Compte rendu : Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles). Naissances, renaissances, Paris, Les Indes savantes et Rivages des Xantons, 2008 (Arnaud Exbalin)

Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles). Naissances, renaissances, Paris, Les Indes savantes et Rivages des Xantons, 2008, 397 pages (Arnaud Exbalin)

L’ouvrage dirigé par Laurent Vidal et édité par Les Indes savantes en 2008 est le fruit d’un colloque international organisé à La Rochelle en 2005 réunissant des spécialistes de la ville brésilienne. Le volume de près de 400 pages est construit à première vue comme un livre d’histoire. Les 24 contributions sont organisées chronologiquement en huit chapitres, depuis la fondation de Rio de Janeiro en 1565 aux problématiques posées par la ville actuelle : fragmentation des espaces publics, démocratisation, violences. Pourtant, les historiens sont moins représentés que les autres sciences sociales (9 contributions contre 16 contributions), géographie, urbanisme, anthropologie et sociologie. Paradoxe ? Choix éditorial ? Reflet d’une interdisciplinarité plus poussée en France qu’au Brésil ? Ou tout simplement parce que la ville au Brésil est un processus en cours, donc observable à l’œil nu ? Ce phénomène d’urbanisation massive avait déjà profondément marqué Claude Levi-Strauss lors de ses premiers séjours au Brésil : « La naissance d’une ville, qui s’étale sur des siècles ou sur des millénaires dans l’Ancien Monde, prenait quelques années ou quelques mois au Brésil […] les villes étaient en train de se construire » (p. 10).

Pour Laurent Vidal, il s’agit de penser les « temporalités enchevêtrées de la ville » car une ville naît, somnole puis décline et parfois renaît avec plus de vigueur que durant sa première jeunesse. C’est ce processus de naissances (première partie) et de renaissances (deuxième partie) des villes brésiliennes sur le temps long, du XVIe au XXe siècle, qui constitue la ligne directrice de l’ouvrage.

La première impression qui se dégage de la lecture de La ville au Brésil est le foisonnement des approches disciplinaires, des entrées thématiques et des études de cas : Rio, Brasilia, Natal, Anápolis, Marabá, Vila Rica, Salvador, Goiás, São Paulo, Niteroi, soit un vaste de panel de villes, grandes, petites ou moyennes parfois étudiées à l’échelle micro (les plages de Rio), parfois envisagées à une échelle macro (hiérarchies et réseaux urbains). On peut déplorer à cet égard l’absence de cartes claires et en couleur qui auraient été placées en fin ou en début du volume afin ne pas désorienter les lecteurs français. C’est ce foisonnement qui fait néanmoins la richesse de l’ouvrage et qui reflète la vigueur des urban studies au Brésil.

La première partie est consacrée aux « naissances » : naissance des villes capitales – dans le premier chapitre, la Rio du XVIe siècle est mise en perspective avec la Brasilia du XXe siècle –, naissance de villes « chrysalides » dont les fonctions principales muent sur le temps long, notamment aux XIXe et XXe siècles, au gré des grands cycles économiques (café, mine, élevage) et des différents réseaux de transport, d’abord fluviaux puis ferroviaires et autoroutiers. Porto Velho, ville de 300 000 habitants, étudiée par Martine Droulers et Laurent Vidal, a sans doute valeur de symbole. Cette ville, érigée au début du XXe siècle dans la jungle à proximité de la frontière bolivienne, est d’abord une Compagny town dont l’essor est lié à l’industrie du caoutchouc et à la construction d’une voie ferrée, puis une cité administrative et commerciale grâce à son nouveau statut de capitale fédérale. Elle participa pleinement du phénomène de « proto-urbanisation des vallées amazoniennes ».

En guise de transition, deux articles sont ensuite dédiés à l’idée de déclin des villes. La notion de « mort » des villes est questionnée et remise en cause à travers le cas des cités du Minas Gerais longtemps considérées par les voyageurs romantiques comme décadentes au XIXe siècle (après le boom minier du XVIIIe), et à partir de l’œuvre de l’écrivain Monteiro Lobato éditée en 1919, Villes mortes : ce livre ne fait pas en réalité le portrait des cités de la Vallée du Paraiba comme cela a été souvent dit mais, selon Tania Regina De Luca, il s’agit d’une critique des élites du Brésil.

La deuxième partie de l’ouvrage est logiquement consacrée aux « renaissances urbaines ». Renaissance de Salvador dont la splendeur se poursuit malgré le transfert de la capitale à Rio de Janeiro en 1765, renaissance littéraire de Belo Monte (ou Canudo située dans le Nordeste) grâce à l’œuvre magistrale de Mario Vargas Llosa, La guerre de la fin du monde, renaissance de Goiás qui, en dépit de la perte de son titre de capitale d’Etat fédéral au profit de Goiânia en 1937, a su se maintenir grâce à la valorisation de son patrimoine colonial – la ville est classée Patrimoine mondial de Unesco en 2001 – et à l’organisation de fêtes et de processions. Dans cette dernière partie, les chapitres les plus intéressants sont sans doute ceux qui portent sur la ville actuelle envisagée dans une perspective anthropologique et sociologique ; cela n’empêche pas leurs auteurs de replacer leur objet d’étude dans leurs différents contextes historiques. Après avoir retracé l’histoire (récente) de l’identification de Rio à ses plages, Paulo C. da Costa Gomes démonte le mythe d’une « démocratie sur la plage » fréquentée par des populations métisses en montrant que chaque plage a son public et que ces publics ne se fréquentent guère, séparés entre eux par des « murs de sable ». Sylvie Miaux montre de son côté comment les usagers des espaces publics sont travaillés par le sentiment d’insécurité à travers l’étude des parcours et des itinéraires dans le déplacement des cariocas, notamment grâce à des cartes mentales. Dominique Vidal s’intéresse quant à lui à l’imaginaire de la démocratie dans les villes brésiliennes à partir de deux études de cas, une favela à Recife et la domesticité à Rio. Il pointe « l’incapacité pour les dominés d’être assurés de leur pleine appartenance sociale sans le regard des dominants », sans doute en raison du poids historique de l’esclavage. Enfin, James Holston se penche sur les usages de la citoyenneté démocratique dans le discours des gangs et de la police dans un contexte bien précis : celui d’une croissance de la violence urbaine concomitante à la démocratisation du Brésil depuis la fin de la dictature. Il insiste en particulier sur la notion de « citoyenneté inégalitaire » dont il retrace judicieusement l’histoire sur le temps long.

Au final, cet ouvrage nous invite à découvrir l’immense laboratoire urbain que Laurent Vidal a su restituer dans ses multiples dimensions et sur la longue durée. On regrettera seulement qu’un ouvrage qui fait la part belle à la transdiciplinarité se borne uniquement aux limites nationales du Brésil et n’envisage que très rarement – aussi bien dans l’introduction que dans la plupart des articles – la comparaison, ne serait-ce qu’en contrepoint ou en notes infrapaginales, avec d’autres espaces proches comme l’Amérique centrale qui connut, elle aussi, au XVIe siècle et à un rythme soutenu, ses naissances urbaines, ses abondons et ses renaissances ou avec des régions lointaines comme la Chine dont la population urbaine a explosé depuis les années 1980.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XVIe siècle), études réunies par Anne Lemonde et Ilaria Taddei, École française de Rome, 2013 (Laurent Baggioni)

Circulation des idées et des pratiques politiques. France et Italie (XIIIe-XVIe siècle), études réunies par Anne Lemonde et Ilaria Taddei, École française de Rome, 2013 (Laurent Baggioni)

Penser la productivité historique de schèmes et de pratiques hybrides de la politique, tel est l’objectif de cet ouvrage. Se réclamant d’« une posture résolument empirique », les directrices de ce volume ont souhaité récuser l’usage de « notions figées et prédéfinies ». L’introduction, les dix-sept articles ainsi que la conclusion de Riccardo Fubini, explorent, à partir de problématiques diverses, presque autant de facettes de la pensée et de la pratique du pouvoir médiéval et offrent ainsi un témoignage de son inépuisable richesse.

Une première partie, « penser le pouvoir : la perception d’une altérité politique », affirme à la fois la communication et la relative imperméabilité des modèles politiques français et italiens. Élisabeth Crouzet-Pavan démontre, par une confrontation de sources italiennes et françaises, et à travers une attention particulière aux hiatus et aux décalages, que contrairement à une idée tardive, la République de Venise ne nourrit pas la réflexion politique française avant le XVIe siècle ; Patrick Gilli met au jour les caractères communs et les points de divergence, en France et en Italie, des lectures d’Aristote, autour des notions de cité et de citoyens ; de son côté, Guido Castelnuovo montre que les emprunts au De dignitatibus de Bartole dans le Songe du Vergier et le Somnium viridarii d’Evrart de Trémaugon ne vont pas sans de multiples adaptations à la réalité nobiliaire française. Deux articles portent enfin sur la pénétration des idées politiques italiennes dans la France du XVIe siècle : le premier, d’Ariane Boltanski, concerne la réponse de Louis de Gonzague aux accusations de machiavélisme et la façon dont elle définit une pratique anti-machiavélienne du pouvoir ; le second, de Joseph Balsamo, analyse dans les Essais l’intérêt critique porté par Montaigne à Guichardin du point de vue de sa vision du monde et de sa pratique d’écriture.

La seconde partie, « les dynamiques de l’échange », s’intéresse aux combinatoires institutionnelles qui permettent l’imbrication ou la friction de différents modèles politiques parfois antagonistes. Trois articles illustrent le caractère puissant et novateur des expérimentations politiques angevines entre le XIIIe et le XIVe siècle. Giuliano Milani développe ainsi l’idée que les relations de Charles d’Anjou avec les Communes italiennes, guidées par le souci de drainer des ressources économiques, ont conduit à un renouvellement des élites citadines à travers un processus d’aristocratisation, matériel d’abord, puis culturel. Anne Lemonde met en lumière la pluralité des modèles utilisés dans l’élaboration du cadre institutionnel du Dauphiné entre 1226 et 1349, en étudiant notamment l’inspiration napolitaine puis française à l’œuvre dans la politique d’Humbert II. Dans sa lecture du Journal de Jean Le Fèvre, Marion Chaigne-Legouy restitue l’acuité des tensions entre différents modèles politiques dans les négociations autour de l’inféodation du royaume de Sicile à Louis d’Anjou puis de la régence de Marie de Blois. Deux articles traitent ensuite du cas milanais : Pierre Savy évalue la prégnance du modèle français à Milan aux XIVe et XVe siècles, et éclaire la tension entre l’élaboration juridique de la souveraineté milanaise et les efforts diplomatiques d’un pouvoir sans cesse confronté à la possibilité d’une inclusion dans le royaume de France ; Letizia Arcangeli analyse de son côté les enjeux liés à la création d’un sénat par Louis XII en interrogeant le fonctionnement d’une institution censée garantir la liberté de Milan sous l’égide de la monarchie. Enfin, Sylvie Deswarte-Rosa démontre que l’usage du motif iconographique de la trinité tricéphale dans une édition lyonnaise de Pétrarque témoigne de la fidélité à Savonarole des marchands lucquois et florentins installés dans la cité française.

Après une première partie consacrée à la pensée politique et une deuxième partie centrée sur les questions d’élaboration institutionnelle, la troisième, « les discours du pouvoir », s’appuie d’abord sur les formes officielles d’expression du pouvoir. Les articles renforcent l’idée selon laquelle la complexité du langage politique médiéval interdit toute lecture taxonomique des modèles. Benoît Grévin, dans une ample étude, démontre que l’abondance des transferts de motifs rhétoriques d’une chancellerie à l’autre détermine un système référentiel commun, susceptible d’infinies variations, à l’image des mythes grecs. Enrica Salvatori, dans son étude des documents publics de Marseille au XIIIe siècle, montre qu’en dépit de nombreux échanges avec les marchands et les juristes venus d’Italie, le langage des institutions marseillaises répond à une recherche d’originalité. La fonction idéologique de certaines resémantisations culturelles apparaît par ailleurs dans l’étude de Laurence Ciavaldini Rivière où la tradition napolitaine de représentation de l’Apocalypse est analysée à partir de la construction politique d’un modèle de royauté sacrée. Les trois derniers articles abordent le discours du pouvoir par des voies autres que ses formes les plus solennelles : les peintres-magistrats siennois étudiés par Rosa Maria Dessì inventent, sous le gouvernement des Douze (1355-1385), une nouvelle forme de communication visuelle, accessible au plus grand nombre, dont on trouve un écho dans les fresques de la chapelle Saint-Martial à Avignon ; le parcours de Luigi Marsili retracé par Lorenzo Tanzini donne un nouveau relief à l’engagement politique et religieux du frère augustin : son expérience des milieux parisiens en a fait l’agent d’une vision autonome de l’Église florentine sur le modèle des ambitions gallicanes. L’analyse, par Ilaria Taddei, des lettres d’instruction émanant de la chancellerie florentine entre 1380 et 1430 révèle que ces textes en langue vulgaire réinvestissent certains motifs rhétoriques humanistes pour établir les termes d’un rapport contractuel entre Florence et la France, redéfinissant ainsi l’idéologie guelfe sur laquelle s’appuie l’oligarchie.

L’ensemble de l’ouvrage, fidèle à l’objectif annoncé, dresse un tableau infiniment plus complexe que le simple constat d’une influence réciproque entre deux aires culturelles. Riccardo Fubini complète le parcours en récapitulant les catalyseurs de l’échange : chancelleries, conseils, recherche de légitimités nouvelles. La matière historique est subtile mais décisive ; elle traverse les multiples entités politiques et les cadres communs de la culture européenne ; elle agit indubitablement sur les décisions des hommes et la destinée des États. Aux confins de l’histoire politique et de l’histoire culturelle, la recherche conduite dans ce volume contribue à renouveler non seulement notre vision de l’histoire politique italienne mais également la place qui doit être accordée à la culture dans l’écriture de l’histoire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Philippe Guignet (dir), Transmettre les valeurs morales. Des réformes religieuses du XVIe siècle aux années 1960, France et Belgique, Paris, Riveneuve éditions, 2013. (Régis Bertrand)

Philippe Guignet (sous la direction de), avec le concours de Philippe Martin, Transmettre les valeurs morales. Des réformes religieuses du XVIe siècle aux années 1960, France et Belgique, Paris, Riveneuve éditions, 2013, 375 p. Col. Actes académiques. (Régis Bertrand)

Comment ont été jadis et naguère inculquées à travers la société les « morales de l’obligation », religieuses puis laïques ? Cet ouvrage rassemble, outre l’introduction de Ph. Guignet, treize contributions (et non quinze comme l’annonce la p. 5) qui se situent au confluent de l’histoire de l’éducation, de la socialisation de l’individu et des rapports sociaux, de l’histoire culturelle, religieuse et des idéologies. Œuvres de chercheurs chevronnés et aussi de rédacteurs de master 2 prometteurs, elles constituent un ensemble fort riche, sur des régions aujourd’hui françaises et belges depuis longtemps fortement urbanisées. Issues d’un programme d’enseignement et de recherche, elles en conservent d’heureuses caractéristiques : leurs auteurs ont choisi d’insister sur les sources disponibles et leur propos n’a pas été trop strictement corseté en espaces-signes comme c’est souvent le cas.

La première partie est intitulée « Les valeurs morales post-tridentines ». A. Lottin tire parti de plusieurs types de sources ecclésiastiques, en particulier les catéchismes et les instructions aux prêtres, pour définir les grands types de prescriptions morales : éviter les péchés capitaux, pratiquer les vertus cardinales, observer les devoirs spécifiques de son état social. A. Walch précise les sources et les étapes historiographiques de l’étude de la morale conjugale catholique depuis le XVe siècle. Elle souligne à son tour la richesse des sources religieuses normatives, la caractéristique du XVIIe siècle étant l’éclosion de manuels de vie conjugale, œuvres de clercs marqués au siècle suivant par le jansénisme. Elle montre l’intérêt d’une approche historique des sources littéraires, dont les auteurs sont parfois des femmes, et aussi des sources du for privé. Deux types de sources très riches font l’objet d’études particulières. C. Dreze étudie les cantiques spirituels, écrits ou compilés en particulier par des jésuites, tel Guillaume de Pretere (1578-1626), dont le Paradis spirituel des voluptés, en flamand, est analysé. A. Fruchart détaille les valeurs sociales et morales inculquées par les quatorze catéchismes imprimés pour le diocèse d’Arras au XVIIIe siècle.

Dans une seconde partie, « L’éducation morale et religieuse par le livre et la presse », B. Poupry-Bouley présente un vecteur important de formation morale,  les divers types de livres de piété destinés aux laïcs qui constituent le plus grand ensemble d’imprimés religieux lillois des XVIIe et XVIIIe siècles. Les manuels de pratique spirituelle font place à la fin du XVIIe siècle aux recueils de prières et d’offices, cependant que se développe une littérature « d’édification chrétienne » – plus précisément, catholique ici. Les jésuites en sont souvent les auteurs et parmi eux figure le P. Jacques Coret (1631-1721), né à Valenciennes, dont l’Ange conducteur connut un succès considérable, détecté dès les années 1960 par les premiers travaux quantitatifs d’histoire du livre. Cl. Bruneel offre « quelques axes de recherche » pour l’approche du livre religieux au XVIIIe siècle dans le cadre des Pays-Bas autrichiens : catalogues de vente aux enchères de bibliothèques, inventaires après décès, liste de nouveautés, catalogues du fonds d’une libraire, annonces littéraires, livres de prix, catalogues des établissements d’enseignement et des communautés religieuses. A. Leleu étudie à travers les nombreux romans de Joséphine de Gaulle, grand-mère du général (1806-1885, selon l’auteur – la fiche data-BnF indique 1886), les représentations de Dieu, des valeurs de l’épouse et de la « bonne mort » exemplaire du catholique. J.-P. Visse retrace avec précision l’historiographie et l’histoire de la presse catholique, « école des adultes », dans les diocèses d’Arras et Lille.

Dans la 3e partie, « L’affirmation d’une morale républicaine à usage scolaire », la contribution de R. Grevet sur les livres scolaires de morale républicaine sous la Révolution concerne l’ensemble de la France, avec l’analyse des réponses au concours organisé par Grégoire en pluviôse an II, qui proposait la rédaction de deux manuels de morale, dont un pour les instituteurs, « sous les auspices de l’Être suprême ». La « régénération des mœurs » y est étroitement liée à l’instruction publique. K. Date étudie l’enseignement de la morale et son contenu dans le département du Nord sous la IIIe République dans les établissements publics et privés ; cette contribution soucieuse de reconstituer « l’atmosphère de la classe » utilise cette source majeure que sont les manuels scolaires ainsi que des travaux d’élèves conservés. C’est la vie et l’œuvre d’« un maître à penser des instituteurs » du début du XXe siècle qu’analyse J.-F. Condette, le recteur Jules Payot (1859-1940), agrégé de philosophie, militant de la laïcité et de la libre pensée, dont La morale à l’Ecole se retrouva au cœur de « la seconde guerre des manuels scolaires ».

« Quelle morale pour le XXe siècle ? » Th. Tellier étudie « l’éducation à la ville. Contraintes morales et usages sociaux de l’urbanisation ». Des initiatives des élites (le patronat du Nord), le socialisme municipal puis la politique sociale de l’État se sont efforcés à travers une action sur le logement de favoriser l’intégration à la ville des populations qui y migrent et la moralisation voire la promotion des « classes laborieuses », en particulier juvéniles. J. Pirotte s’interroge enfin sur la rupture dans la transmission dans les valeurs et croyances religieuses intervenue à la fin du XXe siècle et propose des orientations de recherche dans le cadre de la Wallonie et de Bruxelles.

Cet ouvrage se lit avec un intérêt soutenu. On regrette cependant que ne soient pas prises en compte les minorités religieuses. Cette approche de longue durée balise un aspect essentiel d’un vaste champ d’études qui devrait comprendre aussi l’appréciation des réussites et des échecs de ce grand effort d’inculcation de valeurs par les clercs et les instituteurs, alors que les sources policières et judiciaires révèlent résistances, déviances et refus. On se plaît à espérer que les directeurs et auteurs de l’ouvrage élargiront géographiquement et chronologiquement leur propos pour nous donner une histoire des valeurs morales et des comportements sociaux, sur le modèle de l’histoire du corps ou de l’histoire de la vie privée.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Comptes rendus : Registre des délibérations du corps de ville de Poitiers (éd. R. Favreau), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2015 (Boris Bove)

Poitiers, de Jean de Berry à Charles VII. Registre des délibérations du corps de ville n° 1, 2, 3 (1412-1448), Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2014, 462 p. ; Poitiers, de Charles VII à Louis XI. Registre des délibérations du corps de ville n° 4 et 5 (1449-1466), Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2014, 453 p. ; Poitiers sous le règne de Louis XI de 1466 à 1471. Registre des délibérations du corps de ville n° 5 (fin) et 6, Favreau R. (éd.), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2015, 416 p. (Boris Bove)

Les éditions de sources sont si rares en histoire urbaine, qu’il faut souligner le mérite qu’a eu Robert Favreau d’achever, plus de 30 ans après sa thèse sur La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge. Une capitale régionale, parue à Poitiers en 1978, l’édition des premiers registres de délibération de la ville. La commune de Poitiers date de 1199 et la ville conserve des titres anciens, mais n’a pas conservé de documents de comptes avant 1387 et de délibérations municipales avant 1412. Il demeure, en dépit de ce décalage classique entre cartulaires et documents de gestion, que les registres de délibération de Poitiers sont parmi les plus anciens des villes de l’Ouest. L’édition porte sur 7 registres, édités en 4 volumes (le dernier étant encore à paraître).

Les registres comprennent les listes des membres du corps de ville, c’est-à-dire 100 personnes désignées à vie parmi lesquelles est élu le maire. On suit de mois en mois la réunion des cent, avec le pointage des présents, des malades et des décès. On retrouve naturellement ces noms au fil des délibérations et il y a là la base d’une étude sociale des notables poitevins, amorcée par des notices biographiques à la fin de chaque volume de l’édition, qui dessinent la prosopographie de l’échevinage. On entrevoit aussi fugitivement les échelons inférieurs de la société urbaine à travers les distributions municipales de nourriture. Mais l’essentiel du volume consiste en des relevés de décisions relatives à la ville.

La série comporte des lacunes mais est relativement complète, ce qui permet de suivre la vie municipale sur un court XVe siècle, de 1412 à 1482, à un moment clé de la vie de la cité poitevine durant laquelle elle doit faire face à la guerre (fortification, ponts, guet, francs-archers), mais s’affirme en même temps comme une métropole régionale avec la fondation de l’université, puis le transfert du Parlement de Bordeaux. L’édition à la fin de chaque volume de pièces justificatives tirées des comptes ou des chartes de la ville apporte un éclairage utile aux délibérations. Mais l’index très précis montre que les registres de délibérations n’évoquent pas que les fortifications, le guet, les francs-archers, l’arsenal ou les impôts ; ils parlent aussi des rues, des paroisses, du chapitre cathédral, du Parlement, de l’horloge municipale, des petites écoles, des bouchers, des moulins, des ponts, de l’aménagement du Clain, etc. Certes ces documents ont servi à Robert Favreau pour faire sa thèse il y a presque 40 ans, mais gageons qu’il reste de la matière pour l’Histoire.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Compte rendu: Fabien Desage, Christelle Morel-Journel, Valérie Sala Pala (dir), Le Peuplement comme politiques, PUR, 2014. (Muriel Cohen)

Fabien Desage, Christelle Morel-Journel, Valérie Sala Pala (dir), Le Peuplement comme politiques, PUR, 2014, 386 p. (Muriel Cohen)

Alors que le Premier ministre Manuel Valls appelle à une « politique du peuplement pour lutter contre la ghettoïsation, la ségrégation »1, Le peuplement comme politiques tombe à point nommé. Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque interdisciplinaire qui s’est tenu 2011, intitulé « le peuplement, catégorie insaisissable des politiques urbaines ». Les contributions sont en majorité celles d’urbanistes, sociologues et politistes, mais on compte également quelques historiens, géographes et même un philosophe. Les quelques documents présentés par les contributeurs sont pertinents et utiles, et la bibliographie en fin d’ouvrage est abondante. Les auteurs ont cherché à bien problématiser leur propos, puisque le livre est constitué de deux préfaces, une introduction générale, une introduction à chacune des quatre parties et enfin une postface.

Un des principaux enjeux de cette problématisation est la notion même de « peuplement », dont la traductibilité même est interrogée dans la première préface. L’absence de délimitation du terrain dans le titre, de même que celle des bornes chronologiques, s’explique par le choix d’interroger de façon large cette question. C’est notamment le cas dans la première partie « Gouverner les populations par l’espace », qui revient sur le contrôle des déplacements de population à l’échelle régionale dans des situations aussi variées que la Turquie, Israël et l’Algérie coloniale. Ce choix pose cependant question dans la mesure où il aboutit à une mise en équivalence, dans une perspective foucaldienne revendiquée, des entreprises de déplacements forcés en contexte guerrier ou colonial et des politiques urbaines contemporaines. La généalogie coloniale des politiques de peuplement (pourquoi se limiter au moment colonial et au XIXe siècle ?) n’apparaît néanmoins pas totalement convaincante (l’article de Luca Paltrinieri est véritablement intéressant mais reste totalement théorique). Si l’article de Fabien Sacriste a l’intérêt de montrer que derrière la volonté de lutter contre l’ALN, il existe également un véritable projet « civilisateur » au cœur de la politique des camps de regroupement, l’apport de la première partie à la réflexion sur les politiques urbaines contemporaines n’apparait cependant pas direct.

Celles-ci constituent en réalité le cœur de l’ouvrage. Dans les trois parties suivantes (fonction et usage des catégorisations, instruments des politiques de peuplement, politisation de la question du peuplement), le propos est totalement franco-centré, en dehors d’une incursion par le Vietnam (un article de Marie Gibert sur le carnet résidentiel) et d’une comparaison entre Paris et Londres (Lydia Launay sur les Key workers). Surtout, la question du peuplement est désormais abordée principalement sous l’angle des discriminations à l’égard des immigrés dans l’accès au parc social, de la rénovation urbaine et des enjeux de la mixité sociale. Peuplement s’entend alors comme « action visant à modifier ou maintenir [la] distribution [d’une population sur un territoire donné] en fonction de certaines caractéristiques sociales, ethniques, religieuses, sexuelles, ou autres » (p. 17). La plupart des articles sont des études de cas à partir de grandes villes comme Lyon, Paris ou Saint-Denis, mais certains apparaissent comme de véritables synthèses, comme celui de Christine Lelévrier « La rénovation urbaine, un re-peuplement des grands ensembles » ou celui de Renaud Epstein sur la « (Dé)-politisation d’une politique de peuplement : la rénovation urbaine du XIXe au XXIe siècle ».

La perspective critique retenue dans l’introduction générale apporte beaucoup dans un contexte où les politiques actuelles de rénovation urbaine ne sont guère discutées, alors même que l’idée de « mixité sociale » qui les guide pose véritablement problème. Elle part en effet de l’idée que les concentrations des classes défavorisées seraient par essence dangereuses, là où les « ghettos » de riches n’interrogent guère. Il peut néanmoins sembler problématique de n’aborder ces politiques urbaines qu’en termes de contraintes et de domination des classes populaires, alors même qu’elles cherchent bien dans certains cas à corriger les exclusions et ségrégations dont sont responsables les acteurs privés.

Le choix de n’apporter un éclairage historique que dans la quatrième partie, alors même que celui-ci montre que les politiques de peuplement n’ont pas toujours eu les mêmes objectifs, est à cet égard dommageable. L’article de Sébastien Jolis rappelle en effet l’importance de la loi ZUP de 1958 à l’origine de la construction de masse qui avait amené le PCF à désamorcer ses critiques sur la politique de construction gaulliste. Renaud Epstein revient quant à lui sur l’évolution des politiques de renouvellement urbain depuis l’hausmannisation. Tout en insistant sur le rôle qu’elles ont joué dans l’exclusion des couches populaires de Paris, il rappelle qu’il ne s’agissait pas de leur objectif premier, et que la rénovation de Paris dans les années 1960-1970 s’est accompagnée de programmes destinés à lutter contre l’insalubrité et faire accéder les plus mal-logés au parc social (il commet cependant un contresens en prêtant à l’arrêté d’octobre 1968 l’objectif de limiter l’accès des plus défavorisés issus des bidonvilles et cités de transit aux logements sociaux, alors même qu’il visait en réalité à l’accélérer face aux réticences des bailleurs).

Les discriminations à l’égard des « immigrés » sont abordées dans plusieurs articles, ce qui est en soi une très bonne chose. Mais les modalités de traitement de cette question conduisent certains articles à oublier les politiques nationales visant à améliorer leur situation à partir de la fin des années 1960, et surtout à un effacement de la question sociale en tant que telle. L’article de Christine Lelévrier montre pourtant qu’à l’échelle des programmes immobiliers les bailleurs eux-mêmes ont recours à des catégories plus fines que celles d’immigrés telles que « grandes familles immigrées » ou « petits ménages salariés ». Cédric David montre de son côté que la question ethnique est mobilisée négativement par la municipalité de Saint-Denis dans des contextes spécifiques, tels que la résorption des bidonvilles, ou la volonté de bénéficier de subventions pour des rénovations de son parc social, mais que le début des années 1970 est marqué par un accord entre politique nationale de stabilisation des familles étrangères par l’accès au logement social et politique municipale.

Les contradictions entre les politiques décidées à l’échelle nationale et leur mise en œuvre auraient enfin méritées d’être davantage soulignées en introduction, d’autant que de nombreux articles les soulignent en abordant les pratiques des bailleurs (Christine Lelévrier, Hélène Béguin), des élus (Cédric David, Mathilde Cordier), la mise en œuvre des lois (Pierre Edouard Weill) ou encore celles de leurs destinataires, les habitants (Marie Gibert).

En conclusion, cet ouvrage a l’intérêt, comme il le revendique, d’ouvrir un champ de recherche, et une partie des articles proposés sont de grande qualité. La perspective historique y apparait cependant quelque peu négligée, dans la mesure où les acquis de la bibliographie récente portant sur les années 1945-1980 sont insuffisamment pris en compte.

1http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/01/22/valls-veut-lutter-contre-la-ghettoisation-et-la-segregation_4561649_823448.html

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

AAC : Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

Chers collègues, 

Veuillez trouver ci-dessous l’appel à communication pour le colloque international organisé par le LATTS et l’ISCC avec le soutien du LabEx EHNE et du Centre Alexandre-Koyré.

Il se déroulera à l’Institut des sciences de la communication (Paris) les 15 et 16 mars 2016.

 

Systèmes d’information et gestion de l’urbain sur la longue durée (fin XVIIIe – début XXIe siècles)

 

 

Appel à communications

 

Si la littérature tant historique que sociologique contient déjà un nombre conséquent de recherches qui scrutent les divers savoirs et pratiques dédiés à la gestion de l’urbain, force est de constater qu’on est moins bien servi si l’on s’intéresse aux systèmes d’information impliqués dans la construction, le développement et les usages de ces savoirs et pratiques.

 

Par leur caractère à maints égards original, voire spectaculaire, plusieurs évolutions technologiques récentes, comme le GPS, les cartographies numériques, les panneaux d’affichage en « temps réel » ou les « big data », risquent de nous faire oublier que les gestionnaires de l’urbain, qu’ils soient techniciens ou édiles, ont largement recouru depuis longtemps à des systèmes d’information plus ou moins sophistiqués – à savoir des systèmes socio-techniques composés d’hommes, de dispositifs matériels et d’institutions, qui produisent, stockent et utilisent en masse des données informationnelles – dans  leur effort pour maîtriser et gérer les effets de la « révolution » urbaine qui débute en Europe dès avant 1800, avant de se diffuser à l’échelle du monde au XXe siècle. Rappelons ainsi que le spectre de l’incendie déclenche à Londres dès le début du XVIIIe siècle un système de secours mis en place par les compagnies d’assurance alors que des dispositifs de gestion des noyades, pour la Tamise entre autres, se développent également à la fin des années 1770. De l’autre côté du canal cette fois, dans les années 1840, les ingénieurs des services techniques de la ville de Paris mettent en place un système d’information grâce auquel toutes les rues de la capitale et l’ensemble des immeubles parisiens sont munis d’une fiche individuelle décrivant leur état « hydraulique » (équipements, conditions d’abonnement…). Dans les premières décennies du XXe siècle, plusieurs compagnies de transports urbains aux États-Unis se lancent dans de grandes enquêtes pour collecter des données relatives à la mobilité des citadins, aux origines et destinations de leurs déplacements, avant de traiter les informations ainsi récoltées à l’aide des « machines de tabulation » de l’époque dans le but d’optimiser la forme et le fonctionnement de leurs réseaux. A partir des années 1950 et 1960, la mesure de la pollution de l’air devient systématique, notamment à Paris, grâce à un réseau de capteurs installés dans la ville. Les flux de données ainsi générés permettent de cartographier la pollution atmosphérique. La création d’Airparif (1979) institutionnalise cette gestion du réseau de surveillance de la qualité de l’air. Quant aux usages policiers de l’information sur les trafics –dans toute leur polysémie–, ils n’ont pas attendu l’installation de caméras de vidéosurveillance. On a enfin pensé à réinventer la ville et l’urbanité grâce aux réseaux de communication, pour recréer de la proximité et de la convivialité, peut-être bien depuis l’origine du téléphone et certainement avec le câble.

 

Et si le « passé » et le « présent » pouvaient s’éclairer mutuellement ? Tel est le pari qui anime le projet de ce colloque, qui se veut pluridisciplinaire, ouvert à la comparaison internationale et à l’étude des circulations transnationales, et qui entend aussi privilégier une perspective de longue durée. Historiens, géographes, sociologues et praticiens sont dès lors invités à se pencher sur l’histoire longue des systèmes d’information impliqués dans la gestion de l’urbain et à les soumettre, de façon prioritaire mais non exclusive, aux questionnements suivants :

 

1) Les caractéristiques et les usages des systèmes d’information

Il s’agit de dégager de grandes évolutions concernant les caractéristiques et les usages de ces systèmes d’information – lesquels, notons-le au passage, utilisent souvent pour fonctionner des réseaux urbains traditionnels, au premier rang desquels le réseau électrique –, telles que, par exemple, la montée en puissance du « temps réel », avec toutes les questions de calcul et de présentation de l’information afférentes.

 

2) Les acteurs

L’objectif serait ici d’identifier des grands déplacements concernant les systèmes d’acteurs (producteurs et utilisateurs) de ces systèmes d’information. A en juger par les évolutions observées sur une série de terrains, tels que celui des transports, on assisterait, par exemple, à un effacement progressif de la puissance publique comme acteur central, du côté de la production mais aussi des usages, « compensé » par la montée en puissance d’un ensemble d’acteurs privés qui ont su établir des rapports étroits avec le monde de la recherche (pensons à Google et à ses produits). Cette mise en retrait des pouvoirs publics laisse également le champ libre à des acteurs associatifs, parfois militants, qui développent des outils de mesure participatifs, en particulier dans une perspective environnementale.

 

3) Les conséquences de l’évolution de ces systèmes d’information sur les réseaux urbains eux-mêmes, leur conception, leur développement, leur exploitation, leur maintenance, leurs transformations…

On pense ici à une analyse du dialogue décisionnel qui se met en place en fonction des outils disponibles entre ces systèmes et le service assuré par le dispositif technique, à l’impact de ces systèmes sur les pratiques professionnelles et les métiers des réseaux urbains et de la ville, ou, encore, à la question de la formation de l’offre et la demande, par exemple, en termes de mobilité.

 

4) Les systèmes d’information comme « analyseurs »

Dotés de caractéristiques matérielles particulières, portés par des acteurs spécifiques, ces systèmes peuvent aussi témoigner à travers leur construction et leurs usages de mutations économiques, sociales et culturelles plus larges des sociétés urbaines. Nous pensons ici par exemple aux cartes nommées éloquemment « trip-desire charts », élaborées à partir des années 1940/50 dans le but de capter les souhaits des ménages américains en matière de déplacements urbains, et qui sont fondées sur une conception de l’individu libre de se déplacer comme il l’entend et aux aspirations duquel l’ingénieur doit répondre en fournissant les moyens techniques (infrastructurels) adéquats, dans cet exemple les autoroutes urbaines.

 

D’une durée de deux jours, le colloque donnera lieu à une publication collective sous la forme d’un numéro spécial de la revue Flux.

 

Les propositions de communication (d’une durée de 20 minutes) sont à soumettre à l’adresse suivante avant le 15 octobre 2015:

sysinfogeslur2016@cnrs.fr

Chaque proposition (en anglais ou en français) devra inclure un titre et un texte de proposition (400 mots maximum) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications).

Une réponse sera donnée aux auteurs avant le 30 novembre 2015.

 

Contacts :

Konstantinos Chatzis : chatzis@enpc.fr

Arielle Haakenstad : arielle.haakenstad@paris-sorbonne.fr

 

 

Comité scientifique :

Denis Bocquet (ENSAS), Yves Bouvier (Université Paris-Sorbonne), Ana Cardoso de Matos (Universidade de Evora), Konstantinos Chatzis (LATTS), Mathieu Flonneau (Université Panthéon-Sorbonne), Pascal Griset (Université Paris-Sorbonne), Valérie November (LATTS), Antoine Picon (LATTS, Harvard University), Marie Thébaud-Sorger (Centre Alexandre Koyré), Pascal Ughetto (LATTS).

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Appel à communications: “La ville et ses personnages illustres”, journées de la SFHU, 21-22 janvier 2016

Congrès de la Société française d’histoire urbaine

Jeudi 21 janvier –vendredi 22 janvier 2016

Strasbourg

La ville et ses personnages illustres

de l’Antiquité au XXIe siècle

Appel à communications

Résumé

Les hommes et femmes illustres sont au centre de la fièvre commémorative qui s’est emparée des acteurs de la vie publique. Ils sont dans le même temps objets de réflexions historiographiques, qui s’attachent à montrer la construction historique de figures légendaires, ou encore à explorer les expériences de vie d’illustres inconnus.

Or, les villes participent étroitement aux phénomènes de distinction et de célébration des hommes et femmes du passé, ce qui a été jusqu’à présent peu mis en relief. « Aux grands hommes [et femmes], [la ville] reconnaissante » ? Ce colloque propose d’explorer, de façon systématique, pluridisciplinaire et sur la longue durée, le lien dialectique entre les villes et leurs grands hommes en tous genres.

Annonce

Société Française d’Histoire Urbaine

Université de Strasbourg – EA 3400-ARCHE

Argumentaire

La dénomination des rues, et par extension des édifices publics, relève de la compétence des communes de plus de 2 000 habitants, en vertu du code général des collectivités territoriales (décret 94-1112, du 19 décembre 1994). Le conseil municipal est ainsi le seul habilité à honorer ou à commémorer par ce biais des événements, des lieux ou des personnalités. Il peut cependant, s’il en ressent la nécessité, consulter la population communale sur les choix envisagés. Laquelle peut, de son côté, pétitionner pour demander l’attribution d’un nom de rue. Peu de limites sont posées à cette faculté des villes ; suite à plusieurs litiges1, elles ont tout juste été invitées à ne pas désigner une personnalité vivante et à ne pas « porter atteinte » par leur choix « à l’image de la ville ou du quartier concerné ».

La Ville est ainsi désignée comme l’un des acteurs majeurs de la fabrique d’illustres personnages, hommes ou femmes. Si les gouvernements urbains contribuent à alimenter la réputation d’individus, dont d’anciens enfants de la cité, ils sont aussi garants d’une identité collective (« l’image de la ville ») qui doit fixer une ligne de conduite dans les entreprises de commémoration toponymique.

Prenant acte de l’étroitesse du lien qui existe entre les villes et la reconnaissance des grands hommes et femmes, le 18e Congrès de la Société Française d’Histoire Urbaine propose d’en explorer les ressorts.

Ce lien n’est pas le propre des temps contemporains. Déjà, au haut Moyen Âge, les hagiographies exaltent des saints évêques qui incarnent la cité et constituent le ferment d’une communauté civique. Puis les éloges urbains de la Renaissance intègrent dans leurs évocations de villes un passage consacré aux personnalités de la cité.

Les hommes et femmes illustres marquent l’espace urbain des places, parcs, jardins et édifices publics. Ils sont rendus manifestes par des noms de rue2, des plaques commémoratives, des monuments, voire des fêtes et intéressent en cela les historiens de toutes les périodes, mais aussi les historiens d’art, les littéraires, les architectes et les urbanistes…

– Une première voie d’accès à la thématique du Congrès est de s’intéresser aux hommes et aux femmes dont les villes font mémoire.

Les villes, et ce à l’échelle mondiale, sont porteuses de marques de distinction qui embrassent un large spectre de personnalités, d’envergure locale à nationale. Parmi ce vaste ensemble d’hommes et de femmes plus ou moins illustres, il conviendra de se focaliser avant tout sur les acteurs mêmes de la ville. Quelle est proportionnellement leur place dans l’entreprise de commémoration ? Quels furent les profils retenus par les villes à travers l’histoire : simples natifs ou résidents, fondateurs, architectes et bâtisseurs, urbanistes, gouvernants, notables… ?

Dans une perspective d’histoire du genre, on pourra aussi considérer la part des femmes et les types de marqueurs spatiaux auxquels elles sont attachées.

Si l’actuelle législation relative à la dénomination des rues écarte la distinction de personnalités en vie, les pouvoirs publics urbains ont et avaient d’autres moyens de distinguer les mérites de certains concitoyens de leur vivant. Il s’agira dans ce cas de sérier les profils concernés et la nature des marques de reconnaissance.

Ces hommes et femmes esquissent-ils, dans leur ensemble et à une époque donnée, une image singulière de chaque ville ? Renvoient-ils au contraire à un tableau stéréotypé du monde urbain d’une époque ? Au terme de l’analyse, on pourra ainsi se demander si, de la multiplicité d’hommages, émergent des figures tutélaires durables de la Ville.

Afin de mieux dépasser les individualités, une place a parfois été accordée à des allégories personnifiées, telle l’Argentina qui surplombe à nouveau le Palais Universitaire de Strasbourg. Au-delà de simples figures artistiques, ces personnages fictifs ont-ils pu être des vecteurs d’identification à la ville, comme la Marianne l’est à la République française ?

De l’approche biographique des acteurs urbains célébrés par les villes peut découler un questionnement sur l’exploitation, par l’historien, des indices mémoriaux biographiques conservés dans la ville. Permettent-ils d’écrire une histoire urbaine ? Font-ils vraiment émerger les acteurs opérationnels de la ville ?

On s’interrogera en outre sur le nombre, l’abondance ou la rareté des figures de proue dans la ville. Seraient-elles simplement le reflet de hiérarchies urbaines ? Ou, traduisent-elles plutôt une volonté politique particulière de faire lien entre les habitants de la ville par la sanctification de héros ou de modèles civiques ?

– C’est donc aussi une interrogation sur les politiques urbaines de distinction, de production et de célébration des hommes et femmes illustres que sous-tend ce Congrès.

Il est bien sûr possible de cerner les évolutions institutionnelles sur le temps long : Quelle fut, avant les lois de décentralisation, la part des instances municipales dans le processus d’héroïsation ? Des conflits surgissent-ils au cours de l’entreprise et dans ce cas quelles oppositions intra-urbaines cristallisent-ils ?

L’étude sur une longue durée ouvre des perspectives sur les nombreuses reconfigurations dont les égéries urbaines peuvent avoir fait l’objet. On envisagera par exemple l’évolution des formes d’hommage ou de distinction, de l’Antiquité à nos jours ou le changement de profil de telle ou telle figure illustre.

En effet, les villes elles-mêmes se sont parfois trouvées au cœur de remaniements politiques d’envergure – Strasbourg, où se tiendra ce Congrès en est l’archétype. Le déboulonnage de la statue de Guillaume 1er en 1918 sur une place désormais appelée Place de la République y a marqué les esprits. Il évoque d’autres renversements comme ceux des statues de Lénine et Staline après la chute du mur. Il s’avère ainsi pertinent d’étudier les processus d’effacement, de déconstruction ou de remplacement des célébrités dans l’espace urbain liés aux évolutions politiques.

Après plusieurs générations, les statues, les monuments, les plaques de rue ou les plaques commémoratives tiennent souvent davantage du pittoresque et du décor urbain que de lieux de mémoire actifs. Combien de temps faut-il pour verser dans l’anonymat et pour oser remplacer les références du passé ? A quelles conditions la mémoire des illustres ancêtres peut-elle rester vivante ? Il faudra, pour répondre à ces questions, analyser la pédagogie municipale déployée par exemple quand les rues sont débaptisées et rebaptisées. D’une façon plus générale, on étudiera l’instrumentalisation politique des héros et héroïnes de la ville et leur mise au service d’une identité et d’une mémoire collectives, d’une conscience urbaine ou encore d’une représentation spatiale de la ville.

– Concurrences, interactions et complémentarités dans la « fabrique » des hommes et des femmes illustres par les villes

Aucune ville n’a ou n’avait toutefois d’exclusive dans l’hommage ou l’appropriation de grandes figures de l’histoire. Il y a de ce fait des hommes ou des femmes illustres que des villes se disputent de façon concurrentielle, à l’image de Jeanne d’Arc, ou encore de Gutenberg que revendiquent à la fois Strasbourg et Mayence. Il importe alors de cerner quelques-unes de ces concurrences et d’étudier d’éventuelles interactions entre villes. Ces interactions ne se bornent du reste pas à des rivalités. Autour d’hommes ou de femmes illustres ont en effet pu être mis en place des réseaux de villes ou, à tout le moins des jumelages. Ils joignent alors au parcours dans la ville un parcours interurbain, et une forme de commémoration intégrée. L’itinéraire Heinrich Schickhardt, promu itinéraire culturel du Conseil de l’Europe en 2004, en est un exemple probant, qu’il s’agirait de confronter à d’autres cas. Le partenariat urbain autour de la mémoire d’un même homme, architecte et maître d’œuvre de la Renaissance, s’affirme ici comme une façon de dépasser le cadre local et national de panthéonisation et d’atteindre, par le biais des systèmes urbains, des horizons européens ou mondiaux.

Contact :

Les propositions de communication peuvent être envoyées par courriel en français, en allemand et en anglais en fichier joint à l’adresse suivante :

Laurence Buchholzer (Université de Strasbourg)

lbuchholz@unistra.fr

Elles comporteront un titre et un résumé d’environ 1500 signes, de même que les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale).

Date limite d’envoi des propositions : 15 octobre 2015

La SFHU propose de soutenir la participation de doctorants au Congrès, en attribuant trois bourses destinées à couvrir une partie des frais d’hébergement et de transport, d’un montant de 150 € chacune.

Comité d’organisation :

Laurence Buchholzer, Thomas Brunner, Anne-Marie Châtelet, Damien Coulon, Eric Hassler, Shahram Hosseinabadi, Jean-Yves Marc, Catherine Otten.

Comité scientifique :

Boris Bove, Florence Bourillon, Georges Bischoff, Thomas Brunner, Laurence Buchholzer, Youri Carbonnier, Anne-Marie Châtelet, Laurent Coudroy de Lille, Natacha Coquery, Damien Coulon, Catherine Denys, Stéphane Frioux, Jean-Pierre Guilhembet, Eric Hassler, Shahram Hosseinabadi, Laurence Jean-Marie, Gilles-Antoine Langlois, Jean-Yves Marc,Virginie Mathé, Catherine Maurer, Denis Menjot, Frédéric Moret, Catherine Otten, Dominique Poulot, Thibault Tellier, Olivier Ratouis, Mélanie Traversier, Charlotte Vorms.

Mots-clés : Histoire urbaine, ville, mémoire, grands hommes et femmes, genre

1 L’un des derniers conflits en date a pour cadre Béziers en mars 2015, où le maire Robert Ménard, soutenu par le FN, a rebaptisé la « rue du 19 mars 1962 », date des accords d’Evian, du nom d’Hélie Denoix de Saint-Marc, un ancien résistant, partisan de l’Algérie française.

2 À l’image de la promenade que la municipalité parisienne vient de consacrer à Dora Bruder, jeune déportée morte à Auschwitz, dont Patrick Modiano a fait un roman éponyme. Le discours officiel de Modiano lors de l’inauguration de la promenade souligne qu’elle fut une fille du quartier, mais que sa mise en mémoire lui donne une dimension nouvelle : Dora Bruder « représente désormais dans la mémoire de la ville les milliers d’enfants et d’adolescents qui sont partis de France pour être assassinés à Auschwitz, celles et ceux dont Serge Klarsfeld, dans son livre Mémorial a rassemblé inlassablement les photos pour qu’on puisse connaître leurs visages. » « Je crois que c’est la première fois qu’une adolescentes qui était une anonyme est inscrite pour toujours dans la géographie parisienne. »

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Open Jerusalem

Information transmise par Vincent Lemire et l’équipe Open Jerusalem
Le programme ERC Open Jerusalem

[ Opening Jerusalem Archives: for a connected history of ‘Citadinité’ in the Holy City (1840-1940) ]

fête bientôt ses 18 mois!

• Réunissant une 50aine de chercheurs, il a été lancé en février 2014 et a déjà permis l’organisation d’une 15aine de rencontres, ateliers, séminaires, à Jérusalem, Istanbul, Amman, Erevan, Paris, Addis-Abeba…
La liste complète de ces ateliers se trouve ici : http://openjlem.hypotheses.org/category/seminars
• La semaine prochaine, jeudi 25 et vendredi 26 juin, en partenariat avec les Archives nationales, nous avons le plaisir d’accueillir pour la première fois à Paris Dr Onder Bayir, Directeur des Archives Impériales Ottomanes (BOA), partenaire-clé du projet.
Programme complet : 25-26-JUNE-2015-OPEN-JERUSALEM
• Dr Onder Bayir visitera le site des AN de Pierrefitte puis prononcera une conférence jeudi 25 juin à 18h aux Archives nationales (site de Paris, 11 rue des Quatre Fils, salle d’Albâtre)
« The Ottoman Imperial Archives : a Key Place for the Study of Jerusalem History »
L’entrée est libre, la conférence sera prononcée en turc et sera traduite simultanément en français.
Elle sera suivie d’un cocktail. Venez nombreux ! Et n’hésitez pas à diffuser cette annonce autour de vous.
• Le lendemain, vendredi 26 juin, à l’Université Paris-Est / Marne-la-Vallée (laboratoire ACP – EA 3350) se déroulera une journée consacrée aux enjeux d’histoire ‘digitale’ et d’histoire ‘publique’ liés au projet.
« Opening Jerusalem’s Archives and Digital Histories : Interconnecting Methods, Tools and Practices » 
Cette rencontre se déroulera en anglais.
UPEM, Campus Descartes (RER A , station Noisy-Champs), Bâtiment Bois-de-l’Etang, salle 6.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Avis de parution : Léonard Courbon et Denis Menjot (dir.) La cour et la ville dans l’Europe du Moyen Age et des Temps modernes, Brepols.

Présentation :

Le présent ouvrage rassemble quinze textes issus en majorité de la session principale « La cour et les villes dans l’Europe du Moyen Âge et des Temps Modernes», organisée à l’occasion de la XIe Conférence de l’Association Européenne d’Histoire Urbaine, qui s’est tenue à Prague du 29 août au 1er septembre 2012. Ces travaux visent à appréhender les relations toujours plus étroites et complexes  que  tissent les cours européennes, engagées durant ces siècles dans de nouvelles pratiques de mobilités et donc de nouveaux rapports à l’espace, et les villes qui, fortes de leur croissance démographique et de leur dynamisme économique et culturel, deviennent des interlocuteurs privilégiés des pouvoirs princiers et monarchiques. Si les sources littéraires brossent un tableau plutôt sombre de la cohabitation de deux sociétés curiale et urbaine que tout semble opposer, l’analyse d’une documentation plus riche et beaucoup plus variée permet  d’envisager cette construction littéraire comme l’écho des profondes recompositions sociales, spatiales, culturelles et politiques en milieu urbain, sous l’effet de la rencontre et de la coexistence de ces deux sociétés. Cette réflexion collective souligne la fécondité d’une histoire des réseaux, des circulations, de la communication et de la gouvernementalité pour le renouvellement des études curiales et urbaines.

Télécharger le bon de commande : Pub SEUH_35-2

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Villes et urbanités, dossier de “L’Année du Maghreb” (n°12)

Frédéric Abécassis et Katia Boissevain, Rédacteur en chef et Rédactrice en chef adjointe de L’Année du Maghreb, annoncent la sortie en ligne du numéro 12 de la revue, premier volume de l’année 2015, tout entier consacré au dossier : Villes et urbanités, coordonné par Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki.  (La version imprimée sortira début juillet).
Ce dossier fera l’objet d’une présentation aux Rendez-vous de l’histoire du monde arabe, à l’Institut du monde arabe le dimanche 7 juin de 14 à 15h (espace -1).
Enfin, L’Année du Maghreb se dote d’une nouvelle rubrique en ligne : “Lectures” en partenariat avec la revue en ligne : Lectures.revues.org.
Vous pourrez y trouver des comptes rendus de publications récentes sur le Maghreb ; et proposer par ailleurs des recensions depublications reçues.
Vous pouvez aussi leur proposer des comptes rendus ou des notes critiques sur des ouvrages traitant du Maghreb dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et vous abonner aux flux rss de ces deux rubriques.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Société Française d'Histoire Urbaine