Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de Lorraine. Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2006 (Odile Kammerer)

La somme présentée par Jean-Luc Fray. ne laisse pas d’impressionner par la quantité et la qualité du matériau documentaire collecté dans les Archives de son aire d’enquête, de la Haute Lotharingie des Xeet XIe siècles à la Lorraine et le Barrois des ducs, ainsi que la constitution d’une bibliographie raisonnée dans laquelle l’historiographie allemande a la part belle1. Au volume de 551 pages en 3 livres doté d’un index onomastique et géographique, est joint un CD-Rom astucieusement présenté avec le catalogue des 335 localités analysées, les critères de centralité, sources et bibliographie, tableaux, cartes et graphiques. Du grand art dans la clarté pédagogique : ceci pour le titre, Villes et bourgs de Lorraine. Le sous-titre, Réseaux urbains et centralité au Moyen Âge, précise les objectifs d’une telle collation : étudier le mouvement de territorialisation en Lorraine de l’an mil à 1350, date à partir de laquelle la carte urbaine devient stable. Pour mener à bien son enquête, Jean-Luc Fray adopte mais en l’adaptant la théorie de la centralité de Walter Christaller, géographe allemand qui a publié en 1932 sa grande oeuvre consacrée à l’Allemagne du sud. Dans la phase structuraliste des années 60 cette théorie a fourni un modèle inespéré d’abord pour la recherche allemande penchée sur le phénomène des petites villes, puis la recherche anglo-saxonne et française. La théorie des places centrales repose sur le postulat selon lequel la demande en biens et en services centraux structure l’organisation des villes en cercles concentriques reflétant leur hiérarchie. L’absence de substrat physique et surtout d’histoire dans ce modèle mathématique et géométrique a cependant amené les historiens, et les médiévistes en particulier2, à adapter le modèle qui n’a, même appliqué par Christaller, jamais fonctionné autrement que théoriquement. Son succès tient plus, en réalité, à l’interprétation cartographique qu’à une construction théorique inapplicable. Jean-Luc Fray, pourtant, retient, mais en la critiquant de façon serrée, la centralité comme outil méthodologique (p.25-33). Il y voit un contournement la question toujours béante de la définition de la ville mais surtout un outil permettant de rendre compte de réseaux urbains, d’une hiérarchisation des localités et par là même du processus de territorialisation de la Lorraine. Il choisit alors, pour rendre compte de la dynamique (qui manque à la théorie christallérienne), des critères fonctionnels plutôt que morphologiques.

Le premier chapitre offre, tel un inventaire à la Prévert, les critères des lieux centraux retenus en fonction des sources, chaque localité ayant donné lieu à l’élaboration d’une fiche avec les indicateurs disponibles. Ces critères apparaissent minutieusement classés par domaine. Dans celui intitulé politique-administratif-militaire, sont placées les mentions de palais, villae, châteaux, bailliages et prévôtés etc. Dans le cultuel et culturel, les structures ecclésiastiques (siège épiscopal, paroisses, abbayes, Ordres Mendiants, hôpitaux etc.). Le domaine économique englobe les centres de perception de cens, les greniers seigneuriaux, les foires et marchés, les mesures locales, la monnaie etc. Plus étonnant, nous y reviendrons, le domaine des « ambivalents » regroupe les Lombards, les Juifs et les Cahorsins. Enfin le dernier critère porte sur la perception de l’espace. Ce dernier constitue l’originalité et l’intérêt majeur de l’enquête de Jean-Luc Fray. En effet la centralité toponymique marquée par les particules « lès », « devant », « sous », « près », « en », bien utilisés en Lorraine (l’auteur compare efficacement avec d’autres régions), met en relief la délimitation géographique, les déplacements et surtout l’appropriation de l’espace. L’addition de tous ces critères fait le lieu central : plus une localité compte de critères, plus elle est censée jouer un rôle de centralité par rapport à des réseaux de localités moins bien pourvues. Très soucieux de la terminologie, l’auteur distingue le maillage ou la trame constitués de localités centrales hiérarchisées, complémentaires ou concurrentes, du réseau qu’il définit en fonction de la « capacité des ‘noeuds’ à entretenir une circulation de flux (marchandises, capitaux, hommes) et des relations d’alliances ».

Jean-Luc Fray déroule son analyse en deux temps essentiels, celui de la Haute Lotharingie des Xe et XIe siècles, et celui des nouvelles localités centrales de la fin du XIe au début du XIVe siècle qui correspond au réveil démographique et au développement économique. Le bilan de 1300 n’étonne guère : la métropole messine se détache nettement ; des réseaux secondaires s’articulent en occupant tout le territoire : d’ouest en est autour de Bar, Verdun, Saint-Mihiel, Toul, Neufchâteau, Nancy, Lunéville, Saint-Dié, Moyenvic et Sarrebourg. L’expérimentation de la méthode, du choix des critères inspirés et adaptés de Christaller, est menée dans trois études de cas (dans les trois derniers chapitres) fort intéressants car ils montrent à l’évidence que le processus historique se joue aux marges de la théorie. L’auteur perçoit les difficultés inhérentes au choix et à la classification des critères en créant un domaine d’ambivalents (p. 115), en situant les métiers aux marges (p. 68) et en expliquant rapidement qu’il y a lieu d’hésiter pour un hôpital médiéval ou un prieuré : cultuel ou économique ou même politique ? Le problème de l’effet cumulatif desdits critères n’est guère envisagé sur le plan méthodologique et pourtant à partir de bien peu de critères, d’autres s’agglutinent nécessairement. Si la centralité existe en zone de marge (p. 427) -, si certains lieux sont géminés ou agglomérés (p. 340), s’il y a même hésitation dans le temps sur le choix du lieu central (p. 59), alors ne pourrait-on pas considérer la centralité aussi comme une croyance dans le caractère central du lieu3 ? un choix politique et de commodité de personnels disponibles sur place (p. 65) ?

Cette centralité comme espace vécu apparaît clairement dans l’enquête de Jean-Luc Fray avec les toponymes et, rapidement, avec la conscience de pays par exemple (p. 362) pour deux schémas opposés : une conscience enracinée dans l’histoire, une conscience construite. Si, comme l’affirment les géographes, les lois de l’espace n’ont de sens que si elles expriment une logique sociale, l’observation et le comptage méticuleux de mentions ni sérielles ni complètes, caractéristique bien connue des sources médiévales, ne peuvent rendre compte de la dynamique des populations, partant expliquer la territorialisation. La mention d’un château ne dit rien de son attraction ou désintérêt pour les alentours. Une dernière question mériterait d’être posée : l’organisation spatiale est-elle indépendante des pouvoirs politiques ? La Lorraine ducale voulue par le prince n’apparaît que dans la présentation très convaincante du choix du site de Nancy comme capitale (p. 402) mais derrière les cartes, nombreuses, documentées et pédagogiques, on aimerait deviner une éventuelle cohérence entre l’évolution de tel ou tel réseau et les aléas du pouvoir ducal.

Le travail de Jean-Luc Fray restera une référence par la présentation historiographique de la méthode de Christaller, par l’érudition bibliographique et archivistique qui donne à voir une Lorraine foisonnante et complexe, par les qualités pédagogiques de l’exposé textuel et cartographique. La géométrie de Christaller y a été remplacée par une arithmétique d’addition nuancée et scrupuleuse. Mais ne pourrait-on pas utiliser aussi les autres opérateurs booléens,  ou, sauf ? Introduire d’autres logiques comme celle de la communication, du pouvoir ou des pratiques sociales ? Un livre de travail qui pose des questions.

 

1 Nos collègues suisses enrichissent également le débat et les secteurs de recherche. On pourrait aussi citer : H.-J. Gilomen, M. Stercken (éd.), Zentren. Austrahlung, Einzugsbereich und Anziehungskraft von Städten und Siedlungen zwischen Rhein und Alpen, Zürich, 2001.

2 Edith Ennen, Rolf Kiessling, Franz Irsigler etc. tous bien connus de Jean-Luc Fray.

3 Joseph Morsel,, « Appropriation communautaire du territoire, ou appropriation territoriale de la communauté ? Observations en guise de conclusion », Travaux de l’école doctorale d’histoire de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris, 2006, p. 89-104.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *