Compte rendu : Mathilde Larrère, L’urne et le fusil. La garde nationale parisienne de 1830 à 1848, Paris, PUF, 2016, 329 p. (Aurélien Lignereux)

Mathilde Larrère, L’urne et le fusil. La garde nationale parisienne de 1830 à 1848, Paris, PUF, 2016, 329 p.

Compte rendu par Aurélien Lignereux.

Une heureuse résurgence : c’est ainsi qu’apparaît ce livre tiré d’un doctorat soutenu en 2000 et que l’on ne pouvait apprécier que par le biais de quelques articles. Seize ans plus tard, c’est dans un tout autre paysage historiographique que cette thèse refait surface. Est-elle encore en mesure de l’irriguer ? Dans l’intervalle, la bibliographie sur Paris s’est densifiée tout comme l’histoire politique de la période, et la dynamique perdure (G. Franconie, Le Lys et la Cocarde : la construction d’une dynastie nationale sous la monarchie de Juillet, 1830-1848, doctorat, 2015). Les études sur le maintien de l’ordre ont connu un véritable boom ; il n’y a guère que la garde nationale, malgré la tentative de synthèse de Roger Dupuy (2010), à ne pas en avoir bénéficié. Un effort d’actualisation a donc été consenti pour cette publication, en dépit de lacunes et d’approximations, dont certaines relèvent de la coquille – ainsi Fabien Cardoni, auteur d’une monographie sur la garde de Paris entre 1848 et 1871 (2008) devenu Fabrice (p. 293 et 322). Il est vrai du reste que tout ce qui vient d’être fait sur la professionnalisation des forces de l’ordre, sur leur insertion sociale ou sur la gestion de l’ordre de la rue (Arnaud-Dominique Houte, 2010 ; Quentin Deluermoz, 2012) s’avère d’une utilité médiocre au vu de l’axe très politique qui structure le présent ouvrage et que dictaient les sources. Le reliquat qui nous est parvenu condamne à laisser dans l’ombre, entre autres, la contribution des gardes nationaux au service d’ordre quotidien.
L’histoire que livre Mathilde Larrère semble la seule possible en l’état des archives : comme l’auteur, le lecteur devra faire son deuil d’une approche sociale (p. 10), ce qui ne veut pas dire, et c’est la force de l’ouvrage, que n’apparaissent pas les options entre plusieurs mémoires et modèles de l’institution, ni les virtualités qui présageaient d’autres histoires possibles que celle à laquelle ont donné forme les doctrinaires de la Monarchie de Juillet. Soulignons d’ailleurs qu’il y aurait pu même ne pas y avoir d’histoire de la garde nationale à Paris entre 1831 et 1848, du moins pas d’autre histoire que celle de sa dévitalisation comme en province, car c’est finalement son maintien qui constitue une surprise tant il semblait tentant pour le parti de la Résistance de terminer la révolution en effaçant l’un de ses emblèmes. C’est en effet une autre contrainte à laquelle expose la garde nationale : son existence est si indexée sur l’événementiel révolutionnaire qu’elle se déroule par intermittences. Seule exception dans ce cadre hachuré, se détache la séquence plus stable du Paris de 1830 à 1848, durant laquelle quelque 50 000 habitants y servent régulièrement. Sous cet angle resserré, la monographie remplit sa fonction documentaire : ainsi se trouve démentie l’idée, formulée et diffusée sur la base d’un hapax, d’élections dans la garde comme lieu d’apprentissage de politique et d’anticipation d’un cadre plus démocratique (p. 181-182).
Offrant en définitive une histoire de la Monarchie de Juillet au miroir de la garde nationale, l’ouvrage est résolument chronologique. Il s’ouvre sur une synthèse bien nécessaire vu que la garde nationale de juillet 1830 est l’héritière de la garde bourgeoise formée le 13 juillet 1789, sachant qu’il s’agit là d’une histoire réactivée en 1830, lourde d’ambiguïtés puisque l’option fondamentale date de l’exclusion des citoyens passifs en juin 1790. L’exercice n’est pas sans angles morts – ainsi le rapport aux Fédérés de 1815, à la fois repoussoir et chaînon manquant de cette histoire. L’essentiel ici était de souligner l’exploitation par l’opposition de la suppression de la garde en 1827. De fait, les récits consensuels des Trois Glorieuses célèbrent non pas une milice citoyenne sortie de l’insurrection mais l’ancienne garde, dont l’apparition tardive et régulatrice est sublimée en force combattante (chap. II). Encore fallait-il faire pièce aux alternatives républicaine et lafayettiste qui promouvaient, non sans nuances, la garde nationale en organisation de la Nation armée. Les nouvelles autorités en filtrent la composition : il n’est ainsi livré de fusil qu’au garde qui possède son uniforme, c’est-à-dire en mesure de payer 175 fr. La reprise en main s’opère de décembre 1830 à mars 1831 : le poste de commandant général que détenait La Fayette disparaît ; l’artillerie sanctionnée pour sa fronde lors du procès des ministres, est dissoute ; les prolétaires sont exclus et les colonels à nouveau nommés par le roi (chap. II-III).
Parce qu’elle répond désormais à leur souhait de disposer d’une institution locale, formée de propriétaires auxquels il n’est pas possible de se faire remplacer, parce qu’elle sous contrôle (chap. V), les doctrinaires veillent au maintien des effectifs de la garde via les conseils de recensement. Il est vrai qu’elle assure à peu de frais l’ordre urbain parce que le coût en retombe sur ses membres et sur la ville de Paris (4 à 3 % de son budget). Au-delà, elle répond au souci de Guizot de saisir et de mettre en forme la dynamique sociale : les vrais moyens de gouvernement sont au sein de la société elle-même (chap. IV). La conduite de la garde nationale au fil des événements (des journées de juin 1832 à celles de mai 1839) valide ce pari : l’institution reste le marqueur d’un ordre légitime et consenti (chap. VI). La révision stratégique des républicains à partir de 1840 pousse cependant le régime à renoncer à instrumentaliser la garde nationale. La distance ainsi creusée joue son rôle dans la tournure des 22-24 février 1848 (chap. VIII). Enfin, quelques jalons bibliographiques sur juin 1848 et sur la Commune rappellent qu’à l’heure du suffrage universel, la garde nationale n’est plus source de légitimité.
Au sein de cette histoire politique de l’usage des images d’une institution, le chapitre « Bourgeoise(s) en armes » (chap. VII) tient une place à part. On y trouvera en effet des matériaux d’histoire sociale propres à contredire le modèle rhétorique d’une garde bourgeoise, lieu de réunion des classes et de sacre des notables. Des pratiques de distinction s’observent entre compagnies (lustre de la musique de la légion et du tambour-major), favorisées par la géographie sociale de Paris et accentuées par le déplacement des élites vers l’ouest de la ville ; inversement, les arrondissements du centre s’affranchissent du patronage des élites au profit d’un entre-soi petit-bourgeois propice à la sociabilité du poste de garde et du banquet, et dispensateur de considération pour ceux qui accèdent au port de l’épaulette.
Sans doute cette importante contribution aux modèles de citoyenneté et à la mémoire des révolutions offre-t-elle malgré tout peu de choses par rapport à ce qu’une telle institution promettait d’éclairage sur la société urbaine. Mais que dire de l’élection d’officiers dont on ne connaît pas même les listes ? Quel soubassement prosopographique espérer lorsqu’il faut se contenter d’une esquisse de sociologie de 26 capitaines de compagnie (p. 226) ? Cette vue d’ensemble, tardive et qui laisse espérer la publication d’autres chaînons manquants à l’origine de notre connaissance des systèmes policiers (pensons à Jean-Luc Lafont pour Toulouse au siècle des Lumières), prépare le terrain, il faut le souhaiter, à des recherches, qui, descendant à l’échelle d’un quartier, mobilisant d’autres sources (sommiers fonciers, etc.) restituerait finement l’univers social de la garde, à la manière dont nous connaissons le personnel des sections révolutionnaires ou dont Olivier Ihl individualise tout un monde derrière la barricade du Faubourg-du-Temple de juin 1848 (La Barricade renversée. Histoire d’une photographie, 2016).


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *