Appel à communication : Banquets et présents honorifiques dans les villes de province en France (XIVe-XXe siècle)

Banquets et présents honorifiques

dans les villes de province en France

(XIVe-XXe siècle)

 

Des archives à découvrir et à exploiter pour l’histoire de l’alimentation

 

 

Journée d’études

Bordeaux, Archives Municipales, mardi 7 juin 2016

 

 

Argumentaire

 

Des banquets des corporations au Moyen Âge, en passant par les repas édilitaires des XVIIe et XVIIIe siècles ou les banquets municipaux lors des voyages en province des présidents de la République et des ministres de la IIIe République, ces moments festifs et gastronomiques rythment la vie de la cité au gré des époques. Toutes les institutions importantes des villes provinciales (corporations, confréries, parlements, chambres de comptes, états provinciaux, municipalités, chambres de commerce, universités, conseils généraux, associations, etc) affirment leur pouvoir dans la ville par l’organisation de repas à l’occasion de la visite d’un personnage important, de la réception d’un nouveau membre dans l’institution, d’une élection, d’une inauguration ou pour célébrer une victoire militaire. Elles entretiennent aussi leurs réseaux de protecteurs (intendants, gouverneurs, évêques, nobles, présidents de la République, ministres, etc) et s’assurent la bienveillance des autorités grâce à des présents honorifiques dont les pots-de-vin au Moyen Âge fournissent une bonne illustration. Certaines spécialités gastronomiques apparaissent d’ailleurs de manière récurrente parmi ces dons alimentaires comme les jambons à Bayonne, le vin de Bourgogne à Dijon, les confitures sèches à Tours ou le pain d’épices à Reims. Si le poids de ces dépenses sur les finances de ces institutions et leur rôle dans l’entretien des réseaux politiques ont parfois retenu l’attention, tous ces repas et ces cadeaux, en dehors des dons de vins étudiés notamment par Christine Lamarre pour la Bourgogne, n’ont guère jusqu’à présent suscité un large intérêt de la part des historiens de l’alimentation.

Pourtant les archives, notamment municipales, contiennent, parfois depuis le Moyen Âge, de très belles séries de comptabilités et de pièces de dépenses dans lesquelles figurent des achats réguliers de présents de bouche (vin, confiture, jambons, truffes, salaisons, etc) et des factures donnant la liste des aliments ou des plats servis lors des banquets. Les délibérations et les correspondances éclairent aussi ces usages et leurs motivations. Pour les XIVe et XVe siècles, Jean-Pierre Leguay, l’un des rares historiens à s’être intéressés à ces banquets et ces dons, a bien montré la richesse potentielle des archives des villes bretonnes dans cette perspective. D’autres institutions comme les chambres des comptes, les états provinciaux ou les chambres de commerce offrent des sources comparables pour l’Ancien Régime. A l’époque contemporaine, les menus de banquets donnés lors de la réception d’hôtes illustres ou d’une célébration locale sont aussi parfois conservés dans les archives communales, départementales ou dans des fonds privés, éclairant une forme de valorisation des cuisines régionales. Les archives comptables de nombreuses institutions de pouvoir dans la ville recèlent sans doute encore des sources susceptibles d’éclairer la gastronomie urbaine même si leur repérage reste une tâche délicate.

Cette journée d’études a donc pour premier objectif de présenter les fonds disponibles (pour l’ensemble de la période envisagée en particulier pour les XIXe et XXe siècles dont les fonds sont démultipliés), la matérialité des archives (menus illustrés, par exemple) et les méthodes d’analyses qui pourraient être mises en œuvre (comme une enquête nationale sur les présents honorifiques des corps de ville et des municipalités). Le second objectif de cette journée est de mettre en lumière l’intérêt de ces banquets et des ces présents de bouche pour l’histoire des consommations alimentaires festives et de la valorisation des productions locales (produits des terroirs). Dépassant les simples recettes des livres de cuisine qui donnent avant tout accès à une histoire des normes alimentaires, ces sources, trop souvent négligées, permettent de saisir des pratiques alimentaires effectives dans la longue durée. Il s’agira aussi de mieux comprendre la place tenue par l’alimentation dans la représentation des pouvoirs urbains et dans le fonctionnement des réseaux politiques à travers l’étude des bénéficiaires, des circonstances de ces repas et de leur cérémonial.

Afin d’apporter un éclairage nouveau sur ces archives et sur leurs apports, cette journée souhaite donc réunir des archivistes, les mieux à même de connaître les fonds et les ressources potentielles, et des historiens aussi bien intéressés par l’histoire urbaine, l’histoire des institutions que par l’histoire de l’alimentation. Ces regards croisés devraient permettre de mettre en valeur l’intérêt de ces banquets et de ces dons pour l’histoire des villes et de l’alimentation. Ils pourraient aussi offrir des outils de réflexion sur les ressources que ces archives peuvent représenter aujourd’hui dans la valorisation du patrimoine gastronomique des villes françaises.

Axes thématiques

Les thèmes suivants pourront notamment être abordés (cette liste n’est évidemment pas exhaustive) :

–       Les archives disponibles, leur matérialité, leur classement, leur conservation.

–       Les initiateurs, les motifs, les lieux, le déroulement, les rituels et l’organisation matérielle des banquets.

–       Le rôle politique et social des présents honorifiques et des banquets.

–       Le poids financier de ces dépenses de bouche.

–       Des sources pour une étude de l’alimentation festive.

–       La valorisation des produits locaux à travers ces présents et ces banquets.

–       Archives et promotion du patrimoine gastronomique local aujourd’hui.

Responsable scientifique

Philippe Meyzie, maître de conférences en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne, CEMMC, membre junior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à Léa (l’Equipe Alimentation de l’Université François Rabelais de Tours).

Comité scientifique :

Marc de Ferrière le Vayer, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours,  chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

Michel Figeac, Professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, Directeur du CEMMC

Bruno Laurioux, Professeur d’histoire médiévale, Université Versailles Saint-Quentin, Directeur du conseil scientifique de l’IEHCA

Frédéric Laux, Directeur des Archives municipales de Bordeaux

Sandrine Lavaud, Maître de conférences en histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne, Ausonius

Philippe Meyzie, Maître de conférences en histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, CEMMC

Agnès Vatican, Directrice des Archives départementales de la Gironde

Jean-Pierre Williot, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours, directeur de Léa (L’Equipe Alimentation)

Journée d’études organisée avec le soutien de :

–       -La chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

–       –L’Equipe Alimentation (Léa) de l’Université François Rabelais de Tours  

–         L’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA) 

 

 

Les propositions (résumé de 500 mots maximum) seront envoyées accompagnées d’un bref CV avant le 1er décembre 2015 à l’adresse suivante : Philippe.Meyzie@u-bordeaux-montaigne.fr


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Je te remercie pour ce post !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *