Invitation aux journées d’étude et à l'Assemblée générale annuelle 2015 de la SFHU

Les journées d’étude  « Les animaux dans la ville » et l’Assemblée générale de la SFHU se tiendront les 15 et 16 janvier 2015 à l’Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort.

Les détails du programme scientifique vous seront prochainement communiqués.

PROGRAMME GÉNÉRAL

 Jeudi 15 janvier 2013

9h – 11h : Vote des sociétaires à jour de leur cotisation pour le renouvellement du Bureau

10h : Accueil des participants et Assemblée Générale statutaire de la SFHU

12h : Dépouillement des votes et proclamation des résultats / Réunion du nouveau Bureau (avec renouvellement des fonctions en son sein)

13h : Ouverture des journées d’étude

14h20-16h20 : Session 1 – La présence animale en ville

16h40-18h45 : Session 2 – Animaux et règlementations urbaines

19h : Remise du Prix de Thèse de la SFHU  à Arnaud Exbalin pour sa thèse d’histoire moderne « L’ordre urbain à Mexico (1692-1794). Acteurs, règlements et réformes de police ».

Vendredi 16 janvier 2015

9h30-12h30 : Session 3 – Les usages policiers de l’animal

14h-15h : Session 4 – La mise en scène urbaine de l’animal

15h-16h20 : Session 5 – La mort animale

16h20 : Conclusions

17h : Visite du Musée Fragonard de l’ENVA par Christophe Degueurce (ENVA)

RENOUVELLEMENT DU BUREAU DE LA SFHU :

L'Assemblée Générale du 15 janvier 2015 aura à son ordre du jour le renouvellement de 9 des 18 membres du Bureau de la SFHU. Vous pouvez vous porter candidat en envoyant par mail votre profession de foi avant le 9 décembre 2014 à l’adresse suivante : melanie.traversier@wanadoo.fr

Pour mémoire, seuls les adhérents à jour de leur cotisation sont électeurs (pour adhérer : http://sfhu.hypotheses.org/la-sfhu/adherer-a-la-sfhu). La liste des candidats, leurs professions de foi et le bulletin de vote  vous seront envoyés mi-décembre.

Pour voter par correspondance, il faudra faire parvenir sous double enveloppe le bulletin de vote. L’enveloppe dans laquelle se trouvera le bulletin ne devra comporter aucune inscription. L’enveloppe extérieure comportera au dos les nom et prénom (lisibles) du sociétaire et sa signature. Elle sera à adresser avant le 9 janvier 2015 à :  Mélanie Traversier (élections SFHU) 123 quai de Valmy 75010 Paris.

Il sera naturellement possible de voter également le matin de l'Assemblée Générale.

De l'urbanisme patrimonial à la médiation: Journée sur la reconversion du patrimoine industriel (Elbeuf, 29 janvier 2015)

Organisée par l'Association Nationale des Villes et Pays d'art et d'histoire et des Villes à secteurs sauvegardés et protégés.

Destinée aux collectivités, aux partenaires publics ou privés ainsi qu’aux membres de l’association, cette journée proposera des apports théoriques et des présentations d’outils et de projets.

L'inscription se fait auprès de Mme JULIOT (m.juliot@an-patrimoine.org) avant le 15 janvier 2015.

Télécharger le programme : Elbeuf_Programme reconversion du patrimoine industriel 29.01.15

Journées de la SFHU 2015 "Animaux dans la ville" - Programme

Animaux dans la ville, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Journées de la Société Française d’Histoire Urbaine

15 et 16 janvier 2015

Soutenues par le CHREC, l'ENVA et le Lab'URBA

Ecole nationale vétérinaire d’Alfort

7 avenue du général de Gaulle, 94700 Maisons-Alfort, Amphithéâtre d’honneur

Métro ligne 8, Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort ; entrée principale

Les questionnements actuels sur l’environnement urbain et sur l’histoire du vivant engagent à reprendre l’examen de l’évolution des rapports entre les hommes et les animaux en ville. Pour dépasser l’opposition simpliste d’une ville d’autrefois peuplée d’animaux et d’une ville d’aujourd’hui dont ils auraient été exclus, la SFHU, l’UPEC (CRHEC et Lab’Urba) et l’ENVA proposent de tirer partie des acquis de l’historiographie récente pour comprendre les modalités de la présence animale dans l’espace urbain et les pratiques qui ont régi les relations entre les hommes et les bêtes de l’Antiquité à la période contemporaine. Quels animaux trouve-t-on en ville ? Comment s’y dessinent les limites entre le sauvage et le domestique, entre les animaux que l’on se plaît à exhiber, ceux que l’on tolère et ceux que l’on cherche, souvent en vain, à éradiquer ? Qu’en est-il des réglementations urbaines ? Quelles sont, en somme, les modalités d'une vie en commun ? Quelles sont, en somme, les modalités d’une vie en commun ? En s’appuyant sur des sources diverses, les communications de ces journées permettront de mesurer la variété historique et géographique des façons de percevoir les animaux dans la ville et des manières de faire avec eux.

Animaux dans la ville_programme

Jeudi 15 janvier 

14h Accueil

14h30 ouverture Marc Gogny, directeur de l’Ecole vétérinaire d’Alfort

Caroline Ollivier-Yaniv, vice-présidente Humanités et société, chargée de l’accompagnement du projet de création de la nouvelle université

Denis Menjot, président de la SFHU

15h Nathalie Blanc, CNRS-Université de Paris Diderot-Paris 7, Introduction

Présidence : Christophe Chandezon, Université Paul Valéry-Montpellier III

Présence animale en ville

15h30 François Gerardin, Yale University, « Ces animaux qui font la ville : animaux sacrés et éléphants de guerre dans les mondes urbains de l’Egypte ptolémaïque »

15h50 Noémie Gautier, Université de Rennes-2, LAHM, « La faune domestique dans la cité pompéienne : place et gestion des populations animales en contexte urbain »

16h10 Antoine-Marie Graziani, Université de la Corse, Pascal Paoli, « Animaux familiers, animaux non désirés, animaux tolérés dans les villes corses à l’Epoque moderne »

discussions et pause 16h30-17h

17h Sophie Richelle, Université du Luxembourg, « Bestiaire des hospices. Présences et implications des animaux dans les hospices de vieillards (Bruxelles-XIXe siècle) »

17h20 Jacques Yomb, Université de Douala, « La socio-économie de l’élevage du porc en milieu urbain camerounais : entre survivances culturelles et construction d’une situation de rente »

Discussion 17h40-18h

Mise en scène animale

18h Bénédicte Percheron, Université de Rouen, « Sciences naturelles, spectacles et animaux à Rouen au XIXe siècle »

18h20 Violette Pouillard, Université libre de Bruxelles-Université Jean Moulin-Lyon3, « Permanences et évolutions des rapports aux animaux de zoos (vers 1793-vers 2000) »

discussions 18h40

19h cocktail et remise du prix de la SFHU

Vendredi 16 janvier :

9h accueil

Présidence : Denis Menjot, président de la SFHU

Animaux et réglementations urbaines

9h30 Mathieu Beghin, Université de Picardie Jules Verne, « La place de l’animal au sein des politiques urbaines à la fin du Moyen Âge. L’exemple des villes du Nord »

9h50 Julien Briand, Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, « Réglementer la présence des animaux en ville. Le cas des villes champenoises à la fin du Moyen Âge »

10h10 Isabel Drumond-Braga, Universidade de Lisboa, « Les animaux dans les villes portugaises de l’Epoque moderne : les politiques publiques et les pratiques quotidiennes »

discussion et pause 10h30-11h

Mort animale

11h Alice Bourgois, Université de Picardie Jules Verne, « Chemin des bœufs : exploitations et utilisations des animaux dans la ville antique de Vieil-Evreux (27) aux IIIe et IVe siècles ap. JC »

11h20 Alice Franck, Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne/CEDEJ Khartoum, Jean Gardin, Université de Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Olivier Givre, Université Lumière Lyon-2, « La mort animale rituelle et profane : circulation des normes et des représentations (France, Balkans, Soudan) »

discussion 11h40-12h

Présidence : Thierry Paquot, Institut d’urbanisme de Paris

Chevaux et chiens en ville

14h Julien Wilmart, Université Paris Sorbonne-Paris 4, Université de Saint-Louis (Bruxelles), « Des chevaux et des Mousquetaires dans le Paris des XVIIe et XVIIIe siècles : des infrastructures utilitaires à la représentation symbolique » 

14h20 Christophe Degueurce, Ecole nationale vétérinaire d’Alfort, « La question de la ferrure des chevaux de travail à Paris au XVIIIe et XIXe siècle »

14h40 Laurent Lopez, Université Paris Sorbonne-Paris 4, « Animaux et forces de l’ordre dans les villes françaises de la fin du XIXe siècle »

discussion et pause 15h-15h30

15h30 Jean-Luc Laffont, Université de Perpignan-Via Domitia, « Les chiens dans la ville : le cas de Toulouse (fin XVIe-milieu XIXe siècle) »

15h50 William Riguelle, Université catholique de Louvain, « Le chien dans la rue aux XVIIe et XVIIIe siècles : entre utilité et nuisance. Le cas des villes du sud de l’actuelle Belgique »

16h10 Arnaud Exbalin, Casa de Velázquez, « La grande tuerie des chiens. Mexico, fin XVIIIe siècle »

discussion : 16h30

17h conclusion Daniel Roche, Collège de France

17h30 visite du musée Fragonard

Comité d’organisation : Jérôme Bazin, Florence Bourillon, Laurent Coudroy de Lille, Christophe Degueurce, Jean Estebanez, Stéphane Frioux, Virginie Mathé, Denis Menjot.

Soutenance: Mathieu Fernandez, Approche topographique historique du sous-sol parisien

Annonce de la soutenance de thèse de Monsieur Mathieu Fernandez

Thèse de  doctorat d’histoire des techniques

Préparée au Laboratoire Histoire des Technosciences en Société, [EA 3716], Ecole doctorale Abbé Grégoire, Conservatoire national des arts et métiers

Approche topographique historique du sous-sol parisien

La ville épaisse : genèse et évolutions morphologiques

 

                            Vendredi 12 décembre 2014 à 14 heures
 

Au Conservatoire National des Arts et Métiers, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

salle 21-1-13 (accès 21, 1er étage, salle 13*),

Métro : (3) Arts et Métiers ou (4) Réaumur Sébastopol

THÈSE dirigée par M. André GUILLERME, professeur, Conservatoire National des Arts et Métiers

Le Jury sera composé de :

Mme Sabine BARLES, Institut de géographie de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne

Mme Cédissia de CHASTENET, Université Paris I Panthéon Sorbonne

M. Youssef DIAB, École des ingénieurs de la Ville de Paris, Université Paris-Est Marne la Vallée, rapporteur

M. Maurizio GRIBAUDI, École des hautes études en sciences sociales, rapporteur

M. André GUILLERME, Conservatoire National des Arts et Métiers

M. Eric MONIN, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine

 

Résumé de la thèse :

Le sous-sol de Paris est reconnu et topographié depuis environ deux siècles par plusieurs disciplines.

Dans cette thèse, nous avons retenu et analysé depuis leur genèses, souvent intimement liées sur le territoire urbain, ces disciplines de l’épaisseur : la géologie, l’hydrogéologie, l’archéologie, la topographie, puis ce que nous nommons actuellement le génie urbain. L’urbanisme, accepté comme « science de l’organisation spatiale des villes », possède peu de méthodes d’appréhension à même de synthétiser dans le temps et l'espace la diversité de ces approches. La méthode proposée par la thèse rend représentables et quantifiables plusieurs évolutions longues issues des « mesures de ville » étalées dans le temps, à travers un Système d’Information Géographique construit dans une perspective diachronique. Il concerne ici spécifiquement la verticalité. Plusieurs cartographies originales concernant le mouvement du sol et de la nappe phréatique en sont issues.

Sur la base de ce support, intégrant la topographie historique, environnementale et tridimensionnelle de plusieurs disciplines urbaines, nous développons deux pistes d’analyse.

La première est la compréhension de la construction du projet urbain au XIXe siècle jusqu’aux « grands travaux » à la lumière de la mesure de l’espace et des représentations disponibles. Une chronologie spécifique est proposée.

La seconde est une proposition pour un récolement urbaniste souterrain appréhendant le temps long et l'épaisseur de la ville. Elle peut contribuer aux bases de données urbaines, actuellement en majorité construites sur un espace conçu comme parcellaire.

Le modèle vise donc à fournir une contribution et de nouvelles pistes de recherches à la fois pour la morphologie préindustrielle de Paris, pour l’archéologie industrielle et plus généralement pour l'approche urbaniste de la couche, désormais connue dans un cadre géologique et environnemental, mais encore non définie du point de vue stratigraphique, sous le nom d'anthropocène.

Mots clés : temps long, morphologie urbaine, relief, sous-sol, nappe, SIG, diachronie, urbanisme

Compte rendu: Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299 p. (Nathalie Pascarel)

Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299 p.

(compte rendu par Nathalie Pascarel).

Maître de conférences en histoire de l’art moderne au sein du département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université Toulouse II, Anne Perrin-Khelissa est spécialiste des arts du décor de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Ses recherches universitaires portent principalement sur la culture matérielle de la noblesse génoise, en particulier ses modes d’habitation, ses collections d’œuvres d’art et sa consommation d’objets de luxe. Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, paru en 2013 aux éditions CTHS-INHA, n’est autre que la publication de sa magnifique thèse de doctorat en histoire de l’art menée sous la direction de Christian Michel et soutenue en 2007 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Cette dernière, intitulée  Décor et décorum dans les palais de l’aristocratie génoise au XVIIIe siècle. L’exemple des objets mobiliers et de l’ameublement du palais Spinola à Pellicceria, est l’aboutissement de nombreuses années de recherche focalisées sur l’histoire de l’aristocratie génoise et de ses pratiques de représentation.

La préface de l’ouvrage, de Peter Fuhring, présente l’état de la recherche dans le domaine des arts du décor de la société aristocratique européenne du XVIIIe siècle, relativement négligés des historiens de l’art avant l’étude d’Anne Perrin Khelissa, qu’il qualifie de judicieuse, claire et originale.

Cette recherche examine l’ameublement fastueux du palais Spinola à Pellicceria au cours du XVIIIe siècle au moment où la ville de Gênes connaît pourtant une situation économique et politique défavorable. L’auteur propose de remettre en contexte la conservation et l’évolution d’un décor appartenant à plusieurs générations de la famille Spinola selon trois grands axes de recherche. L’ouvrage s’articule autour de trois grandes parties destinées à déchiffrer les choix effectués et les obligations à respecter en matière de décoration : hériter et transmettre, dépenser et commander, puis habiter et séjourner. L’auteur exploite trois types de sources documentaires pour compléter ses approches et consolider son argumentation : les testaments, les livres de comptes et les inventaires. Selon Anne Perrin Khelissa, les testaments inscrivent l’objet « dans une temporalité symbolique et dynastique », les livres de comptes permettent de dégager « l’intérêt fonctionnel de ces objets dans le cadre des dépenses qui les rattache à une temporalité évènementielle, circonstancielle, liée aux mœurs des Génois » et les inventaires évoquent davantage leur « éventuelle temporalité esthétique, correspondant à des goûts et à des tendances qui évoluent et se diffusent ». En somme, ces trois manières de considérer le décor du palais au XVIIIe siècle sont totalement complémentaires et indissociables. L’auteur situe sa démarche à la croisée de deux approches : l’une, qui analyse le choix du décor selon les pratiques sociales des membres de la noblesse, l’autre, qui s’attache à examiner ses spécificités techniques et artistiques. L’ameublement d’origine conservé au palais Spinola ainsi que le corpus d’archives disponible a permis de mener à bien cette recherche.

La mise en contexte géographique du palais dans la ville permet de comprendre les stratégies adoptées pour favoriser son impact visuel malgré son manque de visibilité à l’époque. Il fallait trouver des solutions architecturales attractives pour palier à la difficulté d’accès au palais. La présentation historique de la famille Spinola, caractérisée par sa grande richesse financière, glisse rapidement vers une approche sociologique et comportementale: l’étude du rapport que les grandes familles génoises entretenaient avec les biens patrimoniaux, particulièrement les objets. L’auteur souligne l’importance de ne jamais étudier un membre d’une famille ou ses biens de manière isolée, mais selon son appartenance à un groupe, à un réseau, à une identité collective qui prédomine dans les sociétés nobiliaires européennes de l’époque. L’image de la famille prévaut sur les intérêts privés d’un seul de ses membres. L’auteur signale l’importance de l’attitude adoptée au moment des successions, et singulièrement lorsqu’il s’agit de gestion des héritages matériels. Il s’agit, selon Anne Perrin Khelissa, d’une « véritable stratégie de conservation, instituée depuis les origines et prolongée par ses propriétaires successifs ». La noblesse génoise aspire à justifier son rang à travers la somptuosité de l’ameublement du palais. Mais entre héritage familial et volonté de forger sa propre identité, l’étude soulève avant tout la question de l’adaptation des nouveaux habitants au décor d’apparat du palais : « par quels moyens les propriétaires parviennent à exprimer leur propre goût pour certains objets, un style d’intérieur, sans négliger celui de leurs prédécesseurs envers lequel ils ont un devoir de mémoire ? ». Pour cela, l’aristocrate génois doit impérativement adapter son patrimoine en inscrivant avec homogénéité ses acquisitions et ses commandes au sein de la « logique familiale ».

La suite de l’étude s’intéresse particulièrement aux dépenses et aux commandes des habitants successifs du palais. L’impossibilité de se défaire des acquisitions des aïeuls n’empêche pourtant pas de trouver des solutions permettant de se distinguer de la lignée. Entre 1734 et 1736, Maddalena Doria Spinola entreprit par exemple un immense chantier d’entretien, de rénovations et d’ameublement moderne. Ce chantier gigantesque a généré une activité artistique et artisanale de premier ordre. L’auteur décrit et analyse la logistique du chantier, la nature et l’origine de ses acteurs (artistes et artisans), la valeur de leurs rémunérations ainsi que la fourniture des matériaux de premier choix. Elle découvre les motivations de cette opération grandiose, ce prétexte au changement, qui n’est autre que le mariage du fils ainé de Maddalena Doria Spinola, Francesco Maria Spinola. Il s’agissait d’un investissement important à l’occasion d’un évènement, certes éphémère, mais qui s’inscrira pourtant dans la durée, marquant un temps fort dans l’histoire de la famille génoise. Le motif de la commande à permis entre autres de déchiffrer de manière inédite les programmes iconographiques des peintures de la salle d’apparat. Au cours de l’étude, le décor génois fait l’objet d’une analyse comparée avec d’autres territoires à différents moments de l’histoire. Les générations qui suivirent celle de Maddalena Spinola sont déclinées, ainsi que les changements dans l’ameublement qui en découlent, toujours avec le souci de répondre aux exigences du rang, révélant parfois une revendication identitaire. Mais si la recherche du confort, relativement secondaire, se fait pourtant ressentir, l’auteur démontre dans sa troisième et dernière partie que les évolutions de la commande artistique à la fin du siècle sont particulièrement lentes, malgré les modes et les pratiques nouvelles. Les acteurs de la décoration majestueuse du Palais Spinola à Pellicceria (concepteurs, commanditaires et spectateurs) en ont fait un système singulier, propre à la ville de Gênes.

La lecture de l’ouvrage est remarquablement fluide et passionnante. Il est possible d’aborder cette étude de manière rapide et synthétique, ou de manière approfondie et minutieuse selon l’intérêt pour le sujet. Le plan de l’ouvrage est structuré, à la fois chronologique et thématique. L’auteur présente les connexions entre l’architecture (l’immobilier), le décor (le mobilier) et l’homme (le vivant). C’est à notre sens l’intérêt majeur, et le grand bien de ce livre. Anne Perrin Khelissa redonne vie au palais Spinola : le lecteur est guidé à travers le palais, l’évolution de ses chantiers et de sa décoration au cours du XVIIIe siècle. Il découvre ainsi une manière de vivre, d’habiter, un devoir de mémoire, mais aussi l’ambiance des différents espaces comme s’il était totalement immergé dans la vie quotidienne de ses habitants. L’étude offre par ailleurs de nombreux documents d’archives annexes qui étayent le développement (plans, graphiques, photos, vues gravées du XVIIIe, estampes, reproductions de tableaux, de sculptures et de fresques, arbres généalogiques, etc.).

Programme du séminaire "Seine-Saint-Denis Paris Banlieues", 2014-2015

Seine-Saint-Denis Paris Banlieues
2014-2015
 
(entrée libre/invitation à diffuser)
Le séminaire entre dans sa cinquième année. Il prolonge le groupe de travail « banlieues » réuni au Cevipof de 1984 à 1994. Pluridisciplinaire dans sa conception, ce séminaire est ouvert aussi bien aux universitaires et aux étudiants qu’aux praticiens de terrains. Il réunit des chercheurs travaillant dans les champs de la géographie, de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ou de la science politique, des professionnels, des militants, des élus et des fonctionnaires de l’État et des collectivités territoriales.
Ce séminaire s’attache à décrypter et à confronter les expériences et les regards sur les banlieues en transformation, des territoires ségrégés, aux histoires politiques clivées, façonnées par l’immigration et les politiques de peuplement. Dans la perspective d’échanges fructueux, une participation régulière est souhaitée.
Cevipof
Sciences Po. Paris
98 rue de l’Université Paris 7e (Métro Solférino ou Assemblée nationale)
17 h. – 19 h. / Salle Annick Percheron
 
Organisateurs :
Marie-Hélène Bacqué (sociologue, urbaniste, Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Mosaïques LAVUE), EmmanuelBellanger (historien, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, CNRS/Université Paris 1),
et Henri Rey (politiste, Cevipof)
 
 
Séance 2. Mercredi 10 décembre
La politique de la ville a-t-elle changé la banlieue ?
 
Parmi nos invités :
 
Marianne Bureau, directrice de Jade, association d'insertion à La Courneuve
Mériem Derkaoui, maire adjointe d'Aubervilliers, Vice-présidente de Plaine commune en charge de la rénovation urbaine
 
Renaud Epstein, maître de conférences en science politique, Université de Nantes
 
François Lamy, député socialiste de l'Essonne, ancien ministre de la Ville (2012-2014)
 
 
Séances suivantes :
Séance 3 : jeudi 5 février : quelle place pour les associations en banlieue?
 
Séance 4 : jeudi 19 mars (changement de date) : Nouveaux élus, nouvelles élites de banlieues ?
Séance 5 : jeudi 16 avril : Quel Grand Paris au lendemain des élections départementales ?
 
Séances précédentes :
Séance du 20 novembre 2014 : Banlieues : qui sont les « prolétaires » ?
 
Joël Biard, président de l’Institut d’histoire sociale CGT d’Ile-de-France
Gérard Mauger, sociologue, directeur de recherche du CNRS au Centre de sociologie européenne (CSE)
Simon Ronaï, géographe, directeur du bureau d’études ORGECO
 

Emmanuel Bellanger

Chargé de recherche du CNRS
Centre d'histoire sociale du XXe siècle (CHS) UMR 8058 CNRS
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
http://histoire-sociale.univ-paris1.fr/spip.php?article20

Séminaire "La ville labyrinthe", Tours, 10 décembre 2014

LA VILLE LABYRINTHE
Séminaire org. par Natacha Lubtchansky et Manuel Royo (CeTHIS - Tours)
10 déc. 2014
Université François-Rabelais
3 rue des Tanneurs
37041 Tours Cedex
BU -5e étage - 10h-17h

Natacha Lubtchansky (Histoire de l'art, Tours)
Le labyrinthe, métaphore de la ville antique?

Brice Gruet (Géographie, UPEC)
La rue, le labyrinthe et la ville - Perspectives méthodologiques

Raphaële Bertho (Etudes phographiques, Bordeaux)
Vision des grands ensembles et le labyrinthe urbain

Séminaire dans le cadre du projet transversal 2014-2017 : Se perdre dans la ville

L’image des villes « lieux de perdition » est sans doute aussi ancienne que cette forme très particulière d’organisation de l’espace et du territoire qu’est la ville. Pourtant, aujourd’hui, les villes sont vues comme des principes organisateurs de l’espace dont on cherche à accentuer la visibilité et l’identité par des politiques de marquage visuel par exemple (« starchitecture », marketing territorial). On ne doit plus pouvoir « se perdre dans les villes » aujourd’hui et pourtant, cette question intéresse les grandes entreprises de mobilité (comme la RATP) et mobilise pour le moment surtout les géographes. Une approche large et historique du problème pourrait permettre de mettre en lumière d’autres approches.

"Réinventer le tramway ?", Paris, 10 décembre 2014

La séance se déroulera à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville,
60, boulevard de la Villette, 75019 Paris (M° Belleville).
Contact et inscriptions : seminaire_tramway@ahicf.com
Réinventer le tramway ?
Quarante années de TCSP, tramways et transports guidés en France : controverses et réalisations
Séminaire proposé par Rails et histoire
et l’Axe « Architecture des Territoires » de l’UMR AUSser n° 3329 / CNRS
La huitième séance du séminaire se déroulera le
mercredi 10 décembre 2014 (14 h-17 h).
Elle s’inscrit dans le cycle de réflexions sur « La mobilité à l’issue de 40 ans de tramways »
et portera sur le thème :
Tracé et espace public : la conception de l’espace Tramway entre desserte, vitesse et exploitation
 
Intervenants :
François Laisney (architecte dplg, Urbaniste IUUP, chercheur associé à l’IPRAUS, auteur de Atlas des tramways français, Paris, Éditions Recherches, 2011, 422 p.)
Olivier Nau, SETEC ITS (ingénierie des systèmes de transport)
Pierre Zembri (professeur à l’Université de Marne-la-Vallée, directeur de l’UMR Laboratoire Ville Mobilité Transports)
Karen Bowie (professeure, histoire et cultures architecturales ENSA Paris-La Villette, directrice AHTTEP (UMR AUSser 3329), présidente de séance
Programme des séances de l’année 2014-2015
 
« La mobilité à l’issue de 40 ans de tramways »
 
Séance 7 : 8 octobre 2014 Les métiers du tramway et la formation d’une culture professionnelle
Séance 8 : 10 décembre 2014 Tracé et espace public : la conception de l’espace Tramway entre desserte, vitesse et exploitation.
Séance 9 : 11 février 2015 Le tramway, entre incertitudes et tergiversations : le projet victime du jeu des acteurs.
Séance 10 : 15 avril 2015 Les effets territoriaux du tramway : la question des commerces, de l'inclusion et de l'espace public.
L’enregistrement des interventions sera disponible en ligne sur le site www.ahicf.com.

VOISINAGE, VOISINER MUTATIONS URBAINES ET CONSTRUCTION DE LA CITÉ DU MOYEN ÂGE À NOS JOURS (Tours, 28 nov 2014)

VOISINAGE, VOISINER
MUTATIONS URBAINES ET CONSTRUCTION DE LA CITÉ
DU MOYEN ÂGE À NOS JOURS
CeTHiS-HiViS (Histoire, villes et société) - Tours
Projet 2014-2016
 
ATELIER 1
Perspectives historiques, approches pluridisciplinaires
Vendredi, 28 novembre 2014, 9h30-17h30
3 rue des Tanneurs - 37000 Tours
Salle 128
9h30
Ulrike Krampl (U. Tours, CeTHiS/HiViS, Histoire moderne), « Introduction »
10h
Denis Martouzet (U. Tours, CITERES/IPAPE, Aménagement urbain), « La dimension urbanistique de l’injonction du vivre-ensemble : entre nécessité, réalité et utopie »
11h15
Susanne Rau (Université d’Erfurt, Histoire et culture des espaces), « Voisinages – organisation, cohabitations, conflits : historiographie européenne et étude de cas (Lyon, époque moderne) »
Pause midi (12h15-14h)
14h
Robert Carvais (CNRS-CTAD, Histoire du droit), « Le voisinage saisi par le droit »
15h
Sarah Carton de Grammont (LAIOS-IIAC CNRS/EHESS, Anthropologie sociale), « Voisinages moscovites, 1924-2009. De l’enthousiasme coopératif à la kommounalka, de la kommounalka à l’autogestion contre la privatisation: anthropo-logiques de l’extrême »
16h15
Bénédicte Florin (U. Tours, CITERES/EMAM, Géographie sociale), « Voisiner au Caire : de L’immeuble Yacoubian (A. Al Aswaani) à Utopia (A. Tawfik) »
INFORMATIONS SUR LE PROJET

Soutenance : Elodie Oriol, Vivre de la musique à Rome au XVIIIe siècle : lieux, institutions et parcours individuels.

Élodie ORIOL a le plaisir de vous convier à sa soutenance de thèse de doctorat en histoire moderne intitulée :

Vivre de la musique à Rome au XVIIIe siècle : lieux, institutions et parcours individuels.

La thèse sera présentée et soutenue publiquement le samedi 6 décembre 2014 à 14h,
à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme d'Aix-en-Provence (MMSH), Salle Georges Duby, 5 rue du château de l'horloge, 13094 Aix-en-Provence

Devant un jury composé de :

Renata AGO, Professore ordinario, Università di Roma La Sapienza (directrice de thèse)
Gilles BERTRAND, Professeur des Universités, Université Pierre Mendès-France Grenoble 2
Marina D’AMELIA, Professore ordinario, Università di Roma La Sapienza
Brigitte MARIN, Professeur des Universités, Aix-Marseille Université (directrice de thèse)
Nicolas MORALÈS, Maître de conférences, Aix-Marseille Université
Franco PIPERNO, Professore ordinario, Università di Roma La Sapienza