Parution: L’Observatoire, n° 45 : L’Inventaire général du patrimoine culturel : bilan d’une décentralisation

L’Observatoire, n° 45 : L’Inventaire général du patrimoine culturel : bilan d’une décentralisation  

Numéro Coordonné par : Marie Cornu, Lisa Pignot, Jean-Pierre Saez

 

Les anniversaires sont toujours prétextes à établir des bilans et à regarder devant soi. C’est sous cet angle que le dossier de cette livraison de L’Observatoire considère l’Inventaire général du patrimoine culturel, dix ans après son transfert auprès des Régions.

Voici l’occasion de mettre le projecteur sur un objet peu connu, à l’image de la décentralisation plutôt discrète dont il a fait l’objet. Une décentralisation néanmoins largement réussie comme le rappellent ici nombre des protagonistes de ce chantier.

L’un des défis majeur de cette décentralisation était aussi de savoir si un service essentiellement dédié à la recherche peut devenir le point d’appui d’une politique publique appropriable par le plus grand nombre. Les auteurs de ce dossier évoquent toute une série d’avancées en ce sens mais aussi le chemin qui reste à parcourir pour relever un tel défi.

 

À l’heure d’une nouvelle étape de décentralisation, ce dossier peut faire l’objet d’un double niveau de lecture pour observer l’une des manières de composer une compétence culturelle partagée. Elle concerne ici État et Régions mais nous invite, pourquoi pas, à faire preuve d’imagination pour concevoir une pratique de compétences partagées dans le cadre d’une décentralisation plus mature. Fruit d’un partenariat exemplaire entre le ministère de la Culture, l’Association des Régions de France, la Région Rhône-Alpes et la Région Centre, ce numéro a également bénéficié de l’appui de nombreux experts, élus, professionnels, témoins.

 

Sommaire :

http://www.observatoire-culture.net/rep-revue/rub-sommaire/ido-42/resume-entier/l_inventaire_general_du_patrimoine_culturel_bilan_d_une_decentralisation.html

AAC, “Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine”, 10-11 juin 2016

Colloque

Dire la ville en grec aux époques antique et byzantine

Créteil

10-11 juin 2016

Appel à communication

Au iie siècle apr. J.-C., le lexicographe Pollux de Naucratis s’est attaché dans son Onomasticon à réunir les termes permettant de parler d’une façon juste et belle de toutes sortes de sujets, et notamment de la cité. C’est cette section (IX, 6-50) que le séminaire Les mots grecs de la ville antique, porté depuis 2012 par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (CNRS, AMU, Université Lumière Lyon 2, UPPA) et labellisé par le labex IMU1, traduit, commente et illustre. Au travers des mots que Pollux recueille avec le désir de transmettre la tradition littéraire, se dessine une vision des villes grecques de l’Antiquité. Le désir de confronter celle-ci à d’autres conceptions du monde urbain exprimées dans la même langue est à l’origine du présent colloque qui propose de mettre les mots et les discours au cœur des études urbaines.

Il s’appuie, d’une part, sur les travaux menés sur le vocabulaire architectural grec dès la seconde moitié du xixe siècle2. Dans les années 1980-1990, le Λεξικόν αρχαίων αρχιτεκτονικών όρων d’A. K. Orlandos et I. N. Travlos (1986), les Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque, d’après les inscriptions de Délos de M.-Chr. Hellmann (1992) et le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine de R. Ginouvès et R. Martin (3 vol., 1985-1992-1998) et récemment le Πολύγλωσσο Εικονογραφημένο Λεξικό Όρων Βυζαντινής Αρχιτεκτονικής και Γλυπτικής de S. Kalopissi-Verti et M. Panayotidi-Kesisoglou (2010) ont bien montré l’intérêt des analyses détaillées de mots isolés. Mais ces quatre publications, qui sont devenues des usuels pour qui s’intéresse aux textes grecs relatifs à l’architecture, visent surtout, pour les deux dernières, à proposer un langage normalisé aux archéologues et, pour les deux premières, à faciliter la lecture des documents antiques et, dans le cas des lexiques d’A. K. Orlandos et I. N. Travlos d’une part et de S. Kalopissi-Verti et M. Panayotidi-Kesisoglou d’autre part, médiévaux. De plus, elles ont pour objets avant tout des éléments d’architecture et non des ensembles. La ville saisie dans sa totalité est absente, excepté dans l’une des dernières sections du Dictionnaire méthodique (vol. 3, p. 172-190),

D’autre part, le colloque s’inspire de L’aventure des mots de la ville (2010). Dirigée par Chr. Topalov, L. Coudroy de Lille, J.-Ch. Depaule et Br. Marin, cette entreprise collective retrace le cheminement dans l’espace et dans le temps de termes issus de huit langues d’aujourd’hui. Suivant la démarche adoptée dans cet ouvrage, le colloque invite à comprendre les mots non comme de simples étiquettes appliquées plus ou moins arbitrairement aux réalités urbaines, mais comme des outils de leur description, comme le résultat des manières de les percevoir et comme des guides du regard que les Anciens et les Byzantins portaient sur celles-ci. Il s’agit d’étudier le vocabulaire et le langage relatif à la ville dans les territoires hellénophones de l’Antiquité et du Moyen-Âge pour saisir les représentations mentales qui sous-tendent l’usage des mots et que, dans un mouvement inverse mais simultané, ces derniers construisent. Comment les mots de la ville se façonnent-ils ? Comment les mots façonnent-ils la ville ?

Les mots permettent de décrire, qualifier, catégoriser les villes et les éléments urbains, qu’il s’agisse pour les auteurs de parler de villes réelles, passées et présentes, ou de créer des villes fictives, littéraires ou philosophiques. En partant des manières grecques de dire le monde urbain, on s’interrogera sur la ville comme une entité, sur les éléments qui la composent et sur les typologies, mouvantes, que traduisent les mots et les discours. On pourra examiner les textes où la ville constitue le cadre du récit ou forme l’objet même du propos comme dans les descriptions, les éloges, les réglements urbains. On pourra aussi analyser les mots qui ont trait à la ville dans son ensemble et à son organisation, ceux qui renvoient aux édifices considérés comme caractéristiques de l’urbanité ou à des fonctions proprement urbaines, ceux, enfin, qui permettent de qualifier une ville, ses fondateurs et ses habitants par opposition aux personnes qui résident à la campagne. L’analyse peut se révéler fructeuse si elle porte sur des termes pris isolément, en famille lexicale, dans un champ sémantique ou dans une œuvre.

Ce colloque, qui porte sur une longue période allant des premiers textes en grec jusqu’à la chute de l’empire romain d’Orient, sera l’occasion de réfléchir aux différentes manières de dire la ville dans le temps. On pourra suivre l’aventure des mots et de leur sens en prêtant attention à la fréquence de leur usage et aux réalités qu’ils recouvrent, selon les contextes, dans un champ lexical ou un champ sémantique particuliers. Peut-on montrer que la naissance du mot atteste la prise de conscience de la chose ? Les changements de mots sont-ils le reflet des changements de choses ? Plus largement, la transformation du langage sur la ville résulte-t-elle de l’évolution spontanée d’un usage liée aux mutations d’une société ou d’une volonté délibérée de catégoriser différemment une même réalité urbaine à travers le temps ?

La réflexion concerne toutes les régions où l’on a parlé la même langue à un moment de l’histoire : le grec ancien, que nous voulons saisir dans la diversité de ses dialectes. Au-delà des différences linguistiques observe-t-on des singularités régionales, locales, que l’adoption de la langue commune, la koinè, n’aurait pas complètement uniformisées ? Lorsqu’ils furent en contact avec d’autres langues, comment les locuteurs hellénophones ont-ils intégré l’exotique ou la nouveauté dans leur lexique pour dire la ville ? Quelles interférences culturelles et linguistiques observe-t-on dans les différents modes d’absorption d’élements d’une autre langue, qu’il s’agisse de translittération, de traduction ou de transferts et de décalques de langues étrangères exportatrices de modèles et d’objets urbains ? Au-delà des langues « barbares » auxquelles les Grecs ont emprunté le « paradis », comment s’est exprimée, dans le monde grec sous domination romaine, la cohabitation entre le grec et le latin dans les manières de désigner la ville et ses éléments ? Inversement, comment des langues étrangères se sont-elles approprié les termes grecs de la ville ?

On pourra enfin s’interroger sur les milieux dans lesquels sont employés ces mots et sont élaborés ces discours sur la ville. Une même réalité urbaine peut être exprimée différemment selon les intentions et les possibilités culturelles des locuteurs. Comment percevoir dans les textes les mots qui font écho à des catégories communes et ceux qui renvoient à des catégories élaborées dans des milieux restreints ? Voit-on se développer un vocabulaire technique, spécifique aux autorités administrantes ? M.-Chr. Hellmann a montré que le vocabulaire architectural des gestionnaires de la fortune d’Apollon délien se caractérisait par la polysémie, la synonymie, l’usage de la métaphore et l’imprécision. Qu’en est-il pour les mots de ville ? Dans quelle mesure la nature des textes (un éloge, une tragédie, un dictionnaire, un règlement, une inscription honorifique …) induit-elle une façon particulière de dire la ville et de se la représenter ? On pourra aussi se demander si les lieux où sont prononcés les discours, où s’inscrivent les textes induisent des langages différents. Existe-t-il des différences dans les manières de dire la ville selon que le locuteur se trouve en dehors de la ville ou dans son enceinte ? À l’Assemblée, sur l’agora, au théâtre ou dans un tribunal ?

Les communications, d’une durée de 20 minutes, en français ou en anglais, pourront porter sur tous les territoires hellénophones, des premiers textes grecs à la chute de Constantinople. On prendra en compte toutes les sources textuelles, quels qu’en soient le support et la nature, sans négliger les textes juridiques et techniques. On pourra recourir ponctuellement aux vestiges architecturaux et aux sources iconographiques.

Si cet appel à communication retient votre attention, veuillez nous proposer un titre provisoire ainsi qu’un résumé de 10 à 20 lignes avant le 1er septembre 2015.

Comité scientifique

Vincent Azoulay (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, EA 3350 ACP, IUF), Julien du Bouchet (Université Paul-Valéry Montpellier, EA 4424 CRISES), Pierre Chiron (Université Paris-Est Créteil, EA 4395 LIS, IUF), Sophie Gotteland (Université Bordeaux-Montaigne – UMR 5607 Ausonius), Virginie Mathé (Université Paris-Est Créteil, EA 4392 CRHEC), Silvia Milanezi (Université Paris-Est Créteil, EA 4392 CRHEC), Jean-Charles Moretti (CNRS, USR 3155 IRAA), Arietta Papaconstantinou (University of Reading), Liliane Rabatel (CNRS, USR 3155 IRAA), Catherine Saliou (Université Paris 8, HPSS-EA 1571 et UMR 8167, EPHE).

Contact :

Virginie Mathé : virginie.mathe@u-pec.fr

1 N. Bresch (IRAA-USR 3155 / CNRS), R. Bouchon (HiSoMA-UMR 5189 / Université Lyon 2), V. Chankowski (HiSoMA-UMR 5189 / Université Lyon 2), C.  Durvye (IRAA-USR 3155 / Aix Marseille Université), S. Gotteland (Institut Ausonius-UMR 5607 / Université Bordeaux Montaigne), J.-J. Malmary (IRAA-USR 3155 / CNRS), V. Mathé (CRHEC-EA 4392 / Université Paris-Est Créteil), Chr. Mauduit (AOROC- UMR 8546 / ENS Paris), J.-Ch. Moretti (IRAA-USR 3155 / CNRS), C. Palermo (IRAA-USR 3155 / Université Lyon 2), L. Rabatel (IRAA-USR 3155 / CNRS), B. Redon (HiSoMA-UMR 5189 / CNRS), C. Saliou (HPSS-EA 1571 / Université Paris 8 et EPHE) et H. Wurmser (IRAA-USR 3155 / Université Lyon 2).

2 Th. L. Donaldson, Collection des exemples les plus estimés des portes monumentales de la Grèce et de l’Italie, 1857 ; H. Blümner, Technologie und Terminologie des Gewerbe und Künste bei Griechen und Römer, 1875-1886 ; E. Fabricius, De Architectura graeca commentationes epigraphicae, 1881 ; A. Choisy, Études épigraphiques sur l’architecture grecque, 1884 ; H. Lattermann, Griechische Bauinschriften, 1908.

Journée d’études “Les limites de Paris”, 10 juin 2015, Paris

Les limites de Paris
Archives Nationales
Antichambre de l’Hôtel de Rohan
(87 rue Vieille du Temple 75003 Paris)

Mercredi 10 juin 2015

9h15. Accueil

9h30
Introduction : Anne Conchon (Université Paris I-IDHES) et Michel
Ollion (Archives Nationales)

Hélène Noizet (Université Paris I-Lamop) et Caroline Bourlet (IRHT),
La banlieue de Paris du XIIe au XVIIIe siècle : critères de
définition, extension et spatialités

Pierre-Henri Guittonneau (Centre Roland Mousnier), « Entour Paris » :
les petites villes sur l’eau dans l’aire d’influence de la capitale au
XVe siècle, d’après des minutes de notaires du Châtelet)

Nicolas Lyon-Caen (CNRS-CRHQ/UMR 6583), Les barrières avant le mur des fermiers généraux, XVII-XVIIIe siècle

Après-Midi

Mathieu Marraud (EHESS-CRH), Juridiction marchande à Paris au
XVIIe-XVIIIe siècle : délimitations commerciales et spatiales des droits

Diane Roussel (Université de Reims), La ville et ses marges : limites
vécues et pratiques sociales de l’espace parisien au XVIe siècle

Nicolas Vidoni (Université Aix-Marseille), Les limites de Paris et la
police de la ville 1667-1789

Conclusion

Colloque international : Soi, l’autre et l’ailleurs / Images et imaginaires des villes portuaires de l’Europe atlantique et méditerranéenne (XVIIIe – XXIe siècles), Bordeaux 11-12 mai 2015

Colloque trans-disciplinaire international

Soi, l’autre et l’ailleurs / Images et imaginaires des villes portuaires de l’Europe atlantique et méditerranéenne (XVIIIe – XXIe siècles)

Bordeaux, 11-12 mai 2015, auditorium de l’Entrepôt Lainé

Organisation : Françoise Taliano-des Garets, Professeure d’Histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, CHS du XXe siècle 

Argumentaire :
Alors que le marketing urbain s’applique aujourd’hui à cerner l’identité des villes pour mieux la mettre en exergue, ce colloque international propose de réfléchir sur les systèmes de représentations des villes portuaires européennes de l’Atlantique et de la Méditerranée, du XVIIIe siècle à nos jours. La relation entre ville et port – nous traiterons ici exclusivement des ports maritimes – ne va pas de soi selon les types d’activités et les époques. Le rapport des sociétés urbaines à l’espace et aux activités portuaires a en effet pu varier d’intensité et de nature alors que la longue période considérée permet d’envisager des phases de développement de l’activité, de déclin et de restructuration urbaine. Les quais sont à cet égard la ligne de contact entre ville et port ; ils gardent la trace de ces transformations et ont suscité des représentations qui ont varié dans le temps. En outre, la ville portuaire est dans son identité, particulièrement tributaire des rapports entretenus avec l’extérieur, les autres peuples, les autres mondes. On analysera aussi bien le regard qu’elle porte sur elle-même, que le regard qui est porté sur elle depuis l’extérieur, on envisagera également sa perception de l’autre (migrants, touristes…) et des mondes lointains. Des sources variées pourront être mobilisées : artistiques, littéraires, administratives, orales, écrites, photographiques, radiophoniques, cinématographiques, télévisuelles, numériques, etc.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site dédié : 

http://ports-images.sciencesconf.org/

Le programme détaillé est consultable via le lien direct suivant :

http://calenda.org/327204?file=1

Compte rendu : Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Cet ouvrage, édité par Jean-Louis Roch, réunit les interventions des participants à une journée d’études organisée par le GRHIS (Groupe de Recherche en Histoire-Université de Rouen) le 14 décembre 2012. Il complète la reprise des études sur le tabellionage ces dernières années et s’inscrit dans un mouvement visant à sortir de l’ombre ces registres de tabellions souvent délaissés par les chercheurs car incomplets. Ce livre tient à rappeler que le tabellionage n’est pas un sous-état du notariat méridional. S’il est vrai que les fonds normands ne peuvent égaler la richesse des fonds notariés provençaux ou catalans, ils permettent, néanmoins, d’approcher de manière différente la société et l’économie médiévale et viennent souvent compléter les acquis apportés par les comptabilités ou les documents législatifs. De plus, le tabellionage normand présente des caractères particuliers (séparation des biens meubles et immeubles, peu de testaments et d’inventaires après décès enregistrés) qu’il est intéressant de découvrir grâce à ce volume.

L’intérêt de cet ouvrage tient également à son encrage urbain. Les différents chercheurs se sont appuyés sur les registres des villes et petites villes de Normandie ou pour certains plus largement de l’Ouest du royaume de France, proposant ainsi d’utiliser les registres de ces officiers pour apporter des connaissances nouvelles sur la société urbaine, son organisation, son fonctionnement.

La première partie de ce livre est consacrée à la nature des registres et au rôle des tabellions. Avant de s’intéresser au contenu de ces sources, il est en effet indispensable de comprendre leur réalisation, leur valeur et leur histoire. Il est vain de vouloir étudier les hommes et les activités d’une ville par le biais des registres de tabellions sans avoir auparavant analysé le travail de celui qui rédige ces actes et les conserve. L’article d’Isabelle Bretthauer présente justement l’organisation des registres de tabellionage et l’histoire de l’enregistrement des actes. Elle relève de manière judicieuse les différences de termes utilisés en Normandie et montre tout l’intérêt (notamment financier) qu’ont les commis ou les successeurs à conserver ces registres. Philippe Cailleux s’intéresse, quant à lui, aux prix des actes, en comparant les textes officiels (l’ordonnance de réformation de Philippe le Bel de 1303 et un arrêté du Parlement de Rouen de 1519) aux sommes présentes sur les actes. Ces premières recherches montrent une certaine conformité des prix entre les deux types de sources, tout en sachant que certains suppléments étaient demandés aux clients, notamment lorsque les actes étaient passés en dehors de l’office du tabellion. Les tarifs évoluaient donc en fonction du type d’acte et du travail du tabellion, il comprenait le sceau, le registre et le travail d’écriture. Jean Thibault s’intéresse aux notaires et tabellions d’Orléans et de Nevers et rappelle l’écart considérable entre le travail de ces hommes, leur carrière, leur personnalité, qui restent inconnus ou méconnus et leurs minutes qui sont utilisées par les chercheurs depuis des décennies. Orléans offre la particularité d’être une ville universitaire, où les notaires recevaient un enseignement de droit civil. Il soulève également la question d’une pluriactivité de ces individus au regard des revenus modestes tirés de ce travail. A Nevers, il est plus difficile d’identifier les tabellions compte tenu de dénominations multiples et d’un fonds documentaire beaucoup plus restreint. Enfin, il rappelle la chaîne opératoire de la rédaction d’un acte, de la prise de note sur feuille volante devant le client à la rédaction du registre. Virginie Lemonnier-Lesages propose une approche différente en s’intéressant à la séparation des biens des époux dans les actes de mariage et aux mentions de droit de remport, permettant à la veuve de récupérer la moitié des biens acquis durant le mariage.

La deuxième partie de l’ouvrage présente quelques domaines de recherche pour lesquels l’étude des registres de tabellionage apporte des éléments significatifs. L’histoire des villes en fait partie, les documents conservés étant majoritairement urbains. Denise Angers se consacre à l’histoire de Caen à la fin du Moyen-Âge. Vingt-huit registres, parfois lacunaires, ont subsisté, couvrant la période 1380-1500, bien que le tabellionage soit plus ancien. Elle effectue deux sondages, l’un dans le premier registre conservé, le seul comportant des biens meubles, apportant ainsi des données pour l’histoire économique et industrielle de la ville, et l’autre dans quelques registres de la deuxième moitié du XVe siècle, permettant par exemple de suivre des individus, notamment les bourgeois, qui viennent régulièrement faire enregistrer des actes. Philippe Levaudel a consacré son étude aux conseillers de Rouen qu’il recherche dans les registres de tabellionage où il peut accumuler des informations sur leur personne et leur fortune immobilière. Il rappelle à juste titre les problèmes liés à l’identification des individus et particulièrement l’homonymie. Bruno Sintic s’est consacré aux petites villes (Louviers, Vernon, Neufchâtel, Montivilliers, Eu, Pont-Audemer), bien que peu de registres soient conservés pour le XVe siècle (seulement cinq), ils sont plus abondants au XVIe. Il présente différentes figures telles que le bourgeois ou le noble et relève les mentions professionnelles et les ventes de produits dans le but d’éclairer la société urbaine et le travail. Alain Sadourny s’appuie sur trois registres rouennais pour étudier les transactions commerciales dans la ville à la fin du Moyen Âge (blé, vins, poisson, poids, laine). Enfin, Philippe Lardin a relevé les contrats d’apprentissage et les contrats d’allouement pour les valets afin de proposer une étude de cas. Il éclaire ainsi les modalités de mise en apprentissage, l’origine géographique des apprentis le coût de l’apprentissage, sa durée et le salaire des ouvriers.

En somme, les deux moments de cet ouvrage se complètent pour proposer une première ébauche de l’étude du tabellionage normand et des possibilités de recherches à partir de cette source particulièrement riche, bien que souvent très lacunaire.

Compte rendu : Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

Sébastien Hamel, La justice dans une ville du Nord du royaume de France au Moyen Âge. Etude comparée sur la pratique judiciaire à Saint-Quentin, Turnhout, Brepols, 2011, 411 p. (Julie Pilorget)

L’ouvrage de Sébastien Hamel, issu de sa thèse soutenue en 2005, nous plonge dans les rouages du système judiciaire urbain en formation au bas Moyen Âge. L’auteur, dont l’étude se place dans la lignée des travaux de Claude Gauvard qui a encadré sa thèse, se propose d’étudier la justice comme phénomène social, par le biais des hommes qui permettent son exercice. S’appuyant sur la richesse du fond documentaire de la ville de Saint-Quentin renfermant de nombreux chirographes pour les XIIIe et XIVe siècles, Sébastien Hamel met en lumière dans cet ouvrage la multiplication des auxiliaires de justice à la fin du Moyen Âge dont la présence, tout en renforçant les liens de sujétion avec le roi, favorise également l’émergence d’une justice municipale. Il tend ainsi à combler le manque des études réalisées sur la question depuis plus d’une vingtaine d’années, peu de chercheurs s’étant jusqu’alors intéressés à la composition de ce personnel judiciaire. Il replace l’apparition de ces nouveaux officiers municipaux dans le cadre du « polysystème judiciaire complexe » que constitue alors la ville médiévale, sur laquelle règnent également les justices seigneuriale, ecclésiastique et royale. L’auteur revient ainsi sur la manière dont l’exercice de la justice en ville a pu dans le même temps favoriser la sujétion des pouvoirs municipaux au pouvoir royal et renforcer les échanges entre les deux entités sur la base de l’échange de services consentis.

Organisé autour de trois parties, elles-mêmes divisées en trois chapitres, l’ouvrage commence par revenir en détail sur la formation des institutions judicaires, avant d’étudier dans un second temps les interactions de cette justice municipale avec les autres juridictions présentes dans la ville, et d’interroger pour finir le fonctionnement concret de la justice municipale.

La première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée à l’analyse des circonstances donnant lieu à l’apparition de la commune au XIe siècle, puis à sa transformation en juridiction au tournant des XIIe-XIIIe siècles. « Commune de justice » dès ses origines, tournée vers l’entraide, la fraternité et la solidarité, il faut cependant attendre l’entrée de la ville dans le domaine royal en 1213 pour que se structurent en son sein de véritables pouvoirs judiciaires. C’est entre les règnes de Philippe Auguste et de Louis IX, qu’un nouveau droit municipal semble progressivement apparaître. Une multitude d’offices fortement hiérarchisés se développent alors, avec placés à leur tête, le maire, les jurés et les échevins. Selon l’auteur, ce gouvernement oligarchique reste sur l’essentiel de la période aux mains d’une douzaine de familles se partageant successivement les rênes du pouvoir. Cependant, si l’action de ces familles issues de la haute bourgeoisie est bien documenté par les sources, comme l’appuient divers documents en annexe, les choses sont bien différentes concernant le recrutement hétéroclite des petits officiers. Quelques lignes sont toutefois consacrées par l’auteur à l’ensemble de ces offices mineurs qu’il s’agisse des prud’hommes d’enseignes, des techniciens du droit ou encore du petit personnel de police et autres sergents.

Cela établi, l’auteur entend revenir sur le rôle des justices urbaines concurrentes dans l’émergence de ce système judiciaire proprement municipal, à savoir les justices féodale, ecclésiastique et royale. Tout d’abord, force est de constater que sur la période étudiée, l’histoire des relations entretenues entre le roi et les justices municipales est faite en majeure partie d’affrontements. Ainsi après une phase de réforme sous Louis IX et de collaboration sous Philippe III et Philippe IV, suit un temps d’instabilité et de réajustements sous le règne de Philippe V. La confiscation par ce roi de la commune en 1317, marque profondément les habitants. Elle leur est toutefois rendue dès 1322 par Charles IV, mais la situation reste encore délicate sous les deux rois successifs. Selon l’auteur, les rapports entretenus entre la ville et le roi se pacifient toutefois sous Charles VI, règne sur lequel s’achève d’ailleurs cette étude, alors que le développement des juridictions est considéré par l’auteur comme achevé. Suit l’analyse des rapports entretenus avec les justices féodales. L’étude de différents fiefs intra-urbains confirme le processus de disparition de la seigneurie banale à la fin du Moyen Âge, déjà mis en avant par de nombreuses études, sous l’action conjuguée de la commune et du roi. Il semble que dès Louis IX, les anciens officiers comtaux ne présentent plus de réelle menace pour l’exercice de la justice commune. Incarnées essentiellement par le chapitre collégial de Saint-Quentin et l’évêque de Noyon, les autorités ecclésiastiques vont quant à elles constituer des rivales plus tenaces. Les relations entre la ville et ces juridictions oscillent tout au long de la période entre coopérations et querelles de juridictions inextricables. Ancienne cité épiscopale, la ville attire tout au long du Moyen-Âge les largesses des puissants, renforçant l’ancrage des autorités religieuses dans la ville. Toutefois, l’appui du roi permit à la commune de venir également à bout de cet adversaire à la fin de la période.

Enfin, Sébastien Hamel consacre la dernière partie de son ouvrage à l’examen du fonctionnement concret de la justice municipale, rendue par l’entremise de deux tribunaux, échevinal et communal, réunis seulement en 1362 au sein d’un « tribunal de la ville ». Bien que tout au long de la période, la ville soit restée attachée au vocabulaire coutumier de haute, moyenne et basse justice, l’auteur reprend les catégories modernes de justice civile et justice criminelle pour découper son étude, avant d’en venir à la question des voies de recours. Ainsi, le premier chapitre porte essentiellement sur des questions procédurières – la justice civile se définissant avant tout comme une justice contractuelle -, alors qu’il cherche davantage pour la justice criminelle à cerner le crime tant sociologiquement que judiciairement. Le chapitre conclusif portant sur les voies de recours contre la justice de la ville rappelle les avancées réalisées par la justice royale au cours de la période.

Si l’ouvrage fourmille de détails, nous regrettons toutefois que l’auteur n’ait pas davantage convoqué les sources ecclésiastiques et royales, qui auraient contrebalancé le point de vue des sources municipales, dominantes de ce recueil. Cela étant, le travail réalisé ici par Sébastien Hamel apparaît très complet et rigoureusement mené. Enfin, au-delà du tableau qu’il dresse du fonctionnement judiciaire à une échelle très fine, l’intérêt de cet ouvrage réside justement dans l’examen du rôle dominant des bourgeois dans l’exercice de la justice, qui affirment ainsi leur pouvoir et leur identité.

Colloque “Aménagement des villes et mobilisations sociales du Moyen Age à nos jours”, 27-29 mai 2015 (U. Paris-Est Marne-La Vallée/EHESS/U. Paris 1)

Colloque international

Aménagement des villes et mobilisations sociales

du Moyen Âge à nos jours

27-28-29 mai 2015

Programme

Téléchargez ici les programmes en format word et pdf:

programme_amenagement_des_villes et mobilisations sociales

programmeColloque MobilisationsV2

Journée 1 : Mercredi 27 mai 2015

Université de Paris-Est Marne-la-Vallée (site de Champs sur Marne, RER A, station Noisy-Champs), bâtiment Copernic, auditorium Maurice Gross, rez-de-chaussée gauche.

10 h 00 Ouverture du colloque par Frédéric de Coninck, responsable scientifique du Labex Futurs urbains

10 h 15 Introduction générale par Isabelle Backouche, EHESS, CRH et Loïc Vadelorge, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, ACP.

I – Destructions, restructurations, mobilisations

Présidence : María Castrillo Romón, Université de Valladolid, Institut universitaire d’urbanisme

10 h 40 Jean-Dominique Delle Luche, EHESS, CRH

Les aménagements des espaces martiaux non défensifs (terrains de tir, arsenaux et poudrières) dans les villes du Saint-Empire germanique (XVe-XVIe siècles)

11 h 00 Vincent Meyzie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Mobilisations corporatives et aménagements urbains : les compagnies de second rang et leurs édifices dans la France du XVIIIe siècle

Discussion

11 h 30 Pause

11 h 50 Marc Leleux, Université Lille 3, IRHis, et Antonio Delfini, Université Lille 1, CLERSÉ

Restructurations urbaines et mobilisations populaires dans une région en conversion (le quartier de l’Alma Jacquet à Lille années 1970 et la cité 3 à Auchel, 2014)

12 h 10 Anaïs Volin, Université Lumière Lyon 2, UMR Environnement Ville, Société

La rénovation de la gare centrale de Stuttgart : contestation d’un grand projet d’aménagement

Discussion

12 h 45 Déjeuner

II – Mobilisations urbaines et rapports de force politiques

Présidence : Vanessa Caru, CNRS CEIAS.

14 h 30 Julien Puget, Université Aix-Marseille, Telemme

Entre intégration sociale et intégration spatiale : les mobilisations engendrées par l’agrandissement de Marseille dans la seconde moitié du XVIIe siècle

14 h 50 Ruben Pallol Trigueros et Carlos Hernandez Quero, Université Complutense de Madrid

Transformation urbaine et mobilisation populaire par les socialistes dans le Madrid du premier tiers du XXe siècle

15 h 10 Laurent Coudroy de Lille, Institut d’urbanisme de Paris et Beatriz Fernandez Agueda, Université Polytechnique de Madrid

L’opposition municipale en région parisienne au Plan Prost : entre intérêt général et intérêt particulier

Discussion

15 h 40 Pause

16 h 00 Céline Vaz, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHES

Les mobilisations d’associations de quartier à la fin du Franquisme, entre enjeux urbains, politiques et professionnels (zone sud de Madrid 1950-1970)

16 h 20 Sébastien Jolis, Université Paris 1, CHS

Les mobilisations des habitants dans les îlots insalubres parisiens. Années 1950-1970

Discussion

Journée 2. Jeudi 28 mai 2015

EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

9 h 00 Accueil

Introduction par Jean-Paul Zúñiga, EHESS directeur adjoint du CRH

III – Lire le social au prisme des grands projets

Présidence : Patrick Boucheron, Paris 1, LAMOP

9 h 30 Marc Boone, Université de Gand et Claire Billen, Université libre de Bruxelles

Grand-places, enceintes et citadelles, les populations urbaines des Pays-Bas méridionaux, face aux innovations et aux violences urbanistiques du bas moyen âge et du début de l’époque moderne

9 h 50 Domenico Cecere, Università di Napoli Federico II

Rebâtir les villes, réformer les communautés. Reconstructions urbaines et conflits sociaux au lendemain de la catastrophe (Calabre, fin XVIIIe siècle)

10 h 10 Isabelle Backouche, EHESS, CRH

Les usages des mobilisations urbaines contre l’histoire des vainqueurs (projet d’aménagement axe nord-sud à Paris, années 1960)

Discussion

10 h 40 Pause

11 h 00 Martine Drozdz, Université Lumière Lyon 2, UMR Environnement, Ville, Société

Une montée en généralité sous contrôle : mobilisations collectives et « régénération » urbaine à Londres

11 h 20 Giovanni Cristina, EHESS, Centre de Recherches Historiques

Le Villaggio del Pilastro : cultures urbanistiques et mobilisations sociales dans une banlieue de Bologne à l’après-guerre (1958-1991)

Discussion

12 h 00 Déjeuner

IV – Conflits d’usages et mobilisations

Présidence : Sylvie Aprile, Université Lille 3, IRHis

14 h 30 Jean-Luc Laffont, Université de Perpignan

Une mobilisation sociale inédite dans l’histoire de Toulouse à l’époque moderne : les Toulousains contre « l’exil de la mort » (1775-1780)

14 h 50 Nicolas Vidoni, UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille

Se mobiliser pour sa sécurité. Les propriétaires et la police à Paris au XVIIIe siècle. Diversité des expériences et des formes d’action

15 h 10 Loïc Vadelorge, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, ACP

Faculté des Sciences et cuves à pinard. La résistance des marchands de vins à l’aménagement de Jussieu (1945-1966)

Discussion

15 h 40 Pause

16 h 00 Cédric Fériel, Laboratoire de l’École d’Architecture de Versailles

L’aménagement des rues piétonnes en Europe dans les années 1960-1970 : mobilisations autour de l’avenir de la ville

16 h 20 Maurice Olive, Université Aix-Marseille

De l’usine au quartier. Mobilisation locale contre une opération immobilière sur un ancien site industriel (Marseille : la Madrague : 2009-2014)

Journée 3. Vendredi 29 mai 2015

Université Paris 1, CHS, Amphithéâtre Dupuis, 9 rue Malher, 75004 Paris.

9 h accueil

Introduction par Pascale Goetschel, Université Paris 1, directrice du CHS

V – rÉpertoires d’action des mobilisations

Présidence : Annie Fourcaut, Université Paris 1, CHS

9 h 30 Diane Chamboduc de Saint-Pulgent, Université Paris 4, Centre Roland Mousnier

La destruction de l’Augusta à Lucques en 1370

9 h 50 Nicoletta Rolla, EHESS LaDeHiS

La ville « négociée ». Redéfinition sociale de l’espace urbain et résistance de la population (Turin au XVIIIe siècle)

10 h 10 Julien Lacaze, Université de Limoges, OMIJ

La bataille des Halles de Paris (1968-1971) : un moment de réappropriation sociale de la ville

Discussion

10 h 40 Pause

11 h 00 Victor Collet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ISP et Muriel Cohen, Université Paris 1, CHS

Les mobilisations des familles étrangères dans les cités de Nanterre (années 1970) vues de l’intérieur et par les médias

11 h 20 Anne-Laure Pailloux, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Lab’Urba,

Ceintures vivrières et permaculture : discours et pratiques de relocalisation de l’agriculture dans les agglomérations

Discussion

12 h 00 Déjeuner

VI – mobilisations détournÉes

Présidence : Vincent Milliot, Université de Caen, CRHQ

14 h 30 Morwenna Coquelin, EHESS, CRH

Silence et mémoire des constructions urbaines erfurtoises, à partir de quelques sources tardo-médiévales

14 h 50 Geneviève Massard-Guilbaud, EHESS, CIRED

Comment protester quand le danger menace ? Le cas de Nantes dans l’entre-deux-guerres

15 h 10 Vincent Veschambre, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon

La contestation des permis de démolir : analyse de la signalétique urbaine in situ à Lyon et à Villeurbanne

Discussion

15 h 40 Pause

16 h 00 Pierre Gilbert, Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber

L’absence de mobilisation face à la rénovation urbaine contemporaine. Individualisation des trajectoires et affaiblissement des collectifs militants

16 h 20 Marie Beschon, EHESS, IIAC

Contre les projets d’aménagement du centre-ville de Marseille : le Carnaval indépendant de la Plaine (éditions 2013-2015)

Discussion

16 h 50 Conclusions du colloque : Christian Topalov, EHESS

Programme de colloque : “Cities of a New Type. Industrial Cities in People’s Democracies after 1945″ (Dunaújváros, Hongrie, 21-22 mai 2015),

International conference

Cities of a New Type.

Industrial Cities in People’s Democracies after 1945.

Place: Dunaújvárosi Főiskola (college of Dunaujvaros)

Táncsics Mihály u. 1/A, Dunaújváros

Thursday 21st May

9.00: welcome address by Mihály Molnár (Pepper Art Projects) and Gábor Cserna (mayor of Dunaújváros)

9.15-10.00: Jérôme Bazin (Université de Paris-Est, Créteil), Introduction.

10.00-12.20: Panel I – Soviet Know-How.

Panel chair: György Szücs (Magyar Nemzeti Galéria, Budapest).

10.00-10.20: Thomas Flierl (Berlin), The Soviet Discourses on Socialist Cities (socgorods) in the 1930s as a Precondition of Socialist Industrialization and Urban Planning in Eastern European Countries after 1945.

10.20-10.40: Fabien Bellat (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture, Versailles), Stalinist New Cities: a Misleading Model?

10.40-11.00: Olga Kazakova (Российская академия архитектуры и строительных наук, Moscow), Zelenograd, the Soviet Silicon Valley.

11.00-11.20: Ievgeniia Gubkina (Центр міської історії Центрально-Східної Європи, Lviv), On the Edge of Imagining: Planning and Building the Last New Soviet City, Slavutych.

11.20-11.40: Dagmara Jajeśniak-Quast (Viadrina Universität, Frankfurt/Oder), Comments.

11.40-12.20: Discussion.

12.20-14.00: Lunch

14.00-16.00: Panel II – What Should a Socialist City Look Like? Architecture and Urban Planning.

Panel chair: Katalin Aknai (Magyar Tudományos Akadémia, Budapest).

14.00-14.20: Lucia Almášiová and Viera Dlháňová (Slovenská národná galéria, Bratislava), Nová Dubnica (Slovakia) – the First Ideal Socialist City.

14.20-14.40: Kimberly E. Zarecor (Iowa State University, Ames), Alternatives to the Tabula Rasa: Postwar Expansion in Czechoslovakia’s Already Existing Industrial Cities.

14.40-15.00: Árpád Végh (Moholy-Nagy Művėszeti Egyetem, Budapest), Architecture of Dunaújváros.

15.00-15.20: Andreas Ludwig (Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam), Comments.

15.20-16.00: Discussion.

16.00-18.00: Tour in Dunaújváros.

18.00-20.30: Dinner.

21.00: Projection of the movie Hattyúdal (Swan Song) by Márton Keleti (1963).

Place: Bartók Béla Művelődési Központ.

Friday 22nd May

9.30: welcome.

9.40-12.00 Panel III – Shaping the Working Class in the New Socialist Cities.

Panel chair: Katalin Aknai (Magyar Tudományos Akadémia, Budapest).

9.40-10.00: Marta Vukoti

Lazar (University of Pristina/Kosovska Mitrovica) and Djurdjija Borovnjak (Historical Archives of Belgrade), Železnik – First Socialist City in Serbia.

10.00-10.20: Ana Kladnik (Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam), The Mining Milieu: Solidarity and Sentiments of Community in the New Socialist Cities Havířov (Czechoslovakia) and Velenje (Yugoslavia).

10.20-10.40: Oana Tiganea (Politecnico di Milano) and Liliana Iuga (Central European University, Budapest), Missing from the Map: Socialist Realism Design at Small Scale in a Secret New Town. The Case of Dr. Petru Groza Town (Romania).

10.40-11.00: Nadège Ragaru (Institut d’Etudes Politiques, Paris), Transnational Contention and the Fashioning of an Ever New Bulgarian City: Blagoevgrad in the 1950s-1980s.

11.00-11.20: Ulf Brunnbauer (Regensburg Univeristät), Comments.

11.20-12.00: Discussion.

12.00-14.00: Lunch.

14.00-16.00. Panel IV – Representation and Self-Representation of the New Cities.

Panel chair: Gábor Rieder (Budapest).

14.00-14.20: Anja Jackes (Stadtamt Halle, Abteilung Kultur), The Socialist Utopian Town Halle-Neustadt (East Germany) and the Concept of Art and Living.

14.20-14.40: Bernadeta Stano (Uniwersytet Pedagogiczny, Kraków), Visual Artists in Nowa Huta (Poland).

14.40-15.00: Annamaria Nagy (Szent István Király múzeum, Székesfehérvár), Brigade Diaries from Dunaferr (Dunaújváros).

15.00-15.20: Jérôme Bazin, Comments.

15.20-16.00: Discussion.

16.00-17.00: Sándor Horváth (Magyar Tudományos Akadémia, Budapest), Concluding Remarks.

Organisation committee: Jérôme Bazin, Dóra Molnár, Mihály Molnár, Gábor Rieder.

Scientific board: Ulf Brunnbauer, Sándor Horváth, Dagmara Jajeśniak-Quast, Katherine Lebow, Andreas Ludwig and György Szücs.

AAC: “Inventer le Grand Paris”, 3e colloque, 3 et 4 décembre 2015 – Paris

APPEL A COMMUNICATIONS

Le troisième colloque international Inventer le Grand Paris se réunira les 3 et 4 décembre 2015 à Paris. Il s’inscrit dans un programme pluriannuel sur l’histoire du Grand Paris qui mobilise les connaissances de la recherche urbaine dans une perspective transnationale et interdisciplinaire. Le premier colloque (décembre 2013, Cité de l’architecture et du patrimoine) s’est ouvert sur l’étude des travaux de la Commission d’extension de Paris de 1913, considérés comme la première expression d’un projet d’aménagement et d’organisation du Grand Paris. Le deuxième colloque (décembre 2014, Petit Palais) a retracé le contexte du Plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) de 1934, plus connu sous le nom de plan Prost. Ce troisième colloque a pour ambition de réévaluer la planification du Grand Paris entre la Seconde guerre mondiale et le début de la mise en œuvre du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris (SDAURP) de 1965, dans une perspective métropolitaine comparée. À l’image des deux colloques précédents, cette manifestation a également vocation à éclairer l’actualité du Grand Paris.

Le moment 1965 dans la mise en place d’une planification régionale

Dans un contexte de montée en puissance de l’État interventionniste et planificateur, de nouvelles politiques publiques se déploient autour d’outils juridiques, administratifs et opérationnels. Marqué par une expansion démographique, économique et territoriale des villes, l’aménagement du territoire, en France comme d’autres pays, mobilise l’État, ses services et les corps intermédiaires qui animent la société civile.

Durant cette période, la région parisienne est au cœur de la mise en place de cette planification d’État : révision du plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) en 1956, plan d’aménagement et d’organisation générale (PADOG) de 1960, Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région de Paris (SDAURP) de 1965. Comment s’enchaînent ces différents moments ? Quelle configuration institutionnelle voit le jour et comment se construit l’administration planificatrice ? Quelles échelles spatiales sont mobilisées ? Comment évolue la pensée de l’urbanisme et quelle place occupe le paysage dans ses démarches planificatrices ?

Une métropole entre planification et production

Le colloque doit permettre de lier cet effort sans précédent de planification régionale avec la question de la production de la métropole. Il aborde sous un angle nouveau l’aménagement des banlieues après-guerre, l’inscription de la réalisation de certains grands ensembles dans une stratégie métropolitaine, le statut de grands projets comme La Défense, le MIN de Rungis ou les aéroports, la conception et le tracé du RER et des infrastructures autoroutières, etc. Il éclaire les interactions et les conflits entre la volonté planificatrice de l’État, le pouvoir local et la société civile en matière de rénovation et de planification urbaine et économique. Il pourra enfin être l’occasion d’étudier le rôle dans l’aménagement du territoire des opérateurs privés et publics qui investissent dans la promotion immobilière.

Ce colloque doit aussi observer l’histoire de la planification de Paris intra-muros (Plan d’urbanisme directeur de Paris) et la mise en débat de l’avenir de Paris dans l’espace public. Il met également en perspective l’expérience de la planification régionale parisienne dans le cadre des politiques de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) et de l’institution des communautés urbaines.

Pour une histoire comparée et connectée des métropoles

Le colloque sera aussi l’occasion de situer la planification régionale française dans le contexte international en questionnant son insertion dans la circulation des modèles et des idées, et son inscription dans le contexte international (reconstruction, Guerre froide, décolonisation, construction européenne) qui pèse sur l’élaboration des projets. Il s’agit notamment d’interroger la programmation polycentrique du Grand Londres mais aussi d’autres expériences moins connues en Amérique du Nord, dans les pays scandinaves ou les pays de l’Est, en Amérique latine ou dans les anciennes colonies.

Il s’agira aussi d’explorer les cas où la planification de la région parisienne, et au premier rang le SDAURP de 1965, a pu « faire école » ailleurs dans le monde. Plus largement, on pourra interroger les rencontres internationales et la circulation des théories alimentant ces modèles.

Le colloque entend enfin mettre en situation le cas grand parisien dans le contexte de démarches de planification parallèles et croisées dans lesquelles s’engagent nombre d’aires métropolitaines durant la même période. Des visions aux plans, il s’agira d’étudier les formes diverses empruntées par une internationalisation et une médiatisation de la pensée de l’aménagement métropolitain et régional.

Si l’historiographie n’a cessé de se renouveler au cours des dernières années, ce croisement attendu des études sur les métropoles révélera certainement de nouveaux chantiers de recherche et de nouvelles approches.

Les propositions de communication en français ou en anglais (d’une durée de 20 minutes) doivent être communiquées par courriel à l’adresse suivante :

inventer.grandparis@gmail.com

Sous la forme d’un document Word d’une demi-page A4 maximum (1 200 signes environ) accompagné d’un CV court (nom, coordonnées, formation et diplômes, activité et organisme de rattachement, thèmes de recherche et principales publications) au plus tard le 31 mai 2015.

IGP_2015_appel_français 10 4 2014[2]

Séminaire Seine-Saint-Denis Paris banlieues, séance du 16 avril 2015

Le séminaire entre dans sa cinquième année. Il prolonge le groupe de travail « banlieues » réuni au Cevipof de 1984 à 1994. Pluridisciplinaire dans sa conception, ce séminaire est ouvert aussi bien aux universitaires et aux étudiants qu’aux praticiens de terrains. Il réunit des chercheurs travaillant dans les champs de la géographie, de la sociologie, de l’économie, de l’histoire ou de la science politique, des professionnels, des militants, des élus et des fonctionnaires de l’État et des collectivités territoriales.
 
Ce séminaire s’attache à décrypter et à confronter les expériences et les regards sur les banlieues en transformation, des territoires ségrégés, aux histoires politiques clivées, façonnées par l’immigration et les politiques de peuplement. Dans la perspective d’échanges fructueux, une participation régulière est souhaitée.
Cevipof
Sciences Po. Paris
98 rue de l’Université
Paris 7e (Métro Solférino ou Assemblée nationale)
17 h. – 19 h. / Salle Annick Percheron
 
Organisateurs :
Marie-Hélène Bacqué (sociologue, urbaniste, Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Mosaïques LAVUE),
Emmanuel Bellanger (historien, Centre d’histoire sociale, CNRS/Université Paris 1),
et Henri Rey (politiste, Cevipof)
Jeudi 16 avril :
Quel Grand Paris
au lendemain des élections départementales ?
Parmi nos invités :
 
Claire Dagnogo, conseillère parlementaire et prospective territoriale, Ministère de la Décentralisation et de la Fonction publique
 
Antoine Jardin, chercheur associé au Centre d’Etudes Européennes de Sciences Po Paris
 
Pierre Mansat, président du conseil d’administration de l’Atelier international du Grand Pairs (AIGP)
 
Jonathan Morice, conseiller collectivités territoriales, Ministère de la Décentralisation et de la Fonction publique
 
Stéphane Troussel, président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis

Société Française d'Histoire Urbaine