Proposez des sessions à la conférence EAUH 2016 !

L’appel à propositions de sessions du XIIIe Colloque International d’Histoire Urbaine organisé à Helsinki (24-27 aout 2016) est ouvert.

Le thème général est “Reinterpreting Cities”.

La soumission se fait, en français ou en anglais, jusqu’au 1er mars 2015 sur le site de la conférence : https://eauh2016.net/

Le calendrier jusqu’à la conférence est disponible sur la page  https://eauh2016.net/?page_id=41

La présentation des propositions de sessions doit comprendre les éléments suivants:

  1. Le titre de la session.
  2. Un résumé de 200-400 mots contenant une description cohérente du thème de la session, une question centrale et une liste de sujets clés. Le thème de la session doit s´inscrire dans le contexte de l´historiographie récente. Le texte de la proposition doit expliquer en quoi le thème suggéré est actuel et important, préciser quel est l´objectif de la session et énumérer une liste de sujets potentiels se rapportant au thème. Les sessions qui portent sur des thèmes abordés d’un point de vue comparatif, qui englobent un ou plusieurs pays et élargissent la perspective au-delà de l’Europe, sont particulièrement bienvenues.
  3. Le type de session proposée: soit une session principale (3 heures, max. 7-8 communications), soit une session spécialisée (1,5 heures, max. 3-4 communications). “Le comité scientifique pourra donner la préférence aux sessions spécialisées traitant de thèmes novateurs.”
  4. Le nom, l’affiliation institutionnelle avec l´adresse postale et l’adresse de courriel de chacun des organisateurs de la session. Chaque session doit être coordonnée par deux organisateurs minimum. La priorité sera donnée aux sessions co-organisées par des chercheurs de différents pays.
  5. Un court CV d’une page de chacun des organisateurs de la session, faisant mention de leur expérience antérieure dans l’organisation de séances semblables (une liste exhaustive n’est pas requise). Les jeunes chercheurs sans expérience peuvent indiquer la liste de leurs communications dans des conférences internationales. Toutes les conférences de l´AEHU reposent sur un appel à contributions ouvert. Par conséquent, les sessions proposées ne doivent pas être constituées sur la base d´une liste préétablie de conférenciers. En principe, les organisateurs de la session ne devraient pas présenter de communication.

NB: Les chercheurs ne peuvent télécharger qu’une seule proposition de séance.

Journée d’études “Les femmes et la ville XIXe-XXe s.”, 24 mars 2015, Bruxelles

Journée d’étude – CENA 24 mars 2015

 

Les femmes et la ville

BRUXELLES-MONTRÉAL XIXE-XXE SIÈCLES

Le Centre d’études nord-américaines (CENA) de l’ULB organise le 24 mars prochain une journée d’étude consacrée aux femmes et la ville.

Co-organisée par Nicolas Kenny, membre invité de MICM-arc cette année, la journée comptera plusieurs interventions de membres et amis de l’ARC. Le programme se trouve en cliquant sur le lien ci-dessous.

Journée-détudes-Les-femmes-et-la-ville-CENA-24-mars

Où ? ULB, Maison des Arts (56, avenue Jeanne)

Comment ? Informations et inscriptions: Philomène Gallez (pgallez@ulb.ac.be)

Séance de séminaire “Le genre de la ville”, Lyon, 1er avril.

La prochaine séance du séminaire doctoral sur le genre “Savoirs, objets, méthodes” se déroulera le mercredi 1er avril de 16h à 19h à l’Institut des Sciences de l’Homme, en salle Ennat Léger, 14 avenue Berthelot, Lyon.

Elle est ouverte aux masterant.e.s, doctorant.e.s, post-doctorant.e.s et plus largement à tout chercheur.e.s intéressé.e.s par les questions de genre.

 

 Séance 2 : « Le genre de la ville »

Touriste dans le Quartier Rouge : approche intime des géographies morales d’Amsterdam 

Amandine Chapuis est chercheure post-doc JEDI à l’Université Paris-Est. Ses recherches doctorales portaient sur le rôle du tourisme dans la construction de la dimension spatiale des identités individuelles à Amsterdam. 

Paris, « le bordel de l’Europe » : quartiers chauds et géographie morale au XIXe siècle 

Lola Gonzalez-Quijano est postdoctorante au LARHRA à l’Université Lyon 2. Sa thèse s’intitule Filles publiques et femmes galantes. Des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espaces sociaux et géographiques parisiens (1851-1914).

Parution : Laurent Litzenburger, Une Ville face au climat: Metz à la fin du Moyen Âge (1400-1530), PUN – Éditions Universitaires de Lorraine, 2015

Cet ouvrage d’histoire médiévale et d’histoire du climat est issu d’une thèse qui a obtenu le « prix spécial du jury » du concours de thèse 2012 de la Société Française d’Histoire Urbaine.

Dans la lignée des travaux fondateurs d’Emmanuel Le Roy Ladurie (auteur de la préface), Christian Pfister et Emmanuel Garnier, l’étude s’inscrit dans la réflexion contemporaine sur les sociétés confrontées aux changements climatiques. Elle porte sur le cas particulier de Metz
et de son plat-pays, un véritable « État urbain » qui constitue une originalité au Nord des Alpes et qui s’est construit autour de l’une des plus grandes cités de l’Europe occidentale à l’orée de
la Renaissance.

Pour en savoir plus, présentation téléchargeable : une_ville_face_au_climat_metz

Avis de parution : Frédéric Moret, The End of the Urban Ancient Regime in England, Cambridge Scholars, 2015, 375 p.

Frédéric Moret, The End of the Urban Ancient Regime in England, Cambridge Scholars, 2015, 375 p.
http://www.cambridgescholars.com/the-end-of-the-urban-ancient-regime-in-england

The 1835 Reform Act is both a consequence and a continuation of the 1832 Reform Act. By dealing with those « citadels of Torysm »that were the municipal corporations, the Whigs, not only wanted to confirm their electoral victory ,but also to reform the local system largely criticised for decades. Preceding the reform, a thorough investigation was conducted by a group of twenty commissioners- young liberal or radical lawers-who visited 285 municipal corporations in England and Wales. After public hearings, they wrote, for each borough, a detailed report which provided an accurate picture of the municipal institutions and their functioning over decades.

In describing the political organisation, the administration, the legal and law enforcement functions, the reports showed that the municipal corporations were areas of privileges. Beyond the overview provided by those in favour of reform of a system at the breaking point, the reports, while taking into account local situations, measured the role played in urban management by municipal corporations. After an extensive campaign and several petitions, the parliamentary debate resulted in a compromise bill that aimed at reforming only the main royal boroughs. Small towns as well as large indusrtial cities, which had not been granted the royal charter of incorporation, were not concerned by the reform. Though it treated carefully certain former institutions, the municipal reform fundamentally altered the way administration was run and marked the end of the urban Ancient Regime in England as in Wales.

La réforme municipale de 1835 est à la fois la conséquence et la continuation du Reform Act de 1832 ; en s’attaquant aux “citadelles du torysme” que constituaient les corporations municipales, les Whigs voulaient tout autant confirmer leur victoire électorale et réformer un système local, très critiqué depuis plusieurs décennies. La réforme fut précédée par une large enquête, menée par un groupe de jeunes juristes proches du libéralisme voire du radicalisme, qui furent chargés de visiter 285 corporations municipales. A l’issue d’audiences publiques, les commissaires rédigèrent, pour chaque bourg, un rapport détaillé, qui permet de dessiner un portrait précis des institutions municipales et de leur fonctionnement depuis plusieurs décennies.

Décrivant l’organisation politique, le fonctionnement administratif, les fonctions juridiques ou de maintien de l’ordre, les rapports des commissaires montrent les corporations municipales comme un espace de privilèges. Par delà le constat général d’un système à bout de souffle dressé par ces partisans de la réforme, les rapports permettent de mesurer, selon les situations  locales, le rôle joué par les corporations municipales dans la gestion urbaine. Le débat parlementaire précédé d’un large campagne et de nombreuses pétitions, aboutit à une loi de compromis, réformant exclusivement les principaux bourgs royaux. Les petites localités et les grandes villes industrielles, n’ayant pas reçu de charte royale d’incorporation, ne furent pas concernées par la réforme. Ménageant certaines anciennes institutions, la réforme municipale modifie cependant en profondeur le fonctionnement des municipalités, et  marque la fin de l’Ancien Régime urbain en Angleterre et au Pays de Galles.

Séminaire “Seine-Saint-Denis Paris Banlieues” 2014-2015, prochaine séance (19 mars)

Compte rendu : Yoann Morvan, Sinan Logie, Istanbul 2023, Paris, Editions B2, Collection Territoires, 2014 (Duygu Tasalp)

Le fond de la question traitée dans ce livre n’est pas un problème spécifiquement stambouliote mais un processus mondial : la métropolisation et l’étalement urbain chaotique, impulsés par un aménagement du territoire guidé surtout par des ambitions économiques et politiques. Istanbul 2023 donne à voir avant tout un exemple d’intervention de l’État – et d’une petite équipe d’acteurs privés forts du soutien de celui-ci – sur l’espace urbain. On assiste sur les rives du Bosphore à un spectacle d’ « urbanisme autoritaire » (P. Lacaze). Les auteurs de ce livre, l’anthropologue Yoann Morvan et l’architecte Sinan Logie, dénoncent la traduction spatiale du néo-libéralisme économique, mis en oeuvre par le Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkinma Partisi, AKP) au pouvoir. Ils s’inscrivent ainsi dans une tendance récente de la recherche en sciences humaines et sociales qui met à mal une vision fantasmée, sinon fausse, partielle d’Istanbul, en mettant à jour son autre face, sombre et violente1. Car Istanbul 2023 parle de violences sur l’environnement naturel et le patrimoine historique ; de violences sur les hommes et les femmes, et des hommes sur les femmes ; de violences sur la ville en somme. Là encore, rien de singulier, nous dira-t-on, il s’agit des « effets marginaux » de l’urbanisation : « la ville encombre et souille son environnement », écrivait Pierre George en 1989, entendant par « la ville », toutes les villes, comme si finalement il s’agissait d’un phénomène naturel, normal, inévitable, indépendant de la volonté des hommes et surtout des dirigeants.

Or, tranchant totalement avec ce genre d’analyse, Sinan Logie et Yoann Morvan font référence au « droit à la ville » (Henri Lefebvre) menacé par un capitalisme effréné (David Harvey). Au delà de « la ville » et des transformations urbaines, ils mettent en lumière une matrice sociale caractérisée par un pouvoir euphorique et une société civile émergente. Aussi Istanbul 2023 qui s’ouvre sur l’image marquante des bulldozers dans le parc de Gezi au printemps 2013, n’est lui-même rien de moins qu’un bulldozer lancé contre les cartes postales idylliques aux minarets et les fantasmes orientalistes de l’imaginaire européen. Les sept collines ont proliféré. Istanbul, qui semble à tout moment prête à déborder dans le Bosphore, a dépassé ses frontières et compte désormais des centaines de collines, offrant de leurs sommets un panorama peu fantasmant : forêts mitées, zones industrielles, eaux souillées. Les yali et les palais d’hier côtoient aujourd’hui hôtels de luxe, yachts et bateaux-mouches. Narguilé et mesiré, ont laissé place aux nouveaux plaisirs et loisirs que sont la télévision, les virées dominicales dans les shopping malls et les pique-niques en clairière d’autoroute. Que le lecteur soit averti : Istanbul 2023 n’est pas pour séduire, mais révéler sans pudeur, voire avec quelque obscénité, ce qui ne se voit pas, ne se montre pas, ni ne se dit.

Loin des sentiers connus et des centres historiques inondés par les touristes, Yoann Morvan et Sinan Logie ont choisi d’arpenter les marges, les périphéries, les « pointes filandreuses » de cet « immense corps urbain informe ». Car l’Istanbul de demain s’expérimente là où sont habituellement transférés ou dédoublés cimetières, hôpitaux, asiles et prisons – autrement dit, les morts, les malades et les bannis, « marginalisés » au sens géographique du terme, parce qu’ils n’ont pas leur place dans la ville. Or, ces franges urbaines, où se trouvent toujours ces exclus de la ville, constituent désormais à Istanbul les laboratoires de la politique d’aménagement du territoire du Parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir. Une politique d’urbanisation couplée à une spéculation foncière et immobilière illimitée. C’est là, loin des yeux et des appareils photos que le néo-libéralisme se déchaîne ; qu’il abat, loin de Taksim et du parc Gezi, des millions d’arbres ; qu’il exproprie, démolit, pour construire frénétiquement des autoroutes et des aéroports, accumuler des tours, des gated communities, et des centres commerciaux, au moyen de leviers législatifs et de pratiques clientélistes.

Chaque chapitre de ce livre constitue, selon ses auteurs, « un arpent souhaitant saisir d’un point de vue thématico-géographique le devenir d’Istanbul ». Le devenir, car l’agenda électoral ne connaît pas « l’ici et maintenant ». L’« objectif 2023 » fixé par l’actuel président Recep Tayyip Erdogan, représente la date à laquelle celle-ci devra intégrer les dix premières économies mondiales, à l’occasion du centenaire de la République de Turquie… 1923, c’est aussi la date à laquelle Istanbul fut détrônée au profit d’Ankara, nouvelle capitale pour un nouveau régime. Vengeance d’une ville sur l’histoire? Depuis 1923, de l’eau a coulé sous les ponts du Bosphore2. Désormais, comme le suggérait l’horizon ensoleillé représenté sur les affiches de campagne électorale d’Erdogan pour les présidentielles d’août 2014, il s’agit surtout de regarder vers l’avant, vers l’avenir. Le présent est déjà passé, et le passé n’est là qu’en tant qu’outil d’une politique symbolisante, « fétichisante » et galvanisante. Etat orwellien, l’Etat turc contrôle tous les temps. Aussi dans Istanbul 2023, Yoann Morvan et Sinan Logie nous donnent à voir un futur déjà là, déjà visible. Mais on y aperçoit également les fantômes égarés d’un passé invisible. Les pierres tombales, les temples, la toponymie pourtant, constituent des vestiges physiquement présents de cet autre passé, les traces d’une urbanisation toute en décompositions et recompositions perpétuelles, en exclusions et en intrusions.

Mais la ségrégation patrimoniale et mémorielle – pendant géographique de l’historiographie officielle négationniste -, est à l’œuvre : seul le passé ottomano-turco-islamique semble être digne d’une ré-appropriation politique et d’une muséification aux accents nostalgiques. Or la nostalgie, selon la psychanalyse, est intimement liée au secret collectif, partagé par un groupe soudé dans l’interdiction de trahir ce secret – interdiction elle-même transmise secrètement. Respecter cette interdiction permet de conserver la nostalgie d’un passé perdu et inversement, le sentiment de nostalgie empêche de trahir le secret (E. Schmid-Kitsikis). La communauté nostalgique est ainsi verrouillée par le secret et le mensonge inévitablement induit. Néanmoins le passé-secret, aussi lié soit-il à une perte et à un sentiment de honte insupportable, ne manque pas, tôt ou tard, de refaire surface.

C’est ainsi que dans le livre Istanbul 2023, surgit à Basaksehir, la ferme de Resneli Niyazi Bey. Jeune-Turc originaire d’Albanie, membre du Comité Union et Progrès, Ahmet Niyazi (1873-1912) fut l’un des « héros de la liberté » lors de la révolution constitutionnelle de juillet 1908. La même année, il obtint ces terres composant aujourd’hui l’arrondissement de Basaksehir, via la dépossession des populations arméniennes qui y vivaient… Quand on sait la force du secret collectif en Turquie concernant le génocide des Arméniens et des spoliations qui l’ont accompagné, la ferme de Resneli et sa signification ne peuvent pas échapper au lecteur. Aujourd’hui ce sont les habitants des gecekondu – nouveaux « exclus » – qui sont dépossédés par de puissantes agences constituant le bras armé de l’Etat-AKP dans sa conquête foncière et immobilière. Car si le pouvoir est le contrôle du temps, c’est aussi la maîtrise de l’espace. Des périphéries sont érigées en pseudo-centres symboliques. Les habitats informels continuent de s’improviser aux côtés des luxueux complexes résidentiels. Moins la ville ne connaît de bornes, plus ses habitants se clôturent, s’entourent de murs, physiques ou virtuels. Industrie et patrimoine forment un couple étrange enfantant à la fois déchets toxiques et œuvres d’art. Les inondations répétées n’empêchent pas l’augmentation des investissements dans les projets immobiliers. Les expropriations brutales et la redistribution évergétique aux aspects « islamiques » sont tour à tour pratiquées par les autorités. Istanbul 2023 est le lieu de toutes les contradictions, de toutes les collisions et collusions, entre architectes et gouvernants, gangs de drogue et forces de l’ordre, et de temps à autres, le théâtre de luttes urbaines.

Celles-ci résultent de l’explosion des frustrations de la société face à un pouvoir qui, à l’image de la mégalopole, semble ne plus tolérer de limites. Les « projets fous », comme le percement d’un canal long de 50 km reliant la mer Noire à celle de Marmara, expriment des ambitions mégalomanes. Tout n’est que démesure et spectacle. Les méga-infrastructures, toujours plus immenses, réalisées toujours plus vite, traduisent un désir frustré de grandeur et flattent le sentiment national de potentiels électeurs. Futurs monuments du néo-impérialisme erdoganien, ces projets de ponts, de routes, d’aéroports, constituent autant de liens. Ils lient d’abord ceux à qui ils profitent: des promoteurs aux agences immobilières, en passant par tous les éléments composant le « système AKP » (E. Massicard), sans oublier les investisseurs de capitaux étrangers. Evidemment, ils relient physiquement les hommes non seulement au sein de la métropole, mais aussi dans un système migratoire régional et intercontinental. Au-delà de ses frontières géographiques qui ne cessent de reculer, Istanbul est partout, en Turquie, et au-delà : les célèbres feuilletons télévisés turcs diffusent dans de nombreux pays du Maghreb, des Balkans et du Moyen-Orient de nouveaux fantasmes sur la vie stambouliote.

Loin des rêveries à l’eau de rose, Yoann Morvan et Sinan Logie ne manquent pas d’humour et relèvent, au cours de leur arpentage, des ironies plus ou moins cruelles, plus ou moins poétiques : une salle de mariage en forme d’immense cage blanche en aluminium ; une étendue d’eau souillée baptisée « Eau Pure » ; la recommandation faite aux femmes turques, de plus en plus victimes de violences depuis 2007, de ne pas rire aux éclats dans les lieux publics ; l’élévation d’un hôpital privé spécialisé dans le tourisme médical, près d’une zone industrielle qui atteint des records mondiaux de taux de cancer… Si le lecteur hésite entre rire ou pleurer, en Turquie la société « post-urbaine » des réseaux sociaux, elle, a le sens de l’humour et ne se prive pas du plaisir de tourner en dérision toutes ces incongruités. Mais le rire n’est-il pas une échappatoire à la folie lorsque le présent est trop oppressant?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, très sérieux lui, pense à demain, à sa postérité. Il est déterminé à laisser une empreinte profonde dans l’espace stambouliote. Le troisième aéroport devra être le plus grand du monde, à tel point qu’il sera visible depuis la Lune, et portera son nom : Erdogan. Lui qui glisse de plus en plus vers la politique de l’ « homme seul » (tek adam), qui reçoit désormais ses hôtes de marques entouré d’une horde de guerriers déguisés symbolisant les empires de l’histoire « turque », rappelle un autre « homme seul » de l’histoire qui démolissait à Rome des bâtiments hérités du Moyen-Âge et de la Renaissance pour isoler et exalter les monuments de l’Empire romain3… Pessimisme ou clairvoyance? Le fait est que l’épuisement déjà alarmant des ressources, l’endettement, public et privé, étatique et individuel, la tri-polarisation politique et la fragilité des équilibres sociaux laissent présager, aux auteurs d’Istanbul 2023, un avenir moins ensoleillé, plus conflictuel, voire « infernal ».

1 Voir notamment le dossier « Istanbul » de la Revue Urbanisme, n°374, septembre-octobre 2010.

2 Jean-François Pérouse, « Istanbul depuis 1923: la difficile entrée dans le XXème siècle », dans Nicolas Monceau (sous la direction de), Istanbul. Histoire, Promenades, Anthologie & Dictionnaire, Paris, Robert Laffont, Collection Bouquins, 2009.

3 Andréa Giardina, André Vauchez, Rome, lidée, le mythe, Paris, Fayard, 2000

Journée d’étude “La parcelle dans tous ses états”, 2 avril 2015

Groupe Transversal du LABEX Futurs Urbains : Usages de l’histoire et devenirs urbains

Compte rendu : Clarisse Lauras, Firminy-vert, de l’utopie municipale à l’icône patrimoniale, préface de Taline Ter Minassian, Rennes, PUR, 2014 (Jacques Goulet)

Taline Ter Minassian l’énonce dans sa préface, « ce livre doit se lire comme un roman de l’action municipale ». Cette lecture a quelque chose de réjouissant en ces temps de défiance générale à l’égard des acteurs de la vie politique. Judicieusement illustré de nombreux documents d’époque, photos, plans, articles de presse, cet ouvrage d’une historienne stéphanoise suit pas à pas la formation d’un homme politique, son action nationale, puis son rôle de maire de Firminy, une modeste ville ouvrière de la Loire, de 1953 à 1971. Durant trois mandats, son œuvre de bâtisseur s’est inscrite dans le cadre de la reconstruction des Trente Glorieuses, et précisément Eugène Claudius-Petit avait participé durant quatre années à huit gouvernements instables en tant que ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, poste crucial à une époque où beaucoup d’habitations étaient vétustes et où l’exode rural, conjugué au baby-boom, rendait la crise du logement aiguë. L’aboutissement de cette action locale est représenté par la création d’un quartier auquel l’auteure s’est particulièrement intéressée, Firminy-Vert. Inspirée de la Charte d’Athènes, cette extension de la ville dans laquelle Le Corbusier (avec une Maison de la culture, un stade, une Unité d’habitation et une petite église, un chef-d’œuvre qui a été classé alors qu’il était à l’état de chantier abandonné) et son « successeur », André Wogenscky (une piscine), sont intervenus à côté de quelques architectes moins célèbres mais tout à fait estimables, Marcel Roux, Jean Kling, Charles Delfante et André Sive. Ce dernier a conçu la « Tour », un bâtiment en hauteur pour cette ville traditionnelle, qu’il a su intégrer à un paysage que l’on créait – un quartier résidentiel plutôt qu’urbain. Claudius-Petit tenait à mettre en application les enseignements qu’il avait tirés de son expérience ministérielle.

Eugène Petit (1907-1989), né dans un milieu populaire, a connu la vie difficile de la classe ouvrière et il ne l’a pas oublié. Ébéniste formé à l’école Boulle, il a appris à dessiner jusqu’à devenir professeur de dessin certifié. Clarisse Lauras retrace le chemin d’un homme qui à tout moment cherchait à apprendre, qui était attiré par l’innovation qu’elle fût formelle, architecturale ou sociale. Ce chrétien qui fut membre de la CGT était un autodidacte audacieux et généreux. L’étape décisive, celle au cours de laquelle il a montré ses capacités et noué ses amitiés les plus durables, celle pendant laquelle il s’est révélé, c’est la Résistance. Il est une des rares personnes qui ont entendu l’appel du 18 juin 1940. Son rôle à la tête de Franc-Tireur a fait de cet ancien de Jeune République (le mouvement de Marc Sangnier) un Compagnon de la Libération et lui a permis de se faire élire député (UDSR) à la Libération, puis de devenir ministre. Il lui a aussi donné une nouvelle identité puisque Eugène Petit a fait précéder son patronyme, très fréquent sinon trop fréquent, de son pseudonyme de résistant. À la fin de son exercice ministériel, Eugène Claudius-Petit eût volontiers mis ses compétences au service de Lyon, mais les hommes en place ne le lui ont pas permis. Engagé à Firminy, il y a œuvré jusqu’au moment où il a été battu et a fini sa vie politique comme député centriste du XIVarrondissement de Paris.

Ce livre trace le portrait d’un élu efficace qui vivait à Paris et ne jouait jamais les notables à Firminy mais qui s’y rendait très régulièrement. Là, il suivait les affaires de près, formait des équipes et tentait de procurer de meilleures conditions de vie à cette population et à ses enfants, notamment avec la création d’un quartier vert, au sens que l’on donnait alors à ce terme, comme une extension plus saine, dans la nature, qui serait donnée à une ville vétuste, enfumée, insalubre et en grande partie composée de taudis loués à petits prix aux mineurs et aux ouvriers. Avec ses descriptions des modes de vie ouvriers et son analyse de leurs mutations liées à l’aménagement progressif d’une fraction de la population dans un quartier neuf, ce livre détaillé nous renvoie à un classique, Rénovation urbaine et changement social. L’auteur, Henri Coing, décrivait et analysait il y a presque cinquante ans les conséquences sur les modes de vie de ses habitants  de la démolition d’un îlot vétuste du 13e arrondissement de Paris1 et de leur relogement dans de nouveaux immeubles : une vie de quartier cassée, moins de cafés et de restaurants, des loyers plus élevés, des achats de meubles et d’électroménager, avec pour conséquences un moindre budget pour le bistrot et le tabac, bref une existence recentrée sur la famille. Un monde s’effondre, un autre naît quand on change collectivement de cadre de vie de manière soudaine, et une partie de la population peine à s’y adapter.

Quand on rénovait Firminy, si on créait sur les hauteurs ce qui ressemble à un grand ensemble, c’était parce qu’on croyait que la population de la cité appelouse allait augmenter. La réussite saute aux yeux : tous les immeubles sont agréablement disposés au milieu d’une verdure ombragée par des arbres ; on a tracé des chemins sinueux et aménagé des escaliers. Cette réalisation se présente comme l’antithèse de la ville ancienne, de celle que connaissaient les Appelous. Comment percevront-ils cette ville à la campagne, comment celle-ci vieillira-t-elle ? Claudius-Petit fait de son mieux et il se pose les bonnes questions, il essaie même d’aider les gens à respecter l’œuvre architecturale que représente la nouvelle cité, en leur demandant de prendre de nouvelles habitudes, de ne plus étendre leur linge aux fenêtres, par exemple.

Le titre du livre indique bien à quels éléments de réflexion cette étude détaillée apporte son concours. Aujourd’hui, les industries du secteur primaire, celles qui faisaient la richesse de la ville en même temps qu’elles maintenaient dans la misère ses travailleurs, ces industries ont périclité, puis elles sont mortes. Les habitants de Firminy-Vert, même de condition modeste, ont une automobile et vont faire leurs courses dans des grandes surfaces. Le lieu d’implantation choisi en hauteur pour l’agrément, est mal relié au reste de la cité. Et puis, la population n’ayant pas crû comme on le prévoyait, on a en partie détruit certains de ces immeubles. Épargnée, l’Unité d’habitation a été divisée en deux : une zone a été transformée en copropriété, l’autre est toujours affectée à des logements sociaux dont les loyers semblent modiques à un Parisien. L’entretien est onéreux, il y a du chômage, et on a même vu des émeutes en juillet 2009…

Ce qui a sauvé ces bâtiments, c’est la patrimonialisation de l’ensemble et au premier rang celle des œuvres de Le Corbusier, qui comptent sans doute, avec Ronchamp, parmi ses plus belles réalisations en France. Des enfants doivent garder un excellent souvenir de leur merveilleuse école maternelle sur le toit de l’Unité d’habitation. Des petites niches au vitrage coloré ponctuent la façade et leur offraient une vision tout en couleur de leur environnement. Les conduites de gaz posaient, dit-on, des problèmes de sécurité mais peut-être ne supportait-on plus l’idée d’une école sur le toit d’un immeuble d’habitation, et puis le nombre d’élèves était insuffisant. L’urbanisme du résidentiel périurbain où l’habitant vient chaque soir refaire sa force de travail, loin des lieux de consommation, paraît aujourd’hui rejeté. Et, pourtant, quelle architecture !

En fait, l’utopie matérialisée, même avec des formes et des couleurs à la hauteur de ses ambitions, déçoit en partie, on a l’impression qu’elle est advenue trop tard. Il reste que Firminy a été rénovée, que beaucoup d’habitants ont été mieux logés et que la ville, autrefois misérable, est maintenant célèbre pour les « édifices de Le Corbusier », comme dit le Petit Larousse. On s’étonne, avec Clarisse Lauras, que le nom de ce maire visionnaire n’ait à ce jour été attribué à aucune portion du territoire de ce chef-lieu de canton auquel il a beaucoup donné et où il a choisi d’être inhumé.

1 Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions ouvrières, 1966.

Compte rendu : Michel Bochaca et Jacques Micheau, Fortaney Dupuy, un marchand de Bordeaux à l’aube de la Renaissance ; Michel Bochaca et Jacques Micheau, présentation et édition Livres de comptes de Fortaney Dupuy, marchand et bourgeois de Bordeaux (1505-1523), Les Editions de l’Entre-deux-Mers, 2014 (Denis Menjot)

Au sortir de la guerre de Cent Ans et durant les premières décennies du XVIe siècle, Bordeaux connaît un vif essor n’ayant comme rivale sur la côte atlantique du royaume de France que le port de La Rochelle. C’est dans cette cité que va faire une belle carrière de marchand, Fortaney Dupuy que Michel Bochaca et Jacques Micheau nous font revivre à travers l’étude de ses trois registres de comptes qui nous ont été conservés, un livre de raison (septembre 1505- février 1522) qui compte 312 folio, un livre-mémoire (août 1512-novembre 1521) de 53 folio et un livre de créances tenu par son employé, Odet de Minbielle en l’an 1523, de 41 folio.

Dans le tome 2 de cette publication, les auteurs présentent une édition critique en tous points remarquable de ces 406 folio de lecture difficile étant donné la dégradation de certains feuillets et le peu de soin apporté à la tenue des registres. Pour faciliter la lecture et la compréhension de ces textes, les éditeurs ont multiplié les notes infra-paginales sur les lieux, les dates – mises en nouveau style – et sur certaines personnes citées dans les comptes. Ils ont élaboré les indispensables index des noms de personnes, de lieux et des matières, et un glossaire très complet et fort utile des mots gascons car tous ces documents sont écrits dans cette langue alors parlée à Bordeaux et dans le Bordelais.

Ces registres qui sont les plus anciens conservés pour un marchand bordelais, ce qui en fait tout leur intérêt, nous plongent au cœur des affaires et de la vie quotidienne d’un marchand. Aucune autre source bordelaise ne permet d’approcher avec autant de précision, notamment d’un point de vue quantitatif, sur une période aussi longue d’une vingtaine d’années, soit la plus grande partie de sa carrière, un marchand et ses activités ainsi que les petites gens, ruraux et citadins qui forment le gros de sa clientèle. Au-delà de la figure de Fortaney Dupuy, c’est le monde des marchands bordelais des premières années du XVIe siècle qui nous est donné de connaître, et à travers ses clients et partenaires commerciaux, de larges pans de la société de Bordeaux et du monde des affaires qui l’animait. Michel Bochaca et Jacques Micheau nous les révèlent dans une étude rigoureuse et détaillée de 301 pages, enrichie de 35 illustrations, graphiques et cartes parfaitement réalisées, qui constitue le tome 1 de cette publication.

Ce marchand bordelais est un bel exemple de réussite économique et sociale d’un immigrant monté à Bordeaux de sa Chalosse natale pour se former. L’apprenti gravit rapidement les échelons avec des méthodes d’ascension classique, d’abord facteur d’un marchand, il se marie avec la nièce de celui-ci, ce qui témoigne du rôle de l’endogamie professionnelle et de la force des liens familiaux dans le développement des affaires commerciales. Il s’établit ensuite à son compte dans le quartier Saint-Michel où il a commencé et qui est le cœur de l’activité économique à Bordeaux. Signe de sa réussite économique, il engage à son service des employés indispensables à la bonne marche des affaires. Le premier d’entre eux est son beau-frère, ce qui montre une fois encore que l’endogamie professionnelle joue à plein dans la consolidation des réseaux de relations.

Fortaney Dupuy acquiert un important patrimoine immobilier à Bordeaux composé d’un bel hôtel situé dans la paroisse Saint-Michel qui est le siège de ses affaires, d’autres locaux annexes et de quelques immeubles de rapport. Dans la campagne proche, il achète des parcelles de terres et de vignes et deux exploitations agricoles, qui témoignent de sa réussite économique et sont des signes de prestige social. Ce patrimoine foncier qu’il gère aux dires des auteurs en ne prenant guère de risques, en « bon père de famille », n’est pas celui d’un homme d’affaires exceptionnel de l’envergure d’un Jacques Cœur mais d’un honnête marchand. Tant par sa composition que par sa localisation et ses fonctions, il est comparable à celui des autres marchands et, de façon plus générale, au patrimoine des élites urbaines bordelaises que d’autres sources notariées nous font connaître. Les comptes fournissent aussi des compléments intéressants sur la gestion quotidienne et les travaux effectués dans les immeubles, ce qui montre à quel point la conduite des affaires commerciales de Fortaney Dupuy et la gestion de son patrimoine s’entremêlent étroitement.

Ses livres de comptes, peu soignés, montrent que les techniques comptables qu’il utilise sont rudimentaires – il ignore le comptabilité à partie double – pour ne pas dire archaïques, à tout le moins bien éloignées de celles les plus développés par ses contemporains toscans, vénitiens ou flamands. Elles sont à la mesure d’un marchand d’envergure modeste qui s’inscrit probablement dans une autre culture que celle du chiffre d’affaires.

Comme la plupart des marchands bordelais de son époque, Fortaney Dupuy n’est pas spécialisé et s’en tient à la vente de draps à la coupe et de blés, froment et seigle surtout, et à des opérations de prêts. Seul le commerce des grains le conduit à opérer sur un marché sensible. Il prend appui sur les foires locales et régionales de Bayonne, Dax et Saint-Sever pour élargir le rayon géographique de ses affaires. Il pratique aussi d’autres activités complémentaires, notamment le commerce du vin et de vêtements tel que des chausses et des manteaux et à l’occasion de la viande salée, du poisson séché, des arbalètes et du pastel. Il travaille en fonction des besoins de ses clients auxquels il procure les marchandises et les services nécessaires à leur quotidien. Pour compenser le manque de numéraire, il procède avec ses clients et ses fournisseurs, à des opérations de troc. Faire crédit à un client n’apparaît pas seulement comme un acte à caractère économique mais aussi comme un moyen d’établir une relation sociale avec cette personne. L’honneur et la renommée du marchand se nourrissent de la dépendance des débiteurs envers lui.

La clientèle de Fortaney Dupuy était constituée de citadins principalement de sa paroisse et surtout de ruraux résidents dans les paroisses situées dans un rayon de quelques kilomètres autour de Bordeaux que les auteurs cartographient. Dans la documentation on voit défiler au fil du temps des familles entières. Au-delà du client titulaire d’un compte, les garants et les témoins, souvent choisis parmi les parents et les amis, dessinent un deuxième cercle de sociabilité. Les livres de compte permettent d’observer de façon relativement détaillée la répartition géographique, la composition socioprofessionnelle, les goûts et les comportements de sa clientèle.

La vie privée de ce marchand reste malheureusement dans l’ombre car les documents, et on peut le regretter, sont tout aussi avares en confidence sur ses clients que sur lui-même et les siens. Il ne fait pas œuvre de chroniqueur et n’a pas voulu ou n’a pas su se faire le témoin de son temps mais il est vrai que les documents qui nous sont parvenus étaient avant tout destinés à garder la trace de ses activités commerciales et financières, le livre dit de raison est en fait un livre de comptes.

Grâce à l’exceptionnelle richesse de ce dossier unique en son genre pour cette période, Michel Bochaca et son complice Jacques Micheau font donc sortir de l’anonymat Fortaney Dupuy que l’on peut désormais ajouter à la courte liste d’une douzaine de marchands de la fin du XVe et du début du XVIe siècle qui dans le royaume de France ont laissé une comptabilité qui a fait l’objet d’une étude. Ce bel ouvrage, parfaitement écrit et structuré, enrichit très sensiblement nos connaissances de l’histoire économique et sociale de Bordeaux.

Compte rendu: Noémi Lévy-Aksu, Ordre et désordres dans l’Istanbul ottomane (1879-1909). De l’Etat au quartier, Paris, Karthala, 2013 (Nora Lafi)

Ce livre, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’EHESS en 2010, porte sur le dispositif policier de l’Empire ottoman en sa capitale, Istanbul, entre la période des Tanzimat et les lendemains de la révolution jeune-turque, avec une attention particulière à la notion d’ordre public : « plus que les institutions, ce sont leur intégration dans l’espace urbain et ses limites, ainsi que leur contribution à la définition de l’ordre et du désordre » (p.16) que l’auteure a souhaité étudier, dans la lignée des travaux de Ferdan Ergut et de Nadir Özbek. Le travail que propose Noémie Lévy-Aksu se situe ainsi résolument aux confins de l’histoire institutionnelle, de l’histoire urbaine et de l’histoire sociale. Il dialogue aussi bien avec les réflexions contemporaines sur l’interprétation de l’effort ottoman de modernisation administrative pendant les Tanzimat, qu’avec les questionnements sur la nature du régime mis en place par Abdülhamid II, notamment autour de son système de surveillance, ou qu’avec les recherches convergentes d’un certain nombre d’historiens sur l’histoire de la police dans différents contextes urbains, dont Brigitte Marin, Vincent Milliot et Clive Emsley. Dans sa volonté de « lecture dynamique de la société ottomane » (p.21), l’auteure entend promouvoir une histoire sociale et urbaine de l’ordre public dont l’ambition est aussi de saisir la dimension quotidienne des rapports entre population et appareil de surveillance et de répression. Les sources utilisées sont essentiellement issues des archives de l’Etat ottoman à Istanbul (BOA) : ministère de la police et palais de Yıldız puis sûreté générale pour la fin de la période. Une des limites de ce corpus, comme le souligne Noémie Lévy-Aksu elle-même dans son introduction, est de ne donner qu’une vision partielle de l’action de la police, puisque souvent les rapports complets ne se trouvaient pas dans les dossiers concernés. Pour contourner ce biais, une piste était, à la manière de Cem Behar, de partir en quête des chroniques des chefs de quartier (muhtar). L’auteure tente de la suivre dans la dernière partie du livre. Une autre piste aurait été d’étudier plus en profondeur l’inertie, dans la période des réformes ottomanes, des pratiques administratives d’ancien régime : dans les archives, jusqu’à la fin de l’Empire, cette logique a continué à prévaloir. Les rapports complets se trouvent souvent dans les archives relatives au dialogue pétitionnaire. On y trouve non seulement les plaintes, mais aussi les témoignages et les rapports d’enquêtes. Ceci dit, le corpus proposé par l’auteure reste extrêmement cohérent et précieux, d’autant plus qu’il est complété par des sources annexes, comme la presse, les textes réglementaires et les débats au parlement.

Le premier chapitre de l’ouvrage est consacré aux mots de l’ordre et du désordre. Il commence par des considérations sur l’étymologie même de Tanzimat, autour du mot nizâm, ordre. La réforme est ainsi remise en ordre. Suivent des digressions plus ou moins convaincantes sur la notion d’ordre dans les réformes urbaines de l’époque des Tanzimat. Les remarques linguistiques de Noémie Lévy-Aksu sont également discutables en ce qui concerne le mot âsâyiş, l’ordre public. La nouveauté bureaucratique de l’usage du mot est sans doute bien moins grande qu’elle ne l’écrit. On trouve le mot employé avec un sens similaire plusieurs siècles auparavant de manière abondante, notamment dans les rapports de police sur les troubles urbains dans diverses partie de l’empire. En revanche, les réflexions sur l’expression d’époque hamidienne âsâyiş ber-kemal (l’ordre règne) sont plus convaincantes, et au moins significatives du zèle rapporteur des policiers de l’époque. Le chapitre propose aussi d’intéressantes considérations sur les mots du désordre, entre notations morales et jugements politiques.

Le deuxième chapitre est consacré à un panorama de la question de la sécurité publique dans la capitale ottomane, autour de deux enjeux principaux : d’une part les conséquences de l’abolition du corps des janissaires en 1826, et d’autre part celles du développement des flux migratoires. Pour chacun de ces aspects, l’auteure parvient à situer avec finesse son objet en rapport aux tendances récentes de l’historiographie. Le chapitre suivant est consacré à l’émergence de la thématique de l’ordre public dans le discours et les pratiques du pouvoir. « Notre hypothèse est que le règne hamidien et le début de l’époque jeune-turque sont marqués par une tentative d’objectivation du concept d’ordre public » (p.89) annonce Noémie Lévy-Aksu en ouverture. Elle suit ensuite cette piste au travers de l’idée d’une standardisation des rapports de police. Malheureusement cette idée n’est en rien convaincante : d’une part l’auteure n’a pas trouvé les rapports en question, et d’autre part ce qu’elle décrit correspond à des pratiques et des instructions que l’on peut retrouver sous des formes très comparables pour l’ancien régime : définition bureaucratique d’un style de rédaction, instruction de la hiérarchie en vue de l’obtention d’une production convergente en contenu et en forme. Il n’y a là guère de nouveauté que l’on pourrait attribuer à la modernité administrative de l’époque. Il en va en revanche différemment pour ce qui concerne le développement de l’usage des instruments statistiques : dans ce cas en effet le rapport entre appareil de surveillance et société en est modifié. Le chapitre apporte de précieux éléments à cet égard. C’est aussi le cas pour ce qui concerne le traitement des faits divers dans la presse stambouliote. L’auteure élabore à partir de cette ressource une typologie des désordres et des réponses qui y sont apportées, entre morale et répression. Les paragraphes sur l’insécurité nocturne, la marginalité telle que présente au cœur du quartier de Galata, la présence de groupes de célibataires en ville, vue comme potentialité de désordre, et la volonté de dissimuler la prostitution sont particulièrement convaincants. Dans le chapitre 4, le cœur de l’attention est apporté aux étapes de la réforme de la police d’État sous Abdühamid II, avec en toile de fond la question de la spécificité de la capitale, notamment par rapport aux attributions de la police municipale. Seule une étude plus précise des compétences et actions de celle-ci aurait cependant pu permettre de faire avancer les débats historiographiques, qui ne sont qu’évoqués. Se pose aussi la question de la répression de l’agitation révolutionnaire arménienne, qui mène aux massacres de 1895. Le soin que met l’auteur à rechercher les traces d’une opinion publique sur le rôle de la police est en revanche très appréciable. Le chapitre 5 se confronte au rôle de la police pendant les événements de 1908. L’analyse des conséquences politiques et relatives à l’ordre public d’une amnistie promulguée à l’été de cette année permet de suivre les événements sous un jour original. Il en va de même pour la narration de l’épuration opérée au sein de la police après ceux-ci. Mais ce que Noémie Lévy-Aksu parvient à mettre en évidence, c’est surtout, au-delà des vicissitudes de carrière, une certaine continuité dans les méthodes avec le règne d’Abdülhamid II, ainsi que la « criminalisation croissante des marginalités sociales » (p.184). Ces pages s’inscrivent dans la veine actuelle d’un renouveau de l’histoire sociale ottomane, illustrée par exemple par les travaux de Florian Riedler ou de Malte Fuhrmann. Après un bref chapitre sur l’expertise étrangère à Istanbul, dans lequel on suit le parcours dans la capitale ottomane des inspecteurs français Bonnin puis Lefoulon, deux chapitres importants sont consacrés à l’échelle du quartier. Ils permettent de refaire le lien avec l’espace de la ville et avec son histoire héritée de l’ancien régime. On y retrouve des figures connues pour cette période et suit leur évolution au cours des différentes réformes étudiées : c’est là que la démarche du livre prend tout son sens. Le choix de cette échelle permet en effet de se rapprocher du quotidien de l’ordre public, en mettant en lumière le rôle des chefs de quartier, des veilleurs de nuit et des notables communautaires. Cela débouche sur un passionnant chapitre 9 consacré aux kabadayı, ces voyous parfois utilisés par la police secrète comme hommes de main ou agents provocateurs. Toutes ces dimensions sont illustrées par un dernier chapitre consacré au cas du quartier de Tophane.

Ce livre constitue donc au total une ressource précieuse pour le chercheur, non seulement par son positionnement dans une historiographie en plein renouvellement, mais aussi par sa capacité à proposer des décalages d’interprétation qui permettent d’avoir de l’ordre urbain à Istanbul au tournant du 20e siècle une vision plus articulée.

Société Française d'Histoire Urbaine