Catherine Virlouvet, La plèbe frumentaire dans les témoignages épigraphiques. Essai d’histoire sociale et administrative du peuple de Rome antique, CEFR, 414, Rome, 2009, 300 p. (Noëlle Géroudet)

Panem et circenses… La formule lapidaire de Juvénal1 a sans doute contribué à fixer l’image d’une plèbe dépolitisée, oisive, parasite, étudiée à travers le prisme déformant des pouvoirs politiques ou des élites qui les détenaient. J. Le Gall, dans un article au titre provocateur2, a commencé à déconstruire le cliché en montrant une plèbe laborieuse qui n’aurait pu se contenter de quelques dons en nature pour vivre. Déjà, Z. Yavetz avait envisagé la plèbe non plus seulement au plan juridique mais au quotidien, comme groupe de pression manipulable, manipulé certes mais d’opinion politique assez constante3. Dans le même temps, P. Veyne étudiait l’évergétisme, montrant qu’il ne s’agissait en rien d’une pratique de charité ou d’assistance publique4 avant de mettre en évidence l’existence de la plebs media, couche probablement la plus favorisée5. Petit à petit, se dessinait un tableau de la plèbe plus hétérogène, plus complexe aussi. Catherine Virlouvet le précise par le biais de l’économie avec ses travaux sur les famines et les émeutes6 ou les distributions de blé7. L’ouvrage présenté ici cherche à appréhender dans le groupe des 150 000 à 200 000 individus, qui ont en commun le privilège du frumentum publicum, ceux qui ont laissé un témoignage.

Il comporte deux parties, la première (p. 7-102) étant le commentaire de la seconde : le corpus des bénéficiaires du blé public (p. 103-270). Une conclusion (p. 271-275) « démêle le fil des hypothèses » émises. Un index général, un index des sources, une table de concordance des inscriptions du corpus (p. 287) facilitent la recherche.

Commençons par le corpus (p. 103-270) de 23 inscriptions, regroupées pour la première fois, relatives à des bénéficiaires du blé public. Il énumère des vigiles (n°1-9), puis des civils (n°10 à 23). Les inscriptions, pour la plupart funéraires, sont classées par ordre chronologique en suivant le protocole canonique : références, conditions de découverte, état, lieu de conservation, etc. Suivent le texte, la photo du support, la lecture, le développement, la traduction et surtout le très riche commentaire linéaire.

Ce corpus montre d’emblée la difficulté de l’entreprise. 23 inscriptions donnent l’identité de 69 ayants-droit soit 0,03% des 200 000 bénéficiaires rapportés à une seule année… Cette faible représentativité s’ajoute à un contenu stéréotypé et une datation incertaine. Aussi la prudence ne quitte-t-elle jamais l’auteur. Elle ne force l’interprétation ni des textes ni de ses hypothèses sans pour autant refuser d’avancer dans son raisonnement. Et même, l’auteur tire un intérêt de cette rareté. Un individu qui remplit toutes les conditions requises à titre personnel (rappelées dans la note 1 p. 43) ou collectif (les vigiles) n’en fait pas état. Civils et militaires en affirmant ce privilège souhaitent en conserver le souvenir. Pourquoi ? L’étude permet de saisir les conditions dans lesquelles se sont faites ces attributions inusitées du blé public.

Le chapitre 1 (p. 11-41) s’intéresse aux vigiles. Après avoir rappelé leur statut, leurs avantages dont l’attribution du blé public daté de « vers 160 » (p. 19), l’auteur dresse un portrait plus précis des individus qui ont laissé une trace. Sur 56, 8 ont un statut d’incerti, plus de la moitié sont nés libres, 1/4 sont des affranchis (tableau p. 28-31) ; 6 sont originaires de Rome, les autres viennent d’Italie, puis des provinces (tableau p. 38). Pour ces affranchis qui obtenaient, au bout de 3 ans, la citoyenneté romaineet le droit au blé public, c’était la claire conscience de faire dès lors partie de l’élite de la plèbe de Rome (n°1), bien intégrés à la population qu’ils sont chargés de protéger. Ce privilège est aussi à mettre en relation avec l’ouverture plus large du corps des vigiles aux citoyens romainsafin de le rendre plus attractif car les citoyens originaires de Rome obtenaient l’avantage de ne pas avoir à attendre le tirage au sort ainsi qu’avec la militarisation plus grande de ce corps et la possibilité de faire carrière.

Le chapitre 2 (p. 43-85) étudie les bénéficiaires issus de la plèbe. Il regroupe 14 documents, dont 12 inscriptions funéraires, situées entre la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. et le IIIe s., la majorité dans la seconde moitié du IIe s. (p. 44-49). Un tableau (p. 48) récapitule toutes les données les concernant. L’auteur entreprend l’étude du milieu des bénéficiaires par le biais « d’une onomastique  prudente » (p. 50-56). Sur 29 personnes, 6 voit leur statut juridique précisé dont 4 sont citoyens romainsingenui. Pour les autres, très clairement, il s’agit du milieu des affranchis ou de leurs descendants directs, qui insistent à proclamer le défunt ingenuus sans qu’il soit possible de dire si les parents sont latins juniens ou affranchis de plein droit. L’auteur cerne leur milieu social : 7 des 12 monuments funéraires supposent une aisance matérielle qui empêche de voir en eux des indigents. La surprise vient aussi de la nature de 9 ou 10 sur 14 ayants-droit : ce sont des enfants, entre 3 et 15 ans, filles et garçons. Trois des bénéficiaires sont liés à des collèges. On saisit ainsi des modes d’accès exceptionnels aux frumentationes : l’un récompenserait des services rendus à la ville, tel le musicien d’instruments en bronze ou les tibicines. Dans quel cadre s’inscrit l’octroi du privilège aux enfants ? L’auteur ne peut préciser les objectifs de la mesure.

Ces inscriptions sont également très précieuses par les précisions qu’elles sont les seules à apporter sur les aspects matériels des distributions et les réalités administratives sans résoudre toutes les questions. C’est l’objet du chapitre 3 (p. 83-101) qui traite de la gestion du service de la Porticus Minucia. Les inscriptions portent ou la mention du jour, du mois et du guichet auxquels les bénéficiaires doivent se présenter ou le numéro de la tabula de la liste sur laquelle ils figurent. Il semble que les civils mentionneraient plus volontiers la réalité concrète du numéro de guichet (ostium) alors que la mention de la tabula serait plus officielle.

L’auteur cherche à reconstituer comment sont dressées les listes des Vigiles ayants-droit depuis leur propre administration jusqu’aux tabulae des guichets. Ce chapitre nous donne accès au vécu des archives de façon passionnante, même si de nombreuses interrogations demeurent.

Cet ouvrage d’une érudition remarquable et d’une grande finesse d’analyse permet de préciser la définition juridique d’une partie des ayants-droit. L’octroi du blé public, dans un cadre collectif, est considéré par les bénéficiaires comme une distinction. Le pouvoir a bien compris cette dimension. Aussi en a-t-il joué en la rendant plus incitative pour que les éléments les plus dynamiques de la plèbe puissent intégrer la plèbe frumentaire.

1 Juvénal, Satires, X, 73- 81 « Que fait-elle, cette tourbe des enfants de Rémus ? […] Depuis qu’il n’y a plus de suffrages à vendre [le peuple] n’a cure de rien […] il ne souhaite plus anxieusement que deux choses : du pain et des jeux ! » CUF, 1983.

2 J. Le Gall, Rome, ville de fainéants ? REL, 49, 1971, p. 266-277.

3 Z. Yavetz, La plèbe et le Prince. Foule et vie politique sous le Haut-Empire romain, Paris, La Découverte, Maspéro, 1983 (traduction française). Un appendice, reprenant un article plus ancien Plebs sordida», Athenæum, 43, 1965, p. 295-311) effectue une étude de vocabulaire novatrice. Il faudra attendre la publication de la thèse de C.Courrier pour voir un relevé systématique.

4 P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, 1976.

5 P. Veyne, La « plèbe moyenne » sous le Haut-Empire romain, Annales, Histoire, Sciences sociales, 55, n°6, P. 1169-1199.

6 C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome des origines de la République à la mort de Néron, CEFR 87, Rome, 1985.

7 C. Virlouvet, Tessera frumentaria. Les procédures de distribution de blé public à Rome à la fin de la République et au début de l’Empire, BEFAR 286, Rome, 1995


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *