Compte rendu : Boris Bove, Quentin Deluermoz, Nicolas Lyon-Caen, Le gouvernement des parisiens, Paris, ses habitants et l’Etat, une histoire partagée, Paris Musées, 2017, 183 p. (Danielle Tartakowsky)

Boris Bove, Quentin Deluermoz, Nicolas Lyon-Caen, Le gouvernement des parisiens, Paris, ses habitants et l’Etat, une histoire partagée, Paris Musées, 2017, 183 p. (Danielle Tartakowsky)

Écrire l’histoire politique d’une ville sans la réduire à celle de ses institutions et de ses édiles n’est pas chose aisée. Les risques sont accrus lorsqu’il s’agit de la capitale d’un pays centralisé, concentrant en elle, de longue date, le siège du pouvoir central ou nombre de ses attributs et de larges pans des ressources économiques et culturelles du pays. Malgré une bibliographie pléthorique, la plupart des ouvrages s’essayant à une histoire politique de Paris déployée dans sa longue durée basculent, de ce fait, rapidement dans une histoire qui se confond avec celle de la France, au détriment des spécificités de cette ville-capitale.

L‘ouvrage écrit par Boris Bove, Nicolas Lyon-Caen et Quentin Deluermoz, éminents spécialistes du Paris médiéval, moderne et contemporain ou de tel de ses aspects vient à ce titre combler un manque en s’essayant avec succès à une approche qui sait combiner la complexité des enjeux à l’accessibilité à un large public.

Cet ouvrage s’inscrit dans le prolongement d’une exposition qui s’est tenue à l’Hôtel de ville de Paris du 22 avril au 22 juillet 2017. Cette exposition dont les auteurs étaient les commissaires réunissait près de 300 œuvres, souvent fort rares, issues des collections des musées du Louvre, d’Orsay, du Petit Palais et des Archives nationales et, pour le plus grand nombre, du Musée Carnavalet qui rouvrira ses portes en 2020 au terme d’une profonde rénovation. Les commissaires avaient choisi d’organiser ces œuvres-documents selon une double approche : une traversée chronologique guidait le visiteur de la ville médiévale du XIIe siècle, dominée par ses clochers qui disent l’emprise initiale des seigneuries ecclésiastiques, à l’élection de Jacques Chirac en 1977, après près de 180 années durant lesquelles Paris a dû à ses irruptions houleuses dans l’Histoire d’avoir été soumis à un statut d’exception la privant d’un maire élu, 1848 et 1870 exceptés. L’exposition devenait ensuite thématique aux fins de mieux appréhender certaines logiques de longue durée en matière d’administration du quotidien et d’emprise du pouvoir central sur la ville. L’ouvrage reprend globalement ce plan propre à charpenter solidement son fil directeur tout en croisant conjonctures et longue durée et en évitant un événementiel dans lequel la ville et ses acteurs auraient risqué de se perdre. Après la genèse des pouvoirs dans la ville, il aborde ainsi son administration au quotidien, en refaisant là la part belle aux processus lui ayant permis de se « policer » et aux modalités de construction et d’affirmation de la communauté permettant la conscience d’une identité collective. Puis il s’attache, dans une troisième et dernière partie, aux interactions entre la ville et l’État, depuis l’emprise foncière du pouvoir central et ses conséquences sur l’urbanisme jusqu’aux atouts que ces interactions constituent pour chacune des forces en présence (de la fiscalité au capital social) en passant par les journées, mouvements et révolutions ayant rythmé son histoire (on nous permettra de rappeler que le terme d’« accords de Grenelle », en 1968, constitue une inexactitude malheureusement répandue. Ce texte que les syndicats ne ratifient pas est intitulé « protocole »).

L’ouvrage, intitulé comme l’était l’exposition, Le gouvernement des Parisiens, Paris, ses habitants, l’État introduit une pluralité d’acteurs en permanentes interactions, selon des configurations longtemps instables qui vont de la concurrence, propre à dégénérer en affrontements, fréquents à l’échelle du millénaire, à la collaboration qui si elle est aujourd’hui la norme, n’exclut pas d’occasionnelles contradictions perpétuées. Cette approche en termes de co-construction vaut à l’ouvrage de relever souvent d’une histoire socio-économique du politique, et, s’agissant de l’époque médiévale, d’une histoire de la construction de l’État par en bas. C’est assez dire que cet ouvrage de vulgarisation s’appuie solidement sur les apports historiographiques les plus récents, dont ceux de ses auteurs, présentés dans une utile bibliographie qui peut permettre au lecteur curieux de poursuivre.

L’ouvrage qui n’est pas un catalogue stricto sensu a, du moins, su tirer le meilleur parti de ses origines, attestées par la présence en ses pages de près de la moitié des œuvres exposées. La très grande qualité des reproductions rend d’autant plus dommageable une maquette qui s’interdit tout espace de respiration, jusqu’à donner parfois un sentiment d’asphyxie. Mais passons outre.

Ces œuvres d’un extrême intérêt ne sont jamais traitées comme de pures illustrations et constituent souvent le cœur de la démarche, en conférant une matérialité à des questions trop souvent traitées de manière par trop abstraite. Les auteurs ont, en effet, su articuler des développements linéaires, prenant appui sur telles d’entre elles, qui permettent d’asseoir solidement leur démonstration et d’autres qui l’approfondissent à partir une analyse circonstanciée d’une série de documents et autorisent des développements sur tel aspect jugé central sans jamais dévier de la thèse centrale.

Quelques exemples, retenus de manière totalement subjective. L’étude des évolutions qu’ont connu les armoiries de la capitale (p. 76 à 80) montre le poids constitutif de la Seine et l’empreinte des « marchands sur l’eau » et les enjeux de pouvoirs qu’elles recèlent, lui valent d’évoluer jusqu’à des dates tardives. La place du travail et son rôle dans la construction des communautés sont abordés via de précieux documents concernant la corporation des bouchers. Les gravures consacrées à la place de grève et à l’hôtel de ville permettent de traiter d’un paradoxe, révélateur de ces mêmes enjeux de pouvoir : le bâtiment, pour être au cœur et prestigieux ne s’est, en effet, jamais affirmé pour une image de la ville[1], en le cédant à autres édifices ou, s’agissant des pratiques, à d’autres lieux[2]. La révolte d’Etienne Marcel figurée dans un manuscrit du XIVe siècle et dans un très étonnant tableau de Lucien Mélingue (1879) permet d’aborder les enjeux de représentations et les réécritures qu’ils autorisent après la victoire républicaine. Sans que cette mise en scène républicaine d’un peuple de Paris déjà victorieux d’une monarchie qui ne survit que parce qu’il la protège ne suffise à mettre un terme au statut d’exception qui la frappe. Bien au contraire, serait-on tenté d’écrire.

Cette coopération réussie entre institutions culturelles et historiens de « périodes » par trop souvent cloisonnée a généré de la sorte un ouvrage utile autant qu’original méritant d’être salué.

 

[1] Isabelle Backouche, Boris Bove, Robert Descimon et Claude Gauvard (sous la direction de), Notre-Dame et l’Hôtel de Ville, Incarner Paris du Moyen Age à nos jours, Publications de la Sorbonne, Homme et société, 2015.

[2] Danielle Tartakowsky (sous la direction de), Paris manif’ – Les manifestations de rue à Paris de 1880 à nos jours, Rennes : PU Rennes, 2011.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *