Appel à communication. Journée d’études : Les cités nouvelles en questions, 23 janvier 2015

LABEX WEEK 2015

Groupe Transversal  Usages de l’histoire et devenirs urbains

Journée d’études du Vendredi 23 Janvier 2015

 

« LES CITES NOUVELLES EN QUESTIONS »

 

 

APPEL A COMMUNICATIONS

 

 

La question des futurs urbains s’est posée de façon exemplaire dans le cas de la création de villes. Ces « cités nouvelles » illustrent la volonté et la capacité des sociétés qui les construisent à se projeter dans l’avenir. Des colonies grecques aux villes nouvelles de la seconde moitié du XXe siècle, l’humanité a régulièrement  pensé son urbanité dans le cadre de ces « cités nouvelles ». Le terme ne peut donner lieu à une définition possible tant son acceptation urbanistique, politique ou sociétale a pu varier selon les espaces et les périodes concernées [Merlin, Chaline]. Il est clair cependant que les cités nouvelles du passé constituent un corpus d’expériences urbaines que notre temps se doit de connaître et que plusieurs équipes d’urbanistes (par exemple en Asie ou en Amérique latine) mobilisent de facto dans leurs projets urbains actuels [Querrien-Lassave].

Cités et villes nouvelles ont suscité des quantités de travaux permettant aussi bien d’interroger leur imaginaire urbain (des registres de l’utopie au décryptage du langage technocratique de l’aménagement des territoires) que leurs modalités de production (de la maîtrise foncière aux privilèges fiscaux). Les lectures architecturales ou urbanistiques de l’histoire des cités nouvelles ont permis de préciser l’articulation entre les héritages et les innovations et de mettre en débat la question des styles et des modèles. De nombreux travaux se sont également intéressés aux populations qui sont venues dans ces villes, aux différentes manières dont elles se sont réappropriées et ont parfois réinventé les espaces [Merlin, Fouchier, Pinol].

Les cités nouvelles, produites dans des contextes économiques et sociaux spécifiques, ont d’abord été conçues, aux XIXemes et XXemes siècles dans le cadre de politiques publiques nationales – il était donc naturel que les historiens commencent par les analyser à cette échelle-là, à l’aune des cultures politico-administratives nationales (Vadelorge). Néanmoins elles sont aussi le fruit d’échanges entre ingénieurs, urbanistes, responsables politiques qui ont pu être qualifié de mouvement transnational. Faire histoire de ces échanges et des réseaux qui les sous-tendent permet de comprendre une part non négligeable de la structure actuelle de l’expertise internationale en urbanisme. Nous nous proposons d’interroger durant cette journée d’études ces échanges et ces réseaux à travers quatre questions complémentaires : Qui échange avec qui ? Quels sont les espaces concernés par ces échanges ? Quelles temporalités ces échanges mobilisent-ils ? Comment aborder la rationalité de l’échange ?

 

 

Comité d’organisation :

Jérôme Bazin (maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Paris-Est Créteil, CRHEC), Clément Orillard (maître de conférences, Institut français d’urbanisme, Lab’Urba), Denis Bocquet (professeur d’histoire et théorie de l’architecture, ENSAS, LATTS), Nathalie Lancret (professeur d’histoire de l’architecture, ENSAPB, IPRAUSS-AUSSER), Loïc Vadelorge (professeur d’histoire contemporaine, UPEM, ACP)

 

Comité scientifique :

Membres du Groupe Transversal « Usages de l’Histoire et devenirs urbains »

 

Modalités de proposition :

Les propositions de communication rédigées en français ou en anglais prendront la forme d’un résumé d’intention de 5 000 signes minimum à 10 000 signes maximum, accompagné d’un titre provisoire et précisant le terrain et le corpus de sources sur lesquels le communicant entend s’appuyer.

 

Les propositions devront être envoyées à Loïc Vadelorge,  loic.vadelorge@u-pem.fr, avant le 15 octobre 2014.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *