londres mais aussi d’autres expériences moins connues en Amérique du Nord, dans les pays scandinaves ou les pays de l’Est, en Amérique latine ou dans les anciennes colonies.

Il s’agira aussi d’explorer les cas où la planification de la région parisienne, et au premier rang le SDAURP de 1965, a pu « faire école » ailleurs dans le monde. Plus largement, on pourra interroger les rencontres internationales et la circulation des théories alimentant ces modèles.

Le colloque entend enfin mettre en situation le cas grand parisien dans le contexte de démarches de planification parallèles et croisées dans lesquelles s’engagent nombre d’aires métropolitaines durant la même période. Des visions aux plans, il s’agira d’étudier les formes diverses empruntées par une internationalisation et une médiatisation de la pensée de l’aménagement métropolitain et régional.

Si l’historiographie n’a cessé de se renouveler au cours des dernières années, ce croisement attendu des études sur les métropoles révélera certainement de nouveaux chantiers de recherche et de nouvelles approches.

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) doivent être communiquées par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Sous la forme d’un document Word d’une demi-page A4 maximum (1 200 signes environ) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications) au plus tard le 31 mai 2015.

IGP_2015_appel_français 10 4 2014[2]

Séminaire Seine-Saint-Denis Paris banlieues, séance du 16 avril 2015

Le séminaire entre dans sa cinquième année. Il prolonge le groupe de travail « banlieues » réuni au Cevipof de 1984 à 1994. Pluridisciplinaire dans sa conception, ce séminaire est ouvert aussi bien aux universitaires et aux étudiants qu’aux praticiens de terrains. Il réunit des chercheurs travaillant dans les champs de la géographie, de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ou de la science politique, des professionnels, des militants, des élus et des fonctionnaires de l’État et des collectivités territoriales.
 
Ce séminaire s’attache à décrypter et à confronter les expériences et les regards sur les banlieues en transformation, des territoires ségrégés, aux histoires politiques clivées, façonnées par l’immigration et les politiques de peuplement. Dans la perspective d’échanges fructueux, une participation régulière est souhaitée.
Cevipof
Sciences Po. Paris
98 rue de l’Université
Paris 7e (Métro Solférino ou Assemblée nationale)
17 h. – 19 h. / Salle Annick Percheron
 
Organisateurs :
Marie-Hélène Bacqué (sociologue, urbaniste, Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Mosaïques LAVUE),
Emmanuel Bellanger (historien, Centre d’histoire sociale, CNRS/Université Paris 1),
et Henri Rey (politiste, Cevipof)
Jeudi 16 avril :
Quel Grand Paris
au lendemain des élections départementales ?
Parmi nos invités :
 
Claire Dagnogo, conseillère parlementaire et prospective territoriale, Ministère de la Décentralisation et de la Fonction publique
 
Antoine Jardin, chercheur associé au Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po Paris
 
Pierre Mansat, président du conseil d’administration de l’Atelier international du Grand Pairs (AIGP)
 
Jonathan Morice, conseiller collectivités territoriales, Ministère de la Décentralisation et de la Fonction publique
 
Stéphane Troussel, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

Journées d’études : Etre musicien d’église à Paris (MSH Auvergne, 19-20 juin 2015)

Etre musicien d’église à Paris. La capitale : lieu de formation et d’exercice au XVIIIe siècle

Clermont-Ferrand, MSH, 4 rue Ledru, vendredi 19 et samedi 20 juin 2015

Journées d’étude du Réseau Muséfrem sous la responsabilité scientifique de Stéphane Gomis, François Caillou et Christophe Maillard, co-organisées par le CHEC et le Centre de musique baroque de Versailles.


Vendredi 19 juin 2015

• 9h00 : Accueil des participants
• 9h15 : Introduction

• 9h30 : François CAILLOU (CERHIO), Le point sur les dépouillements parisiens (enquête Muséfrem). Présentation d’un instrument de recherche spécifique : la base des minutes notariales des Archives nationales. Aperçus sur le personnel musical des abbayes parisiennes en 1789-1790

• 10h15 : Stéphane GOMIS (CHEC), Les ressources des Archives Historiques de l’Archevêché de Paris

• 11h00 : Christophe MAILLARD (CERHIO), Paris, plaque tournante dans la formation et la carrière de nombreux musiciens d’Église en poste en province à la fin de l’Ancien régime

• 14h00 : J.-F. “Maxou” HEINTZEN (CHEC) : Ménétriers ou organistes ? Entre Paris et Province, quelques musiciens d’Église au statut ambigu (1741-1773)

• 14h45 : Frédéric de LA GRANDVILLE (CERHIC), Le Conservatoire de musique de Paris à la fin du XVIIIe siècle : des fragments du religieux dans un établissement républicain ?

• 15h30 : Guillaume AVOCAT (Univ. de Poitiers), Les cérémonies en action de grâce à Notre-Dame de Paris sous le Premier Empire : carrières post-révolutionnaires en question

• 16h45 : François CAILLOU et Christophe MAILLARD, Présentation d’un choix de notices biographiques de musiciens parisiens validées ou en cours de validation

Samedi 20 juin 2015

Séminaire technique de la Base de données MUSÉFREM

• 9h00-12h00 : Sylvie GRANGER (CERHIO), Les notices biographiques des musiciens parisiens dans la Base de données Muséfrem, spécificités, problèmes, recherche de solutions cohérentes

-> pour consulter les 1300 notices biographiques déjà publiées dans la Base Muséfrem : http://philidor.cmbv.fr/musefrem

Renseignements chec@univ-bpclermont.fr et tél. 04.73.34.68.48

Isabelle Langlois
Isabelle.Langlois@univ-bpclermont.fr
Centre d’Histoire “Espaces et Cultures”, MSH de Clermont-Ferrand, 4 rue Ledru 63057 Clermont-Fd cedex 1

Parution : Maryvonne Prévot, Catholicisme social et urbanisme. Maurice Ducreux (1924-1985) et la fabrique de la Cité, Préface de Gabriel Dupuy, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Vous trouverez ci-dessous en téléchargement la quatrième et première de couverture ainsi que le sommaire de l’ouvrage issu de l’HDR de l’auteur

MEP Catholicisme social et urbanisme_Couv_Sommaire

Maryvonne Prévot est historienne, maître de conférences habilitée à diriger les recherches en aménagement et urbanisme à Lille1, et co-directrice de l’axe 1 “Mutations urbaines et développement des territoires: attractivité, mobilités et aménagement” du Laboratoire TVES (EA 4477).

Compte rendu: P. Gilli et E. Salvadori (éd.), Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, Brepols, 2014 (Marie-Thérèse Lorcin)

Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, edited by Patrick Gilli et Enrica Salvadori, Urban History, 32, 2014, Turnhout, Brepols, 316 p.

« Identité : le lien d’appartenance, dynamique mais doté de stabilité, transmis d’une génération à l’autre, d’un individu à un groupe social particulier, avec un partage des valeurs, des normes et des représentations puis des idéologies et des symboles ». La définition donnée par Paolo Prodi et rappelée dans l’introduction du recueil est difficile à transposer à une communauté d’habitants. Les congressistes ont cherché une définition plus simple qui s’applique à un « sujet collectif ». Question débattue depuis saint Augustin par les philosophes autant que par les historiens. L’identité urbaine est, dit Michel Hébert, « une manière de vivre ensemble » et c’est à la fois un état et une représentation (p 171-188).

Le thème fut depuis plusieurs décennies l’objet de travaux hors de France, en particulier en Italie, et celle-ci reste la référence et le point de comparaison obligé. Le travail est semé de difficultés. Il faut se garder d’attribuer à la ville une conscience collective a priori, se garder aussi de considérer cette conscience comme un bien immuable alors que son histoire se poursuit au sein d’un Etat devenu aux XIVe et XVe siècles plus fort et pourvu de rouages locaux envahissants. Il faut garder à l’esprit que de multiples facteurs contribuent ensemble à la formation de l’identité urbaine. Certains sont particulièrement importants dans le domaine occitan, tels la féodalité et le droit romain. Appliqué au domaine français, l’étude est compliquée par la diversité des cas. Les régimes consulaires ne sont pas bâtis sur le même modèle, la période où se forme l’identité est agitée par les guerres entre princes, par la diffusion de l’hérésie et par la croisade qui en résulte. En Provence les villages sont souvent fortifiés et urbanisés au point que l’on a du mal à différencier bourgade, petite ville, etc.

Conscients de ces difficultés, les deux colloques tenus à Montpellier en 2010 et 2011 ont voulu remettre sur le métier les sources déjà exploitées mais souvent sans référence à l’identité urbaine, et d’autres sources introduites par une problématique rajeunie à l’exemple de nos collègues italiens.

Les résultats sont présentés en trois parties. La première analyse les « strates documentaires » : livres de mémoire, monnaies et sceaux, livres de compte (6 communications, environ 110 pages). La seconde est consacrée aux évêques et aux relations entre villes et évêques (3 communications, environ 50 pages). La troisième, la plus longue (8 communications, environ 150 pages), s’intitule « unité et diversité » et rassemble tout ce qui ne pouvait figurer dans les deux premières. Le tout est solidement étayé par des rapports introductifs. Le volume ne comporte ni résumés, ni table des illustrations, ni index, contrairement à un usage répandu et fort commode pour les lecteurs.

La période où se formèrent les identités urbaines a suscité moins de travaux que les XIVe et XVe siècles. L’ensemble fait une place de choix à des sources et des thèmes qui antérieurement étaient étudiés surtout à part, sans être raccordés au sujet du colloque, comme le notariat, la topographie des pouvoirs, les pratiques documentaires, etc. La richesse du volume est telle qu’il est impossible de résumer chacune des communications. Après avoir picoré quelques exemples, ce rapport s’attachera surtout à mettre en lumière les éléments de la synthèse élaborée par plusieurs auteurs.

Deux communications sont consacrées aux écrits des notaires (P. Chastang et G. Dumas). On constate partout que l’apparition de notaires publics dans les villes et l’affirmation politique des communautés d’habitants sont des phénomènes concomitants. Le régime de l’authenticité est en fait une délégation de pouvoir au notaire. L’acte notarié authentiqué accoutume les usagers à renoncer à la preuve par témoins. De plus, les notaires mettent au point peu à peu la manière de conserver les écrits sur lesquels s’appuie la mémoire collective. Cela les amène à prendre en charge l’écriture de l’histoire communale (les annales). Le notaire élaborant et conservant la mémoire urbaine apparaît très concrètement sous la plume de G. Dumas grâce à un registre conservé dans les archives de Montpellier et décrivant le travail de deux notaires du consulat qui occupèrent ce poste successivement à la charnière des XIVe et XVe siècles. Ce registre mêlant latin et occitan est une sorte de pense-bête qui montre ce notaire, omniprésent dans les rouages de l’administration, en véritable gestionnaire sans lequel le consulat ne pourrait agir. Le notaire du consulat doit « repérer » : fournir aux consuls un appui juridique, document à l’appui, dans toutes les causes où le consulat est partie. Il doit « recouvrer » : récupérer et garder les pièces originales que les ambassadeurs en mission emportent dans tout le royaume. Il doit « restituer » : il tient en ordre la masse croissante des documents en plaçant chacun d’eux au bon endroit. Quatre inventaires confectionnés entre 1300 et 1508 révèlent que les pièces sont mises dans des caissettes et des armoires, le tout abrité en trois lieux dont la sacristie de la chapelle. Le notaire du consulat doit être né à Montpellier, ne pas recevoir les ordres sacrés et prêter un serment lors d’un cérémonial d’intronisation qui fait de lui à la fois le conseiller du consulat et celui qui incarne le mieux la mémoire de la communauté. C’est évidemment un cursus honorum que peu parcourent jusqu’au bout mais qui donne une idée précise du travail notarial.

L’influence de la ville sur les campagnes qui l’entourent est un phénomène si normal qu’il est en général considéré comme allant de soi. En revanche, l’influence de la campagne sur la ville fait rarement l’objet de recherches. J. Petrowiste a pris l’exemple de Toulouse pour voir ce qu’il en était. Trois auréoles successives entourent cette ville au Moyen Âge. Le finage urbain, appelé dex en occitan, est sous le contrôle direct du consulat et ses habitants partagent avec ceux de la ville une partie des franchises. La seconde zone est la viguerie, qui s’étend sur 10 à 15 km autour des murs. Elle est sous l’autorité du comte puis du roi. Une troisième zone aux contours moins précis est l’espace économique où circulent librement les marchands de Toulouse. Les citadins cependant n’y possèdent pas de terres. Les seigneurs qui tiennent la terre et les hommes ont des relations souvent tendues avec le consulat. Ce dernier se pose en défenseur des libertés et en terre d’asile pour les serfs. Cette image volontiers embellie participe pleinement à la construction de l’identité urbaine et perpétue l’opposition entre la ville et la campagne, d’autant plus que les seigneurs qui s’installent en ville refusent de contribuer aux charges collectives.

Les participants ont accordé une grande attention aux problèmes de vocabulaire (p. 21-29). Ils ont voulu aussi « se débarrasser des vieilles oppositions stériles » et l’évolution de la problématique fut souvent évoquée. Ainsi en est-il du fait de voir les relations entre commune et pouvoir sous l’angle prioritaire des conflits, qui s’imposait dans les années 1980. L’affirmation identitaire des villes méridionales « se fait bien plutôt au sein du pouvoir seigneurial ou royal et en collaboration avec celui-ci » (M. Hébert, p 188). La question de la religion civique fut également débattue à la suite des recherches de P. Monnet et de nos collègues allemands.

Une vue d’ensemble est donnée par M. Hébert qui insiste sur la diversité des cas exposés dans la troisième partie. Construire une identité urbaine en zone occitane est rendue difficile, ne serait-ce que par la fréquence de la coseigneurie. La période de formation met en lumière la différence entre consulat et universitas. Le premier peut être supprimé par le prince, l’essentiel demeure si la communauté survit. L’universitas est un terme plus fort, plus précis apparu à la fin du XIIe siècle à Montpellier. C’est l’universitas qui détient le sceau, la cloche, la maison commune. Par la suite, elle s’affirme à l’intérieur (la chevalerie urbaine) et à l’extérieur (coseigneurie, prince, autres villes). La ville s’efforce de maintenir un rapport direct avec la royauté et de renforcer sa collaboration avec les autres villes (États de Languedoc). En même temps elle est en compétition avec ses voisines pour obtenir d’être le siège d’institutions royales (cour des appels, siège de sénéchaussée) et maintenir son rang dans l’échelle des dignités (préséances dans les assemblées). C’est peut-être au cours de cette seconde phase « ce qui exprime le mieux leurs représentations identitaires ».

Marie-Thérèse Lorcin

Compte rendu: Judith Förstel dir., Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013 (Mickaël Wilmart)

Judith Förstel (sous la direction de), Meaux patrimoine urbain, Paris, Somogy (Cahiers du Patrimoine – 104), 2013, 285 p.

Ce livre est le résultat de cinq ans d’enquête menée sous la direction de Judith Förstel dans le cadre de l’Inventaire général du patrimoine culturel. Bien que réunissant 23 auteurs, qui mettent chacun leur spécialité au service du projet collectif, le volume proposé ici est conçu comme un bloc et non comme un recueil d’articles. Le travail éditorial a permis une fluidité du propos tout en conservant l’exigence d’un discours pointu qui devrait faire de l’ouvrage une référence sur l’histoire de Meaux prise dans sa longue durée, de l’Antiquité à nos jours. En dehors de quelques études universitaires portant sur la période du bas Moyen Âge et des publications autour de l’archéologie antique, l’historiographie de la cité briarde souffrait jusque-là d’un manque évident de renouvellement. Les dernières histoires généralistes de Meaux avaient été rédigées au XIXe siècle et au début du XXe siècle avant de connaître une réédition à la fin du XXe siècle. Si elle met à la disposition de tous des œuvres épuisées, cette mode, assez répandue, a finalement des résultats fâcheux car elle donne aux non-initiés l’impression d’une histoire immobile et favorise la répétition sans critique de conclusions erronées ou historiographiquement dépassées. On ne peut donc que se féliciter de l’initiative prise par le Service Patrimoine et Inventaire de la région Ile-de-France, en partenariat avec les municipalités, de concentrer le travail d’une équipe sur une localité pendant un temps suffisant pour s’approprier données de terrain et d’archives et en tirer une solide monographie.

Site de méandre, la ville de Meaux se développe dès l’Antiquité au pied des coteaux qui l’entourent. La ville antique s’installe d’abord dans la plaine alluviale septentrionale avant de s’enfermer dans de solides murs un peu plus au sud au cours du IVe siècle. Les fouilles archéologiques menées depuis quarante ans ont permis de mettre au jour des éléments importants pour la compréhension de l’espace urbain antique : temple, édifices de spectacles, nécropoles, thermes, mais aussi réseau viaire et habitat. La ville médiévale s’appuie dans un premier temps sur le castrum dont une partie des courtines sont encore en élévation au nord et dont le tracé de l’enceinte se repère sans difficulté dans le parcellaire actuel. S’étendant progressivement à l’ouest et à l’est des murailles, la ville se voit dotée de nouveaux murs au cours des XIVe et XVe siècle. Au cours du XIIIe siècle, l’emprise urbaine traverse également la Marne vers le sud et la fortification du quartier du Marché par les comtes de Champagne vient renforcer les défenses militaires d’une cité fruit de toutes les convoitises.

Située non loin de la frontière du comté de Champagne et du domaine royal, le siège épiscopal est au centre d’une lutte d’influence entre Capétiens et Thibaudiens jusque dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Puis vient le temps où l’évêque est définitivement un proche du roi, résidant régulièrement à Paris. Meaux est d’abord une ville épiscopale. La cathédrale (XIIIe-XVIe s.), bien sûr, le palais épiscopal (XIIe-XVIIIe s.), le bâtiment du chapitre (XIIIe s.), les maisons du cloître canoniale (XVIIe-XVIIIe s.) témoignent, par leur emprise dans le paysage urbain, de l’importance de cette fonction ecclésiale de premier plan. A côté de ces dignitaires religieux, toute une élite marchande s’impose au cours des XIIIe et XIVe siècles. Après la guerre de Cent ans, marchands drapiers et officiers royaux se partagent le rôle de relancer l’économie et la vie municipale. Toutefois, progressivement, comme tant d’autres villes moyennes, l’administration (royale et ecclésiastique) devient la première raison d’être de la cité.

Au cours de l’Époque moderne, le paysage urbain se modifie. L’enceinte, pourtant modernisée sur certains points au XVIe siècle, s’efface peu à peu pour laisser place à des promenades. Le XIXe siècle voit aussi d’importants changements : creusement des canaux de l’Ourcq et de Chalifert, construction de la ligne de chemin de fer, plan d’alignement progressivement appliqué, construction de nouveaux bâtiments publics (hôtel-de-ville, tribunal, théâtre). Tout ceci s’accompagne d’un nouveau développement économique. Des industries s’installent (usine électrique, sucrerie, moutarderie, filature etc.). L’habitat se renouvelle également. L’évolution de celui-ci est bien décrite, soulignant les liens de son évolution avec l’histoire sociale, des nouveaux hôtels pour les élites aux lotissements financés par des employeurs (comme la Caisse d’épargne) qui préfigurent le logement social. Ce dernier prend son essor au cours des années 1950 et 1960 donnant définitivement à la ville son caractère bi-polaire entre quartiers périphériques, très excentrés, et centre ancien.

L’ouvrage fourmille de détails dont une recension ne peut rendre compte. Il réussit la gageure de parvenir à lier histoire institutionnelle, religieuse, sociale et architecturale.

Mickaël Wilmart

Parution: Olivier Chatelan (dir.), Expertise urbaine dans le monde catholique francophone au XXe siècle (Chrétiens et Sociétés, n°21)

Le numéro 21 de la revue Chrétiens et sociétés XVIe-XXIe siècles, bulletin de l’équipe « Religions, Sociétés et Acculturation » du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190), vient d’être publié. Coordonné par Olivier Chatelan (Université Jean Moulin – Lyon 3 / LARHRA), il est entièrement consacré à la question de l’expertise urbaine dans le monde catholique francophone au XXe siècle.

Neuf contributions de chercheurs canadiens et français offrent un éclairage sur cette thématique, située d’une part au carrefour de l’histoire religieuse et de l’histoire urbaine, et d’autre part, plus largement, au croisement de la sociologie et de l’histoire contemporaine.

L’ouvrage est également disponible en ligne : http://chretienssocietes.revues.org/3439

Table des matières et introduction en pièces jointes

ChretiensetSocietes_Expertise urbaine

Introduction O. Chatelan

Parution: Catherine Guillevic, “L’impact d’une ville nouvelle dans la Bretagne du XVIIIe siècle. Lorient et la Compagnie des Indes”, PUR, 2015

Vers la fin du XVIIe siècle, la Bretagne voit naître sur son littoral sud une nouvelle cité située à mi-chemin entre Vannes et Quimper : Lorient. Un siècle et demi a suffi à la petite dernière pour se hisser au rang de cité portuaire internationale. À l’origine de cette naissance, la décision royale de 1666 d’implanter les infrastructures maritimes de la Compagnie des Indes, entreprise commerciale paraétatique chargée de drainer vers le royaume les principales richesses de l’Orient.

Avec une préface de Gérard Le Bouëdec.

Site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3781&utm_source=parution-l%C3%A2-impact-d%C3%A2-une-ville-nouvelle-dans-la-bretagne-du-xviiie-siecle&utm_medium=e-mail&utm_content=notice&utm_campaign=outil-de-diffusion

Société Française d'Histoire Urbaine