Résumé de thèse : Julien Briand, L’information à Reims aux XIVe et XVe s.

Julien BRIAND, L’information à Reims aux XIVe et XVsiècles, Thèse de doctorat sous la co-direction de Claude GAUVARD et Franck COLLARD, soutenue à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne le 7 décembre 2012 (2 vol., 890 p. et 877 p.)

 Cette thèse a obtenu le prix de thèse de la SFHU, délivré le 16 janvier 2014 à Caen lors de l’AG annuelle de la SFHU.

L’information est ici envisagée dans ses trois acceptions. Dérivé du latin in-formare, le mot signifie tout d’abord « mettre en forme », « façonner ». Informer, c’est exprimer les nouvelles à l’intérieur de cadres fixés par une norme. Cependant, au Moyen Âge, le terme est avant tout attesté dans un sens judiciaire et désigne l’instruction à laquelle on procède pour la recherche de faits, au civil comme au pénal. Le développement de la procédure dite inquisitoire, qui supplante progressivement la procédure dite accusatoire à partir de la fin du XIIsiècle, place l’information au cœur de la démarche des juges, sous la forme de l’enquête, c’est-à-dire de l’interrogatoire des témoins sur ce qu’ils savent des faits (fama facti) et de la renommée personnelle de l’accusé (fama personae). Ce sens judiciaire est si prégnantque le terme est utilisé dans d’autres domaines, notamment dans le domaine administratif, pour qualifier une connaissance provenant d’une enquête nourrie, et non d’un simple fait colporté sous la forme de nouvelles. Ce champ lexical contribue à lier inextricablement les mots information et vérité. L’objectif de la thèse est de mettre en œuvre, dans le cadre urbain, une étude globale de l’information, aussi bien sous son acception médiévale, c’est-à-dire judiciaire, que contemporaine, à savoir la transmission, la diffusion et la réception des nouvelles, en montrant que, dans les deux cas, les usagers de l’information soumettent celle-ci à un devoir de vérité. En effet, ce que les médiévaux appellent information éclaire aussi ce qu’ils ne qualifient que de nouvelles : avant d’être transmises au public, les nouvelles doivent être triées et organisées, c’est-à-dire fabriquées. L’information, au sens médiéval du terme, joue un rôle majeur dans ce processus de validation des nouvelles. Étudier de manière globale ces deux aspects de l’information, le médiéval et le contemporain, permet également de renverser le regard traditionnellement porté par les historiens sur l’information. Il ne s’agit plus de se focaliser uniquement sur le lien entre information et pouvoirs, mais d’envisager le rapport que les hommes du Moyen Âge et, plus particulièrement dans notre cas, les populations urbaines, entretiennent avec l’information, en montrant que celle-ci constitue un des éléments essentiels du lien social. Jusqu’à quel point l’information devient-elle un devoir pour chaque individu, permettant ainsi la circulation de la vérité au sein du corps social ? Étudier la diffusion de l’information à tous les niveaux, c’est montrer qu’elle circule non seulement entre les pouvoirs, mais aussi des notables vers la population, de la population vers les gouvernants et, enfin, à l’intérieur même de la population, sous forme d’interrelations permanentes. La notion d’information se trouve donc à la croisée du champ politique, s’informer étant un devoir pour tout pouvoir, du champ social, dans la mesure où elle induit la participation et l’échange entre deux partenaires, et, enfin, du champ judiciaire puisqu’elle est l’un des principaux instruments du dévoilement de la vérité. La ville s’impose comme le cadre idéal pour cette étude, les médiévistes ayant montré à quel point elle constituait un laboratoire du politique et des formes d’organisation sociale.

Reste qu’un tel programme est difficile à mettre en œuvre pour le Moyen Âge, y compris pour les XIVet XVsiècles, qui connaissent pourtant un important développement de l’écrit administratif – développement qui reste tout relatif à l’échelle des sociétés contemporaines. Grâce à la richesse et à la diversité de ses archives, Reims offre toutefois l’avantage de permettre l’étude de l’information sous toutes ses acceptions. Il convenait, dans une première partie, de soumettre les principales sources employées à un examen critique afin de déterminer quelles étaient les conditions de fabrication de l’information par le gouvernement urbain. Les registres de plaids, de conclusions et de comptes de Reims et des villes voisines ainsi que le Journal du procureur Foulquart forment un réceptacle d’informations, mais ils sont aussi le produit, par leur agencement, leur finalité et leur conservation, d’une politique communicationnelle pensée par les deux institutions productrices de ces registres, l’échevinage de Reims, dont le ressort d’intervention est limité au ban de l’archevêque, et le plus récent conseil de ville, instance communautaire apparue au milieu du XIVsiècle, sous l’effet de la guerre de Cent Ans, dont le rôle est de veiller à la sécurité de toute la ville et d’assurer son gouvernement dans de larges domaines. L’enregistrement, l’archivage et la mise en mémoire de l’information participent tout à la fois du bon gouvernement de la ville et de la défense de son honneur, c’est-à-dire de ses droits et de sa renommée. La ville construit son pouvoir et sa mémoire dans – et par – ses archives, qu’elle assimile à un véritable « trésor des chartes ».

Cette première partie aborde également la correspondance, qui constitue le support écrit de base des échanges d’informations, au sens actuel du terme, mais qui, matériellement, a laissé les traces les plus déformées et les plus indirectes dans les archives, faute d’une politique de conservation systématique des lettres et parce que l’oral joue encore une place essentielle dans la circulation de l’information aussi bien que dans le gouvernement de la ville. Les archives rémoises ne renferment actuellement qu’un nombre très modeste de lettres closes originales, qui plus est rédigées par un seul interlocuteur, le roi. La correspondance avec le souverain est précieusement conservée dans le chartrier urbain, où elle rejoint les lettres d’octroi, car la proximité avec le monarque qui s’en dégage constitue une source d’honneur pour les habitants et une mise en scène de l’amour et de la fidélité qui lui sont dus. Ces lettres constituent aussi un véritable instrument de dialogue, qui contribue à l’avènement de relations personnelles entre le souverain et ses sujets. L’échange d’informations tient une place importante dans ce dialogue, les lettres se terminant fréquemment sur l’injonction de faire savoir au roi les nouvelles. Aux yeux du pouvoir royal, la ville loyale et obéissante est celle qui le tient régulièrement informé. Dans l’esprit de la monarchie, les villes doivent pallier les déficits structurels d’une administration royale insuffisamment étoffée. Ce devoir entraîne une concurrence entre les villes pour faire savoir les nouvelles au roi, car cette remontée de l’information est un élément de preuve de la fidélité au souverain aussi bien qu’un critère du bon gouvernement urbain.

Toutefois, un relevé des lettres mentionnées dans les registres de comptes et de délibérations montre que les lettres aujourd’hui conservées constituent un prisme faussé, qui ne rend compte ni de la diversité des interlocuteurs de la ville, ni de l’intensité de cette correspondance, y compris avec le roi. Ce décalage entre lettres conservées et lettres réellement reçues résulte de pertes accidentelles ainsi que d’une destruction délibérée, intervenue pour l’essentiel aux XVIIet XVIIIsiècles, comme le montre une analyse des inventaires d’archives médiévaux et modernes et des travaux des historiographes rémois du Grand siècle. Un système de copies partielles a cependant été mis en place, dans le dernier tiers du XVsiècle, dans les registres de conclusions et, plus exceptionnellement, dans quelques comptes, afin de faciliter la consultation de certaines lettres, reçues comme envoyées, sans aller jusqu’à la constitution de registres de correspondance, sur le modèle des villes germaniques. Les scribes rémois se contentent de copier les lettres qu’ils considèrent comme intéressantes, qui plus est dans les registres où ils ont besoin d’elles. Ces copies témoignent néanmoins d’une rationalisation administrative, car elles évitent de rechercher le document original dans le coffre ou l’armoire où il a été déposé, au risque de ne pas le retrouver. Les techniques de gestion et d’archivage de l’écrit développées par les dirigeants de la ville sont imparfaites, mais elles sont adaptées aux besoins : l’accent est mis sur les documents utiles pour prouver des droits, ce qui est rarement le cas des lettres closes, dont la portée est courte et dont les nouvelles qu’elles transmettent peuvent être résumées dans les registres de délibérations. Recopier la lettre in extenso n’a dès lors pas d’utilité, sauf exception.

La seconde partie traite des acteurs et des réseaux de l’information. Pour être alimentée en nouvelles, la ville s’appuie sur un réseau de messagers de plus en plus institutionnalisé, en même temps qu’elle construit un espace de communication régional. Occasionnellement, les échanges peuvent dépasser les frontières du royaume en direction de l’Empire, en Flandre, Hainaut et Lorraine. Les cadres administratifs, militaires, juridiques et religieux que sont la capitainerie, l’élection, le diocèse, le bailliage, le gouvernement ou le ressort de la coutume de Reims déterminent en grande partie l’orientation des échanges. Les villes tiennent un rôle déterminant dans ces flux, jusqu’à constituer de véritables réseaux, comme le montrent les relations de Reims avec Châlons, Rethel, Mouzon ou Château-Porcien. Les acteurs, quant à eux, qu’il s’agisse des porteurs, des récipiendaires ou des commanditaires de l’information, se partagent en deux groupes sociaux, notables participant aux strates supérieures du gouvernement urbain et officiers subalternes appartenant au petit peuple de la ville. Les notables, lieutenant du capitaine de ville, procureur des habitants et membres réguliers du conseil de ville, laïcs comme ecclésiastiques (et en particulier chanoines), jouent un rôle essentiel car ils ont pour responsabilité de gérer l’information sur place, de décider de sa vérification ou de sa diffusion, auprès des habitants comme à l’extérieur. Leur formation souvent juridique autant que les liens qu’entretiennent plusieurs d’entre eux avec le notariat sont déterminants pour expliquer les méthodes employées. Les réseaux personnels construits par ces notables participent également de la qualité de l’information disponible pour diriger la ville. Mais c’est aussi des messagers professionnels au service de la communauté que dépend la fiabilité de l’information recueillie ou de celle transmise à l’extérieur. À travers leur comportement et les compétences dont ils font preuve, c’est la réputation de la ville en matière d’information qui est engagée. Usuellement vêtu d’un costume aux couleurs de la ville et déposant ses lettres dans une boîte peinte aux armes de celle-ci, le messager propage l’identité de la communauté urbaine à l’extérieur, tel une « image ambulante » de celle-ci.

La troisième partie de la thèse s’intéresse aux mécanismes et aux finalités de l’information. Il s’agit de savoir si l’information reçue est authentique et fiable et de réfléchir aux conditions de la vérité. La bonne décision se nourrit de l’information, mais elle nécessite, au préalable, une construction et une validation de cette dernière, dans le but de l’accréditer, c’est-à-dire, comme en justice, de la fonder en vérité. L’information circule par à-coups et les dirigeants doivent aussi être attentifs aux bruits qui leur parviennent. Ceci explique qu’ils aient mis en place des mécanismes destinés à garantir l’authenticité et la fiabilité des nouvelles. Ces mécanismes, parmi lesquels l’enquête tient une place essentielle, empruntent tant aux techniques notariales que judiciaires et participent à cette transformation de l’information, destinée à la rapprocher de la vérité. Le savoir certain ainsi constitué peut alors être opposé aux rumeurs relatives à la proximité des troupes ennemies, au manque de vivres ou à la fiscalité qui circulent en ville. L’information est un moyen de désamorcer les peurs comme de légitimer les décisions des gouvernants et des juges. La bonne gestion de la ville passe tout autant par sa mise en défense que par la mise en connaissance des nouvelles, principalement militaires. L’information est alors reconnue d’utilité publique et devient un élément fondamental du Bien commun. Cette reconnaissance justifie qu’elle pèse d’un poids très lourd dans l’ensemble des dépenses au XVsiècle, aux alentours de 10 %, en moyenne, si l’on considère seulement le poste de dépense que les contemporains identifient comme relevant de l’information, près de 30 % si l’on y ajoute toutes les dépenses ressortissant de l’information et de la communication classées dans d’autres rubriques. Cela la place au deuxième rang des dépenses, derrière les sommes destinées à l’entretien des fortifications.

La transmission de l’information constitue un enjeu essentiel pour le pouvoir urbain, qui doit maîtriser le moment de la communication, le degré de dévoilement de l’information ainsi que les réactions et les attentes des habitants de la ville et de son plat-pays, toujours enclins aux rumeurs. Ainsi se constitue un espace public occasionnel qui permet la rencontre entre gouvernants et gouvernés, aussi bien dans le cadre des criées publiques effectuées aux principaux carrefours que lors des assemblées des habitants. La transmission de l’information liée à la vie du royaume (paix, victoires, santé du roi, etc.) passe par l’organisation de grandes cérémonies, qui mêlent processions, lectures publiques de lettres et sermons. Ces cérémonies liturgiques ont pour objectif de souder la communauté civique autour de ses dirigeants comme de son roi.

Dans cette ville de la fin du Moyen Âge, la parole populaire est toutefois fortement corsetée. La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, au début du XVe siècle, a permis de transformer certains propos en délits. À ce contrôle de la parole sont d’ailleurs venus s’ajouter, dans des cas extrêmes, mais à chaque fois qu’un danger aigu paraît menacer, un contrôle de la correspondance, avec l’ouverture des lettres reçues et envoyées par les habitants, et une surveillance des allées et venues, aussi bien de celles des habitants réputés appartenir au camp adverse que des inconnus, qualifiés d’étrangers, des messagers qui voudraient pénétrer dans la ville, ou encore des frères mendiants et des pèlerins, soupçonnés de cacher de dangereux agitateurs. En cas de danger, ces mesures sont régulièrement réactivées dans la seconde moitié du XVsiècle. La fermeture vis-à-vis de l’extérieur vise autant à juguler les activités néfastes des espions qu’à mieux contrôler l’information disponible pour les habitants, afin de mieux façonner leur opinion. Les autorités manifestent ainsi leur crainte du caractère agonistique que peut prendre l’espace public. Les habitants, quant à eux, savent rappeler à leurs dirigeants, aussi bien à travers leurs représentants aux conseils élargis que par le bruit commun, qui se répand dans la ville, qu’ils ne supportent la domination politique des élites que si ces dernières respectent les principes du bon gouvernement. Dans ces circonstances, malheur aux gouvernants qui n’ont pas tout fait pour alimenter les marchés de la ville lorsque la pénurie pointe, envoyé des messagers pour irriguer la ville en nouvelles régulières ou négocié avec opiniâtreté les charges imposées par les commissaires royaux. Le murmure peut poindre et la révolte n’est alors pas loin. L’information est donc bien fondamentale pour imposer le conseil de ville en autorité légitime reconnue de tous, c’est-à-dire en Obrigkeit.

Les dirigeants cherchent, enfin, à faire remonter les informations de la population vers le pouvoir, à travers la dénonciation. On observe la conjugaison d’un devoir collectif et d’un devoir individuel d’informer, de faire savoir et de dénoncer, aussi bien auprès du juge que des autorités de la ville. De la capacité d’une ville à maîtriser sa communication extérieure dépend une forme de réputation attachée à son bon gouvernement, à la fois auprès du pouvoir royal, mais aussi des autres villes et des Rémois eux-mêmes. Le pouvoir urbain ne peut pas rester mal informé, sous peine de mener la cité à sa perte. Il ne peut pas non plus risquer de mal informer, sous peine de perdre toute crédibilité. Ce devoir collectif se conjugue à un devoir individuel : chacun est garant, par définition, du bien commun ; chaque habitant est donc responsable de la qualité globale de l’information de la ville, d’où un devoir individuel de faire remonter l’information jusqu’aux dirigeants, y compris sous la forme de la dénonciation, devoir institutionnalisé par la prestation d’un serment lors de la guerre civile. C’est le respect de ce devoir qui définit à la fois le bon sujet, aux yeux du roi, et le bon Rémois, aux yeux de ses concitoyens.

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *