Cyprien Alfred-Duprat, Bordeaux… un jour ! Postface de Marc Saboya, Bordeaux, Archives municipales et Société archéologique, éditions Le Festin, octobre 2011, 144 p., un CD-Rom. (Sylvain Schoonbaert)

On ne peut qu’être séduit par cette pimpante réédition commentée (c’est une première) du Bordeaux… un jour ! de Cyprien Alfred-Duprat, ouvrage urbanistique d’une grande beauté, mais surtout d’un grand intérêt heuristique, publié en 1929 par cet architecte et urbaniste bordelais qui œuvra beaucoup dans la capitale girondine à la suite de son père Bertrand, à qui il dédia d’ailleurs son ouvrage. En effet, les projets de ce maître d’œuvre illustrent tout un pan de l’histoire de l’urbanisme ou de la voirie de cette ville, et ils alimentent toujours, même inconsciemment, ceux qui l’ignorent, les projets actuels, tant ils apparaissent justes et anticipatifs. Un texte plus rare encore corrobore cette idée et accompagne cette réédition : Bordeaux Visions d’avenir, publié après une conférence donnée pour la municipalité en 1930.

L’ouvrage est intéressant à plus d’un titre. Ce n’est pas, tout d’abord, un reprint austère et réservé aux savants ou aux collectionneurs, mais au contraire une présentation nouvelle des deux textes originaux, mise à la portée du plus grand nombre, intéressés et spécialistes compris. Il faut donc souligner l’originalité de cette ambition des éditions du Festin qui œuvrent, à travers leurs publications[1], pour une large diffusion du patrimoine régional aquitain, superbement servie par le talent du graphiste Franck Tallon qui a utilisé tous les contenus des sources disponibles pour les livrer sous un jour très actuel, en respectant l’esprit, c’est-à-dire également la lettre – le texte –, les lettrines, les gravures et les dessins originaux de l’auteur. La couverture de l’ouvrage aux reflets argentés présente ainsi sur un fond bleu cyan reprenant en filigrane le motif art déco d’une ferronnerie dessinée par l’architecte pour la Maison cantonale de La Bastide (p. 87-91), le projet d’un palais du commerce, dans un cartel ovale tronqué – discrète référence au style Louis XVI qui imprègne toute la morphologie urbaine –, d’où surgit sur les quais un gratte-ciel qui détrône la colonne des Girondins, afin de magnifier la modernité espérée alors pour la cité girondine.

L’ouvrage est ainsi agrémenté de belles et nombreuses illustrations en couleur qui ne figurent pas dans les éditions originales. Et l’on doit saluer ici la qualité du travail des Archives municipales de Bordeaux qui ont mis à la disposition du public, le plus large des reproductions, y compris numériques, d’un fonds iconographique inconnu des profanes. La numérisation de ce fonds privé a d’ailleurs fait l’objet, avant cette publication, d’un projet pédagogique de type « Monumérique» [2], dont le CD-Rom joint présente malheureusement trop rapidement l’ensemble des sources et des contenus[3].

On regrette, à ce propos, que certaines figures ne soient pas titrées ou commentées à l’égal des autres. Le « Bassens futur » de la p. 126 ou encore l’énigmatique amphithéâtre de la p. 123, le projet du cours de l’Intendance de la p. 129 et la vue des Quinconces de la p. 143 interpellent ainsi.

Sur le fond, la modeste et érudite contribution de Marc Saboya est un choix éditorial fort qui fait la part belle à la source avant son commentaire. Elle occupe justement près de 25 pages sur 144 afin d’éclairer et de synthétiser les propos d’Alfred-Duprat. L’historien donne les clés de lecture des sources qui permettent d’en comprendre la profondeur historique, urbanistique et toute la portée actuelle.

« Bordeaux, ville superbe – et, après Paris, la première de France, car on y vit mieux que partout ailleurs » (p. 9). Ces propos de Casanova de Seingalt ouvrent l’éloge de l’architecte pour sa ville, qu’accompagne une épigraphe savante d’Honoré D’Urfé dans L’Asiré : « … UN JOUR me semble parler d’une chose qui est encore bien esloignée – car c’est ainsi que nous avons accoustumé de dire, quand nous souhaitons de voir quelquefois arriver ce qui nous semble trop long à venir… » Le titre dit tout le désir de modernité urbanistique que l’architecte rêve pour sa ville.

Ce « grand rond » autour de la cathédrale et ces prémisses de Mériadeck (p. 16-19), ce nouveau port, cet aéroport des quartiers du Lac et de Latule (p. 25-27), des quais (p. 30-33) ; ce palais du commerce place Lainé (p. 36), ces palais et ce parking des Quinconces (p. 62-67), ce nouveau lotissement du Parc Bordelais, trop étriqué (p. 7) ; ce nouveau pont de pierre (p. 40), ce zeppelin incongru installé en face de la Bourse, sur les piles d’un pont transbordeur obsolète (p. 135), ce revival de la statue de Louis XVI (p. 50-55), cette cité universitaire (p. 22-23), et l’on en oublie… Bref, ce grand plan général d’aménagement urbain de 1930 (p. 35 & 39), qu’Alfred-Duprat anticipe pour Bordeaux[4], pourtant plus de deux décennies après la loi Cornudet (1919), et plus d’un siècle après celui de Pierrugues (1815), qu’il n’omet pas de mentionner (p. 12-13), offre des parallèles saisissants avec le développement que la ville a connu depuis jusqu’à nos jours.

En transformant – ou en rêvant de transformer – la ville classique des intendants du XVIIIe siècle, quitte à en détruire des monuments majeurs, ou à en renouveler complètement l’environnement, mais pas l’imaginaire – ainsi porte de Bourgogne, de Dijeaux ou d’Aquitaine (p. 43-45), place du Marché des Grands-Hommes (p. 76-79) –, l’architecte et urbaniste, fasciné par la vitesse, les automobiles, les avions, les aéroplanes (p. 141), nous révèle des visions d’une justesse qui n’est pas du domaine de l’utopie.

On ne doit pas pour autant prendre pour argent comptant ces propositions, car elles furent appréciées par les édiles en des termes mesurés. Le maire, Adrien Marquet, salua ainsi la conférence du 6 janvier 1930 : « Avant que le mot ne fût à la mode, M. Duprat s’occupait déjà de cette architecture des villes qu’on appelle urbanisme. » Il préféra donner à ces propositions ruineuses, qu’il jugea pourtant comme « un excellent canevas », des suites modestes afin de faire de Bordeaux une ville plus moderne. De fait, la ville n’a jamais su s’adapter à la modernité, en n’ouvrant par exemple aucune voie nouvelle dans son centre ancien[5].

Ces « délices et dérives d’une utopie urbaine » (p. 119), posent autant de questions qui résonnent aux oreilles et se reflètent aux yeux des Bordelais aujourd’hui, lesquels ont de nouveau découvert les plaisirs et les travers de la modernisation et des transformations actuelles de leur ville. Au terme de cette lecture, Marc Saboya, citant Victor Hugo, nous rappelle que « l’utopie est la vérité de demain. » (p. 140) On peut se demander si elle ne manque pas cruellement à notre époque…

Un bel ouvrage, donc, à signaler pour une meilleure diffusion des connaissances sur l’histoire de Bordeaux et des villes depuis l’Entre-deux-Guerres.

Sylvain Schoonbaert


[1] La plus célèbre étant la revue éponyme.

[2] Projet pédagogique de numérisation des fonds à destination des jeunes publics, initié par le ministère de la Culture et les Archives de la Ville.

[3] Le contenu du Cd-Rom est excellent, mais les textes et les images défilent bien souvent à une vitesse telle qu’ils sont illisibles.

[4] Le plan officiel qui répondra à la loi Cornudet sera celui de l’architecte municipal Jacques d’Welles, largement inspiré par les conceptions d’Alfred-Duprat.

[5] Schoonbaert, S., « La « grande voie » de Bordeaux et le projet de Fernand-René Lapeyrère (1875-1905) », Revue archéologique de Bordeaux, Société archéologique de Bordeaux, t. C, 2009, p. 143-177.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *