AAC : Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Chers collègues, 

Veuillez trouver ci-dessous l’appel à communication pour le colloque international organisé par le LATTS et l’ISCC avec le soutien du LabEx EHNE et du Centre Alexandre-Koyré.

Il se déroulera à l’Institut des sciences de la communication (Paris) les 15 et 16 mars 2016.

 

Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

 

 

Appel à communications

 

Si la littérature tant historique que sociologique contient déjà un nombre conséquent de recherches qui scrutent les divers savoirs et pratiques dédiés à la gestion de l’urbain, force est de constater qu’on est moins bien servi si l’on s’intéresse aux systèmes d’information impliqués dans la construction, le développement et les usages de ces savoirs et pratiques.

 

Par leur caractère à maints égards original, voire spectaculaire, plusieurs évolutions technologiques récentes, comme le GPS, les cartographies numériques, les panneaux d’affichage en « temps réel » ou les « big data », risquent de nous faire oublier que les gestionnaires de l’urbain, qu’ils soient techniciens ou édiles, ont largement recouru depuis longtemps à des systèmes d’information plus ou moins sophistiqués – à savoir des systèmes socio-techniques composés d’hommes, de dispositifs matériels et d’institutions, qui produisent, stockent et utilisent en masse des données informationnelles – dans  leur effort pour maîtriser et gérer les effets de la « révolution » urbaine qui débute en Europe dès avant 1800, avant de se diffuser à l’échelle du monde au XXe siècle. Rappelons ainsi que le spectre de l’incendie déclenche à Londres dès le début du XVIIIe siècle un système de secours mis en place par les compagnies d’assurance alors que des dispositifs de gestion des noyades, pour la Tamise entre autres, se développent également à la fin des années 1770. De l’autre côté du canal cette fois, dans les années 1840, les ingénieurs des services techniques de la ville de Paris mettent en place un système d’information grâce auquel toutes les rues de la capitale et l’ensemble des immeubles parisiens sont munis d’une fiche individuelle décrivant leur état « hydraulique » (équipements, conditions d’abonnement…). Dans les premières décennies du XXe siècle, plusieurs compagnies de transports urbains aux États-Unis se lancent dans de grandes enquêtes pour collecter des données relatives à la mobilité des citadins, aux origines et destinations de leurs déplacements, avant de traiter les informations ainsi récoltées à l’aide des « machines de tabulation » de l’époque dans le but d’optimiser la forme et le fonctionnement de leurs réseaux. A partir des années 1950 et 1960, la mesure de la pollution de l’air devient systématique, notamment à Paris, grâce à un réseau de capteurs installés dans la ville. Les flux de données ainsi générés permettent de cartographier la pollution atmosphérique. La création d’Airparif (1979) institutionnalise cette gestion du réseau de surveillance de la qualité de l’air. Quant aux usages policiers de l’information sur les trafics –dans toute leur polysémie–, ils n’ont pas attendu l’installation de caméras de vidéosurveillance. On a enfin pensé à réinventer la ville et l’urbanité grâce aux réseaux de communication, pour recréer de la proximité et de la convivialité, peut-être bien depuis l’origine du téléphone et certainement avec le câble.

 

Et si le « passé » et le « présent » pouvaient s’éclairer mutuellement ? Tel est le pari qui anime le projet de ce colloque, qui se veut pluridisciplinaire, ouvert à la comparaison internationale et à l’étude des circulations transnationales, et qui entend aussi privilégier une perspective de longue durée. Historiens, géographes, sociologues et praticiens sont dès lors invités à se pencher sur l’histoire longue des systèmes d’information impliqués dans la gestion de l’urbain et à les soumettre, de façon prioritaire mais non exclusive, aux questionnements suivants :

 

1) Les caractéristiques et les usages des systèmes d’information

Il s’agit de dégager de grandes évolutions concernant les caractéristiques et les usages de ces systèmes d’information – lesquels, notons-le au passage, utilisent souvent pour fonctionner des réseaux urbains traditionnels, au premier rang desquels le réseau électrique –, telles que, par exemple, la montée en puissance du « temps réel », avec toutes les questions de calcul et de présentation de l’information afférentes.

 

2) Les acteurs

L’objectif serait ici d’identifier des grands déplacements concernant les systèmes d’acteurs (producteurs et utilisateurs) de ces systèmes d’information. A en juger par les évolutions observées sur une série de terrains, tels que celui des transports, on assisterait, par exemple, à un effacement progressif de la puissance publique comme acteur central, du côté de la production mais aussi des usages, « compensé » par la montée en puissance d’un ensemble d’acteurs privés qui ont su établir des rapports étroits avec le monde de la recherche (pensons à Google et à ses produits). Cette mise en retrait des pouvoirs publics laisse également le champ libre à des acteurs associatifs, parfois militants, qui développent des outils de mesure participatifs, en particulier dans une perspective environnementale.

 

3) Les conséquences de l’évolution de ces systèmes d’information sur les réseaux urbains eux-mêmes, leur conception, leur développement, leur exploitation, leur maintenance, leurs transformations…

On pense ici à une analyse du dialogue décisionnel qui se met en place en fonction des outils disponibles entre ces systèmes et le service assuré par le dispositif technique, à l’impact de ces systèmes sur les pratiques professionnelles et les métiers des réseaux urbains et de la ville, ou, encore, à la question de la formation de l’offre et la demande, par exemple, en termes de mobilité.

 

4) Les systèmes d’information comme « analyseurs »

Dotés de caractéristiques matérielles particulières, portés par des acteurs spécifiques, ces systèmes peuvent aussi témoigner à travers leur construction et leurs usages de mutations économiques, sociales et culturelles plus larges des sociétés urbaines. Nous pensons ici par exemple aux cartes nommées éloquemment « trip-desire charts », élaborées à partir des années 1940/50 dans le but de capter les souhaits des ménages américains en matière de déplacements urbains, et qui sont fondées sur une conception de l’individu libre de se déplacer comme il l’entend et aux aspirations duquel l’ingénieur doit répondre en fournissant les moyens techniques (infrastructurels) adéquats, dans cet exemple les autoroutes urbaines.

 

D’une durée de deux jours, le colloque donnera lieu à une publication collective sous la forme d’un numéro spécial de la revue Flux.

 

Les propositions de communication (d’une durée de 20 minutes) sont à soumettre à l’adresse suivante avant le 15 octobre 2015:

sysinfogeslur2016@cnrs.fr

Chaque proposition (en anglais ou en français) devra inclure un titre et un texte de proposition (400 mots maximum) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications).

Une réponse sera donnée aux auteurs avant le 30 novembre 2015.

 

Contacts :

Konstantinos Chatzis : chatzis@enpc.fr

Arielle Haakenstad : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

 

 

Comité scientifique :

Denis Bocquet (ENSAS), Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne), Ana Cardoso de Matos (Universidade de Evora), Konstantinos Chatzis (LATTS), Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne), Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne), Valérie November (LATTS), Antoine Picon (LATTS, Harvard University), Marie Thébaud-Sorger (Centre Alexandre Koyré), Pascal Ughetto (LATTS).

Appel à communications: “La ville et ses personnages illustres”, journées de la SFHU, 21-22 janvier 2016

Congrès de la Société française d’histoire urbaine

Jeudi 21 janvier –vendredi 22 janvier 2016

Strasbourg

La ville et ses personnages illustres

de l’Antiquité au XXIe siècle

Appel à communications

Résumé

Les hommes et femmes illustres sont au centre de la fièvre commémorative qui s’est emparée des acteurs de la vie publique. Ils sont dans le même temps objets de réflexions historiographiques, qui s’attachent à montrer la construction historique de figures légendaires, ou encore à explorer les expériences de vie d’illustres inconnus.

Or, les villes participent étroitement aux phénomènes de distinction et de célébration des hommes et femmes du passé, ce qui a été jusqu’à présent peu mis en relief. « Aux grands hommes [et femmes], [la ville] reconnaissante » ? Ce colloque propose d’explorer, de façon systématique, pluridisciplinaire et sur la longue durée, le lien dialectique entre les villes et leurs grands hommes en tous genres.

Annonce

Société Française d’Histoire Urbaine

Université de Strasbourg – EA 3400-ARCHE

Argumentaire

La dénomination des rues, et par extension des édifices publics, relève de la compétence des communes de plus de 2 000 habitants, en vertu du code général des collectivités territoriales (décret 94-1112, du 19 décembre 1994). Le conseil municipal est ainsi le seul habilité à honorer ou à commémorer par ce biais des événements, des lieux ou des personnalités. Il peut cependant, s’il en ressent la nécessité, consulter la population communale sur les choix envisagés. Laquelle peut, de son côté, pétitionner pour demander l’attribution d’un nom de rue. Peu de limites sont posées à cette faculté des villes ; suite à plusieurs litiges1, elles ont tout juste été invitées à ne pas désigner une personnalité vivante et à ne pas « porter atteinte » par leur choix « à l’image de la ville ou du quartier concerné ».

La Ville est ainsi désignée comme l’un des acteurs majeurs de la fabrique d’illustres personnages, hommes ou femmes. Si les gouvernements urbains contribuent à alimenter la réputation d’individus, dont d’anciens enfants de la cité, ils sont aussi garants d’une identité collective (« l’image de la ville ») qui doit fixer une ligne de conduite dans les entreprises de commémoration toponymique.

Prenant acte de l’étroitesse du lien qui existe entre les villes et la reconnaissance des grands hommes et femmes, le 18e Congrès de la Société Française d’Histoire Urbaine propose d’en explorer les ressorts.

Ce lien n’est pas le propre des temps contemporains. Déjà, au haut Moyen Âge, les hagiographies exaltent des saints évêques qui incarnent la cité et constituent le ferment d’une communauté civique. Puis les éloges urbains de la Renaissance intègrent dans leurs évocations de villes un passage consacré aux personnalités de la cité.

Les hommes et femmes illustres marquent l’espace urbain des places, parcs, jardins et édifices publics. Ils sont rendus manifestes par des noms de rue2, des plaques commémoratives, des monuments, voire des fêtes et intéressent en cela les historiens de toutes les périodes, mais aussi les historiens d’art, les littéraires, les architectes et les urbanistes…

– Une première voie d’accès à la thématique du Congrès est de s’intéresser aux hommes et aux femmes dont les villes font mémoire.

Les villes, et ce à l’échelle mondiale, sont porteuses de marques de distinction qui embrassent un large spectre de personnalités, d’envergure locale à nationale. Parmi ce vaste ensemble d’hommes et de femmes plus ou moins illustres, il conviendra de se focaliser avant tout sur les acteurs mêmes de la ville. Quelle est proportionnellement leur place dans l’entreprise de commémoration ? Quels furent les profils retenus par les villes à travers l’histoire : simples natifs ou résidents, fondateurs, architectes et bâtisseurs, urbanistes, gouvernants, notables… ?

Dans une perspective d’histoire du genre, on pourra aussi considérer la part des femmes et les types de marqueurs spatiaux auxquels elles sont attachées.

Si l’actuelle législation relative à la dénomination des rues écarte la distinction de personnalités en vie, les pouvoirs publics urbains ont et avaient d’autres moyens de distinguer les mérites de certains concitoyens de leur vivant. Il s’agira dans ce cas de sérier les profils concernés et la nature des marques de reconnaissance.

Ces hommes et femmes esquissent-ils, dans leur ensemble et à une époque donnée, une image singulière de chaque ville ? Renvoient-ils au contraire à un tableau stéréotypé du monde urbain d’une époque ? Au terme de l’analyse, on pourra ainsi se demander si, de la multiplicité d’hommages, émergent des figures tutélaires durables de la Ville.

Afin de mieux dépasser les individualités, une place a parfois été accordée à des allégories personnifiées, telle l’Argentina qui surplombe à nouveau le Palais Universitaire de Strasbourg. Au-delà de simples figures artistiques, ces personnages fictifs ont-ils pu être des vecteurs d’identification à la ville, comme la Marianne l’est à la République française ?

De l’approche biographique des acteurs urbains célébrés par les villes peut découler un questionnement sur l’exploitation, par l’historien, des indices mémoriaux biographiques conservés dans la ville. Permettent-ils d’écrire une histoire urbaine ? Font-ils vraiment émerger les acteurs opérationnels de la ville ?

On s’interrogera en outre sur le nombre, l’abondance ou la rareté des figures de proue dans la ville. Seraient-elles simplement le reflet de hiérarchies urbaines ? Ou, traduisent-elles plutôt une volonté politique particulière de faire lien entre les habitants de la ville par la sanctification de héros ou de modèles civiques ?

– C’est donc aussi une interrogation sur les politiques urbaines de distinction, de production et de célébration des hommes et femmes illustres que sous-tend ce Congrès.

Il est bien sûr possible de cerner les évolutions institutionnelles sur le temps long : Quelle fut, avant les lois de décentralisation, la part des instances municipales dans le processus d’héroïsation ? Des conflits surgissent-ils au cours de l’entreprise et dans ce cas quelles oppositions intra-urbaines cristallisent-ils ?

L’étude sur une longue durée ouvre des perspectives sur les nombreuses reconfigurations dont les égéries urbaines peuvent avoir fait l’objet. On envisagera par exemple l’évolution des formes d’hommage ou de distinction, de l’Antiquité à nos jours ou le changement de profil de telle ou telle figure illustre.

En effet, les villes elles-mêmes se sont parfois trouvées au cœur de remaniements politiques d’envergure – Strasbourg, où se tiendra ce Congrès en est l’archétype. Le déboulonnage de la statue de Guillaume 1er en 1918 sur une place désormais appelée Place de la République y a marqué les esprits. Il évoque d’autres renversements comme ceux des statues de Lénine et Staline après la chute du mur. Il s’avère ainsi pertinent d’étudier les processus d’effacement, de déconstruction ou de remplacement des célébrités dans l’espace urbain liés aux évolutions politiques.

Après plusieurs générations, les statues, les monuments, les plaques de rue ou les plaques commémoratives tiennent souvent davantage du pittoresque et du décor urbain que de lieux de mémoire actifs. Combien de temps faut-il pour verser dans l’anonymat et pour oser remplacer les références du passé ? A quelles conditions la mémoire des illustres ancêtres peut-elle rester vivante ? Il faudra, pour répondre à ces questions, analyser la pédagogie municipale déployée par exemple quand les rues sont débaptisées et rebaptisées. D’une façon plus générale, on étudiera l’instrumentalisation politique des héros et héroïnes de la ville et leur mise au service d’une identité et d’une mémoire collectives, d’une conscience urbaine ou encore d’une représentation spatiale de la ville.

– Concurrences, interactions et complémentarités dans la « fabrique » des hommes et des femmes illustres par les villes

Aucune ville n’a ou n’avait toutefois d’exclusive dans l’hommage ou l’appropriation de grandes figures de l’histoire. Il y a de ce fait des hommes ou des femmes illustres que des villes se disputent de façon concurrentielle, à l’image de Jeanne d’Arc, ou encore de Gutenberg que revendiquent à la fois Strasbourg et Mayence. Il importe alors de cerner quelques-unes de ces concurrences et d’étudier d’éventuelles interactions entre villes. Ces interactions ne se bornent du reste pas à des rivalités. Autour d’hommes ou de femmes illustres ont en effet pu être mis en place des réseaux de villes ou, à tout le moins des jumelages. Ils joignent alors au parcours dans la ville un parcours interurbain, et une forme de commémoration intégrée. L’itinéraire Heinrich Schickhardt, promu itinéraire culturel du Conseil de l’Europe en 2004, en est un exemple probant, qu’il s’agirait de confronter à d’autres cas. Le partenariat urbain autour de la mémoire d’un même homme, architecte et maître d’œuvre de la Renaissance, s’affirme ici comme une façon de dépasser le cadre local et national de panthéonisation et d’atteindre, par le biais des systèmes urbains, des horizons européens ou mondiaux.

Contact :

Les propositions de communication peuvent être envoyées par courriel en français, en allemand et en anglais en fichier joint à l’adresse suivante :

Laurence Buchholzer (Université de Strasbourg)

lbuchholz@unistra.fr

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, de même que les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale).

Date limite d’envoi des propositions : 15 octobre 2015

La SFHU propose de soutenir la participation de doctorants au Congrès, en attribuant trois bourses destinées à couvrir une partie des frais d’hébergement et de transport, d’un montant de 150 € chacune.

Comité d’organisation :

Laurence Buchholzer, Thomas Brunner, Anne-Marie Châtelet, Damien Coulon, Eric Hassler, Shahram Hosseinabadi, Jean-Yves Marc, Catherine Otten.

Comité scientifique :

Boris Bove, Florence Bourillon, Georges Bischoff, Thomas Brunner, Laurence Buchholzer, Youri Carbonnier, Anne-Marie Châtelet, Laurent Coudroy de Lille, Natacha Coquery, Damien Coulon, Catherine Denys, Stéphane Frioux, Jean-Pierre Guilhembet, Eric Hassler, Shahram Hosseinabadi, Laurence Jean-Marie, Gilles-Antoine Langlois, Jean-Yves Marc,Virginie Mathé, Catherine Maurer, Denis Menjot, Frédéric Moret, Catherine Otten, Dominique Poulot, Thibault Tellier, Olivier Ratouis, Mélanie Traversier, Charlotte Vorms.

Mots-clés : Histoire urbaine, ville, mémoire, grands hommes et femmes, genre

1 L’un des derniers conflits en date a pour cadre Béziers en mars 2015, où le maire Robert Ménard, soutenu par le FN, a rebaptisé la « rue du 19 mars 1962 », date des accords d’Evian, du nom d’Hélie Denoix de Saint-Marc, un ancien résistant, partisan de l’Algérie française.

2 À l’image de la promenade que la municipalité parisienne vient de consacrer à Dora Bruder, jeune déportée morte à Auschwitz, dont Patrick Modiano a fait un roman éponyme. Le discours officiel de Modiano lors de l’inauguration de la promenade souligne qu’elle fut une fille du quartier, mais que sa mise en mémoire lui donne une dimension nouvelle : Dora Bruder « représente désormais dans la mémoire de la ville les milliers d’enfants et d’adolescents qui sont partis de France pour être assassinés à Auschwitz, celles et ceux dont Serge Klarsfeld, dans son livre Mémorial a rassemblé inlassablement les photos pour qu’on puisse connaître leurs visages. » « Je crois que c’est la première fois qu’une adolescentes qui était une anonyme est inscrite pour toujours dans la géographie parisienne. »

Open Jerusalem

Information transmise par Vincent Lemire et l’équipe Open Jerusalem
Le programme ERC Open Jerusalem

[ Opening Jerusalem Archives: for a connected history of ‘Citadinité’ in the Holy City (1840-1940) ]

fête bientôt ses 18 mois!

• Réunissant une 50aine de chercheurs, il a été lancé en février 2014 et a déjà permis l’organisation d’une 15aine de rencontres, ateliers, séminaires, à Jérusalem, Istanbul, Amman, Erevan, Paris, Addis-Abeba…
La liste complète de ces ateliers se trouve ici : http://openjlem.hypotheses.org/category/seminars
• La semaine prochaine, jeudi 25 et vendredi 26 juin, en partenariat avec les Archives nationales, nous avons le plaisir d’accueillir pour la première fois à Paris Dr Onder Bayir, Directeur des Archives Impériales Ottomanes (BOA), partenaire-clé du projet.
Programme complet : 25-26-JUNE-2015-OPEN-JERUSALEM
• Dr Onder Bayir visitera le site des AN de Pierrefitte puis prononcera une conférence jeudi 25 juin à 18h aux Archives nationales (site de Paris, 11 rue des Quatre Fils, salle d’Albâtre)
« The Ottoman Imperial Archives : a Key Place for the Study of Jerusalem History »
L’entrée est libre, la conférence sera prononcée en turc et sera traduite simultanément en français.
Elle sera suivie d’un cocktail. Venez nombreux ! Et n’hésitez pas à diffuser cette annonce autour de vous.
• Le lendemain, vendredi 26 juin, à l’Université Paris-Est / Marne-la-Vallée (laboratoire ACP – EA 3350) se déroulera une journée consacrée aux enjeux d’histoire ‘digitale’ et d’histoire ‘publique’ liés au projet.
« Opening Jerusalem’s Archives and Digital Histories : Interconnecting Methods, Tools and Practices » 
Cette rencontre se déroulera en anglais.
UPEM, Campus Descartes (RER A , station Noisy-Champs), Bâtiment Bois-de-l’Etang, salle 6.

Avis de parution : Léonard Courbon et Denis Menjot (dir.) La cour et la ville dans l’Europe du Moyen Age et des Temps modernes, Brepols.

Présentation :

Le présent ouvrage rassemble quinze textes issus en majorité de la session principale « La cour et les villes dans l’Europe du Moyen Âge et des Temps Modernes», organisée à l’occasion de la XIe Conférence de l’Association Européenne d’Histoire Urbaine, qui s’est tenue à Prague du 29 août au 1er septembre 2012. Ces travaux visent à appréhender les relations toujours plus étroites et complexes  que  tissent les cours européennes, engagées durant ces siècles dans de nouvelles pratiques de mobilités et donc de nouveaux rapports à l’espace, et les villes qui, fortes de leur croissance démographique et de leur dynamisme économique et culturel, deviennent des interlocuteurs privilégiés des pouvoirs princiers et monarchiques. Si les sources littéraires brossent un tableau plutôt sombre de la cohabitation de deux sociétés curiale et urbaine que tout semble opposer, l’analyse d’une documentation plus riche et beaucoup plus variée permet  d’envisager cette construction littéraire comme l’écho des profondes recompositions sociales, spatiales, culturelles et politiques en milieu urbain, sous l’effet de la rencontre et de la coexistence de ces deux sociétés. Cette réflexion collective souligne la fécondité d’une histoire des réseaux, des circulations, de la communication et de la gouvernementalité pour le renouvellement des études curiales et urbaines.

Télécharger le bon de commande : Pub SEUH_35-2

Villes et urbanités, dossier de “L’Année du Maghreb” (n°12)

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, Rédacteur en chef et Rédactrice en chef adjointe de L’Année du Maghreb, annoncent la sortie en ligne du numéro 12 de la revue, premier volume de l’année 2015, tout entier consacré au dossier : Villes et urbanités, coordonné par Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki.  (La version imprimée sortira début juillet).
Ce dossier fera l’objet d’une présentation aux Rendez-vous de l’histoire du monde arabe, à l’Institut du monde arabe le dimanche 7 juin de 14 à 15h (espace -1).
Enfin, L’Année du Maghreb se dote d’une nouvelle rubrique en ligne : “Lectures” en partenariat avec la revue en ligne : Lectures.revues.org.
Vous pourrez y trouver des comptes rendus de publications récentes sur le Maghreb ; et proposer par ailleurs des recensions depublications reçues.
Vous pouvez aussi leur proposer des comptes rendus ou des notes critiques sur des ouvrages traitant du Maghreb dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et vous abonner aux flux rss de ces deux rubriques.

Parution: Stéphane Bourdin, Michel Paoli et Anne Reltgen-Tallon (dir.), La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, PUR, 2015

Stéphane Bourdin, Michel Paoli et Anne Reltgen-Tallon (dir.), La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, PUR, 2015

Télécharger le sommaire et l’introduction :

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3847&utm_source=parution-la-forme-de-la-ville&utm_medium=e-mail&utm_content=notice&utm_campaign=outil-de-diffusion

 

Cet ouvrage étudie la notion de la forme d’une ville par une approche transdisciplinaire qui met en perspective les acquis de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, de la littérature comparée. Du Nord-Est iranien à la Libye en passant par les villes de la Méditerranée antique et de l’Occident médiéval au Paris de la Renaissance, il permet de comprendre les multiples façons dont la forme de la ville a été pensée et a pu constituer un enjeu identitaire, en même temps que la traduction concrète d’une idéologie ou d’un pouvoir politique. Avec le soutien de TrAme (EA 4284) et de l’université de Picardie-Jules-Verne.

ISBN : 978-2-7535-3625-8

Auteur(s) :

Stéphane Bourdin, directeur des études pour l’Antiquité à l’école française de Rome et membre de l’unité de recherche TrAme (EA 4284).

Michel Paoli, professeur des universités en littérature et civilisation italiennes à l’université de Picardie-Jules-Verne et directeur de l’unité de recherche TrAme (EA 4284).

Anne Reltgen-Tallon, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de Picardie-Jules-Verne et membre de l’unité de recherche TrAme (EA 4284

Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014 (Noëlle Géroudet)

Cyril Courrier, La Plèbe de Rome et sa culture (fin du IIe siècle av. J.-C – fin du Ier siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, BEFAR 353, 2014, 1031 p., 12 ill., 25 tableaux (Noëlle Géroudet).

Si la plèbe de Rome a fait l’objet de nombreuses études que Cyril Courrier rappelle dans une bibliographie copieuse et récente (jusqu’en 2011 ; p. 919-974), aucune jusque-là ne l’avait envisagée sous un angle aussi original. C’est une vraie thèse que le nombre de pages ne rend pas indigeste. Elle se lit aisément tant l’empathie de l’auteur avec son sujet est évidente et se présente comme un outil de travail avec une annexe copieuse (p. 745-916) qui correspond à une base de données répertoriant 295 actions collectives de la plèbe (accès libre http://actoz.db.huma-num.fr/fmi/webd ; mode d’emploi p. XI). Chaque action fait l’objet d’une fiche avec les indications de lieu, motif, caractères, modalités, terminologie, sources, bibliographie afférente. Cinq indices rendent la consultation aisée (979-1023) : index des sources, des noms propres, des toponymes, des matières (par thèmes, très utile), des actions collectives. Trente sept tableaux, croquis, plans, photos appuient la démonstration (p. 975-978).

L’auteur veut démontrer que pendant la période cruciale de la fin du IIe s. av. J.-C à la fin du Ier s. ap. J.-C., la plèbe de Rome, présentée essentiellement par une aristocratie méprisante comme un tout immature, affamé, prompte aux soulèvements, n’est pas ce lumpenproletariat totalement dominé, voire un antimonde privé d’identité, de culture, d’opinion politique. Cyril Courrier développe à cette fin une argumentation en trois parties. Dans la première (p. 21-293) il faut prouver qu’il existe bien une plèbe enracinée dans la Ville, pas seulement des immigrés permanents aux conditions de vie trop précaires pour se reproduire et par là, incapables de se forger une identité, a fortiori une culture. Le rôle des frumentationes est souligné dans la constitution d’un noyau favorisé : la plèbe frumentaire. Au quotidien, les plébéiens ont un horizon culturel limité au quartier d’un hectare environ, regroupant de 600 à 1 000 personnes, où l’on mène une vie de village, routinière, faite de solidarités et de mesquineries. La pratique d’un métier sert à mettre en valeur une forme d’honorabilité par le biais de la compétence pratique et théorique (1 470 inscriptions dépouillées dans le tableau 17). On voit se dessiner une plèbe complexe et stratifiée.

Aussi la seconde partie s’intéresse-t-elle plus précisément (p. 295-421) au groupe que les sources nomment plebs media. L’auteur démontre de façon convaincante qu’il ne s’agit pas d’une couche moyenne au sens actuel, mais d’un groupe « au milieu », entre les aristocrates et les autres, y compris les bénéficiaires des frumentationes dont son aisance l’exclut. Cette fraction a assimilé les normes et les valeurs aristocratiques en les modifiant pour en faire sa chose (p. 409 intéressante étude du motif du banquet couché) « incomplètement plébéienne, imparfaitement aristocratique ».

La troisième partie s’interroge logiquement sur le comportement politique de ces différents groupes (p. 423-726) pendant la période républicaine (chap. 6) et au début de l’Empire (chap. 7). Elle se lit en parallèle avec la base de données. À l’époque républicaine, la plèbe utilise les cadres légaux pour des révoltes essentiellement dirigées contre le Sénat et les magistrats. Par une sorte de pacte social, « la plèbe avait intégré les contraintes et les exigences d’une organisation sociale dans une norme de comportement ». Il est évident que l’instauration de l’Empire modifie les paramètres. Plus encore que sous la République, les sources sous-estiment et mésestiment (Juvénal) le rôle de la plèbe qui devient une entité floue (« foule », « peuple ») face au Prince et ajoutent à la construction du stéréotype « bon ou mauvais prince » un peuple calme ou en effervescence. L’auteur étudie comment se substitue progressivement au trio sénat, Prince, peuple, un face à face prince-peuple dans des lieux nouveaux mais avec un attachement précoce et sincère. Les différents moyens d’action du peuple et leur cause sont finement étudiés à travers toutes les manifestations : acclamations, rituels, cérémonies, violences, rumeurs. Dans cette partie, Cyril Courrier substitue au cliché habituel une image de la plèbe ayant une conscience politique, « elle avait un rôle à jouer et savait qu’elle avait un rôle à jouer ».

L’ampleur du travail ne saurait se résumer à ces quelques lignes. Aussi allons-nous mettre l’accent sur les principales caractéristiques qui en font la richesse, outre l’importance et la qualité des notes. L’historiographie du sujet est parfaitement maîtrisée ; non seulement l’auteur résume les différents points de vue d’une façon qui montre qu’il les a lus, mais il s’insère dans le débat (pas toujours élégamment, péché de jeunesse !). On citera entre autres (p. 7-125) la controverse sur l’UGE1 selon laquelle Rome ne serait qu’un tombeau insalubre et surpeuplé dont la population n’augmenterait que par immigration constante de ruraux. On citera aussi (p. 303-367) la discussion sur la plebs media lancée par Paul Veyne dès 2000 ou la nature de la République romaine (p. 431-437).

Le deuxième point fort de cette thèse est le recours à d’autres disciplines que l’histoire en particulier la géographie sociale, la sociologie, en recourant au concept de culture parfaitement défini (p. 4), aux comportements collectifs (p.123, 430), en étudiant la plèbe comme un groupe hétérogène mais avec une conscience « de classe » pourrait-on dire, incomplètement soumis à la culture dominante des aristocrates et qui développe ses propres codes. Le recours à l’informatique pour la constitution de la base de données permet seule de maîtriser l’ensemble des divers renseignements et de les croiser.

Il faut relever l’efficacité de l’exploitation des sources traditionnelles connues ou négligées : les tableaux pour tenter d’évaluer la part de « pouvoir d’achat » que libèrent les frumentationes (p. 50), le tableau 10 qui permet d’évaluer la quantité d’eau par habitant/jour. Le croisement des textes et de l’épigraphie produit de remarquables pages sur la structure des tribus (p. 316-335). L’auteur fait preuve d’une extrême prudence dans le maniement des sources en rappelant leurs spécificités : faible nombre, hostilité toute aristocratique des auteurs et fréquente reconstruction des événements. L’iconographie n’est pas oubliée : étude des gestes du travail (p. 367 et suiv.), du thème du Totenmahl (p. 411). On peut s’étonner d’ailleurs de l’absence de photos.

On regrettera que les affranchis citoyens romains ne soient pas plus clairement associés à la culture de cette plèbe ou que le rôle du patronat soit mieux pris en compte. De même aurait-il fallu ne pas nier complètement la possible manipulation de ce groupe (juste évoquée). Ces restrictions n’enlèvent rien au plaisir que l’on prend à côtoyer et mieux connaître les « Romains ordinaires ». N’est pas ce qui fait le bon historien ?2

1 Urban graveyard effect

2 « Le bon historien ressemble à l’ogre de la légende. Là où il sent la chair humaine, il sait que là est son gibier » Marc Bloch€

Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014 (Yann Lignereux)

Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014, 383 p. (Yann Lignereux)

Le volume dirigé par Jean-Yves Andrieux est un objet historiographique hybride dont l’intérêt s’appuie tout autant sur la remarquable iconographie dont il bénéficie que sur une science historique solidement charpentée. L’ouvrage est divisé en quatre parties chronologiques dont la responsabilité a été confiée successivement à Yvan Maligorne, Yves Coativy et Daniel Pichot pour la « Naissance de la ville », à Georges Provost, André Lespagnol, Jean Martin, Gauthier Aubert et Guy Saupin pour la période courant « De la ville médiévale à la ville classique », à Pascal Burguin, Claude Geslin, Gérard Le Bouëdec et Jean-Yves Andrieux pour « La ville du XIXe siècle », et, enfin, à Philippe Bonnet, Patrick Dieudonné et Daniel Le Couédic pour « La ville du XXe siècle ». Davantage encore que cette double qualité, le livre de Jean-Yves Andrieux retient toute l’attention du lecteur par le militantisme dont il fait preuve en ce sens qu’il bat en brèche l’idée confusément partagée que la Bretagne, pays de marins héroïques et de paysans immémoriaux, ne pourrait fondamentalement pas être une terre de villes et de citadins. Ce caractère démonstratif et sa qualité de « beau livre » sont redevables d’un projet porté autant par l’association « Petites Cités de Caractère de Bretagne » que par l’union des « Villes d’art et d’histoire et des Villes historiques de Bretagne » qui ont conjugué leurs efforts et ont su s’adjoindre la maîtrise éditoriale des Presses Universitaires de Rennes. Ouvrage politique à plus d’un titre donc, objet patrimonial remarquable, c’est un livre d’histoire surtout qui embrasse la chronologie – du second âge du fer au XXIe siècle – du fait urbain breton à même de convaincre de l’inanité de l’imagerie fantasmée d’une Bretagne où la Ville ne pourrait jamais être autre chose qu’une cité submergée par les flots, telle Ys des légendes, ou l’horizon incertain de campagnes suffisantes dans un rapport qui se limiterait à unir la terre et le Ciel. Il se veut, enfin, la démonstration d’une conjugaison régulièrement déclinée tout au long de cette vaste chronologie de la modernité bretonne, celle du radôme de Plemeur-Bodou et du tourisme contemporain des villes patrimonialisées comme celle des modélisations urbaines des Lumières et des bourgs fortifiés du XIIIe siècle. Cette inscription dans la contemporanéité est particulièrement sensible dans la part belle donnée simplement en termes de pagination au siècle passé mais également dans la construction intellectuelle de l’ouvrage qui clôt le séquençage chronologique par une cinquième partie confiée à Patrick Harismendy et Jean-Bernard Vighetti embrassant « La ville symbolique : de l’Ancien Régime au XXIe siècle » et dont le titre de la seconde séquence est, dans sa partie finale, comme la bannière sous laquelle s’est rangée toute l’entreprise éditoriale : « la ville retrouvée ». L’ampleur tant chronologique que thématique de l’ouvrage empêche, comme bien souvent pour ce genre historiographique, de procéder à un compte-rendu aussi précis qu’exhaustif mais je voudrais, pour le conclure, conjurer l’effet possible sur le lecteur des lignes qui précèdent d’un propos ne pouvant intéresser qu’en priorité les contemporanéistes. Les quatre périodes chronologiques sont bien au cœur de l’ouvrage et le temps long de la ville côtoie le ré-enchantement urbain actuel et les recompositions mémorielles contemporaines dont le livre souhaite être, tout à la fois, le témoin et le chantre. L’historien également de son propre projet puisque le livre se clôt sur l’ample travail accompli à partir des années 1990 par les maîtres d’œuvre de l’ouvrage afin de mettre en scène une richesse urbaine dont la méconnaissance en termes d’intérêts patrimoniaux et touristiques était flagrant jusqu’à la fin des années 1970. Un ouvrage bel et bien politique donc car au-delà des chapitres attendus sur la pax romana, la renaissance bretonne du XIIIe siècle, la ville parlementaire et les cités idéales des intendants et des ingénieurs des Lumières comme des reconstructions de la seconde moitié du XXe siècle, le spectacle déployé au long de ces 300 pages est d’abord la reconnaissance d’une éducation du regard pour continuer à faire de la cité un espace à « faire partager à tous », affirmation d’une ambition avec laquelle s’achève la dernière phrase du volume lui-même.

Compte rendu: Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass (Jean Lorcin)

Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass, 412 p. (Jean Lorcin)

Cette thèse de doctorat d’un chercheur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales issu de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon vise un double objectif1.

Tout d’abord, elle souligne le déplacement des conflits sociaux des usines, dans une ville vouée à l’industrie du coton, aux logements sociaux, qu’ils soient édifiés par le patronat ou par l’État. Le patronage d’E. P. Thompson légitime cette approche, qui met au premier plan les servitudes de la vie quotidienne. Ce déplacement rappelle, sous nos latitudes, le transfert des luttes du Parti communiste de la cellule d’entreprise à la cellule de quartier. Á Bombay, les communistes, pour échapper à la répression, transfèrent leurs réunions des sections d’usine (mill committee) dans les cours des immeubles sociaux (p. 258-259). Cette évolution est allée de pair avec la reconnaissance du rôle des femmes, ici peu développé. Cette lacune ne laisse pas de surprendre à une époque où la gender history anglo-saxonne fait prime sur le marché des idées. Elle peut s’expliquer par la marginalisation bien réelle de la femme dans un contexte religieux hindouiste ou musulman. Il n’est que de voir l’importance accordée par les locataires à la ségrégation des femmes dans un espace réservé, quitte à couper en deux l’unique pièce du logement par un mur à mi-hauteur, au risque de plonger « la partie de la pièce la plus éloignée de la fenêtre dans une obscurité permanente », objectait le Land Manager du Bombay Developpment Department2 qui gérait les logements sociaux construits par l’Etat à partir de 1919.

L’expression « des toits sur la grève » prend alors tout son sens. Ce transfert de luttes sociales de l’usine au logement est le fait d’une politique délibérée du patronat, qu’il ait le soutien du pouvoir colonial ou des nationalistes du Parti du Congrès, au pouvoir après la Seconde Guerre mondiale, avec l’Indépendance. Il s’agit d’enrayer le mouvement social par des réformes sociales qui portent non sur le salaire minimum, objet principal d’une revendication ouvrière qui se heurte à l’opposition frontale de patronat, mais sur le loyer. Sur ce terrain, en effet, l’Etat, colonial ou national, peut relayer les patrons d’usines en construisant des logements sociaux. C’est le reflet des politiques métropolitaines de lutte contre les slums, le taudis, avec les cités-jardins anglaises, les HBM françaises, etc. Cette politique sociale réformiste favorise une classe moyenne ouvrière dont les autorités patronales ou coloniales s’efforcent de dissocier le sort de celui de la masse misérable qui reste confinées dans des taudis. L’auteur se réclame, ce faisant, de Gramsci, qui a théorisé cette stratégie patronale de division de la classe ouvrière par son embourgeoisement social, culturel et politique auquel contribuaient même les nationalistes. Ils luttaient contre des pratiques populaires comme les festivités accompagnées de chants religieux (p. 273) avant de les récupérer en les colonisant, tout comme les gymnases où l’on s’exerçait à la « lutte » traditionnelle (p. 309), aux mains jusqu’alors de mafias locales. Pour autant, la gauche du parti du Congrès, avec Nehru, se montrait fort critique à l’égard de la rente de situation des propriétaires qui accaparaient le pouvoir municipal, les candidats aux élections municipales devant assurer seuls le coût de leur campagne électorale, ce qui ne pouvait que favoriser les classes possédantes (p. 316). Ce transfert du terrain des luttes de l’usine au logement n’a pu qu’être accentué par la désindustrialisation de Bombay après 1950.

Le deuxième apport original de la thèse de Vanessa Caru n’apparaît qu’in fine, avec la description des premières années de l’Indépendance : c’est relativiser la portée de la « décolonisation ». Les autorités de l’Empire britannique sur son déclin ont partie liée avec les nationalistes bourgeois du Parti du Congrès, le parti de Gandhi, face à l’agitation ouvrière naissante, après avoir tenté en vain d’en freiner les progrès en utilisant la surenchère socialiste. Les autorités coloniales ont fini par ménager les nationalistes bourgeois et faciliter leur accès au pouvoir lorsqu’elles se sont senties menacées par l’agitation sociale. « Nos intérêts se touchent », disait une caricature tunisienne au lendemain de l’Indépendance : on voyait en effet sur le dessin se coller l’une à l’autre les bedaines respectivement du colon coiffé d’un casque colonial et du notable local coiffé d’une chéchia. C’est une illustration de la relativisation du saut qualitatif de la décolonisation qu’illustre, ailleurs, par exemple, la permanence de la « Françafrique ».

Comme on le voit, cette thèse vise à mettre en question un certain nombre d’idées reçues, la réduction des luttes sociales à la question du salaire, sur le terrain de l’usine, la révolution qu’aurait représenté la décolonisation. Cela ne rend que plus regrettable de voir bien souvent ces conclusions explicitées clairement seulement en conclusion des chapitres et du livre. En effet, le plan chronologique choisi par l’auteur, neuf chapitres, neuf périodes, disperse gravement l’intérêt. Un exemple : la description des effets pervers du culte de la vache, introduite dans les logements sociaux contre tous les règlements, qui ne tolèrent que les chats, témoigne de la permanence de certaines pratiques comme « l’utilisation de la bouse de vache » pour « laver » les sols, attestée en 1904 comme au début des années 1920 (p. 239). Il en est de même de la place faite au logement social, réduit à une seule pièce, avec une moyenne de sept habitants, les sous-locataires étant tolérés : cela reste la norme du début du XXe siècle (p. 147 et 165) aux années 1950 (p. 336) ! Il en est de même des conditions d’hygiène, l’afflux des populations pendant les deux guerres mondiales qui ont créé un large appel de main-d’œuvre, n’ayant fait que les aggraver. L’approvisionnement en eau laissait toujours à désirer, les ordures continuaient de s’entasser au voisinage des cités : « Les enfants s’amusent beaucoup à fouiller dans les tas de déchets pour y trouver des bouts de tissu, de papier, de bois, de boîtes de conserve, etc. », déclarait une travailleuse sociale encore en 1946.

Il aurait donc été préférable de choisir un plan thématique, quitte à faire précéder le développement par un simple tableau chronologique croisant l’événementiel politique avec les mutations urbaines, comme le passage du bois et de la brique au béton armé (p. 46, n. 1 et p. 152) dans la construction des logements sociaux ou l’investissement des banlieues par le logement ouvrier.

La reproduction photographique des plans successifs de la ville de Bombay est pleine d’intérêt, mais, compte tenu du format adopté, nous rend difficile la lecture sans loupe. Il eut fallu souligner les grandes étapes du développement du logement social par des croquis illustrant, par exemple, la liaison de sa localisation avec celle des usines et avec le réseau des moyens de transport publics.

Ces réserves faites, il n’en reste pas moins que cette thèse, appliquée à un domaine exotique mal connu des chercheurs français – l’essentiel de la bibliographie, à part quelques références à Annie Fourcaut, Roger-Henri Guerrand, Jean-Pierre Goubert ou Alain Corbin, est anglo-saxon ou indien – apporte une ouverture originale sur le lien entre les luttes sociales et l’urbanisation applicable à l’ensemble des villes coloniales, en particulier en Afrique francophone.

1 Vanessa Caru a reçu pour sa thèse le prix de la SFHU en 2011.

2 27 juillet 1923, cit. p. 204, note 1.

Compte rendu: Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Marc Boone, Martha Howell (eds) The Power of Space in Late Medieval and Early Modern Europe. The cities of Italy, Northern France and the Low Countries, Studies in European Urban History n°30, Turnhout Brepols, 2013 (Cléo Rager)

Depuis la parution de La Production de l’espace en 1974, les travaux d’Henri Lefebvre irriguent les recherches des historiens et particulièrement des historiens de l’urbain. Dans ce contexte, cet ouvrage, issu de deux ateliers qui se sont tenus en 2008 à Lyon et en 2010 à New York, revient sur les liens entre pouvoir et espace dans les villes européennes. Édité par Marc Boone et Martha Howell, ces 13 contributions s’inscrivent dans la lignée des études comparatives entre les villes du Nord de l’Europe et d’Italie à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. L’histoire des villes y est d’abord l’histoire des contestations, de l’appropriation et de l’interprétation de l’espace.

En introduction, M. Boone rappelle la distinction due à H. Lefebvre concernant notre rapport à l’espace entre le perçu (la pratique sociale de l’espace), le conçu (les théories de l’espace) et le vécu (les représentations de l’espace associant usages et images), autant de notions qu’il articule aux questionnements d’Henri Pirenne sur les politiques ayant donné naissance aux villes : comment l’espace produit, contraint et définit le pouvoir, politique et économique ? M. Boone précise ensuite les cinq parties structurant le volume : l’appropriation de l’espace, la production d’usages et de significations spatiales par les pratiques économiques et sociales, l’enjeu politique du contrôle des espaces, les liens entre rituels et espace et, enfin, la création et la mobilisation de l’espace par les fictions.

En premier lieu, Marco Vencato montre que la production de l’espace est également une production de perceptions et d’expériences à travers les stratégies spatiales princières à Naples depuis le pape Nicolas V (1447-1455). Le désordre apparent de la ville n’est en rien le résultat d’une absence de projets urbanistiques mais une construction des princes qui peuvent ainsi mieux contrôler la population urbaine. La production de l’espace ne peut alors se comprendre que dans la complexité des rapports de pouvoir. Chloé Deligne, étudiant la constitution des places centrales dans les Pays-Bas, rappelle quant à elle que les marchés étaient souvent détenus et contrôlés par des acteurs privés. La centralisation et l’élaboration de places de marché sont tout autant le résultat du succès d’une élite politique et économique qu’une consolidation du pouvoir communal.

Les luttes pour le pouvoir dans la ville sont ainsi nécessairement des luttes pour le contrôle des espaces, parfois selon des modalités violentes. Ainsi en est-il aux Pays-Bas où les citadelles construites dans la ville par les ducs de Bourgogne et les premiers Habsbourg sont comparés par M. Boone à des « œufs de coucou » dans un nid étranger ; l’insertion du prince dans la fabrique de la ville se fait par la construction, la destruction ou l’appropriation des signes de l’autonomie urbaine. Jean-Baptiste Delzant met à jour un processus similaire lorsqu’il décrit les efforts des princes pour s’imposer comme fondateurs des cités qu’ils dominent. Grâce à l’invention d’une origine qu’elle dit partager avec la ville gouvernée, la famille dominante prétend exercer sur cette dernière un pouvoir naturel, à l’exemple des Trinci à Foligno. L’auteur observe également le réinvestissement seigneurial de lieux communaux : les Trinci élisent résidence dans le palais des chanoines, près de la place de la commune. Toutefois, cette affirmation ne se fait pas sans résistance et la communauté protège ses lieux symboliques et ses institutions, obligeant les seigneurs à en prendre soin : à Fabriano, le podestat ne doit ni affaiblir l’édifice du palais communal ni en changer l’agencement intérieur.

Ainsi, l’ouvrage rappelle à juste titre le rôle joué par l’espace urbain dans ces évolutions. Il n’est en rien un décor, un donné malléable que les gouvernants pourraient modeler à leur guise. À Lucques à la fin du XIVe siècle, Diane Chamboduc de Saint Pulgent montre que si l’espace économique, cadre de l’expression de l’autonomie des différents acteurs, devient un enjeu politique primordial pour les autorités urbaines, ces dernières ont toujours un temps de retard sur les acteurs du commerce et de l’industrie. Leur tentative de rationalisation d’un espace économique en crise se heurte à la multiplication des juridictions concurrentes et à l’internationalisation des processus de production. De même, Élisabeth Crouzet-Pavan et Élodie Lecuppre-Desjardin mettent en lumière dans leurs articles les renouvellements interprétatifs permis par l’étude de la dimension spatiale des rituels judiciaires. L’espace n’est jamais secondaire dans les châtiments et il peut même être un acteur à part entière dans la cérémonie, comme lors des rituels de réparation après la profanation d’une image sainte à Venise : c’est le lieu même du crime qui est concerné car, directement ou indirectement, c’est l’espace qui a été touché. L’étude du bannissement aux Pays-Bas par É. Lecuppre-Desjardin révèle le rôle de ce dernier dans la cohésion de l’espace urbain. La prononciation et l’exécution du jugement ne relèvent pas seulement de l’exercice de la justice mais permettent aussi l’expression symbolique de la communauté dans son espace.

Les rituels religieux jouent une fonction similaire et l’espace devient alors porteur de fictions que mobilisent le langage et les actes. Henk van Nierop étudiant la procession du Saint Sacrement à Amsterdam au XVIe siècle montre comment les rituels religieux donnent à l’espace un sens sacré et civique, utilisé ou rejeté par chaque communauté religieuse. Du côté français, l’espace décrit par Denis Crouzet est saturé de significations religieuses : pour les catholiques, la représentation de leur ville renvoie autant à la cité assiégée par l’hérésie qu’à l’espace de la cité terrestre où se joue le devenir de la Cité de Dieu, dont la puissance de mobilisation entraîne l’appel à la vengeance et la théâtralisation de la mise à mort de l’hérétique : son corps est déplacé dans la cité, rendant ainsi publique la réappropriation sacrale de l’espace. C’est alors toute la ville qui devient langage, cité « vivante » où la violence anime l’espace en des manifestations destinées à Dieu. La hiérarchie des lieux repose aussi sur des fictions. L’histoire de la translation de la Vierge d’Anvers à Bruxelles est l’instrument de légitimation de la domination de Bruxelles sur les autres villes du Brabant (puis des Pays-Bas) et Claire Billen révèle ainsi les mécanismes narratifs permettant l’accession de cette ville à une centralité symbolique créatrice.

Le grand mérite de l’ouvrage est par conséquent de combiner points d’observation, échelles, temps et espaces pour aboutir à une réflexion stimulante sur les rapports entre espace et pouvoir. Les défauts d’édition n’en sont que plus regrettables : nombreuses coquilles, reproductions médiocres, absence d’index, de résumé des communications, de table des illustrations et de conclusion, qui auraient pourtant aidé la lecture d’un ensemble aussi foisonnant.

Société Française d'Histoire Urbaine