Compte rendu: Marie-Claude Marandet (sous la direction de), La ville et le plat pays XIIIe-XVIIIe siècles, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2016. (Mathieu Beghin)

Marie-Claude Marandet (sous la direction de), La ville et le plat pays XIIIe-XVIIIe siècles, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2016, 436 p. (Mathieu Beghin)

Cet ouvrage, issu d’un colloque tenu en 2013 à l’Université de Perpignan Via Domitia, a pour vocation d’analyser les relations diverses, et souvent complexes, qu’a entretenu la ville préindustrielle avec son arrière-pays. Dans son avant-propos, l’éditrice annonce son désir de regrouper un large choix de thématiques (échanges économiques, relations culturelles, flux migratoires, etc.) sur un temps long (XIIIe-XVIIIe siècles) pour aborder au mieux les liens de subordination entre la ville et son plat-pays, ainsi que leurs évolutions. Désirant dépoussiérer les études consacrées aux rapports ville-campagne, ce colloque a ouvert ses portes aux jeunes chercheurs et, bien que l’essentiel des contributions porte sur le bassin méditerranéen – zone d’étude privilégiée par le laboratoire organisateur (le CRHISM) –, plusieurs articles permettent une comparaison avec des modèles plus septentrionaux (C. Xandry, I. Guégan et F. Poncet) ou orientaux (B. Osswald). Outre la réunion d’historiens de l’urbain et du rural, l’intérêt de cet ouvrage est de proposer un solide bilan historiographique (18 pages !) de la question. Il est cependant regrettable que l’intérêt pour le faubourg, pourtant espace de transition entre les territoires urbains et ruraux, ait aussi peu retenu l’attention.

Organisé autour d’un avant-propos, de dix-sept articles et d’une conclusion, l’ouvrage est de bonne facture et contient une cartographie de qualité. Il se divise en deux parties, l’une consacrée aux études médiévales (sept) et l’autre, à celles de l’époque moderne (dix). Cette dernière comportant aussi quatre études transversales entre ces deux grandes périodes historiques, un découpage thématique aurait été préférable. Suggéré en conclusion (E. Fabre), celui-ci servira ici d’appui pour la présentation du contenu de l’ouvrage.

Le premier axe qui se dégage porte sur le lien de subordination entre la ville et ses campagnes. L’étude des documents de la gestion domaniale (estime, compoix et cadastre) témoigne de la volonté de l’administration urbaine de contrôler l’organisation du monde rural pour en dégager le maximum de profit, surtout dans un contexte de reconstruction d’après-guerre (M.-T. Lorcin, B. Osswald et B. Jaudon). Bien que la ville apparaisse comme le débouché le plus important pour les productions rurales (L. Castellani et F. Ponet), le dynamisme des campagnes permet d’éviter une domination du monde urbain au profit d’une influence forte (L. Castellani, I. Guégan et T. Salemme). En revanche, lorsqu’il existe un contrôle majoritaire des propriétés foncières et des moyens de production, ainsi qu’un droit de servitude sur la population des campagnes, la ville exerce une emprise écrasante (B. Osswald). L’aspect législatif apparaît aussi comme une question majeure car jusqu’à la fin de l’époque moderne, le périurbain est un « espace policé » par la ville (J.-L. Laffont) dans lequel les citadins et les ruraux sont généralement soumis aux mêmes droits (D. Deleville). En exemptant les habitants de la ville de taxes et d’obligations militaires mais en y contraignant ceux de sa campagne, la cité de Ioânna atteste aussi l’existence de modèles administratifs différents (B. Osswald).

L’influence du monde urbain se manifeste de différentes façons et met en scène plusieurs acteurs. Alors qu’elle peut externaliser une partie de ses fonctions en extra muros (C. Xandry), l’administration de la ville semble peu investir dans le développement de ses campagnes (J.-L. Laffont). Les plus nombreux protagonistes habitent la ville (70 % des investisseurs de l’arrière-pays de Perpignan) et sont nobles ou religieux (18 % en Lauragais), bourgeois ou artisans, riches paysans laboureurs (30 % en Lauragais) ou simples jardiniers et vignerons (E. Capet, C. Puig, M.-C. Marandet, S. Lavaud). Le plus souvent, l’action des citadins se résume en l’achat, la location, la création et/ou la remise en état de parcelles et d’équipements de production (M.-T. Lorcin). Bien que le crédit urbain ait permis l’émergence d’une élite locale de paysans et d’artisans spécialisés, il contribue aussi au surendettement des ruraux qui, dans bien des cas, doivent céder leurs parcelles à bas prix en gage de leur remboursement (D. Deleville, M.-T. Lorcin, M.-C. Marandet et S. Olivier). Le plus souvent, les intérêts familiaux et politiques se confondent car l’engagement des citadins relève à la fois d’une visée spéculative et d’une volonté de prestige social (E. Capet et M.-C. Marandet). Par ce procédé, certains investisseurs urbains s’enrichissent rapidement en orientant les productions rurales pour contrôler l’ensemble d’un processus de fabrication, tels ceux de la laine (M.-C. Marandet) ou du genêt (S. Olivier). Cette emprise concerne aussi la production céréalière, autant pour le marché local que pour celui de l’exportation (D. Deleville). En Italie, certaines familles seigneuriales vont plus loin en prenant le contrôle du contado par la force pour s’imposer politiquement dans l’administration urbaine (T. Salemme).

Les interactions évoquées modifient le faciès de la ville à plusieurs égards. L’activité maraîchère de Perpignan contribue ainsi à l’aménagement d’une importante zone horticole autour de la ville, tandis que Bordeaux et Reims constituent des vignobles et que Strasbourg développe des champs de tabac (S. Lavaud, C. Puig et C. Xandry). L’exploitation de ces espaces nécessite une main d’œuvre saisonnière mais abondante qui, en Italie, participe à l’émergence de nouveaux faubourgs (E. Canepari). L’influence d’une population massive et plus ou moins résidente s’observe aussi dans les villes de garnison (L. Castellani). Outre le fait que ces populations contribuent au bon fonctionnement économique de la ville, elles y permettent un renouvellement démographique et un développement des équipements religieux et hospitaliers (E. Canepari et L. Castellani), alors que l’investissement citadin à la campagne améliore l’habitat rural (M.-T. Lorcin) et fait émerger une industrie spécialisée bénéficiant des avancées techniques du monde urbain (S. Olivier).

L’ensemble de l’ouvrage, fidèle à l’objectif annoncé, dresse un constat qui met en lumière l’interdépendance de la ville et de son plat-pays. Bien qu’elle fût plus ou moins importante selon le contexte, les échelles et les lieux étudiés, son existence est partout attestée dans les domaines économique, démographique et morphologique. Conscient que cet ouvrage n’est pas parfait, son éditrice souligne, à juste titre, le mérite d’avoir su réunir un groupe de chercheurs pour dégager des axes d’études majeurs et d’avoir mis en perspective un certain nombre de thématiques à approfondir pour les recherches à venir. Ce dernier point est d’autant plus important que les connexions ville-campagne, qui sont au cœur des réflexions de l’aménagement actuel, demandent une bonne connaissance des relations passées.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *